Comment comprendre autrui en se comprenant mieux soi-même

Accueil - Chroniques de livres - Comment comprendre autrui en se comprenant mieux soi-même

Comment comprendre autrui en se comprenant mieux soi-même

Comment comprendre autrui… Belle métaphore que ce joli conte tiré de l’ouvrage de Jaques Salomé, « Contes à guérir, contes à grandir ». Conte pour illustrer que toute vie est communication et relation faisant en sorte que notre vie soit vivante. Comment comprendre autrui : observez autour de vous, nous ne sommes pas différents de ces vingt-deux petites étoiles. Comment comprendre autrui : que de points communs nous avons ! Je vous invite à les découvrir… L’histoire commence ainsi…

Il était une fois vingt-deux petites étoiles qui s’étaient rendues à un congrès d’étoiles.

Comment comprendre autrui en se comprenant mieux soi-même (ma version)

Ce congrès avait pour thème : « Comment comprendre une autre Etoile en se comprenant mieux soi-même. »

Car il faut vous dire que les étoiles vivaient tellement éloignées les unes des autres qu’il leur étaie difficile de se rencontrer et encore plus de se comprendre. Ce congrès était animé par une étoile proche de la Planète Terre, qui avait beaucoup travaillée sur elle.

Les petites étoiles étaient toutes très excitées à l’idée qu’en buvant quelques gorgées d’un philtre magique, pas plus de trois, elles pourraient à leur tour savoir communiquer.

Se rencontrer et observer pour comment comprendre autrui

Comment comprendre autrui dans le monde des etoiles

Certaines venaient confiantes, d’autres méfiantes et d’autres déjà tout acquises.

En arrivant au premier matin sur les lieux du congrès, les petites étoiles se tenaient bien à distances les unes des autres. Car elles avaient appris dans leur enfance que si une étoile n’avait aucune confiance en elle, une grande catastrophe pouvait de se déclencher.

Quel genre de catastrophe, elles ne le savaient pas, mais cela pouvait être aussi terrible que de perdre son identité, que de s’éteindre, de disparaître dans le noir de l’espace.

Alors bien sagement, elles rentraient leurs genoux et se tenaient bien droites. Il en avait bien quelques-unes, celles qui étaient déjà acquises, qui avaient l’air détendues, qui parlaient de « Ribirth », de « partage de sentiments »,, de « ressentis », de « tripes nouées » aussi, Mis cela restait encore incompréhensible pour la plupart des autres petites étoiles.

Philtre magique pour comment comprendre autrui

Et puis le gourou arriva !

Il offrit quelques sourires aux méfiantes, quelques regards aux confiantes et quelques paroles relationnelles à celles qui entaient déjà conquise… Et le congrès commença.

Oh ! Stupeur, pas de filtre magique, pas de recettes !

Les petites étoiles qui étaient venues avec leur récipient pour recueillir ce philtre se demandant si elles ne s’étaient pas trompées de congrès. De plus, non seulement il n’y avait pas de philtre magique, mais à la surprise générale, ce n’était pas le gourou qui parlait le plus ! C’étaient les petites étoiles !

Certaines parlaient d’elle-même, d’autres avaient d’être un peu sollicitées, d’autres encore avaient besoin d’être poussées, pour aller plus loin vers leur propre lumière.

Faire face à l’inconnu pour comment comprendre autrui

Mais finalement toutes parlèrent. Les petites étoiles furent surprises, touchées, émues, émerveillées, tristes, heureuses, blessées d’entendre toutes ces histoires venues des autres constellations qui de loin leur paraissaient si menaçantes ou si inconnues :

Divorce, Parents, Papa, Maman, Suicide, Amour, Haine, Filiation, Beautés, Laideur, Règles, Incompréhension, Tendresse, Femme, Peinture, Mort, Maladie, Œdipe, Mari, Araignée, Violence, Peur, Enfant… Désir.

Sans paraitre même les avoir écoutées, le gourou amplifia certains mots, relia, prolongea la parole de chacun. Il apparut que toutes ces histoires venues de constellations aussi lointaines, aussi différentes, avaient toutes quelque chose en commun. Les petites étoiles furent sidérées.

Comment comprendre autrui conduit à bien des découvertes inattendues

Elles ne s’étaient jamais rencontrées et toutes leurs histoires avaient des points communs ! Mais lesquels ?

Le gourou paraissait accablé par une telle incompréhension. Cela faisait des années qu’il répandait les rires de la connaissance à travers la galaxie. Il lui semblait que sa tâche ne finirait jamais. Même des étoiles qui avaient lu et même parfois bu ses paroles ne percevaient pas que ce qui il y avait de commun dans l’univers de chaque étoile s’appelait la relation.

Fallait-il se désespérer ? Les petites étoiles, elles, ne désespéraient pas, car chacune avait découvert qu’une petite étoile peut :

*regarder une autre étoile sans devenir aveugle

*toucher une autre étoile sans devenir manchote

*se dévoiler à une autre Etoile sans être condamnée

*chacune avait compris que la tendresse est comme l’oxygène, qu’il y en a partout dans la galaxie des relations et la Voie lactée de la communication….

Elles découvrirent bien d’autres choses encore, qui appartiennent à l’intimité de chaque petite étoile.

Ainsi avançait le congrès.

La vivance du remous dans le comment comprendre autrui

Le temps allait venir ou il fallait quitter cet endroit si bien nommé « le remous », car des remous il y en avait eu.

Certains remous s’étaient même transformes en trou noir, d’autres en tempêtes de météorites et d’autres encore en Voie lactée infinie et calme.

Les petites étoiles étaient bien tristes, car il leur fallait retourner vers leur constellation d’origine et retrouver d’autres Etoiles qui, elles, n’avaient pas vécues tout cela.

Alors pour se donner du courage, elles se promirent de garder le contact, de s’envoyer des clins d’œil d’étoiles, des rires de lumière et surtout de se respecter !

De toutes ces découvertes, chacune dans sa vie en fit un usage diffèrent.

Certaines les gardèrent secrétés au fond de leurs entrailles ou de leur pensées, d’autres préférèrent les oublier, d’autres encore émirent quelques messages dans l’éther intersidéral… et la plupart les partagèrent pour donner plus de vivance à leur vie.

Toutes savaient qu’il était possible de communiquer au-delà de la nuit, au-delà des murs de silence, bien au-delà de l’opacité des peurs. Au-delà aussi des incompréhensions et des violences aveugles.

J’allais oublier de vous dire le plus curieux. A la fin de la rencontre, elles découvrirent que le gourou des étoiles n’en était pas un. Qu’il était simplement un animateur de rencontres. Elles apprirent qu’animer cela veut dire :

« Maintenir la vie vivante »

Conte écrit par Ledoux Violent (alias Jean Martinez)

Voici comment comprendre autrui en maintenant la vie vivante grâce à la communication, l’écoute, la relation à l’autre et à soi. Point besoin de gourou pour instaurer du lien entre soi et les autres. « Maintenir la vie vivante » est un besoin fondamental pour chacun d’entre nous. Comment comprendre autrui : apprendre de soi, apprendre des autres, oser tisser les liens indispensables à notre canevas de vie pour nous sentir vivant et rendre l’autre vivant : regarder, toucher, se dévoiler ne rend ni aveugle, manchot ou condamné à vie par l’autre. « Maintenir la vie vivante ». Saisissez-vous la nuance entre vivre pour vivre et vivre en se sentant vraiment vivant ? Comment comprendre autrui en se comprenant mieux soi-même est un véritable aventure !

6 Commentaires

  1. hannah@technique Tipi 17/05/2014 at 20:01 - Reply

    Très charmant ton petit conte.
    Alors si les étoiles parlent de leurs maris, de
    leur interrogations, de leur souffrance , de la
    mort et de la haine, alors oui nous faisons tous
    partie du même univers!Cela nous rapproche.

    • Helene Hug 17/05/2014 at 20:20 - Reply

      Chère Hannah, n’avons nous pas les mêmes interrogations que ces petites étoiles ?

      C’est le pourquoi de ce partage tant il m’a parlé.

      Avec les étoiles et tout l’univers, nous ne faisons qu’un, donc n’ayons aucune limite dans nos façon de penser et de transmettre nos savoirs.

      Rendez-vous dans un prochain conte ?

  2. sylviane 18/05/2014 at 18:09 - Reply

    Bonjour Hélène

    Je crois réellement (même si ça n’a pas toujours été le cas) que chaque situation, chaque personne que nous rencontrons est là pour nous apprendre quelque chose sur nous-mêmes et quand on se dit TOUJOURS cela les rapports et la communication sont bigrement + faciles et je crois aussi sincèrement tout comme la physique quantique que nous sommes tous reliés les uns aux autres et penser cela donne de la tolérance et de la compréhension envers les autres

    • Helene Hug 18/05/2014 at 18:48 - Reply

      Bonjour Sylviane,

      Oui, la vie nous offre ce magnifique bouquet d’opportunités de rencontres, situations… à nous de savoir les cueillir quand celles-ci s’offrent à nous comme un présent façonné exprès pour nous spécialement.

      En ce sens, le hasard n’existe pas, les connections s’établissent d’elle même pour peut que nous soyons réceptif 😆 Merci Tolérance et Compréhension. Voila deux mots qui viennent de s’inviter dans ma liste d’articles !

      Merci Sylviane 😉 !

  3. Bernadette GILBERT 25/05/2014 at 21:13 - Reply

    Bonjour Hélène,
    Un conte et des étoiles… de quoi me parler en termes de coeur !
    Depuis longtemps maintenant, je pense que chaque situation, chaque personne, chaque événement a son sens. Le chemin de notre vie s’ouvre à nous avec, tout au long de son parcours, des outils pour grandir et avancer. Nous sommes libres de les utiliser ou non, mais plus nous sommes sensibles et attentifs, plus nous avançons rapidement et avec bonheur. Les personnes qui nous sont données de rencontrer sont autant de miroir dans lesquels il nous suffit de nous refaire une beauté…
    A bientôt !

    • Helene Hug 26/05/2014 at 22:15 - Reply

      Bonsoir Bernadette,

      Ouvrir ses sens à ce qui nous entoure nous ouvre la voie du bonheur.
      Oui, tout à un sens dans cet immense univers.La vie nous offre un magnifique panier d’outils ou chacun est libre ou pas de s’en servir.
      Ta dernière phrase est magnifique de sens. Nous attirons ce que nous sommes, j’en suis persuadée. La loi de l’attraction… 😀

      Au plaisir chère Bernadette 😉 ,

Laissez un commentaire