Appel SOS : éducation des enfants en détresse

Accueil - Éducation & enseignement - Appel SOS : éducation des enfants en détresse

Appel SOS : éducation des enfants en détresse

Appel SOS : comment devenir soi dans des conditions favorisant l’épanouissement de la personne. Ou comment guérir le monde de ses bêtises.

« J’aurais donné n’importe quoi pour qu’une personne s’intéresse à moi et me comprenne, pour me montrer une voie si dure soit-elle mais qui me donne des rails où faire avancer le train. »

Catherine.

Vous lisez cette phrase, quel effet cela vous fait-il ? Cette phrase est tirée d’un ouvrage collectif dont je vous ai déjà parlé : « Nous ne sommes pas une fiction » dans un précédent article. Catherine m’a redit cette phrase oralement dernièrement quand nous avons échangé sur les écrits de cet ouvrage. Je peux vous dire que j’ai ressentie tout le poids de ce que cela impliquait en charge émotionnelle de l’époque de ce vécu.

Appel SOS, qui va entendre ?

Appel SOS, besoin d'amour

Appel SOS, besoin d’amour

« J’aurais donné n’importe quoi pour qu’une personne s’intéresse à moi et me comprenne, pour me montrer une voie si dure soit-elle mais qui me donne des rails où faire avancer le train. »

Catherine.

Appel SOS, quelle résonnance ressentie dans les esprits s’occupant d’enfants. Ceux justement en souffrance, ceux qui n’ont pas la chance de vivre dans un milieu aimant, structurant ? Ce vécu remonte à quelques décennies soit, mais je suis sure qu’il encore d’actualité. Combien d’enfants se retrouvent en rupture de foyer aimant et lâchés dans un milieu hostile tel que les foyers d’accueil parfois bien limite dans les prises en charges individuelles. Ce qui a été le cas de Catherine.

Appel SOS pour l’éducation des enfants en détresse

Comment c’est arrivé ? Un drame familial a éclaté la cellule familiale déjà bien fragile. Cet enfant de deux ans à l’époque,  s’est retrouvé dans un milieu où tout était souffrance.  Enfance ballottée, enfance malmenée : Appel SOS

« J’aurais donné n’importe quoi pour qu’une personne s’intéresse à moi et me comprenne, pour me montrer une voie si dure soit-elle mais qui me donne des rails où faire avancer le train. »

Catherine.

Entendez-vous cet appel ? Cette demande ? Cette phrase pourrait être dite par combien d’enfants encore à ce jour ? Une multitude, j’en suis sure !

Appel SOS, je suis là, merciNos insuffisances en matières d’éducation de nos enfants peuvent engendrer bien des ravages et détruire bien des vies en devenir. Appel SOS

J’aime par-dessus toute cette citation sortie du cœur et d’un vécu personnel :

Appel SOS : combien d’enfants pourraient s’approprier cette phrase ? Une multitude encore à ce jour, j’en suis sure. Merci d’apporter vos témoignages ou vos idées sur le sujet.

« J’aurais donné n’importe quoi pour qu’une personne s’intéresse à moi et me comprenne, pour me montrer une voie si dure soit-elle mais qui me donne des rails où faire avancer le train. »

Catherine.

Je n’ai pu m’empêcher de vous réécrire cette phrase clé, c’est comme un clou que j’enfonce, j’espère alerter chacun sur l’enfance maltraitée. Appel SOS, ma contribution est bien modeste. J’oubliai : Catherine va très bien, elle a su tirer son épingle du jeu.

11 Commentaires

  1. Pr S.Feye 31/01/2014 at 18:42 - Reply

    Les tout petits ont besoin qu’on leur parle normalement. C’est la base de leur véritable affection. Mais pour la suite, je suis arrivé à la conclusion qu’il faut au plus vite restaurer les Humanités gréco-latines. Seules ces études les armeront pour la vie. Je n’en fais pas une théorie. Je l’ai expérimenté sur mes enfants et petits-enfants.
    Posez-vous la question avant de repousser cette idée que je vous offre.

    Pr Stéphane Feye
    Schola Nova – Humanités Gréco-Latines et Artistiques
    http://www.scholanova.be
    http://www.concertschola.be
    http://www.liberte-scolaire.com/…/schola-nova

  2. Hélène Hug 31/01/2014 at 19:50 - Reply

    Pr Stéphane Feye, bonjour,

    Permettez moi de vous souhaiter la bienvenue sur ce blog.
    J’accueille bien volontiers vos idées, avoir créé cette école et l’avoir fait fonctionner qu’avec un seul élève…Mais la patience ou plutôt la persévérance d’affirmer une idée, à donner ses fruits.
    Merci pour ces liens nous permettant d’en savoir davantage.
    J’aurais aimé avoir eu cette chance d’un tel enseignement avec de telles sources de savoirs.

    Voici un enseignement permettant de forger la personnalité et offrant ainsi des bases solides à ces futurs adultes quand à leur tour ils deviendront parents.
    Vous êtes en quelque sorte un précurseur du changement éducatif !

    Merci à vous,

  3. sylviane 01/02/2014 at 07:53 - Reply

    Bonjour Hélène

    Je rebondis sur le commentaire du Pr Stephane Feye car comme tu sais l’estime de soi est un de mes grands dadas et effectivement si cela était une matière O-BLI-GA-TOIRE depuis la maternelle le monde irait certainement beaucoup mieux car le manque de confiance en soi et la non-acceptation de nos petits travers vont au cours de notre vie aller en s’amplifiant car pourquoi Pierre réussit-il mieux que moi, pourquoi je n’arrive pas aussi bien que Jocelyne etc etc…

    Curieusement, on voit des centaines de trucs pour les + grands comment être comme ci, pourquoi êtes-vous comme ça alors que si l’on avait “attaqué le problème” à sa naissance (ou presque) nous ferions des hommes et des femmes sûrs d’eux et de leur entourage, moyennant quoi nous avons créé des légions de pétochards, d’envieux et de complexés (dont j’ai fait partie pendant longtemps donc je parle en connaissance de cause)

    • Hélène Hug 01/02/2014 at 16:06 - Reply

      Bonjour Sylviane,

      L’estime de soi depuis la maternelle, voilà un beau programme. Un souvenir d’école maternelle resurgit : je me suis fait gronder car je peignais en noir, c’était un loup, donc normal pour moi et j’en étais fier ! Mais non, j’avais tout faux, ma confiance en moi en a pris un coup ce jour là et curieusement, je m’en rappelle toujours.
      Avec le recul, mes dessins exprimaient quelque chose qui dérangeait les adultes, “cache moi ça, je ne veux rien voir, rien entendre”…sans autres commentaire !

      Alors l’apprentissage de l’estime de soi dès la maternelle : OUI !

      Je ne fais plus partie de ces “pétochards, envieux et complexés mais je peux aussi me permettre d’en parler en connaissance de cause tout comme toi Sylviane.

  4. PureNrgy 01/02/2014 at 21:04 - Reply

    Merci Hélène!
    Avant de faire des enfants, il faudrait apprendre à être parent… non, il faudrait apprendre à être soi, et à s’aimer, et puis être parent ça viendrait tout seul.
    Je travaille beaucoup sur les croyances puisqu’elles sont les fondations de notre existence. Et je vois tant de croyances limitatives transmises, souvent avant l’âge de 7 ans. Manque d’amour, la vie est dure, une fille ceci, un garçon cela…
    Alors c’est beau des gens comme toi et moi et tous les autres qui partagent un peu ou beaucoup de lumière et d’amour avec ceux qui sont seuls dans le noir.

    • Hélène Hug 01/02/2014 at 21:18 - Reply

      Et bien Héloïse, à moi de te dire merci de comprendre à ce point de comment s’installe la confiance en soi d’un enfant.
      Comment combattre ces croyances limitatives inscrites depuis notre plus jeune âge ?
      Toi, moi et les autres,oui c’est beau mais encore bien insuffisant…

      Vois-tu le système éducatif actuel a ses forces mais aussi ses faiblesses… :mrgreen:

      Aux parents d’être vigilent envers leurs enfants et de se battre pour un système éducatif performant 😉 .

      • PureNrgy 03/02/2014 at 21:42 - Reply

        Coucou Hélène,
        Il nécessite une fameuse réforme ce système éducatif 😉
        Si j’avais des enfants, je ne les enverrais surement pas dans une école “traditionnelle”. J’opterais plutôt pour un de ces enseignements “alternatifs” où l’on tient compte de l’unicité de chaque enfant, où la créativité l’emporte sur les règles à suivre et le bourrage de crâne, et où le bien-être fait partie du quotidien. Je disais ça à ma “belle-mère” récemment qui me répond “ah oui, un truc élitiste?” Euh?!

        Pour les croyances: 1/les identifier déjà héhé 2/les libérer mentalement (à l’aide d’un état de conscience modifiée éventuellement 3/les remplacer par des croyances qui nous rendent service. EX: “La vie est dure”, “la vie est souffrance”, “on ne peut compter que sur soi-même”, “les femmes sont faibles”, “être pauvre est une vertu”, etc. => libérer ET substituer 🙂 C’est le + gros chapitre de mon bouquin à venir(Les 7 clés…) et je suis en train de me dire que je devrai peut-être considérer une suite pour ce sujet ou un programme audio explicite.
        C’est (selon moi) le travail le + important que l’on puisse entreprendre sur soi-même, et c’est un long travail qui demande de la constance 😉

        Bon je quitte la toile pour ce soir 😉 Bonne nuit…

        • Hélène Hug 03/02/2014 at 22:29 - Reply

          Bonsoir Héloïse,

          Ton bouquin ? Excuse moi mais j’ai encore loupé une marche, zut encore une entorse. Ça fait mal mais avec du recul…
          J’accueille la nouvelle avec délice. Hum…Hum…Je viens de me délecter d’amandes au miel d’acacia 😀 .
          Faut pas mettre tous les enseignants comme on dit, dans le même panier. L’école publique peut aussi avoir ses avantages en fonction de la qualité des enseignements.

          Pendant quelques années, mon fils en primaire a pu bénéficier d’un enseignement de qualité grâce à un enseignant de grande qualité qui a su faire passer ses valeurs.
          Littéralement scotchée la maman, le soir, quand le fiston rentrait et racontait l’enseignement reçu d’une traite. Quelle mémoire faut dire il avait. Mais c’était sans compter avec la passion de l’enseignant qui n’était autre que le directeur de l’école ou était mon fils.

          Bon allez, j’ai hâte de lire tes 7 clés…

          Bonne création…J’allais dire “sœurette”, bien après tout, nous sommes de la même famille, non 😀 ?

          • PureNrgy 10/02/2014 at 17:45

            (blog remarche)

            Coucou Hélène,

            Tu es comique, j’aime ton sens de l’humour 😉
            Le bouquin est presque terminé (depuis 2 ans LOL) mais les relectures, corrections, etc., demandent du temps que je mets quand je peux. Je vais devoir mettre les mails et le blog un peu en arrière si je veux le publier avant l’été!!!

            Oui, c’est ce que je me suis dit en te lisant: la passion de l’enseignant !
            L’enseignant fait beaucoup!

          • Hélène Hug 10/02/2014 at 18:18

            Avant l’été… Voila c’est fait Éloïse, tu t’es donné un échéance !

            Je te souhaite tout le succès possible que l’on puisse imaginer…espérer…

            L’humour permet de prendre la vie quelque peu en dérision, en somme la vie est courte et le trop sérieux ne paie aucunement, enfin, c’est selon le contexte tout de même….
            Belle soirée !

  5. Pr S. Feye 02/02/2014 at 09:09 - Reply

    N’hésitez pas à venir visiter Schola Nova et d’y puiser tout ce que vous y trouverez d’intéressant.
    Merci pour ce site. Vivat lingua Latina!

    Pr Stéphane Feye
    Schola Nova – Humanités Gréco-Latines et Artistiques
    http://www.scholanova.be
    http://www.concertschola.be
    http://www.liberte-scolaire.com/…/schola-nova

Laissez un commentaire