Vilain canard transformé en James Bond

Accueil - Résilience - Vilain canard transformé en James Bond

Vilain canard transformé en James Bond

Vilain canard part en croisade, pourquoi transformé en James Bond ? Il faut une force sortant du commun pour comprendre et survivre au rejet de l’amour maternel. D’une seule traite je tente t’expliquer comment faire pour que la vie ne devienne pas un enfer mais une possibilité de déployer toutes les astuces possibles pour ne pas être dévoré par cette haine destructive ou plutôt cette souffrance, là je suis gentille ou peut-être réaliste ?

Non, ce sont mes outils de pardon, mettre des mots sur des maux, ce n’est pas si mal et pouvoir le faire, c’est un acte formidable. Et bienheureux celui qui peut s’approprier cet outil. Quels autres outils encore pour vilain canard transformé en James Bond ?

Voir en toutes choses le côté positif en puisant sans cesse en soi cette force venue d’ailleurs. Tel James Bond dans sa voiture aux gadgets sophistiqués, déployer des stratégies pour détourner le danger survenant telles des flèches reçues en plein cœur vous anesthésiant vos facultés de raisonnement et vos capacités de résistances aux douleurs multiples. Vous ne pouvez pas imaginer toute l’énergie nécessaire pour lutter et ne pas mourir. Car oui, certains en meurt hélas, faute d’avoir eu assez de forces pour résister.

Ca vous dit de continuer ? Le tableau n’est pas rose mais réaliste et exposé avec simplicité.

Vilain canard se fâche et s’exprime :

Vilain canard en recherche de sa famillePourquoi devrait-on attendre l’approbation de l’autre pour vivre ? Quel bagage avons-nous à la naissance pour être reconnu, qui sommes-nous ? Que veut dire être reconnu ? Quelle place nous est–il attribuée à notre naissance ? Enfant imposé, enfant attendu ? C’est à dire Enfant reconnu avec amour ou Enfant reconnu par obligation ? Pas de reconnaissance pour vilain canard.

Prend-on toujours la pleine mesure de l’engagement lors de la conception d’un enfant ? Vilain canard vous avez dit ? Pourquoi mettre des enfants au monde ? Par plaisir de procréer, de dire je l’ai fait, le plaisir d’entendre « quelle belle famille ». Faire des enfants pour soi ou faire des enfants pour les aimer d’un amour inconditionnel. Faire des enfants pour soi comme une propriété, c’est à moi, j’en fais ce que je veux, je les torture, je les aime si je veux, je les élève à mon image, je les rejette, je les façonne comme je l’entends. Le respect de l’humain passe en second plan, ce n’est pas important, je peux jeter aussi, faire souffrir, haïr puisque celui-là ne correspond pas à l’image de ce que m’en faisais, quel vilain canard celui-ci !

Le vilain canard à trouvé une famille et pas n’importe laquelle !

Oui, quel vilain canard, mais non quel magnifique canard !

Vilain canard trouve une nouvelle familleComment peux-ton haïr un enfant, ah oui ce vilain canard qui a pointé son nez, au point de le faire souffrir et en souhaiter sa mort en le rejetant, en le reniant ? Renier sa propre chair et celle du géniteur ? Conçu probablement dans l’amour mais non avec amour, cet être en devenir à déjà sa voie tracée, il n’a rien demandé ce vilain canard, lors de sa venue au monde, il peut forcer l’admiration ou déjà générer de la haine selon son sexe, sa couleur de cheveux, haine même inconsciente au premier abord, déjà il est catalogué, mis sur des rails, le destin se met en route. Né Fille ?

Catastrophe ! Et brune de surcroît ! Quelle abomination ! Ah décidément, c’est vraiment un vilain canard et pas le seul de la famille de surcroît ! James Bond a beaucoup à faire pour juguler tout ce mal, cette souffrance, avec ses outils de pointe : pardon à soi et à l’autre, résilience, compréhension, amour, l’adieu à l’autre qui n’a pas survécu, l’empathie à celui qui souffre encore… Vilain canard transformé en James Bond vous a exposé un coin de son jardin secret, une pointe de l’iceberg sur le sujet de l’enfance maltraitée. Le pavé est lâché, j’aurai l’occasion d’y revenir sans nul doute. Si le sujet vous intéresse, faites le moi savoir, en attendant exprimez-vous avec réalisme ou humour, votre avis est important et  m’intéresse.

2016-08-18T12:23:59+00:00 Par |Categories: Résilience|Tags: , , , , |16 Commentaires

16 Commentaires

  1. Tarik 16/12/2013 at 10:41 - Reply

    Bonjour Hélène,
    Très mignon ce petit dessin animé 😀
    Alors, comme ça, on dévoile un peu de soi ?
    Il est vrai que c’est intéressant et constructif de pouvoir mettre des mots sur des maux.
    Tarik

    • Hélène Hug 16/12/2013 at 18:27 - Reply

      Bonjour Tarik,

      Un peu de douceur est nécessaire dans un monde de brutes, n’est-ce pas 😀 ?
      Dévoiler un peu de ma personne, je n’avais pas fais attention à ce détail… 😆

      Dire les choses comme elles sont est mieux pour tout le monde. Le vernis ne tient jamais longtemps. L’authenticité, quant à elle est mère de sureté dans la relation de confiance.

      Merci de ta visite,

  2. Marie 16/12/2013 at 11:51 - Reply

    Bonjour Hélène, canard joyeux ?

    La photo du petit canard jaune devant la troupe de petits noirs est belle et drôle.

    La situation que tu décris est évidemment extrême, heureusement, mais le problème que tu poses est le même pour la majorité des gens : pourquoi fait-on des enfants ?
    Je crois que les vraies raisons ne sont jamais regardées en face.
    On s’en garde bien.

    Chacun trouve ses raisons, qui se rejoignent en fait comme tu le dis, dans le besoin de faire comme tout le monde, d’être intégré à un modèle social avec tout ce qui va avec.
    On en revient toujours à une satisfaction égotique. Il me ressemble, je vais lui donner ce que je n’ai pas eu, etc. Les rendre heureux et tout et tout. Quelle nourriture idéale pour l’égo.

    Résultat : des populations noyées depuis une éternité dans des souffrances en tous genres.
    Au vu du nombre de cabinets de psy de toutes sortes, fréquentés par des enfants en plus de plus en plus jeunes, ils ont été rendus heureux c’est évident ! Et reproduisent encore et encore le même schéma.

    Donc il doit y avoir erreur quelque part…quelque chose à changer.
    Mais bravo encore à toi.

    Amitiés.
    Marie.

    • Hélène Hug 16/12/2013 at 19:32 - Reply

      Bonjour Marie,

      Heureuse que tu apprécie le canard jaune avec les noirs. Un peu de légèreté adoucit des propos sans doute extrêmes comme tu le dis mais qui ont existé ou existe encore et existera toujours.

      Sommes nous tous fait pour être parents ? La question est peut-être là.
      Avoir réglé tous ses conflits intérieurs serait l’idéal avant d’être parent.

      Un peu d’humour 😆 : passer un examen à points (comme le permis) d’aptitude pour le métier de parents…Tu imagine la suite ?

      Si tout était parfait (on peut rêver), que deviendrait tous ces cabinets de psys ? M’enfin, tu n’y pense pas ! :mrgreen: Et l’économie du pays alors ?

      Imagine : plus de psy, plus d’hôpitaux avec ses maladies et ses drames…Si tu savais combien de fois j’y ai pensé ! Quelque chose à changer ? C’est pas pour demain…Chercher l’erreur, oui, c’est comme tout ce que l’on cherche à nous faire avaler, bon là c’est ton domaine et ce n’est pas ici que je vais en débattre.

      Amicalement,

  3. Marie 16/12/2013 at 19:58 - Reply

    Bonsoir Hélène,

    Non, je ne trouvais pas tes propos extrêmes, mais les faits eux-mêmes.
    Je sais trop bien que tout cela existe.

    On peut pardonner, sans oublier pour autant, parce qu’il faut bien survivre.
    Les Hindous considèrent que l’âme des enfants choisit de s’incarner par tels ou tels parents.
    Tu imagines ? Difficile alors de dire que l’on ne choisit pas ses parents.

    Régler ses conflits intérieurs avant d’enfanter, c’est exactement ce que je pense.
    Mais qui veut que les gens y parviennent ? En soient conscients ?

    Bonne soirée à toi.
    Amicalement.
    Marie.

  4. Hélène Hug 16/12/2013 at 20:56 - Reply

    Ah là Marie tu gagne un point.

    Je n’avais pas cette notion concernant la culture des Hindous.

    Si je résume : un exemple seulement bien sur, je me suis incarnée dans ma mère qui moi-même suis incarnée dans mon fils…oh là…je tricote dans le mauvais sens…

    Bon je comprend ce tu dis en ayant des difficultés de visualisation de la situation.

    Je suis en paix concernant ma progéniture, celui-ci est heureux, a réussi sa vie…La chaîne est enfin brisée, un autre scénario est en route…Surement inscrit dans les astres.

    Merci pour ton ouverture d’esprit élargissant la mienne, sois-en assurée.

    Adieu banalités, je te remercie sincèrement pour tes avis sincères.

    Amicalement,

  5. Marie 28/12/2013 at 18:09 - Reply

    Bonsoir Hélène,

    Je m’occupe enfin de mes comptes TW et FB et partage donc ton article !
    Tout arrive…

    Joyeuse fin d’année.

    Amicalement.
    Marie.

  6. Hélène Hug 28/12/2013 at 18:35 - Reply

    Bonsoir Marie,

    Merci, merci beaucoup pour ta générosité.
    En ce qui me concerne, je ne sais plus ou j’en suis.
    Mais je vais me reprendre 😀 .
    En fait pour certains blogs, c’est facile mais pour d’autres ou il n’y pas la possibilité de partager directement, et bien je coince.
    La technique et moi, ça faire encore deux 😈

    Excellente fin d’année à toi également,

    Bien amicalement,

  7. Marie 28/12/2013 at 19:00 - Reply

    Re bonsoir Hélène,

    Si tu savais comme je vois ce que tu veux dire…
    J’ai peu de goût pour ces choses, et j’avais décidé justement qu’aujourd’hui je reprendrai les choses en main.
    Disons que c’est “moins pire” maintenant.
    Je vais continuer avec tes articles, patiente un peu.

    Arrose comme il se doit la nouvelle année.
    Bises.

    Marie.

  8. Hélène Hug 28/12/2013 at 19:34 - Reply

    Bon courage à toi Marie et oh combien je compatis, tu dis “c’est moins pire qu’avant”, chouette tu avance 😆 , à chacun son rythme, c’est évident.

    Arroser la nouvelle année ? Mais avec quoi ? Tu m’as fait rire, je me suis vu en train d’ouvrir en grand le robinet d’eau de ma cuisine 💡 . Bon oui, je travaille la veille et le lendemain…Alors 😯 je me dois d’être raisonnable.

    Mais je te remercie bien sincèrement de tes généreuses pensées.
    Je ne te cache pas que tu viens de me donner une idée d’article 💡

    Merci à toi et bises,

  9. […] chaque lettre du mot courage avec en conclusion une citation. Allons-y… c’est parti. Avoir le courage de vivre sa vie comme elle se présente, d’accepter chaque présent jalonnant chaque instant est […]

  10. Rafael 08/01/2014 at 09:39 - Reply

    Bonjour Hélène,

    Je me reconnais bien dans ces descriptions, moi qui depuis l’école, suis un vilain petit canard noir. J’ai bien essayé de changer la couleur de mon plumage en chemin, tout fait pour être aimé et “aimable” sans succès (de ce côté là).
    En fait, je me suis habitué à ce ramage et il me plaît d’être différent et inconditionnellement hors normes.

    Bien à toi

    Rafael

    • Hélène Hug 08/01/2014 at 20:19 - Reply

      Bonsoir Raphael,

      Difficile en début de son parcours de vie d’accepter son plumage différent des autres.
      Puis, je suis bien d’accord, cela devient un revendication vitale de s’accepter comme l’on est.
      Ce “ramage” différent devient notre marque de fabrique dont nous pouvons être fier.

      Devient donc fier de ce que tu es, un cygne parmi les canards…Pas mal Non 😀 ?

      Amicalement

  11. […] pas cantonnée à rester dans le rail on l’on m’avait placé au départ de ma vie d’adulte et je le revendique […]

  12. […] ? Ma mère m’en a fait voir de toutes les couleurs, a failli gâcher ma vie, une de mes sœurs y a laissé la vie… Bref, un long fleuve tranquille à […]

  13. […] Enfance en danger : petit mot personnel de la fin… sans fin de l’enfance en danger : quel regard portez-vous envers la maltraitance de l’enfance ? Partez-vous du principe que votre responsabilité est engagée dans le combat de ce fléau ? Pensez-vous comme moi que la maltraitance peut-être le reflet d’un mal être profond, d’une dénégation de soi,  de notre personne capable ainsi de TUER son propre miroir ? Car l’enfant tel qu’il se présente devant nous, n’est autre que SOI lorsque nous étions nous-même enfant. Enfance en danger vous présente le mot personnel de la fin… sans fin qui aura une suite… sans fin. Je vous recommande de suivre cette affaire de près. […]

Laissez un commentaire