Pollution des neurones éradiquée implique stress maitrisé pour réussir

Accueil - Blog - Cerveau & Créativité - Pollution des neurones éradiquée implique stress maitrisé pour réussir

Pollution des neurones éradiquée implique stress maitrisé pour réussir

Pollution des neurones éradiquée, stress maitrisé et réussir, en prime ? Est-ce vraiment possible ? Je l’affirme, c’est possible. Vous ne me croyez pas ? Ne vous en déplaise. Ce weekend, j’ai tenté une expérience, ou plutôt je me suis surprise dans un état d’esprit… de vide, d’espace… bref, envie de silence pour me retrouver, quoi je m’étais perdue ?

Bon oui perdue en chemin, sur ce chemin de vie ou tout est agitation. J’ai passé deux jours sans télévision, sans radio, sans musique. Même pas trois notes sur le piano non plus. Oh là, pas possible…

Bon si, j’avais besoin de respirer un autre air. Mon esprit demandait une pose à corps et à cris, demande accordée, alerte à la pollution des neurones oblige, sous peine de burnout. Arrivée à un point critique de surmenage, mon cerveau à fait son travail.

La pollution des neurones est un mal de notre siècle

que nous devons éradiquer à tout prix. Sous peine de nous rendre tous fous ou d’engendrer des maladies telles celles d’Alzheimer, Parkinson, dépressions… liées au stress. L’esprit se protège comme il peut face aux agressions multiples de l’extérieur. le corps réagit parfois jusqu’à la mort !

L’écoute de notre corps, de notre esprit permet de mieux maitriser notre stress. La pollution de l’esprit nous empêche d’être objectif. Au point parfois, de nous emmener sur des chemins complètement détournés de nos projets initiaux.

Pollution des neurones…. la suite avec le chemin de la folie

Pollution des neurones, en voire d'extinctionPollution des neurones ne rime pas avec équilibre de vie. Pourquoi ai-je passée deux jours dans un quasi silence sans que cela soit pesant ? La création ne rime pas avec la pollution des neurones. J’étais en état de stress avéré. Saturée de chez saturée, stress généré par une accumulation de situations, merci patron. Au revoir création… grave, j’ai réagis ou plutôt, mon intellect à réagit… A temps ! Merci à mon cerveau.

Bonjour création grâce au stress maitrisé par un repos de l’esprit bien mérité ou plutôt par la sagesse d’avoir été capable d’appuyer sue le bouton pose. Pollution des neurones mise en veilleuse : silence télé, silence radio, silence téléphone, silence en moi pour retrouver mon sens, mon chemin. L’effervescence du quotidien nous fait perdre tout sens de l’essentiel. L’effervescence nous emmène sur des chemins de folie en quête de l’impossible, nous rendant tous fou de pouvoirs inaccessibles. Attention, au bout du chemin ou dans le virage de vos vies, le spectre :

« Pollution des neurones » se dirige droit vers vous

A chacun d’être attentif aux signaux que la vie lui envoie. Au risque de me répéter, attention à la pollution des neurones. Celle-ci freine notre pouvoir de création en lui mettant des barrières. Ah la coquine, vous ne pouvez pas imaginer comme elle en est friande de cette pollution.

MOI ? Quoi, on parle de MOI ? Présent, je suis là ! On se calme par ici ! Moi… Moi… Oui, MOI existe et cohabite avec Pollution des neurones et même avec stress et réussite…Ben dit donc… Rien que ça, on ne refuse rien ! Quel cocktail détonant !

Pour éviter des désagréments, style ivresse (mais non pas d’alcool, je vous ai eu !) de stress immodérée, je vous présente le cocktail de dépollution des neurones sur un plateau d’argent … A boire sans modération, dans ce cas c’est permis d’abuser.

Mais avant voici quelques chiffres, histoire d’aiguiser votre envie d’envoyer balader votre stress

Ceci pour mieux vous sentir en santé et repousser le spectre de la mort ou la pollution des neurones :

  • “D’après des estimations menées aux Etats-Unis (Davidson 1999), il s’avère qu’en 2020, la dépression constituera la première cause de morbidité chez la femme, et la seconde chez l’homme (après les maladies cardio-vasculaires), selon l’OMS .

    Organisation Mondiale de la Santé

  • « La dépression touche plus de 3 millions de personnes aujourd’hui en France dont environ 300 000 atteintes de forme chronique. Selon des études, 10 à 25 % des femmes et 5 à 12 % des hommes risquent de présenter une dépression majeure au cours de leur vie. Si les causes de la dépression sont nombreuses, le stress en serait une importante. Les neuropsychiatres estiment qu’environ une personne sur cinq connaîtra au moins un épisode dépressif dans sa vie sous la pression du stress1. De plus, selon une étude récente2, le stress au travail précipiterait la survenue de troubles psys chez des individus auparavant en bonne santé. »

    Cité dans par le site Doctissimo

  • « La dépression est actuellement la cinquième cause de mortalité et de handicap dans le monde et d’après le Dr Benedetto Saraceno, directeur du département de santé mentale de l’OMS, elle devrait atteindre la deuxième place d’ici 2020. Parmi les problèmes liés à la dépression sévère, les tentatives de suicides sont parmi les plus importants. On estime à 12 000 le nombre de morts par suicide chaque année en France. ET il y aurait vingt à trente fois plus de tentatives, parmi lesquelles 30 à 50 % sont liées à une maladie dépressive (ANAES, 1996, devenue ARS, agence régionale en santé). Mais la dépression aurait d’autres effets indirects cette fois, sur la santé. Ainsi, elle serait responsable d’une augmentation des risques cardiovasculaires. De plus, des relations avec l’apparition et le développement des cancers semblent exister. »

    cité par le site Doctissimo

Pollution des neurones s’invite au tableau…

Tableau noir ? Je ne cherche pas à vous saper le moral mais seulement à vous alerter sur les dangers du stress non maitrisé. Quelques règles à respecter pour éviter l’ivresse du stress et rester performant en toutes circonstances :

  1. Tempérance dans le bruit, trop de bruit vous embrouille les idées : à fuir
  2. Faire silence sans condition pour en tirer la lie : solution aux problèmes garantis
  3. Écouter son intuition et puiser en ses forces vives : vitalité renforcée
  4. Accepter le vide pour écouter la parole de son intérieur : la vérité surgis
  5. Écouter le silence et savoir s’en nourrir : pour revenir à l’essentiel
  6. Le silence en soi nous parle et nous guide sur nos chemins : écoutons notre guide
  7. Être attentif à ses besoins, de silence pour se ressourcer : se reconnecter à son être
  8. Ne pas s’effrayer de notre besoin de silence : l’accueillir et le chérir
  9. Le silence nous enseigne et nous guide vers nos intérêts vitaux : l’intuition est notre mère
  10. Écoutons, simplement le silence, sans stress : sachons en tirer son enseignement
  11. Pollution de l’esprit chassé, énergie retrouvée : reconnexion avec l’essentiel de notre être, de ce que nous sommes réellement, de notre essence au sein de l’univers

Pour conclure : appliquons ces 11 principes de vie pour éradiquer la pollution des neurones et se donner les moyens de vivre en santé. Stress maitrisé rime avec réussite assurée… SOUHAIT SINCÈRE ENVERS VOUS ! Pollution des neurones est mise au placard pour un bout de temps, je compte sur vous pour que cette vérité soit appliquée envers et contre tout, pour votre santé !

 

Hidden Content
2016-08-04T17:00:17+00:00 Par |Categories: Cerveau & Créativité, Stress|10 Commentaires

10 Commentaires

  1. Ophélie 02/10/2014 at 16:16 - Reply

    Bonjour Hélène, 🙂

    Hoooo comme je l’aime celui-ci d’article! La pollution des neurones, je suis aussi partisane de l’éradication! En effet mieux vaut doser sa consommation de la vie des autres et se crée une vie… à l’intérieur de nous-même… et mieux vaut déconnecter sa télé au lieu de devoir par survie se déconnecter de soi-même et finir en dépression!
    l’époque actuelle demande un sacrée vigilance de notre part, les tentations sont nombreuses pour se perdre! La télé j’en n’ai pas, pour éviter les débordements, mais je dois avouer une petite dépendance ordi!
    Le silence et tout remonte à la surface, le problème ça serait pas qu’on n’a pas appris à gérer nos émotions… Ce qu’on a appris c’est de tout garder à l’intérieur, et devoir aller regarder à l’intérieur ça fait peur, peur qu’une peur surgisse?!?
    Mais si on ouvre la portes, nos peurs demandent qu’à s’évaporer?! Quel stress de maintenir tout ça à l’intérieur… Un petit nuage de pluie pour nettoyer toute cette pollution, et après la pluie le beau temps!
    Merci pour ce bel exemple d’être à l’écoute, je me sens inspirée pour un weekend sans ordinateur!
    Ophélie Articles récents…Vous en avez marre de compter les moutons ? Le mode d’emploi en cas d’insomnie chroniqueMy Profile

    • Helene Hug 02/10/2014 at 20:40 - Reply

      Bonjour Ophélie,

      Merci pour ton enthousiasme 😉 ! Écrire ne serait-ce pour une seule personne heureuse de me lire me suffit. Ma mission est accomplie.
      Moi aussi, j’ai une exquise petite dépendance, celle d’écrire m’amenant à une autre dépendance inévitable : l’ordi !
      Savoir se déconnecter permet de recharger notre énergie pour repartir de plus belle avec efficacité.

      Intéressant ce que tu soulignes concernant les émotions. Dans le rythme infernal de nos vies, nous en oublions que nous existons. Nous agissons comme des robots froids dénué de pensée. Beau cocktail pour fabriquer des maladies nous empoisonnant l’existence et nous freinant dans notre avancée avec parfois de lourdes conséquences pour soi et les autres.

      J’aime ton petit nuage de pluie apportant fraicheur et nouveauté dans nos vies 😉 .
      Helene Hug Articles récents…Pollution des neurones éradiquée implique stress maitrisé pour réussirMy Profile

  2. La Dryada 03/10/2014 at 11:22 - Reply

    ~ Bonjour Hélène ~

    Cela s’apparente à un désencombrement …
    A l’instar des objets dont on se sépare , on fait le vide dans son esprit , sa tête , son entourage , faisant place neuve , créant de l’espace afin d’accueillir de nouvelles idées , de l’inspiration , je suis bien placée pour confirmer que le calme , le Silence sont nécessaires à la création , surtout poétique …
    Mises à part les sons de la Nature qui peuvent être très inspirants …

    En te souhaitant que ces pauses déconnectées te soient salutaires

    ~ Jessica ~

    • Helene Hug 04/10/2014 at 23:59 - Reply

      Youpi vive le silence et le vide chère Jessica 😉 !

      Les sons de la nature ont le don de nous reconnecter à nous même.
      Pas très connectée actuellement à la nature de part mon environnement. Cependant ma mémoire reste active sur ses souvenirs engrangés :
      – Champs à l’infini chargés de blé d’or
      – Cascades d’eau chantant la puissance de la vie
      – Des montagnes à l’infini donnant l’impression de pouvoir l’impossible
      – Le ressac de la mer berçant mon imagination vers de lointaines contrées
      – Troupeau de vaches sur mon chemin, stop, je laisse passer…
      – …
      – A l’infini, ainsi, la pensée s’évade vers des continents ou il fait bon de se ressourcer, loin des bruits et autres futilités de ce monde.

      Curieux : je prends gout à ce silence de l’esprit conduisant au chemin essentiel de mon être. Que chacun puisse gouter à cet extrême privilège offert à chacun d’entre nous par la vie.

      A bientôt dans tes prochains poèmes sur la vie que j’attends toujours avec impatience et respect.
      Helene Hug Articles récents…Pollution des neurones éradiquée implique stress maitrisé pour réussirMy Profile

  3. cécile 04/10/2014 at 20:14 - Reply

    C’est bien vrai tout ça! Et on pourrait aussi y ajouter que si l’organisme est pollué, on est attiré par ce qui entretient cette pollution, et par ce qui va nous maintenir dans un état proche du légume et de la procrastination, inertes devant un écran! A méditer!
    amicalement,
    Cécile
    cécile Articles récents…Eau et cancer : la réponse simple dont personne ne vous parle.My Profile

    • Helene Hug 05/10/2014 at 00:06 - Reply

      Un esprit sain dans un corps sain ou l’inverse, chère Cécile !

      Peu importe, l’idée est là !

      Méditons… Méditons…

      La méditation éloigne la pollution de nos esprits.

      Tu es la plus forte pour nous parler de la santé de notre corps.

      A chacun son expertise, la tienne n’est plus à prouver… Mais à appliquer, je signe et je persiste !
      Helene Hug Articles récents…Pollution des neurones éradiquée implique stress maitrisé pour réussirMy Profile

  4. Evelyne 21/10/2014 at 11:06 - Reply

    Votre portrait du stress et de ses méfaits est atypique mais ultra intéressant. Le stress doit être réduit pour nous permettre de réussir sa vie personnelle et professionnelle.

    • Helene Hug 22/10/2014 at 18:49 - Reply

      Bonjour Évelyne,

      Se former à la gestion du stress devrait être obligatoire en entreprise.
      L’employeur aurait tout à y gagner : employés efficaces, maitrise des couts car moins d’absence maladie…
      A chacun aussi de prendre soin de sa personne.
      Ce matin, avant une bonne séance de travail entre collègues, nous avons pris le temps d’une détente autour de viennoiseries, thé, café, jus de fruit et fruits. Cette détente nous a rendu plus efficace pour la suite. Ce n’était pas tant les croissants qui étaient important mais la convivialité entre nous.
      Helene Hug Articles récents…Se construire une identité, regard de l’autre : impact sur l’enfant My Profile

  5. Nicolas 27/10/2014 at 16:45 - Reply

    Bonjour Hélène et merci pour cet article.

    Je vous donne tellement raison: le silence fait du bien, permet de nous ressourcer, d’être davantage à l’écoute de nous-même.

    Vous avez bien raison de parler de pollution des neurones. C’est à nous de surveiller ce que nous voulons y laisser entrer. Il en va de notre santé mentale!

    Difficile avec toutes les sollicitations quotidiennes auxquelles nous sommes soumis. L’aide du silence devient ici également salutaire.

    J’ai parfois l’impression que notre peur du silence vient de notre peur de nous retrouver face à nous-même. Qu’en pensez-vous Hélène?

    Cordialement,
    Nicolas

    • Helene Hug 27/10/2014 at 20:44 - Reply

      Bonjour Nicolas,

      Ce que j’aime pardessus tout, après une semaine chargées de sollicitations, c’est d’être dans le silence. Histoire de me reconnecter avec ce que je suis, de permettre à mon esprit d’évacuer l’inutile et de se ressourcer.
      Effectivement, l’agitation mentale peut s’apparenter à la peur de se retrouver face à soi-même. C’est une fuite en avant ne menant nulle part… et vers le désastre de soi.
      Le temps fini toujours par nous rattraper.
      A chacun de nous de s’organiser des espaces de “solitude”, vital à notre équilibre.

      Bien amicalement,
      Helene Hug Articles récents…Imagination et enfance : magie de la lecture pour grandirMy Profile

Laissez un commentaire