Dynamisme retrouvé en développant votre…

Accueil - Cerveau & Créativité - Dynamisme retrouvé en développant votre…

Dynamisme retrouvé en développant votre…

Dynamisme retrouvé en développant sa personnalité. Selon l’éducation reçue ou le contexte dans lequel vous avez vécu durant votre enfance, vous avez pu développer un sentiment d’infériorité. Si minime qu’il soit, vous cherchez à le compenser et c’est tout à fait humain et normal et c’est même ce qui fait votre force. Savez-vous que le psychologue allemand ADLER, au début de sa carrière tomba par hasard sur une succession de phénomènes. Dont l’observation allait le mettre sur la voie de ses grandes découvertes sur l’esprit humain.

Dynamisme retrouvé en développant sa personnalité, découvertes :

Il découvrit, que suite à des maladies physiques, des patients avaient développé des compensations organiques. Par exemple, sur un patient ayant un poumon affaibli, le deuxième poumon c’était davantage développé comme pour compenser la faiblesse de l’autre.

Poussant plus loin ses investigations, il s’aperçoit qu’en visitant les écoles des beaux-arts, que 70% d’étudiants souffrent de déficiences visuelles plus ou moins graves. Ces étudiants ayant une vague notion de leur inaptitude dès l’enfance, ceux-ci ont effectué un effort pour parvenir à voir mieux que les autres. Ces étudiants ont développé leur esprit d’observation. Ceci pour gouter le plaisir de voir bien plus grand que ce que nous pouvons imaginer.

Dynamisme retrouvé avec Napoléon

Continuant ses recherches, ADLER découvre que : MANET avait un  grave astigmatisme. MATEJKO, LENBACH étaient myope. Et de citer : DARWIN, CHOPIN, WAGNER, ARISTOTE, NAPOLEON, pour n’en citer que quelques-uns. Ces hommes ont été modelés dans le sens d’une compensation de leur déficience pour compenser leur petite taille. La recherche de la gloire militaire était comme une  revanche sur leur petite taille.

SOCRATE, MIRABEAU, VOLTAIRE, chétifs avortons dans leurs jeunesses, ces hommes ont acquis des capacités supérieures. Toutes consécutives à leur œuvre de volonté et de puissance intérieure. L’humanité aurait-elle besoin comme point de départ  pour faire un bond en avant, d’être confrontée à un obstacle ?

Chacun de nous ne pouvant supporter le sentiment d’infériorité, nous sommes tous pousser à agir dans le sens de nous dépasser. Ceci pour compenser notre manque. Ce sentiment d’infériorité n’est pas toujours admis. Mais est cependant indispensable dans notre évolution et pour un dynamisme retrouvé et pour nous aider à nous dépasser.

 Dynamisme retrouvé en développant votre personnalité

 C’est possible en acceptant ce que vous êtes et en faisant confiance en vos forces intérieures. Deux notions sont à prendre en compte dans votre ressentit d’infériorité. Le contexte qui vous entoure et/ou le sentiment que vous vous êtes créé. Quoi qu’il en soit, d’une faiblesse, peu naître une véritable force vous propulsant vers des sommets inespérés. N’importe quelle faiblesse physique ou de « situation », peut vous aider à développer un don. C’est à dire une capacité hors du commun avec un dynamisme retrouvé pour votre plus grand plaisir.

Dynamisme retrouvé en développant votre personnalité et en rebondissant

Dynamisme retrouvé

Une anecdote ? Allez une toute petite, vraiment petite… Je vous raconte… gamine, j’ai dû développer une ouïe que je qualifierai d’extraordinaire. Comportement dit de survie pour m’adapter à certaines situations compliquées dans un milieu familial difficile. Ce qui m’a valu dans un autre contexte plus favorable   l’observation que j’avais l’ouïe fine.  J’entendais au travers des murs et l’on pouvait absolument rien me cacher. (Avantage ou désavantage ?) Un obstacle pour vivre ou survivre ?

Il y a des forces de la nature qui savent nous montrer leurs capacités à vaincre quelques soient les conditions. Message d’espoir pour tous quoiqu’il arrive. Dynamisme retrouvé malgré les épreuves…ou grâces aux  épreuves. Et vous avez-vous des anecdotes confirmant cette force vous redonnant un dynamisme retrouvé vous propulsant vers ce qui était impossible ?

8 Commentaires

  1. Stéphane 28/12/2013 at 14:21 - Reply

    Excellent article. Je suis passionné de l’histoire de la pensée humaine et votre article m’intéresse beaucoup.je veux juste dire un gros merci pour ce partage.
    bonne continuation.

    • Hélène Hug 28/12/2013 at 15:13 - Reply

      Bonjour Stéphane,

      je vous souhaite la bienvenue sur ce blog.

      “L’histoire de la pensée humaine”…vaste, très vaste sujet.

      Merci pour cette visite et vous dit à bientôt.

  2. charlotte 29/12/2013 at 17:41 - Reply

    Bonjour Hélène,

    Il y a beaucoup à apprendre sur les sentiments d’infériorité, qu’ils soient physique ou autres. On peut se surpasser pour vaincre ce sentiment d’infériorité.
    Le docteur Adler applique ses principes à l’éducation et développe sa théorie où il définit le ” complexe d’infériorité ” et reconnait l’importance du lien social dans le développement de l’être humain.
    Article très intéressant. Merci Hélène

    • Hélène Hug 29/12/2013 at 18:06 - Reply

      Bonjour Charlotte,

      Vois-tu je suis bien consciente de n’avoir qu’effleuré le sujet.
      Les sentiments d’infériorités (physiques ou autres comme tu le dis) ont des causes multiples qui prennent racine dans l’éducation, de la vision que l’on se fait de la “normalité”.

      Si un sentiment d’infériorité nous pousse à nous dépasser, c’et bien mais ci celui-ci détruit une vie, alors ça devient plus problématique.

      D’où, effectivement, l’importance du lien social dés la petite enfance.

      je vais me sentir obliger de suivre cette réflexion dans un autre article… 😀

      Ce n’est pas pour me déplaire 😉

      Merci pour à toi Charlotte,

  3. sylviane 30/12/2013 at 09:12 - Reply

    Bonjour Hélène

    Il faut savoir aussi que lorsque nous sommes affectés par un AVC ou autre problème cardio-vasculaire qui nous laisse handicapés, la plasticité de notre cerveau est telle qu’il arrive à se réadapter pour prendre le relais des parties endommagées et même jusqu’à notre mort nous pouvons améliorer mémoire et autres capacités d’apprentissage c’est pourquoi aussi qu’il est totalement faux de dire que notre mémoire fiche le camp avec l’âge.

    Merci pour cet article fouillé et Adler en particulier personnage moins connu par le public que Jung ou Freud mais qui a eu une importance essentielle dans l’avancée de la psychologie

    • Hélène Hug 30/12/2013 at 19:19 - Reply

      Bonsoir Sylviane,

      Adler est moins connu du grand public, certes au point que personne ne m’a alerté que je n’avais pas mis la bonne photo, c’est corrigé. Même moi, l’ayant quasi jamais vu en photo, je n’y ai pas prêté attention. (pour ceux qui se souvienne de la photo, c’était celle de Jacob Pavlovitch Adler,acteur de théâtre russe)Pas le même bonhomme non ?

      Adler à travaillé avec Freud avec lequel il s’est séparé par la suite prenant chacun des voies différentes dans leurs recherches.

      Tout à fait d’accord pour confirmer qu’il est faux, mais alors totalement faux, de penser que la mémoire fiche le camp avec l’âge. Au contraire, plus nous faisons travailler celle-ci et plus elle se développe.
      Je le confirme, il fut un temps ou j’avais un carnet et un crayon toujours avec moi sur mon lieu de travail, faut dire que les sollicitations sont multiples….A l’infini parfois, et bien face à cette situation, plus besoin de noter, je constate que ma mémoire s’est développée mais il est nécessaire de se concentrer a chaque information reçue pour qu’elle s’imprime. A tête reposée, tout reviens, c’est comme un ordinateur qui a tout imprimé et fidèle, il me restitue tout fidèlement !
      La plasticité du cerveau est formidable, tout est possible…Bon je te laisse sinon j’y suis encore demain…Demain ? Mais c’est le dernier jour de l’année !

      Je te le souhaite joyeux avec pleins de promesses pour 2014.

  4. Jean-Luc (de Moralotop) 30/12/2013 at 17:11 - Reply

    J’ai pris plaisir à lire ton bel article Hélène.

    Beaucoup découvrent, ou comprennent trop tard, que leur infériorité supposée n’était pas fondée, pourtant elle a été un handicap pendant toute leur vie.

    Les épreuves sont souvent de précieux stimulants au sens où elles permettent d’acquérir de la considération pour soi-même.

    Quoi qu’il en soit, s’appuyer sur une faiblesse pour, soit la corriger, soit développer une force parallèle ou compensatrice, est pertinent.

    Bref, quelque soit le contexte, ayez confiance… en vous, voilà le meilleur moyen de triompher de l’adversité et du sentiment d’infériorité attaché !

    • Hélène Hug 30/12/2013 at 19:33 - Reply

      Bonsoir Jean-Luc,

      Tu souligne un point important sur le fait que beaucoup découvre que leur infériorité (ou force ?, là ça ma chatouille…)n’était pas fondée. Pour ceux qui prennent conscience de leur soi-disant “infériorité”, c’est une chance de s’apercevoir qu’elle peut se transformer en force.

      les épreuves peuvent être un formidable tremplin pour ceux qui savent utiliser ces “opportunités” pour construire ou renforcer la confiance en soi.

      Les épreuves : stimulants ? Oui, c’est le carburant pour avancer et se dépasser. Alors, en avant ! Tu as raison jean-Luc, c’est ainsi que la confiance en soit prend forme et prend place en notre être tel le chêne avec ses racines en terre, un chêne, c’est solide !

Laissez un commentaire