Le bonheur pour mourir de tristesse ou mourir de bonheur

Le bonheur

Le bonheur, chacun en a sa définition. Voici une chronique pleine d’humour qui j’espère vous détendra. Le bonheur est personnel et complètement bien personnel, je tiens à le préciser. Explication : qu’est-ce que le bonheur pour chacun d’entre nous ? Est-ce être malheureux comme les pierres, certains trouvent du plaisir à se faire du mal ou à faire du mal aux autres. Masochistes ?

Ben quoi, vous en avez le droit ! Y a pas de mal à se faire du mal par pur plaisir et mourir de tristesse. Le bonheur à se faire du mal et à faire du mal aux autres, voilà un beau créneau à exploiter… Non ? Se complaire à merci dans la vase du pessimisme apporte du bonheur à certains pour mourir de tristesse.

C’est un choix honorable que je respecte. Choqué ? Et que faites-vous du respect de la pensée de chacun ? Ne sommes-nous pas en république ou chacun à le droit d’avoir ses opinions de pensées ? Comme je vous l’ai dit plus haut, le bonheur est pour tout le monde. Le bonheur à être malheureux existe, si si… et heureusement… Sinon comment les marchands de bonheurs pourraient-ils vivres ?

Le bonheur à être malheureux ou à être heureux ?

Vous avez le droit d’être malheureux si c’est votre bonheur… à mourir de tristesse. Ah mais… Pourquoi m’empêcherait-on de vivre ce que j’ai envie ? Quoi… ? Moi… J’ai rien dit du tout ! C’est vous qui le dites ! Non d’une pipe, en ce qui me concerne, je préfère vivre la joie, la folie des rêves, l’amour du moment, l’incongru de l’instant, l’opportunité qui se présente… Le bonheur quoi… La vie venant me saluer à chaque seconde… Mille plaisirs passant sur mon chemin de vie comme de multiples amis venant frapper à ma porte… Entrer… Entrer…

Le bonheur s’invite au menu de la vie

Autour de la table du bonheur, venez partager vos bonheurs de tendresse, d’amitiés, d’amour et encore plus pour mourir de bonheur. Le bonheur aux mille facettes vient nous visiter par surprise avec malice et complicité en harmonie avec notre esprit émoustillé par toutes ces surprises… de bonheurs partagés. Que préférez-vous ? Mourir de tristesse par pur bonheur ou mourir de bonheur simplement… par bonheur?

Attention danger : Le bonheur peut vous faire mourir de tristesse ou mourir de bonheur ?

Le bonheur s'invite à votre table si vous le voulez bien

Quelle option allez-vous prendre ? Bonheur ou tristesse ? Arrivé devant un passage à niveau, question : « je m’arrête ? » « Ou je m’arrête pas ? » La vie, la mort, à vous de choisir… Je vous laisse libre de votre choix. Après tout c’est votre vie, non ? De quel droit irais-je choisir pour vous ?

Bon… je vous vois venir…. Rater ! Rien à faire de votre choix ! Je m’en bats les mains complètement… Chacun ne fait-il pas ce qu’il veut ? Tout ce que je pourrais raconter ne servirait à rien du tout, je suis persuadée que vous êtes d’accord avec moi. Alors poursuivez votre route… Et basta… Ou alors, continuez à me lire… Merci, vous n’en ressortirez pas ni sourd, ni aveugle, ni muet mais avec une envie de continuer à me lire.

Le bonheur, merci les amis

 

Prétentieux de ma part ? Je ne crois pas, au regard de mes analyses sur Google analytics, mes visiteurs identifiés en sites référents en sont les preuves et je les en remercie vivement. Mais quelle mouche me pique, de parler ainsi ?

Cette simple question me taraude : Le bonheur peut vous faire mourir de tristesse ou mourir de bonheur ?

Pour l’instant, la réponse à cette question est de vous dire que le bonheur peut me faire mourir de bonheur avec l’envie de vous le faire partager. Comment ce bonheur est-il venu ? Non pas comme la cigogne ou par hasard… mais plutôt par un état d’esprit développé depuis plusieurs mois.

Regardons le verre à moitié plein… de bonheur

Le bonheur m'a fait connaitre Zorro... Une façon de parler... Sans façon...

Savoir regarder le verre à moitié plein plutôt que le verre à moitié vide. Tourner le dos à tout ce que votre esprit peut vous servir en termes de négativité pour vous faire plonger dans les affres de la tristesse. Alors ? Zorro… Non… Zorro est arrivé… Si… Si… Ah bon… ? J’ai même donnée de l’herbe à son cheval et lui ai caressé le museau, il en a piaffé de plaisir, entre bête, on se comprend… Non, je me trompe, j’ai donné un coup de fer (à repasser) à sa cape… Soit, bon à ma manière… Zorro n’est même pas mon amant…. Pfittt…. Dommage…! Que n’ai-je rêvé de Zorro quand j’étais gamine en m’imaginant qu’il allait me sauver… Sans comprendre encore que la seule personne pour me sauver était moi-même !

Le bonheur à la sauce bonne humeur

Je redeviens sérieuse, savoir regarder et vivre cette vie que l’univers vous offre est déjà un énorme cadeau de la vie. Cueillir au détour de chacun de nos chemins les fleurs de la vie qui nous sont offertes, en faire un bouquet et l’offrir aux passants visitant nos vies aux hasards de leurs passages.

Préférez-vous mourir de tristesse ou mourir de bonheur ? Dites-moi vite car je m’inquiète vraiment. Prendre son pied dans un bonheur sans fin est possible, mais dans quelle direction ? Le bonheur peut vous faire mourir de tristesse ou mourir de bonheur ? Je vous assure, c’est à considérer et à peser. Mourir de tristesse ou mourir de bonheur, les deux sont possibles. Vous choisissez de mourir pour quelle cause ? La balle est dans votre camp.

Le mot de la fin : le bonheur est un état d’esprit sans se voiler la face sur les cailloux (et parfois de grosses pierres) rencontrés sur nos routes. Le bonheur est un état ou on accueille chaque contexte avec présence et lucidité… La suite pour un prochain article… Quelle bavarde je fais ! Ma bonne humeur déborde…

Commentaire (9)

  • Nathanael| 22/06/2014

    Hello Helène
    Merveilleux article sur cette philosophie de bonheur mais ça ma fait assez rire avec l’histoire de zorro et je crois que le bonheur commence quand on a le sourire.
    Tchiao Amicalement Nathanael
    Nathanael Articles récents…3 Résolutions pour Améliorer mes Finances et Mieux Gérer mes ComptesMy Profile

    • Helene Hug| 22/06/2014

      Bonsoir cher Nathanaël,

      Merci pour ta promptitude, à peine l’article sorti du four, le voici croqué tout chaud.

      Bonheur assuré me payant du plaisir que j’ai à écrire. Si je peux oser m’exprimer ainsi car le plaisir ne demande pas de paiement, juste la plaisir de partager;

      Si Zorro t’as fait sourire, alors j’ai atteints ma cible… Sans lasso, ni épée, ni cape…
      Helene Hug Articles récents…Le bonheur pour mourir de tristesse ou mourir de bonheurMy Profile

  • Jean-Luc Hudry| 26/06/2014

    Et si Zorro était ton amant Hélène… serait-ce la manifestation du bonheur que tu revendiques ou n’est-ce qu’une projection de ta part sur ses supposées capacités ? 🙂
    Jean-Luc Hudry Articles récents…Résilience ou comment rebondir ? Rendez-vous le 5 juillet !My Profile

  • cécile| 28/06/2014

    Tu as réussi à parler Bonheur sans que ça fasse sujet de philo au Bac 🙂
    Blague à part, je trouve que ceux qui ont le mieux réussi à synthétiser l’accès au bonheur, c’est le club Med : le bonheur, si je veux!
    Encore faut-il en vouloir…
    Amitiés,
    Cécile
    cécile Articles récents…Erreurs médicales : évitablesMy Profile

  • Bernadette GILBERT| 11/07/2014

    Bonjour Hélène,
    Moi aussi, j’ai rêvé à Zorro ! Ou plutôt à Alain Delon quand il le jouait… Zorro ou n’importe quoi, d’ailleurs, pourvu que ce soit Delon ! Aaaaaaaaaaaah, l’adolescence.
    Mais c’est vrai aussi que je rêvais de sauver le monde.
    Quant au bonheur, tu as raison, il faut le vouloir et s’en donner les moyens. La complaisance dans l’état de victime est un des états les pires. Mais on s’y sent parfois bien quand même !
    A bientôt !
    Bernadette GILBERT Articles récents…Brouillade d’œufs aux tomates séchéesMy Profile

    • Helene Hug| 12/07/2014

      Bonjour Bernadette,

      Quelque part au fond de nous, ne restons-nous pas d’éternels adolescent ?
      Nous sommes l’artisan de notre bonheur, nous seuls savons ce qui est bon pour nous.
      Le bonheur est fragile comme une fleur, solide comme nôtre âme, sensible comme le vent parfois, balayant toutes nos certitudes sur son passage. Mais si la fleur se fane à cause du vent, une autre vient encore plus belle… 😆

      La poète du jour te dis à bientôt,
      Helene Hug Articles récents…La peur est-elle une addiction comme toutes dépendances à d’autres substances My Profile

  • Répondre

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    CommentLuv badge