Le bonheur : qu’est-ce que c’est ?

Le bonheur : qu’est-ce que c’est ?

Le bonheur : qu’est-ce que c’est ? La manière dont nous voyons le bonheur est personnelle, basée sur nos vies, nos valeurs et nos styles de vie. Mon bonheur peut être votre malheur. Par exemple, beaucoup d’amis me disent : « Tu dois sortir. », et je leur réponds : « pourquoi ? » Ils pensent que j’ai besoin de faire la fête et sortir pour apprécier ma vie. C’est leur conception du bonheur. J’aime être à la maison et faire ce que je veux sans pression. C’est le bonheur pour moi. Chacun est différent. Je n’ai pas besoin d’être constamment diverti hors de ma maison pour être heureux alors qu’eux en ont besoin. Ainsi, nous pouvons constater que nous n’avons pas la même conception du bonheur.

Lire la suite

Amour sincère : sauvetage d’une enfant

Amour sincère

   Amour sincère : sauvetage d’une enfant murée dans le silence, ou L’enfant qui ne pleurait pas.

Je ne pleure jamais. Comme ça, personne peut me faire de mal. 

   À 6 ans, l’avenir de Sheila semble déjà bien compromis. Enfant terrifiée, abandonnée par sa mère sur une aire d’autoroute, battue par son père alcoolique… Elle ne connait que douleur et effroi et bascule à son tour dans la violence.

Lire la suite

La Rencontre : pont entre générations

La Rencontre : quand la gratitude devient pont entre générations

La Rencontre : pont entre générations, c’est comme un fil d’Ariane entre ciel et terre reliant et soudant les générations entre elles.

Cet article a été écrit spécialement  pour le carnaval d’articles organisé par mon amie Virginie du blog « Moi et les autres » sur le thème de La Rencontre. Chacun abordera ce sujet avec sa sensibilité propre et selon la thématique de son blog. Vous trouverez le résumé de tous les articles du carnaval ici. Lire la suite

Confiance en soi et amour : comment l’enfant réagit

Confiance en soi et amour : comment l’enfant réagit

Confiance en soi et amour : comment l’enfant l’a construit-il ? Ou comment démolir un enfant en le privant de confiance et d’amour. L’incompréhension des adultes transforme le monde des enfants en désert. Et où seul le brun d’amour cueilli sur le bord du chemin, est capable de transformer un désert en oasis. La règle d’or est d’aimer ses enfants sans conditions et de leur insuffler cette confiance en soi pour les voir grandir et s’épanouir. Nous sommes responsables de nos futurs adultes.

Confiance en soi et amour

Commençons par une histoire de confiance en soi qui s’est passée dans le désert de la maltraitance :

Il était une fois, il y a fort longtemps, au pays de l’incompréhension, un enfant évoluait dans un environnement aride où l’amour maternel était inexistant et sans reconnaissance d’autrui. Cet enfant, vivant sur ce terrain hostile, avec une confiance en soi assez mal en point, n’en faisait qu’à sa tête, préférant laisser son imagination le conduire dans l’insouciance vers mille et une bêtises de son âge. Quoi de plus normal de s’essayer au monde des adultes pour attirer leur attention et de les tester dans leurs capacités à apprécier le talent d’un si jeune enfant.

Imaginez : un enfant dépourvu d’une confiance en soi solide, perdu dans un désert dépourvu d’amour et fatigué de ses bêtises, décide d’être sage à l’école et avec confiance, de s’appliquer pour écrire. Histoire de montrer à tous son talent d’écriture. Dans cet acte, cet enfant donne le meilleur de lui-même. Versant ses tripes sur le cahier, la langue pendue, le crayon obéissant aux doigts experts de sa personnalité, le crayon donne vie à une œuvre d’enfant.

S’en est-il suivi un miracle ?

Confiance en soi et amour Le moment vint d’évaluer les œuvres d’arts des élèves. Imaginez l’enfant fier de lui, attendant les résultats, s’apprêtant à recevoir les félicitations pour ses efforts. Pour après continuer en ce sens et prendre un nouveau départ et renforcer sa confiance en soi.

« J’ai donné le meilleur de moi-même. Personne ne m’a cru. L’enseignante a demandé aux élèves de la classe : « qui avait rédigé le texte de cet élève ? » Personne n’a répondu. L’enseignante ne pouvait croire que j’étais l’auteur de mon œuvre.

J’ai été dégouté, je me suis senti rabaissé et découragé de continuer à bien faire. J’ai donc abandonné. Même ma mère ne m’a pas cru. »  Le miracle n’a pas eu lieu du côté des adultes, la situation n’a fait que renforcer ce sentiment de non reconnaissance envers l’enfant. Insupportable !

Le désert de l’incompréhension alimente le manque de confiance en soi

Cette incompréhension est une belle fabrique infernale pour entretenir le manque de confiance en soi. D’un côté, un enfant parti à la dérive et qui tente de remonter sur la berge. De l’autre côté, des adultes qui ne savent pas dépasser leurs aprioris. Un gouffre sans possibilité de rencontre entre les deux parties.

Origine du manque de confiance en soi

Maltraitance physique et psychologique : origine du manque de confiance et soi et amour en détresse

Une petite vidéo pour réfléchir et rester en alerte :

Je ne vous dit pas la batterie de casseroles à nettoyer à l’âge adulte !

Allez encore une petite vidéo de conseils pour cultiver la confiance en soi et amour en détresse des enfants

Valable pour les parents, mais aussi pour les grands-parents. Ce n’est pas grave si vous avez fait des erreurs, tout est rattrapable. L’enfant pardonne les erreurs dans la mesure où il sent qu’il est aimé.

Et comme dans la conclusion de cette vidéo : le plus important est déjà soi-même avoir confiance en soi. C’est la loi du miroir, ne l’oubliez pas.

 

Confiance en soi et amour Et surtout, faites confiance en en votre enfant. Dans cette petite histoire que je vous ai conté, en plus du non amour, la confiance n’existait pas. Bien difficile pour un enfant, de se construire dans un tel univers.

L’enfant est devenu grand, l’enfant est devenu adulte. Il s’en est bien sorti et a conduit sa vie contre vent et marées pour se sortir la tête hors de l’eau.

Mais il garde en lui les stigmates d’une enfance de maltraitance. Ce qu’il y a de merveilleux, c’est que le peu d’amour qu’il a reçu lui a donné la force de nourrir  ses racines et de les renforcer. Il est comme le roseau, il ne plie pas et est solide comme le chêne. (Non, le héros de cette histoire, ce n’est pas moi, mais un de mes proches)

Compréhension et amour entre parents et enfants : confiance en soi et amour assuré

Aimez-vous, aimez l’autre, comprenez, aidez, accompagnez. Peu importe si vous vous trompez. L’essentiel est que l’enfant sente que vous avez confiance en lui. C’est ainsi qu’il va construire sa confiance en lui. Sacré confiance en soi ! Cette grande dame que l’on appelle CONFIANCE EN SOI se nourrie uniquement d’amour, de reconnaissance. Bon, elle n’est pas difficile et ne demande pas trop en moyens. Juste un zest d’amour.

Au plaisir de vous lire tous et merci de partager vos expériences.

Magnifique pouvoir de l’amour : suite de l’histoire …

Magnifique pouvoir de l'amour

Magnifique pouvoir de l’amour : la suite et fin… Ou plutôt, nouveau tournant, nouvelle page à écrire. IL n’y a pas de fin, seulement de nouvelles saveurs.  Le moment est venu de transformer un pan de vie en formidable terreau à partager. Magnifique pouvoir de l’amour aux saveurs de transmission d’expériences, de savoirs acquis sur le terrain, au fil des décennies.

Hier, c’était hier. Demain est à demain. Aujourd’hui est ici avec son panier rempli de terreau cultivé hier pour enrichir aujourd’hui et demain.

Mon cœur de dinosaure s’ouvre pour vous confier quelques secrets sur le magnifique pouvoir de l’amour et comment l’entourage peut influencer positivement l’avenir, pour peu que l’on veuille bien prêter attention aux signes mis sur votre route comme pour vous guider.

Magnifique pouvoir de l’amour : merci patron !

Merci patron de votre amour

Pendant quelques décennies, j’ai vécu avec amour pour un patron… et même plusieurs ! Peu importe le patron, ceci pour dire que je n’ai vécu que pour le boulot, enfin presque. Le style de rythme : métro, boulot, dodo. J’ai vécu en  oubliant certaines de mes priorités.

Combien sommes-nous dans ce cas de figure ? Sans oublier ceux et celles qui préfèrent mettre de côté leur santé, rien que pour satisfaire leur très bien-aimé patron. Vous vous reconnaissez ? Mais bien sûr ! C‘est fou ce que l’amour du travail peut nous faire faire… Par amour, justement.

 Prise de conscience sur ce magnifique pouvoir de l’amour

Comme Aladin sortant de sa lampe

Comme Aladin sortant d’un coup de sa lampe, cet été, j’ai pris conscience que gentiment, le rythme métro, boulot, dodo après quelques 50 années de bons et loyaux services envers un « patron » devait prendre fin. Alléluia, la décision était prise !

Pas facile de sauter le pas. Mais ce pas sauté, le cœur est devenu plus léger, tellement léger, avec l‘envie de chanter. Curieux cette impression nouvelle de liberté retrouvée. Le magnifique pouvoir de l’amour a fait son œuvre !

 Le lien avec ma décision, évènements de vie et le magnifique pouvoir de l’amour

magnifique pouvoir de l'amour

Rappelez-vous, un de mes enfants m’a quelque peu bousculé en me demandant de l’aide. Tentant de faire la peau à mes résistances persistantes de ma fonction cadre, hé oui, toujours sur le pont pour servir, il a bien fallu que je me rende compte que le temps était venu de changer de cap.

Le cadenas « de l’esclavage au patron » venait de sauter comme un bouchon de champagne ! Comme c’est bon de sentir cet air de liberté ! Magnifique pouvoir de l’amour !

Un aveu : rythme de vie bien huilée aidant, je crois que j’avais pris gout à ces habitudes d’esclavage. Tous les alibis du monde se sont vus invité pour me susurrer à l’oreille qu’il fallait à tout prix continuer. Pas facile d’admettre qu’il y a un temps pour tout.

Alors, pesant, sous-pesant le pour et le contre de choisir cet air de liberté s’offrant à moi comme une récompense après… près de 50 ans de bons et loyaux services, le cadenas a sauté comme un bouchon de champagne !

Magnifique pouvoir de l’amour : merci à mon fils !

Le temps passe très vite, les générations filent et un beau jour vous vous rendez compte que c’est à votre tour de vous rapprocher des plus jeunes de votre entourage. De jeune adulte en quête de savoirs, vous vous retrouvez en adulte plus âgé distillant vos connaissances. Bon, vous me suivez ? Les décennies s’écoulant, certains de vos proches sont devenus des anciens et votre affection leur sont nécessaires.

Magnifique pouvoir de l’amour : conclusion sur le jardinage de la vie

Que de temps... à consacrer aux autres

Ou je veux en venir après toutes ces considérations mises en lumières ? La vie ne fait que passer. Je ne sais pas si nous savons aller à l’essentiel. Vous en pensez quoi de ce rythme de vie que beaucoup s’inflige ? Bien sûr qu’il est nécessaire d’exercer un métier pour vivre, de fonder une famille, de s’engager pour servir son prochain… La liste est longue, longue.

Ce que je trouve super chouette dans mon prochain chapitre de vie, c’est de me recentrer sur ce qui est essentiel à mes yeux.

  • Profiter de mes proches en donnant et recevant de l’amour…
  • Prendre le temps de sentir le vent, le soleil, la pluie, l’odeur des arbres, des fleurs…
  • Écrire et encore écrire sans être interrompu par le glas du travail (adieu patron)…
  • Chouchouter mes projets en cours, enfin du temps disponible…
  • Plus de pression, davantage de légèreté, de disponibilité, de souplesse dans le temps.

J’espère seulement que je ne rêve pas. Comptabilisant 8 à 10 heures par jour de salariat, cela en fera autant à disposer pour mon propre compte. Je suis riche ! Et si c’était ça la vraie richesse ? Comment jardinez-vous votre vie ? Utilisez-vous le magnifique pouvoir de l’amour pour transformer votre existence en pépites à partager ? Comment allez-vous écrire votre prochain chapitre de vie ?

Conte en offrande de Noël, pour rêver comme des enfants

Conte en offrande de Noël, pour rêver comme des enfants

Conte de prince et de princesse pour réveiller votre âme d’enfant, ça vous tente ? Cependant ne vous fiez pas aux apparences qui sont parfois trompeuses. Je vous laisse apprécier et méditer sur ce que ce joli conte nous enseigne.

Un conte pour rêver

La belle et le monstre

Il était une fois un roi et une reine très malheureux parce qu’il avait un fils monstre, mi-homme, mi- bête.

Arrivé à l’âge de se marier, il dit à sa mère :

  • Mère, je veux prendre épouse comme tout le monde.
  • La reine lui répondit, triste et amer :
  • Mon fils, quelle femme voudrait t’épouser !

Alors le fils devint méchant :

  • Mère, si dans huit jours je ne suis pas marié, je te dévorerais.

La reine, folle de douleur, s’en alla dans la montagne ou elle savait une pauvre qui vivait misérablement avec ses 3 filles.

  • Femme, ta souveraine vient te supplier de donner une de tes trois filles à mon fils. Je te donnerai tout l’argent que tu voudras.

La femme avait être très pauvre, elle ne voulait pas de l’argent d’une de ses filles malheureuses.

Mais la reine su la toucher avec sa peine et elle repartit avec l’ainée des filles.

En chemin, elles passèrent dans un vieux chemin et rencontraient une vielle qui les arrêta pour demander à la fille ou elle allait d’un pas si décidé.

La fille lui répondit avec orgueil :

  • Écarte-toi, vieille, tu ne sais donc à qui tu parles ?

Le lendemain, au château, on fi vite la noce car ses chances là, quand elles se présentent, il ne faut pas les laisser réfléchir trop longtemps.

Le soir les époux sans faire de jaloux. Alors, en le regardant de plus près et dégrisé de son ambition, la fille de la femme lui montra tout le dégoût qu’il lui inspirait.

Blessé, son époux la croqua.

Conte en offrande de Noël, pour rêver comme des enfants

Huit jours après, le fils monstre demanda une nouvelle épouse.

Voilà sa mère obligée de retourner quêter la femme de la montagne pour avoir une autre de ses filles.

Elle céda encore devant la peine de la reine qui repartie avec le seconde.

En passant devant le vieux chemin, elles trouvèrent la même vieille qui demanda à la fille ou elle allait d’un pas si décidé.

  • Écarte toi, vieille, ce que je fais ne regarde pas le bas peuple.

Le lendemain elle se trouvait mariée au prince monstre. Et le soir, sur une grimace, son époux n’en fit qu’une bouchée.

Quinze jours après, le fils monstre demanda une nouvelle épouse à sa mère qui, résignée, retourna à la femme de la femme de la montagne.

Elle eut la dernière fille de la femme.

En passant devant le vieux chemin, elles trouvèrent la même vieille qui demanda à la fille ou elle allait d’un pas si lent.

  • Ah ! Pauvre vieille, c’est mon dernier voyage de vivante. Je regarde bien tout ce que je vais perdre car, là où je me rends, se trouve la mort.
  • Alors la vieille lui répondit :
  • Je suis sorcière et je veux t’aider. Écoute ce que je vais te dire. Pour le jour de ta noce, fait toi acheter trois robes : une sera blanche, une autre violette et une autre bleue. Tu les passeras l’une sur l’autre et lorsque ton époux te diras : « déshabille-toi », tu lui diras : « déshabille-toi aussi, mais avant moi. » Et tu feras comme ça jusqu’à la dernière robe.

 

Le lendemain elle était devenue la princesse au prince monstre et, le soir, ils se trouvèrent seuls dans leur chambre.

La fille de la femme ne montra aucune frayeur.

  • Déshabille-toi, lui ordonna son époux.
  • Déshabille-toi, mais avant moi, lui répondit-elle.

Il hésita à peine devant le sourire encourageant de son épousée

S’y résignant il enleva sa peau velue.

Dessous, il y en avait une autre.

La fille enleva sa robe blanche.

  • Déshabille-toi.
  • Déshabille-toi aussi, mais avant moi.

Le monstre ôta sa seconde peau velue. La fille de la femme enleva sa robe violette.

  • Déshabille-moi.
  • Déshabille-toi aussi mais avant moi.

Alors, il se fit un grésillement sur le corps du monstre et sa peau velue se craquela, tomba et laissa place à une douce peau blanche de beau prince charmant. La fille de la femme retira sa robe bleue. Ils allèrent au lit et, faute de robe, mon conte se trouve fini.

Ce conte est tiré de l’ouvrage :

« Contes, récits et légendes des pays de France rassemblés par Claude Seignolle. (Contes populaires du Limousin).

Les leviers du bonheur : décodage de la partition Amour

Les leviers du bonheur

Ou comment un piano peut vous conduire sur le chemin du bonheur

Les leviers du bonheur vous accueillent : souvenez-vous : amour, je prends, je donne, je jette. Après avoir passé en revue quelques facettes de l’amour, ce terreau indispensable à notre survie, une question restait posée : le juste milieu du vrai de vrai amour. Savez-vous que individuellement, vous êtes tous un chef d’orchestre hors pair de votre vie ? Le chef d’orchestre manie subtilement ces musiciens en connaissant parfaitement sa partition. Même si vous n’avez aucune connaissance en musique, vous allez comprendre comment un piano peut vous conduire au bonheur en trouvant le juste milieu et le bon accord en toutes choses. Les leviers du bonheur : décodage de la partition amour : 3ème épisode.

Les leviers du bonheur vous invitent à un petit interlude avant de poursuivre :

Mais qui suis-je donc pour ainsi vous parler de l’amour ? Je ne suis pas la Spécialiste mais est roulée un peu ma bosse sur cette partition. Certains ont réussi leur première expérience, moi pas. Mais j’en ai tiré les leçons pour nourrir les leviers du bonheur à venir : trop de différence intellectuelle avec une pauvreté de goûts en commun, ce n’était pas la bonne partition à jouer. J’ai donc quitté cette partition. Les leviers du bonheur ont manques d’huile.

La seconde expérience a été toute à l’inverse, niveau intellectuel adéquat, enrichissement mutuel, quelques goûts en commun. Alors qu’est-ce qui n’a pas marché ? Manquait la fibre « Amour véritable » pour accepter l’autre dans sa globalité tel qu’il est et non pas comme une image idéale figée dans le temps. Encore des leçons pour nourrir les leviers du bonheur. J’ai été quittée. Encore pas la bonne partition. Me suis jurée alors que l’on ne m’y reprendrait plus. Le temps faisant on œuvre… Mais c’est une autre histoire, poursuivons…vers les leviers du bonheur…

Autre expérience : chaque être humain à droit au bonheur et à la rencontre de l’âme sœur. J’ai eu l’occasion d’assurer le suivi d’une clientèle ayant à cœur de s’améliorer sur le plan personnel. Les demandes de conseils étaient nombreuses au point de mettre en place des groupes de réflexions sur la question, animés pas mes soins, j’en ai tiré beaucoup d’enseignements. Encore de quoi nourrir les leviers du bonheur… Cette fois je vous sors la bonne partition. Fin de l’interlude.

Les leviers du bonheur pour un décodage de la partition Amour

« Tous les hommes aspirent à la vie heureuse et au bonheur, c’est là une chose manifeste ; mais si plusieurs ont la possibilité d’y atteindre, d’autres ne l’ont pas eue raison de quelque malchance… et d’autres enfin, tout en ayant la possibilité d’être heureux, impriment dès le début une fausse direction à leur recherche du bonheur. »

Aristote – 384-322 av.

Ou comment un piano peut vous conduire sur le chemin du bonheur

Vivre à deux avec les leviers du bonheur et la partition amourLa vie n’est-elle pas faite pour vivre à deux ? Nous avons besoin de l’autre pour partager opinions, idées, plaisirs, désirs. Nous ne pouvons exister que par la seule existence de l’autre. Tout le monde a besoin d’attention, d’affection et de tendresse les leviers commencent ici. La vie est comme un piano ou l’on joue une partition à quatre mains.

La vie a mille et une facettes aux couleurs et tons tous différents en nuances telle les gammes jouées sur un piano. Imaginez la vie comme un piano.

Prenons la gamme « maturité affective » dans les leviers du bonheur :

Votre deuxième moitié n’est pas votre papa ou votre maman. Cet état d’enfant est derrière vous. L’amour dans un couple se nourrit de maturité affective adulte. Cela s’appelle aussi autonomie, ne serait-pas la gamme en do majeur ? Sans jeu de mot, vous êtes majeur et vacciné, chouette ! Dans ce cas l’amour peut se jouer à quatre mains. Les leviers du bonheur grincent de plaisir. Autonomie solide : deux adultes heureux. Vivre à deux ne veut pas dire fusion, qui elle, est mortelle.

Rassurez-vous la fusion n’a pas son mot à dire puisqu’elle a été chassée par la maturité affective. La maturité affective apporte son lot de joies partagées mais aussi de joies distinctes. Chacun à sa vie à vivre, même si l’amour est comme un piano, la partition a besoin parfois d’être jouée à deux mains. Excellent pour les leviers du bonheur !

Les leviers du bonheur dans la gamme « altérité » veut se faire entendre :

Les leviers du bonheur s’appellent aussi tolérance et respectReconnaître l’autre dans sa différence est primordiale. Vous imaginez vouloir l’autre à son image ? Moi pas, car j’ai déjà assez de ma personne. Je suis moi et l’autre est l’autre avec toutes ses richesses complémentaires au miennes. Reconnaître l’autre pour ce qu’il est, différent de moi, l’adulte en moi reconnait l’adulte en l’autre. Ce n’est pas par nombrilisme que j’emploie le moi mais parce que j’estime que cette valeur est sans doute la plus importance de toute.

La terre tournerait plus rond si l’altérité était mieux comprise de tous. Nous voici en présence d’une gamme avec des notes altérées que nous n’allons pas retenir ici puisqu’il est question d’altérité.

Reconnaître l’autre dans sa différence s’appelle également respect de l’autre. Respect de ses valeurs, respect de ses idées, respect de son intégrité… Les leviers du bonheur commencent à se sentir très à l’aise dans cette fameuse partition à quatre mains. La suivante arrive…

Les leviers du bonheur dans la gamme « atomes crochus » s’impatiente :

Les leviers du bonheur avec Atomes crochus et respectLes leviers du bonheur se nourrissent également d’atomes crochus. Qu’est-ce ? Je vous vois déjà avec votre microscope pour examiner si tel atome X ou Y (je n’ai pas dit chromosome mais atome) ne se développerait avec des crocs de serpents. Ce que j’appelle atomes crochus, ce sont les goûts en commun, les passions, tant pratiques qu’intellectuelles, au passage… l’humour fait aussi parti du lot.

La gamme atomes crochus aux mille facettes colorées peut se jouer sans inconvénients à quatre mains même si parfois elles se séparent pour goûter à l’indépendance, relire plus haut… Les leviers du bonheur de la gamme atomes crochus représentent un atout majeur (et voilà la gamme en sol majeur qui pointe son nez) dans la réussite du bonheur à deux. Les passions en communs renforcent les liens comme les aromates renforcent la saveur d’un plat.

Voici comment un piano peut vous conduire vers les leviers du bonheur en jouant ces quelques gammes à quatre mains du répertoire amour. L’ensemble joué dans un juste milieu et avec harmonie. D’autres gammes vous seront servies ultérieurement. Le concert se termine pour aujourd’hui. Le chef d’orchestre de la partition “Les leviers du bonheur” a besoin de reprendre des forces. Les leviers du bonheur accompagné de Maturité affective, Altérité et Atomes crochus vous remercient de vos applaudissements sous forme de commentaires. Profitez-en pour me communiquer vos propres leviers du bonheur tout en restant dans le registre de l’amour joue à quatre mains.

Amour aux infinies facettes, comprendre cette complexité

Amour aux infinies facettes

Amour aux infinies facettes nous prend la main pour comprendre cette douce alchimie. 1er épisode : Le verbe aimer peut se conjuguer tout naturellement avec le verbe amour. Une autre nuance : le verbe aimer peut se conjuguer avec amour et l’amour peut se conjuguer en aimant toutes ces infinies facettes. Amour aux infinies facettes se conjugue à des milliers de façons.

Ce joli bouquet de suppositions nous conduit sur un chemin jonché de questions… Merci à l’ami m’ayant inspiré cette série d’articles il y a quelques semaines, suite à un bouquet de questions sur le sujet.

Je résume et les formule à ma façon : C’est quoi l’amour ? Peut-il durer ? Comment le capturer et le garder ? L’amour existe-il vraiment ou est-ce une illusion bernant nos rêves ? Quand donner l’amour, quand jeter l’amour, quand garder l’amour, à quoi sert l’amour ? Alchimie complexe décortiquée avec amour et humour. Amour aux infinies facettes, tu nous subjugue.

Amour aux infinies facettes nous parle ici même de l’amour filial

Ou c’est quoi cet amour aux multiples facettes ?

bouquet de questionsÉtrange sentiment que l’amour. Amour aux infinies facettes est un joli bouquet de questions commençant à la naissance. L’enfant à sa naissance à besoin de ses parents, du moins de sa mère pour être nourrit. Cet enfant, pour s’épanouir, a besoin en plus de nourriture, de l’amour d’un être sachant prendre soin de lui. Amour aux infinies facettes : Pourquoi ce besoin ? Nous ne naissons pas robot et sans cœur mais avec toute une alchimie d’émotions diverses ne demandant qu’à s’épanouir au contact de l’autre.

Amour aux infinies facettes : Vital pour grandir et s’épanouir : besoin de reconnaissance, d’appartenance, d’être reconnu en tant que tel… Besoin de se sentir exister pour l’autre. Besoin du regard de l’autre pour grandir. Vous aimez votre enfant et votre enfant vous le rend bien. L’amour est comme un enfant à sa naissance, d’infiniment petit au départ, il pousse au fil des échanges mutuels, il se construit pas à pas grâce à l’amour que vous lui portez.

Cet amour aux infinies facettes, peut-il durer et comment se construit-il ?

la case de l'oncle Tom, une merveille !L’enfant engrange l’amour en lui au gré de ce qu’il reçoit. Amour inconditionnel du parent aidant à la construction de l’amour inconditionnel de l’enfant envers lui. Et quand cet Amour aux infinies facettes vient à manquer ? L’amour étant vital à la survie de l’espèce, l’enfant développe un don hors du commun lui permettant de rester en vie. Comme par exemple, devenu un peu plus grand, le refuge dans la lecture de récits ou de contes…

L’imaginaire devient le grand sauveteur de l’humanité… Et par ricochet…le grand sauveteur de l’enfant en souffrance de ce manque d’amour. Pourriez-vous survivre à une traversée du désert sans une goutte d’eau ? Mes gouttes d’eau pour survivre : La marmotte de Pierre Maël, La petite princesse de Madame F.H. Burnett, sans citer « Sans famille », « La case de l’oncle Tom »… Et bien d’autres récits au gout dAmour aux infinies facettes.

Comment capturer cet amour aux infinies  facettes et le garder, est-ce vraiment possible ?

Amour aux infinies facettes : Maman, aime-moi ! Papa aime-moi ! L’amour par obligation ? A votre conjoint, vous lui dites : aime-moi ! Quoi, ce n’est pas comme appuyer sur un bouton ? Utopie de croire que l’amour aux infinies facettes se laisse faire de cette façon. Demanderiez-vous à un lion de se contenter d’une mouche au dîner alors que vous êtes à sa portée de gueule ? L’amour comme la faim du lion ne se commande pas. Quoique, il me semble me rappeler dans mes lointains cours d’histoire, du parcours de Blandine offerte au lion qui ne l’a point dévorée.

L’amour existe-il vraiment ?

Cet amour aux infinies facettes a envie de crier à la face du monde qu’il existe bel et bien. Non mais, faudrait pas m’oublier, vous dit-il sur un air condescend. Amour est une personne importante dans l’élaboration du monde avec cette magnifique chaîne d’amour entre les êtres.

Amour aux infinies facettes vous pose ces questions :

Amour aux infinies facettesQuand donner l’amour, quand jeter l’amour, à quoi sert l’amour ? Réponse dans le prochain article. En attendant, je serais ravie de lire vos avis. Ce thème, Amour aux infinies facettes n’en a pas fini de nous étonner. Mille façons de le traiter. C’est loin d’être fini, croyez moi. Amour aux infinies facettes : en quelques mots, je pensais pouvoir vous donner un condensé, c’est raté.

Ce n’était que le 1er épisode : Le verbe aimer pouvant se conjuguer tout naturellement avec le verbe amour. Une autre nuance : le verbe aimer pouvant se conjuguer avec amour et l’amour pouvant se conjuguer en aimant toutes ces multiples facettes. Imaginez ! Ce joli bouquet de suppositions nous conduit sur un chemin jonché de questions… Amour aux infinies facettes  : j’attends les vôtres, cher lecteur et avec quel plaisir ! Et suite dans le 2ème épisode…

Enfant génial j’étais et suis encore à ce jour

Enfant génial j'étais

Enfant génial … Enfance..L’enfant génial que j’ai été me dit que… Enfant génial j’ai été… Stop, bon sens ! Oui et oui… stop ! Ah mais non d’une pipe ! L’enfant que j’ai été… Waouh. Après quelques décennies je repense à cette enfance bien lointaine et pourtant si proche, croyez-moi ! Vais-je employer le langage d’un de mes  chanteurs préférés comme celui de Renault ?  Pourquoi pas ! Allons-y :

Mais avant, sachez que j’ai été vraiment un enfant génial !

L’enfant que j’ai été à frappé à la porte de la famille et à rencontré austérité. J’ai quémandé de l’amour et ai rencontré austérité. J’ai cherché des marques de confiance sur lesquelles m’accrocher et j’ai encore rencontré austérité. J’ai tenté de donner ma confiance à autrui et j’ai essuyé les plâtres, beaucoup de plâtres… J’ai cru aux belles paroles, paroles… paroles…. De traites…. Ma foi… Fallait comprendre… ma foi.

L’enfant génial que j’ai été a eu des rêves qu’il croyait possibles mais impossibles au vu de … La dure réalité du terrain, du quotidien… J’ai longtemps cherché refuge dans l’espoir du possible. Voir du rêve jamais réalisable, même pas au sommet de l’échelle du possible…

L’enfant que j’ai été a eu beaucoup de rêves jamais assouvis, mais encore présents quelques décennies après… J’ai trop souvent rêvé et imaginé des scénarios de vie heureuse sans jamais vivre ces scénarios rêvés. J’ai passé mon temps à espérer que mon horizon allait changer d’un coup de baguette magique. Car oui, les rêves aident à tenir et à se projeter dans un futur…

J’ai imaginé une vie de l’impossible maintenant possible, comme quoi tout arrive… Vie tellement imaginée en rêve…

Enfant génial en questionnement sur le comportement des adultes

L’enfant génial que j’ai été c’est trop souvent questionné sur le comportement des adultes envers les enfants, justement… J’ai cru pendant trop longtemps avoir été un rebut de société. Une tâche dans le ciel comme un nuage noir dans l’univers, ça ne fait pas propre vous ne croyez-pas ?

Enfant génial que j’ai cru avoir été rejeté de la société… J’ai longtemps pris pour argent comptant ce que j’entendais au quotidien.

L’enfant génial que j’ai été a passé sa jeunesse à gober toutes les âneries entendues toutes ses années durant par certains très proches membres de sa famille et surtout d’un seul membre de la dite famille… J’ai rejeté à ce jour toutes ces « jolies étiquettes » et de me dire que l’enfant génial que j’ai été et que je suis encore, et bien il est formidable ! Oui vous aussi vous êtes formidables ! Puisez en vous vos forces vous conduisant vers ce quoi vous êtes fait et en toute confiance s’il vous plait ! Et vous quel enfant génial avez-vous été ?

Aimer inconditionnellement sa personne

Aimer inconditionnellement

Aimer inconditionnellement sa personne ? Apprendre à s’aimer pour que sa vie soit réussite ? Quoi, pour réussir sa vie il faut s’aimer ? La vie est amour : cette affirmation est bien jolie, Et pour ceux qui ne s’aiment pas et même pas du tout comment faire pour retrouver l’amour de soi ? D’ailleurs pourquoi aimer inconditionnellement sa personne n’est-il pas inné ?

L’éducation que nous avons reçue y ait sans doute pour quelque chose, vous ne croyez pas ?

Aimer inconditionnellement sa personne pour réussir

Commencerais-je à m’approprier ce concept « la vie est amour » ? Amer inconditionnellement ma personne? Je ne l’ai pas toujours pensé, même si j’arrivais à le conceptualiser, notion facile pour tout le monde. À l’introduire dans ma vie était une autre paire de manches. Et quand à l’idée de s’aimer soi, alors là c’est le pompon ! Avoir entendu une grande partie de ma vie que je valais rien, j’ai bien failli le croire et je l’ai cru pendant bien des années.

Merci l’éducation avec les étiquettes négatives collées avec de la glue sur ma personne. Apprendre à s’aimer, quel charabia bizarre, vous êtes d’accord j’espère.

Aimer inconditionnellement sa personne peut aider à réussir sa vie ?

Aimer inconditionnellement sa persone

Aimer inconditionnellement sa personne

Une petite anecdote : n’ayant pas eu le choix à l’adolescence, je me suis retrouvée ouvrière en maroquinerie pendant des années. J’ai appris un métier certes, mais je végétais intellectuellement. Comme j’avais très peu confiance en moi et que je ne m’aimais pas, je me suis contenté de suivre le mouvement. Comment, je ne valais que cela, de végéter ? Oui, puisque je le méritais d’après ce que j’avais pu entendre durant toute mon enfance, j’étais imbibée de toutes ces petites phrases assassines, destructrices. Aimer inconditionnellement ma personne ? Inconcevable à ce stade ou j’en étais.

Aimer inconditionnellement sa personne … L’amour de soi était un peu présent en ma personne puisque j’ai fini par prendre le taureau par les cornes pour changer de trajectoire. En effet, j’ai repris des études par correspondance.

Aimer inconditionnellement sa personne : c’est aussi écouter son intuition, sa petite voix intérieure, cette force qui nous fait se sentir vivant. Me décoller des étiquettes négatives et écouter ce qu’il y avait en moi pour me lancer dans une autre  voie,  a été décisif pour mon parcours professionnel, étape après étape, cette décision a contribué à ma réussite.

Aimer inconditionnellement sa personneAimer inconditionnellement sa personne: cette décision a également contribué à la restauration de mon estime, à l’amour de moi. Prendre soin de soi en réalisant ses désirs les plus profonds n’est pas de l’égoïsme. C’est avoir du respect en sa personne pour en voir envers autrui.

Comme je l’écrivais dans un précédant article, respectez-vous et l’on respectera, aimez-vous et on vous aimera. Toujours garder à l’esprit l’effet miroir.

Aimer inconditionnellement sa personne

Ce concept de Sylviane conduit à la réussite de sa vie, J’en ai loin d’en avoir fini sur ce sujet devenu mon « dada » actuellement, alors attendez-vous à ce que je revienne fréquemment sur ce thème.

Aimer inconditionnellement sa personne ? Une confidence : j’étais partie dans des recherches parmi mes nombreux supports en ma possession et même sur internet pour traiter ce sujet, j’ai tout laissé tomber pour ne puiser qu’en moi-même, en m’aimant et me faisant confiance. Voilà cet article rédigé en 45 minutes chrono, bel exercice, non ? Et authentique, tout comme les précédents d’ailleurs. Le sujet n’est pas approfondi mais je vous ai dit que j’allais revenir. Par petite touche, je ne vous gave pas et c’est davantage assimilable. Je vous rends l’antenne, c’est à vous…N’oublier pas d’Aimer inconditionnellement votre personne…