Ralentir pour réussir à 1,3 million de vies

Home/Cerveau & Créativité, Éducation & enseignement/Ralentir pour réussir à 1,3 million de vies

Ralentir pour réussir à 1,3 million de vies

Ralentir pour réussir, véritable paradoxe, les idées s’entrechoquent. On associe souvent la réussite à la vitesse, à la performance, pourquoi ? Cette idée reçue est complètement fausse et archi fausse. Tant pis si je dérange, telle est mon opinion.

« Une sage lenteur à raison de la hâte. »

Théognis de Mégare

Ralentir pour réussir peut sauver votre peau et celle des autres, ou d’une personne qui vous est très chère, qu’en pensez-vous ? En quelles occasions avez-vous accéléré ou ralenti pour votre survie ? Deux fléaux de notre société actuelle nous font courir de graves dangers. Il est temps de ralentir pour réussir à sauver des vies.

Attachez vos ceintures et ralentissez, ou accélérez… sans ceinture, selon votre envie de ralentir ou d’accélérer, voulez-vous ralentir pour réussir à sauver votre vie et celles des autres ? Quel choix faites-vous… ?

Événement : voici la 82éme édition du festival

« A la croisée des blogs »,  organisé par Alexandre du blog C’éclair

L’été est chaud ! Que du lourd à se mettre sous la dent, ou plutôt à mettre dans sa valise pour ceux qui prennent des vacances. Quels veinards vous faites de lire au frais en sirotant une boisson glacée.

Mais tout d’abord, je vous demande une faveur, c’est lire en priorité cet article studieux que je vous offre pour vos vacances.

Prenez votre temps pour méditer sur ces deux fléaux, que ce temps vous soit favorable pour acquérir de nouveaux comportements si besoin et contribuer ainsi à sauver des vies.

Ralentir pour réussir : pourquoi et en quoi ?

« La lenteur arrive souvent au but, la précipitation s’empêtre en chemin. »

Louis Joseph Mabire

ralentir avant le stop

Prenons l’exemple d’un panneau routier vous informant d’une limitation de vitesse. Ce panneau à sa raison d’être, ce n’est pas pour faire beau, ce n’est pas un caprice planté pour distraire. Respectez-vous la limitation de vitesse que vous indique ce panneau ?

Mon intention n’est pas de faire la morale mais simplement d’éveiller votre conscience sur le pourquoi de l’action « RALENTIR », nécessaire en certaines circonstances. Combien d’accidents routiers auraient pu être évité si chacun respectait les limitations de vitesse ?

A cause d’un chauffard qui n’a pas ralenti et grillant un stop, une de mes belle-sœur a perdu la vie. Ce fait remonte, mais pourtant, il reste dans mon esprit c’est comme si c’était hier. Imaginez-vous transformé en chauffard (je dirais plus en criminel), de quel droit décidons-nous d’ôter la vie et de briser une famille ?

Récemment, un PV est arrivé dans ma boite aux lettres : j’avais dépassé de quelques (5) KM la vitesse autorisée sur une route que j’emprunte chaque jour.

Sur cette route, justement, un panneau annonçant qu’un enfant avait été tué par un chauffard réveille ma réflexion. Je prends ce PV comme un rappel à l’ordre m’incitant à plus de prudence. Car moi aussi je peux être une meurtrière.

Ralentir pour réussir à sauver des vies, la vôtre, celles des autres

Cet exemple est disposable dans la vie de chacun, quel que soit ses centres d’activité. Ralentir en voiture, ralentir dans sa vie, ralentir son rythme de travail, ralentir sa pensée (je pense à l’éloge de la lenteur).

Voilà qui vient bien à propos, voici un extrait d’un article, publié sur mon blog en octobre 2013 et toujours d’actualité de par sa pertinence : « Mais pour ce qui est de perdre son temps à lire Jonathan le goéland là je ne suis pas d’accord : Cela n’est pas du tout perdre son temps que de le lire et puis prendre son temps est parfois aussi une manière d’obtenir plus d’efficacité.

Alors mettons un peu le frein à cette maladie de notre siècle, de la vitesse absolue comme seul critère,  nous empêchant de goûter la vie qui nous entoure. A cela je te réponds en t’invitant  à lire, « L’éloge de la lenteur » de P. Sansonnet pour qui je cite:

« La lenteur, c’était à mes yeux, la tendresse, le respect, la grâce dont les hommes et les éléments sont parfois capables. »

 C’est beau non? Je cite encore :

« Pour ma part, je me suis promis de vivre lentement, religieusement, attentivement, toutes les saisons et les âges de mon existence ».

Et si nous en faisions notre philosophie ?  Il y aurait peut-être moins de profit mercantile, mais la qualité d’une vie ça vaut combien?…

1er fléau : Ralentir pour sauver 1,3 million de vies : chiffres

La lenteur vaut son pesant d’or. Ralentir est urgent. La vitesse est un fléau qui coute cher. Allez-vous lever le pied sur les routes ?

la police sur les lieux de l'accident

D’après l’OMS : Chaque année, près de 1,14 million de personnes décèdent dans un accident de la route et 20 à 50 millions d’autres sont blessées, parfois même handicapées.

Il existe un lien direct entre l’augmentation de la vitesse moyenne et la probabilité et la gravité d’un accident. En outre :

  • les chances de survie d’un piéton heurté par une voiture sont plus grandes si celle-ci roule à 30 km/h ou à une vitesse inférieure;
  • l’aménagement de zones où la vitesse est limitée à 30 km/h réduit le risque d’accident et est recommandé là où il y a beaucoup d’usagers vulnérables (p. ex. zones résidentielles, abords d’écoles);
  • la baisse de la vitesse moyenne diminue le nombre d’accidents mais a aussi d’autres effets positifs sur la santé (p. ex. une atténuation des problèmes respiratoires liés aux gaz d’échappement).

Quelles sont les principales causes d’accidents ?

  • Comme en France, on retrouve en première position les excès de vitesse.
  • On ne le répétera jamais assez, mais les excès de vitesse sont un facteur aggravant pour tous les accidents.
  • Il n’y a que 59 pays dans le monde qui ont des limitations de vitesse inférieure ou égale à 50 km/h.

2ème fléau : Burn-out : ralentir pour réussir à sauver sa peau

Information données par le journal du Conseil économique et social 

Le terme est apparu pour la première fois dans une étude de psychologie en 1969.

Il sera repris quelques années plus tard par le Docteur Herbert Freundeberger, psychiatre et psychothérapeute américain, dans une publication scientifique intitulée « staff burnout ».

Définition burn-out (angl. « to burn out » = « cuit ») : terme générique désignant un état de fatigue émotionnel, mental et physique caractérisé d’un manque de motivation et de performance après des mois ou voire des années de surmenage, de surenchère, c’est un cercle vicieux.

Si vous souhaitez en savoir davantage sur ce qu’est le burn-out, vous pouvez avoir accès au dossier complet, sous forme de PDF, du 10ème numéro du journal de Conseil économique et social (mars 2013)

Quelques chiffres édités par le monde économique du 22 janvier 2014

 

Ralentir pour réussir à lire ce qui suit pourrait vous donner envie de reconsidérer vos rythmes de travail et ainsi vous sauver la vie. Pas facile pour certaines professions, mais perdre la santé vous amène à ralentir par la force. Le burn-out, un signal d’alarme géant ?

  • Plus de 3 millions d’actifs ont un risque élevé de faire un burn-out, selon une étude publiée mercredi 22 janvier par le cabinet Technologia.
  • A l’occasion de cette étude, ce cabinet de prévention des risques professionnels lance un appel pour la reconnaissance par les autorités de ce syndrome d’épuisement professionnel.
  • Technologia s’est fondé sur un sondage mené auprès de 1 000 actifs. Il en ressort que 12,6 % d’entre eux encourent un burn-out, ce qui, rapporté à l’ensemble de la population, porte le nombre de personnes concernées à 3,2 millions d’actifs.

Le cabinet d’experts, qui est notamment intervenu chez France Télécom après la vague de suicides de 2008-2009, relève que le risque de burn-out, caractérisé par un travail excessif et compulsif, est particulièrement élevé chez :

  • Les agriculteurs (23,5 %),
  • Devant les artisans, commerçants et chefs d’entreprise (19,7 %)
  • Les cadres (19 %).
  • Viennent ensuite les ouvriers (13,2 %),
  • Les professions intermédiaires (9,8 %)
  • Les employés (6,8 %).

Vous pouvez lire la suite de cette enquête sur le monde économie

 

Savoir prendre le temps d'écouter Deux fléaux alertant sur la nécessité de ralentir pour réussir à sauver sa vie et celles des autres. Plomber vos vacances n’est pas mon intention. Tout va très vite, nous manquons de temps pour nous poser, pour réfléchir au sens de nos vies. Courir sans cesse est épuisant. Appuyer sur le champignon tue des vies dont la sienne.

La course à la performance envers et contre tout mène au burn-out. Je ralentie à l’instant, mes doigts se sont suffisamment agité sur le clavier. Ralentir pour réussir à saisir ce qui est essentiel : respect des valeurs humaines et de la vie, respect envers soi et de ses rythmes… Tout un programme. Ai-je eu raison d’aborder ces deux fléaux ? Merci de laisser ici vos recettes de « Ralentir pour réussir »… ce que vous voulez, le choix vous appartient.


Veux-tu découvrir le Phoenix qui est en toi ?


« Ton parcours très inspirant me pousse à dépasser mes propres limites. Un outil narratif ludique et efficace, sous forme de métaphores, pour redonner confiance et du sens à son parcours. » Eve, de Colmar.

Indique simplement tes coordonnées ci-dessous pour recevoir gratuitement ce guide :

Tes données sont confidentielles et sont enregistrées au près de la CNIL sous le n° 1957258


Par | 2016-07-19T20:52:13+02:00 juillet 17th, 2015|Cerveau & Créativité, Éducation & enseignement|11 Commentaires

Écrit par : :

11 Commentaires

  1. Jean-Luc Hudry 18/07/2015 at 07:38 - Reply

    Le burn out est une belle illustration de la différence de résistance entre les personnes car certains en souffrent quand d’autres, pourtant bien plus occupés et engagés, ne le verront jamais.

    Alors surgit une donnée fondamentale à laquelle s’intéresser : la motivation et l’intérêt des gens pour ce qu’ils font et ce qu’ils sont.

    Vaste débat… qui me passionne !
    Jean-Luc Hudry Articles récents…Réussir : l’escargot et la FerrariMy Profile

    • Helene Hug 22/07/2015 at 17:54 - Reply

      Bonjour Jean-Luc,

      La motivation et l’intérêt pour tout ce qui nous passionne dans la vie est une belle antidote au burn-out. Nous en revenons à la chose essentielle : être en harmonie avec soi, avec sa mission de vie.
      En arriver au burn-out, ne serait-ce pas pour certain, une fuite ? Un signal pour nous dire que nous ne sommes pas sur la bonne route ? Cette idée renvoie à ta première phrase ci-dessus : « Le burn out est une belle illustration de la différence de résistance entre les personnes car certains en souffrent quand d’autres, pourtant bien plus occupés et engagés, ne le verront jamais. »

      Plus que passionnant… 😉 !
      Helene Hug Articles récents…Ralentir pour réussir à sauver 1,3 million de viesMy Profile

  2. Jordane - Osez Briller 20/07/2015 at 21:57 - Reply

    Jean-Luc relève un point intéressant, il y a malheureusement beaucoup de personnes qui pensent que c’est la loi du plus rapide, ce qui n’est pas totalement faux mais la rapidité réfléchie et organisée…
    Jordane – Osez Briller Articles récents…40 manières de lâcher prise et de se libérer de la douleurMy Profile

    • Helene Hug 22/07/2015 at 17:59 - Reply

      Bonjour Jordane,

      Bienvenue et merci pour ta sympathique visite.
      Ralentir est nécessaire rien que pour l’action de prendre le temps de se poser les bonnes questions. Ceci pour éviter de courir comme un dératé et d’aller droit dans le mur. Le burn-out pourrait alors ici, pointer son nez… 😉 !
      Helene Hug Articles récents…Ralentir pour réussir à sauver 1,3 million de viesMy Profile

  3. hannah@techniqueTipi 22/07/2015 at 22:24 - Reply

    Bonjour Hélène,
    Ralentir, c’est le bon moment…
    Je suis persuadée que le burn out n’est pas
    qu’une surdose de travail.
    C’est souvent l’occasion de s’arrêter afin de se
    réaligner afin de retrouver tranquillement
    un travail qui nourrit l’âme et dans
    lequel on peut exprimer quelque chose de soi authentique.
    En faire trop vient souvent d’un embrigadement de l’enfance
    où nous avons préféré faire pour l’autre ou les autres afin
    de récupérer quelques miettes d’amour et de reconnaissance.
    hannah@techniqueTipi Articles récents…Et si la procrastination était un outil de gestion du stress ?My Profile

    • Helene Hug 25/07/2015 at 20:31 - Reply

      Bonjour Hannah,
      Oui…Oui, le burn-out est le signal d’alarme nous indiquant qu’une pose est nécessaire.
      Embrigadement de l’enfance ? Tiens… tiens tu mets le doigt sur quelque chose qui me parle à l’instant mais qui m’avait échappé.
      Aller jusqu’à l’épuisement est aussi un acte de réparation pour comme tu le soulignes :
      « …préféré faire pour l’autre ou les autres afin
      de récupérer quelques miettes d’amour et de reconnaissance. »
      Génial comme toujours ce que ton « œil de lynx » (ton expertise) nous pointe pour permettre à chacun d’avancer.
      Merci Hannah,
      Helene Hug Articles récents…Ralentir pour réussir à sauver 1,3 million de viesMy Profile

  4. Bonjour Hélène,
    Et bien je ne suis pas totalement d’accord avec toi. J’ai eu une moto et j’ai fait de nombreux kilomètres à des vitesses que tu n’imagines pas. En voiture aussi j’avais l’habitude de rouler vite et j’étais très concentrée et attentive à ce que je faisais car ça allait vite. Lorsque l’on roule en vitesse de croisière entre 190 et 220 on ne peut pas être distrait. J’ai souvent roulé lors de week-end avec les gendarmes parisiens que je côtoyais par mon travail.
    Depuis que les vitesses sont limitées je rêvasse et je n’ai pas la même attention que celle j’avais avant. D’ailleurs j’ai abandonné la moto pour raison de santé mais surtout parce que je n’ai pas envie de me priver du plaisir de rouler vite lorsque c’est POSSIBLE.
    Je pense que si je roulais encore en moto, je n’aurais plus de permis. En voiture j’arrive ralentir car le plaisir n’est pas le même.
    J’ai donc ralenti mais pas pour éviter les accidents mais par obligation.
    La vitesse n’est dangereuse que lorsque l’on ne la maitrise pas. Malheureusement c’est le cas de beaucoup. Je ne me suis jamais prise pour Fangio, d’ailleurs je n’ai jamais eu d’accident et je ne compte pas en avoir à par à Paris des accrochages lorsque je conduisais les bus.
    Le sujet méritait d’être traité dans cette croisée des blogs.
    Belle et douce journée.
    Danièle
    Danièle de Forme et bien-être Articles récents…Boire des jus de légumes frais améliore la santéMy Profile

    • Helene Hug 25/07/2015 at 20:34 - Reply

      Bonjour Danièle,
      Pas d’accord avec moi ? Je l’accepte !
      La vitesse bien maitrisée en des endroits appropriés, suis d’accord.
      Je me mets à ta place et sans doute j’aurais eu la même attitude si l’occasion s’était présentée.
      Tu m’as fait rire et me suis imaginée, toi au volant comme sur un circuit de course.
      Pour avoir constaté « l’aspect chauffard » avec ses conséquences malheureuses, je ne peux que vanter « Dame Prudence ».
      Ton côté « casse coup » ressemble au mien et je le comprends.
      Tout le monde ne possède pas ta sagesse.
      Tu arrive quand en moto 😉 ?
      Helene Hug Articles récents…Ralentir pour réussir à sauver 1,3 million de viesMy Profile

  5. Paul 25/07/2015 at 12:47 - Reply

    Merci Hélène pour ce bel article!

    Prendre son temps de vivre et de jouir de son existence, en voilà une belle et saine proposition! Cela semble logique et recommandable, n’est-ce pas? Quelle personne sensée préférerait vivre dans un état de stress permanent?

    Et pourtant combien de gens vivent leur quotidien « à toute vitesse » en prenant non seulement des risques inconsidérés (s’exposant à des dangers pour soi et les autres), mais également en étant absents aux miracles quotidiens de la vie, totalement absorbés qu’ils sont par la prochaine chose à faire (rapidement!!!!) sur leur longue (et interminable) « todo list ».

    C’est triste, mais c’est ainsi que vivent la plupart des gens dans cette société qui est la nôtre.

    La solution? Accepter de ralentir et de « prendre son temps », comme cela est si bien expliqué dans le présent article.

    Comment concrètement arrêter de s’imposer inutilement du stress et rester piégé dans le paradigme du « toujours plus et toujours plus vite »? J’ai écrit un article à ce sujet, qui fournit 10 suggestions pratiques permettant d’avancer vers une vie plus saine et sereine: http://secretsdusucces.com/10-conseils-pour-sortir-dun-systeme-durgence-et-de-stress/
    Paul Articles récents…Le Pouvoir de se créer une vie harmonieuse et emplie de succès (selon Wayne Dyer)_Partie 7My Profile

    • Helene Hug 25/07/2015 at 21:08 - Reply

      Bienvenue Paul et merci pour ta visite !

      Tes 10 conseils sont effectivement un début de piste à suivre pour celui se sentant un peu perdu sur le chemin.
      La société actuelle ne cesse de nous pousser à la vitesse. Combien sommes nous à vouloir justement ralentir pour reprendre souffle ?
      La vitesse qui nous ait imposée nous asphyxie dans ce que nous avons de meilleur en nous : notre libre arbitre, notre intuition, ce que notre cœur est censé nous dicter.
      Restons vigilent pour rester connecter à ce qui est essentiel pour chacun d’entre nous : notre centre, avec ses valeurs, ses priorités, ce qui permet de nous sentir vraiment vivant avec l’envie de partager, de se connecter à soi et à l’autre.
      Waouh… CONNECTER : un terme que je semble apprécier. Ben oui… A chacun de me dire à quoi ce terme le renvoie avant que j’inonde ma prose sur le sujet.
      Merci Paul 😉 !
      Helene Hug Articles récents…Ralentir pour réussir à sauver 1,3 million de viesMy Profile

  6. Un torrent de lenteur ! 28/07/2015 at 06:30 - Reply

    […] Ralentir pour réussir à sauver 1.3 milion de vies par Helene Hug […]

Laissez un commentaire

Cliquez ici pour que dernier article apparraisse

Comment une grosse galère m’a permis de découvrir une méthode en trois leçons pour sortir la tête de l’eau et prendre mon envol face à mes difficultés, et comment toi aussi tu peux l’appliquer pour enfin être à la hauteur de ton potentiel...

Le Saint-Graal-pour-se-sentir-pousser-des-ailes
« Ton parcours très inspirant me pousse à dépasser mes propres limites. Un outil narratif ludique et efficace, sous forme de métaphores, pour redonner confiance et du sens à son parcours. » Eve, de Colmar.
  •   La fatalité n'existe pas, prends ton destin en main,
  •   Tu as le pouvoir de changer ta vie
  •   Développe ta puissance intérieure maintenant !

Indique simplement tes coordonnées ci-dessous pour recevoir gratuitement ce guide :

Tes données sont confidentielles et sont enregistrées au près de la CNIL sous le n° 1957258

x