La procrastination au service de votre efficacité

La procrastination

La procrastination peut aider votre efficacité, mais peut aussi avoir des effets pervers. Même si elle vous sert dans certaines situations, attention cependant de bien la maitriser.

Procrastination… quand tu nous tiens… Quand vous vous sentez peu productif et que vous avez envie de tout laissez tomber : stop, il est temps effectivement de vous mettre au vert. Rien ne sert de forcer, il n’en sortira jamais rien de bon. Lire la suite

Comment vous réaliser pleinement et construire votre bonheur en trois clés

Comment vous réaliser pleinement

Comment vous réaliser pleinement et construire votre bonheur ? Trois précieuses clés pour vous accompagner sur le chemin de l’épanouissement personnel. Créativité, confiance en soi et intuition forment un formidable trousseau de clés pour se ressourcer et avoir une énergie à revendre.

Lire la suite

Comment développer sa capacité de résilience

Comment développer sa capacité de résilience

Comment développer sa capacité de résilience quand un coup dur vous atteint au cœur de votre vie ? La stupeur et la douleur vous assaillent avant toute chose. L’impossible que vous vivez ne devient plus possible, et pourtant si… L’impossible devient possible grâce à cette capacité de résilience (rebondir malgré les épreuves) que nous possédons tous en nous sans le savoir. Lire la suite

Donner pour recevoir au centuple

Donner pour recevoir

Donner pour recevoir au centuple. Vous recevez quand vous ne vous y attendez pas. Savoir donner est un sport excellent pour votre santé psychique. Ne vous méprenez pas sur ce que je vais vous démontrer. Recevoir arrive parfois à votre insu, alors, vous êtes surpris du résultat et vous vous demander pourquoi vous ne le faites pas plus souvent. Attention, l’acte de donner doit toujours être gratuit. Pour qu’il en garde toute sa force bienfaisante,  je vous offre une brume rafraichissante pour vous aider à faire du vide dans votre espace et laisser place au recevoir.

Lire la suite

La procrastination : 7 règles pour la transformer en créativité

La procrastination : 7 règles pour la transformer en créativité

La procrastination vue sous l’angle de 7 règles incontournables pour transformer cette procrastination en forces multiples de créativités. Un must de condensé pour vous aider à dépasser vos limites.

1- La procrastination a mauvaise presse : pourquoi 

La procrastination est souvent associée à la paresse, au manque de volonté. Ne vous est-il jamais arrivé d’avoir l’envie de ne rien faire en laissant s’écouler les jours, voir les semaines dans certains cas ? Vous vous êtes donné à fond un temps durant et vous voilà à ce jour avec l’envie de vous reposer. Est-ce normal ? Lire la suite

Équilibrer sa vie à la retraite en 14 recettes

Équilibrer sa vie à la retraite en 14 recettes

Une petite révision bien utile des 14 besoins fondamentaux de Virginia Henderson, pour équilibrer sa vie à la retraite en 14 recettes. Car voyez-moi, être à la retraite n’est pas de tout repos, du moins au début. Aussi bizarre que cela puisse paraitre, la cessation d’activité pourrait vous causer des dommages si vous n’y preniez pas garde. Je suis une jeune retraitée et je sais de quoi je parle. Mon changement d’état a bouleversé mes habitudes de vie et m’a obligée à revoir mes certitudes sur ce que je croyais être des vérités. Et si la retraite, c’était comme le vélo : savoir rester en équilibre pour avancer sereinement 😀 ?

Chacun sait que tout changement peut-être une véritable torture morale. Tout est chamboulé, retiré de la vie active, de nouveaux repères sont à mettre en place. Une pose pour un bilan de presque une année à lire ici : « 7 leçons de vie pour aborder la nouvelle année en sérénité » pour vous redire combien, même bien préparée psychologiquement et choisie, le départ à la retraite est une étape importante dans une vie et n’est pas à prendre à la légère. Équilibrer sa vie à la retraite demande donc toute votre attention. Soyez bon et indulgent envers vous-même si vous vivez à votre tour cette étape de la vie.

Cet article fait partie du carnaval d’articles sur le thème « Équilibrer sa vie » organisé par le site jemeliberedustress.com. Je vous invite à consulter les autres articles publiés à cette occasion en cliquant ici.

Crédit photo pour l’image principale

Équilibrer sa vie à la retraite : chenille et papillon

« Ce que la chenille appelle la fin d’un monde, le maître l’appelle un papillon. » Richard Bach

Libérée de mes chaines d’esclave, me voici devenue un électron libre, libre comme un papillon. Mais  tous mes repères tombent. Ouf, enfin libre ! Génial, vous allez penser. Je l’ai pensé aussi. Pas si génial que ça, car la réalité est toute autre. Cependant, je suis une retraitée heureuse, mais il m’a fallu, avec patience, retrouver de nouveaux  repères collant à mon nouvel état.

Alors pour vous, l’idée m’est venue de revisiter les 14 besoins fondamentaux de Virginia Henderson, à la sauce « Recettes pour équilibrer sa vie à la retraite » en jouant avec chacune de ces recettes et en laissant l’imagination œuvrer. Etant libéré de toutes obligations,  le côté enfant  refait surface. S’amuser est excellent pour équilibrer sa vie à la retraite.

Équilibrer sa vie à la retraite en 14 recettes : respirer, boire et manger

 « je trouve mes plus grands bonheurs dans les petits plaisirs. » 

Françoise Chandermagor

  1.  ➡ Le besoin de respirer : le matin au réveil, ouvrir la fenêtre de votre chambre et respirer à fond. Imaginez-vous enveloppé d’une belle énergie offerte par le soleil. Prenez plaisir à respirer à grandes goulées et sentez cet air entrer dans vos poumons. Attention à ne pas vous transformer en montgolfière s’il vous prenait l’envie d’atteindre les étoiles à défaut de la lune !

« Que ton seul aliment soit ta seule médecine. » Hippocrate

besoin de respirer, boire et manger

  1.  ➡ Le besoin de boire et manger : À jeun, dès le réveil, délecte-toi avec une boisson chaude au citron, gingembre et curcuma pour détoxifier l’organisme et le réveiller en douceur (j’oubliais, j’y rajoute un peu de miel). Pensez à vous hydrater avec une eau de qualité tout le long de la journée, mais ne vous transformez pas en chameau, vous n’êtes pas dans le désert. Si vous possédez un jardin, c’est parfait pour vos fruits et légumes. Voilà un argument qui pourrait vous pousser à envisager de migrer vers de verts pâturages, au pays des vaches ou des moutons. En tout état de cause, faites-vous plaisir à mijoter de bons petits plats variés en saveurs et en couleurs. Je vous avoue que c’est mon péché mignon.

Éliminer, se mouvoir et dormir pour équilibrer sa vie à a retraite

« Mon occupation préférée ? Rire ! » Le Dalaï-Lama

  1.  ➡ Le besoin d’éliminer : pour garder un corps et un esprit en santé, une hydratation correcte pourvoira à l’élimination des toxines. Une autre toxine et pas des moindres, car dangereuse, vous guette : le stress ! Pour l’éliminer, pas besoin de méthodes sophistiquées, le rire pourvoira largement à vos envies de décompression. Le rire est le meilleur remède que je connaisse pour vaincre la sinistrose qui vous guette dans les moments de doute. Je ne connais pas de cas d’intolérance ou d’overdose dans l’usage du rire, du moins à ce jour. Un éclat de rire a le don d’être communicatif, nous rend heureux et c’est bon pour équilibrer sa vie à la retraite.

 « Le miracle n’est pas de marcher sur l’eau, il est de marcher sur la terre verte dans le moment présent et d’apprécier la beauté et la paix qui sont disponibles maintenant. » Thich Nhat Hanh

  1.  ➡ Le besoin de se mouvoir et de maintenir une bonne position : un sport même modéré sera le bienvenu pour entretenir sa forme physique. Il serait conseillé au minimum de marcher 30 minutes par jour. Quand il fait beau, je m’adonne volontiers à cette activité. Bon à cet endroit-là, j’ai un effort à faire, je confesse… Mais certains jours sans marche, je compense par du rangement par le vide, du ménage, du repassage… Bref de quoi se remuer les muscles et les os. Sans compter la préparation de bons petits plats pour recevoir dans la convivialité. Pareil pour vous ? Ça vaut bien une marche, non ? Et comme l’activité est une fontaine de Jouvence, vous avez le choix de vous adonner à votre passion préférée : danse, yoga, tai-chi, qi gong, natation, vélo…

« Vivre, c’est se réveiller la nuit dans l’impatience du jour à venir, c’est s’émerveiller de ce que le miracle quotidien se produise pour nous une fois encore, c’est avoir des insomnies de joie. »

Paul Émile Victor

  1.   ➡ Le besoin de dormir et de se reposer : bien préparer ses nuits de sommeil permet une meilleure récupération. Les mini siestes sont conseillées. En ce qui me concerne, je ne les pratique jamais, sauf quand je me sens vraiment exténuée, mais c’est rare. Chacun trouvera son rythme selon son degré de résistance en fonction de sa charge d’activités de la journée. Merci à mes rêves nocturnes qui me permettent de voyager dans de sacrés beaux paysages. Les rêves vous embarquent dans de merveilleuses contrées et vous apportent des indices sur votre état d’esprit. Recueillez-les à votre réveil et prenez soin de les noter pour prendre le temps d’y réfléchir à tête reposée. Les messages de la nuit sont de parfaits indicateurs et de pistes à explorer pour votre avancée. Un des avantages du sommeil : vous pouvez vous prendre pour Icare et voler dans les airs sans aucun danger.

Équilibrer sa vie à la retraite : se vêtir, se maintenir en température et être propreÉquilibrer sa vie à la retraite : se vêtir, se maintenir en température et être propre

«  L’habit ne fait pas le moine. » Proverbe

  1.  ➡ Le besoin de se vêtir et de se dévêtir : l’habit ne fait pas le moine, mais il est cependant le reflet de ce que vous êtes. Soigner votre apparence est important. Osez montrer votre style, il n’y a pas d’âge. Votre garde-robe vous sort par les yeux ? Faites le ménage dans vos étagères, ça fait un bien fou. Autorisez-vous quelques excentricités par-ci, par-là. Un pas après l’autre. Adieu costards ou tailleurs. Habillez-vous comme vous en avez envie. Pour l’essentiel : restez fidèle à votre personnalité et ne ressemblez pas à un pépé ou à une mémé pour vous fondre dans la masse. Fuez l’ennui, c’est la garantie d’une vie joyeuse et conforme à ce que vous êtes. Namasté !

« Le plus grave est le mépris de notre corps. » Michel de Montaigne

  1.  ➡ Le besoin de maintenir la température du corps dans les limites de la normale : l’idéal est de se sentir bien dans tous milieux. Quelle que soit la saison, nous savons adapter nos choix de vêtures pour faire face aux températures extérieures. Si vous voulez du sérieux, voici un gentil PDF sur la physiologie de la thermorégulation. Prenez soin de votre corps. Le mieux est de se pelotonner contre sa moitié quand le froid se fait sentir. Et de piquer une tête à la piscine ou dans la mer quand vous avez trop chaud. Une bonne nouvelle pour ceux et celles qui souhaiteraient perdre quelques poignées d’amour : avoir froid fait maigrir, car le corps puise dans ces réserves pour tenter de se maintenir à bonne température.

 « La santé est plus précieuse que l’or. » Caius Cornelius Gallus

  1.  ➡ Le besoin d’être propre et de protéger ses téguments : quoi de plus satisfaisant que de se sentir propre ? Tellement évident, qu’à cet endroit, je cale ! Voici des conseils sur cette page si vous voulez approfondir la question. Ce qui est à retenir : « Vous laver le corps peut améliorer votre santé mentale. Dans le journal « Current Directions in Psychological Science” (“Itinéraires actuels en Sciences Psycologique »), les gens les plus propres sentent mieux les choses dans leur vie. L’acte de se laver est symbolique. Vous ne vous débarrassez pas seulement de la saleté et des odeurs. Vous pouvez également penser à laver de mauvaises expériences, de mauvaises décisions, etc.(1) »

Éviter les dangers, communiquer et vivre selon ses croyances

« Sur les flots, sur les grands chemins, nous poursuivons le bonheur. Mais il est ici le bonheur. » Horace

  1. Éviter les dangers, communiquer et vivre selon ses croyances pour équilibrer sa vie à la retraite

     ➡ Le besoin d’éviter les dangers : l’instinct de survie fait superbement bien son travail si l’on y prête attention. Il ne vous viendrait pas à l’idée de monter sur une chaise pour atteindre la boite de chapeaux rangée sur la dernière étagère de votre armoire . Non, vous allez prendre l’escabeau flambant neuf offert par le fiston, car il n’a pas envie de passer son temps à vos côtés si vous vous cassiez une jambe. Mais il a bien pire : le plus grand danger, est de passer à côté du bonheur en le cherchant en hauteur alors qu’il est à portée de mains, tout près de vous. Alors, rangez l’escabeau ! Prenez le temps d’écouter ce doux chant de chaque instant, un pur bonheur pour équilibrer sa vie à la retraite !

« Il y a un langage pour chaque situation. » Gilbert Larocque

  1.  ➡ Le besoin de communiquer : personne ne peut vivre centré sur lui-même. À vous les salons de thé où l’on cause gaiement entre copines. Les parties de pétanques pour vous messieurs… Cette partie de votre vie est idéale pour vous rapprocher de votre famille et vous occuper de vos petits-enfants si vous en avez. Eux ont besoin de vous. C’est aussi le moment d’avoir de nouvelles activités, de vous reconnecter aux passions que vous aviez mises de côté faute de temps suffisent pour vous y adonner. N’oubliez pas que la communication s’établit d’abord avec vous-même. Être à l’écoute ses besoins et les identifier est une étape primordiale pour œuvrer ensuite à leur réalisation. Vous serez alors plus à même à communiquer avec les autres.

 « Les choses ne changent pas. Tu changes ta façon de regarder, c’est tout. » Carlos Castaneda

  1.  ➡ Le besoin de pratiquer sa religion et d’agir selon ses croyances : l’être humain n’est pas un robot et est doté d’un esprit. Le besoin de croire en quelque chose est vital et donne sens à sa vie. Ne serait-ce croire en soi, c’est un minimum ! Croire en ses valeurs pour les magnifier. Croire que le bonheur est à votre porte. Ouvrir son esprit aux grandes choses de l’univers, faire confiance aux puissances qui nous entourent pour puiser dans les forces de l’univers qui nous insufflent leurs énergies. Restez fidèles en ce que vous croyez, pratiquez sans modération votre propre philosophie de vie. Laissez votre imagination vous porter, faites-lui confiance.

 Se réaliser, se recréer et apprendre pour équilibrer sa vie à la retraite

 « C’est justement la possibilité de réaliser un rêve qui rend la vie intéressante. »

Paulo Coelho

  1. Se réaliser, se recréer et apprendre pour équilibrer sa vie à la retraite

     ➡ Le besoin de s’occuper et de se réaliser : la vie trouve tout son sens quand l’humain accomplie sa mission de vie. Période idéale pour réaliser vos rêves les plus fous. Plus d’entraves, faites sauter vos cadenas pour laisser votre potentiel s’épanouir. Ce changement d’état demande une adaptation, faites preuve d’ingéniosité. Trouver des occupations où vous vous sentez responsable, utile, pour renforcer votre besoin de reconnaissance. Queele est votre mission de vie ? Vous accomplissez-vous ?

 « Les folies sont les seules choses qu’on ne regrette jamais. » 

Oscar Wilde

  1.  ➡ Le besoin de se récréer : l’imagination est un outil sans limites de création. Nouvelle période pour donner vie à des rêves inassouvis ou non encore aboutis, ou des rêves commencés… Ce n’est pas le moment d’abandonner ! En réfléchissant aux valeurs faisant sens pour vous aujourd’hui, quels projets auriez-vous envie de réaliser ? Vous pouvez noter ceux que vous avez déjà réalisés et ceux qui vous tiennent à cœur. Surtout pas de censure, ce n’est plus de votre âge ! Croire que tout est possible est le meilleur remède qui booste votre motivation. Faites place à vos rêves d’enfant et jouez ! L’imagination et la créativité : c’est parfait pour équilibrer sa vie à la retraite. Et si c’était le moment d’apprendre le piano ? Depuis le temps que vous en rêviez !

 « J’ai beau faire, tout m’intéresse. » Paul Valéry

  1.  ➡ Le besoin d’apprendre : la curiosité est une saine activité pour garder un cerveau performant tout le long de sa vie. Le besoin d’apprendre est une addiction sans danger pour soi et autrui. De plus elle est un atout majeur pour garder une éternelle jeunesse d’esprit. Quel que soit l’âge, nous sommes en perpétuel apprentissage de toute manière. Magnifique terreau qui nourrit nos esprits. Garder cet appétit d’apprendre est un gage de longévité.

Conclusion des 14 besoins fondamentaux de Virginia Henderson pour équilibrer sa vie à la retraite

Conclusion des 14 besoins fondamentaux de Virginia Henderson pour équilibrer sa vie à la retraite

Arrivée à l’étape de la retraite, tous ces besoins s’imbriquent les uns dans les autres. Je dois vous avouer que ça a été un véritable challenge de transformer ces 14 besoins en 14 recettes pour équilibrer sa vie à la retraite. Équilibre, sacré équilibre, pas facile de tenir parfois sur un fil, tel l’équilibriste sous son chapiteau où les spectateurs roulent leurs yeux au rythme du tambour. Le physique, le mental et l’émotionnel s’évertue chacun sur leur fil en jouant leur partition de demande de bien-être : gammes différentes selon la sensibilité de chacune des parties, mais qui ont un but commun et qui se rejoignent sur le chemin où le bonheur accompagne chacun vers son objectif. Une dernière petite touche pour équilibrer sa vie à la retraite : développez et écoutez votre intuition, elle ne ment jamais. Et puis rappelez-vous, la retraite, c’est comme le vélo 😀  ! Namasté.

“Quand on dit soixante ans, entendez : sois sans temps.” Louis Pauwels

Et toi, tes propres recettes pour équilibrer ta vie ?Merci

Je suis impatiente de te lire   😀 !

Je me confesse : ta réaction à ce post est mon carburant pour me maintenir en forme.

Faut bien être dépendant à quelque chose…  🙄

Apprenants de notre naissance à notre mort/1

Apprenants de notre naissance à notre mort

Apprenants de notre naissance à notre mort, eh oui nous sommes condamnés à apprendre : 20 ans, 30ans… 50 ans, 60 ans… ou 70 ans et même bien plus ! Quel que soit votre âge, vous serez toujours des apprenants. Le couperet est tombé, vous en avez pris pour toute votre vie. Autant vous faire à cette idée et composer avec.

Aux alentours de vos 20 ans d’âge, vous pourriez vous dire que vous avez fini d’apprendre. Bon j’exagère un peu, car j’oubliais les années de spécialisation où vous obtenez un diplôme (par exemple). Peu importe ce qu’il est, l’essentiel est que vous vous professionnalisez dans ce qui correspond à vos objectifs. Et vous vous dites : enfin… c’est la quille !

Apprenants de notre naissance à notre mort : chouette, la quille est arrivée !

La quille ? Eurêka, fini d’apprendre, vous êtes arrivés au sommet de vos attentes ! Sauf que : au fil des ans, vous vous apercevez qu’il vous faut encore assimiler du savoir, encore et encre… Mais jusqu’à quand ce petit manège ?

Au risque de vous décevoir, je crains que ce petit manège dure toute votre vie. N’avez-vous jamais remarqué, dès qu’une notion était acquise, un autre besoin de connaissance pointait son nez ? Plus vous en savez, plus vous vous rendez compte que vous ne savez rien du tout et plus vous avez besoin de savoir. C’est un cercle vicieux, c’est comme ça.

Tant pis pour vous, embarqué sur le paquebot du savoir, vous ne pouvez plus débarquer au risque de vous pendre une belle tasse et de vous noyer. Et c’est comme cela toute la vie. Mazette ! Mais pas de panique : la vie est comme un formidable dictionnaire où chacun a la possibilité de puiser, pour compléter et  approfondir chaque demande que vous faites au ciel. (Façon de parler).

Pauvre de nous : apprenants de notre naissance à notre mort

Apprenants de notre naissance à notre mortLe nouveau-né apprend à s’adapter à son nouvel environnement. L’enfant apprend à s’adapter à son environnement familial et éducationnel. Devenu adulte, l’individu apprend à connaitre sa moitié pour former une famille et évoluer dans son monde qui lui apporte de quoi le nourrir, lui et les siens.

Arrivées à ce stade, bien des étapes d’apprentissages ont dû être franchies pour passer à l’étape suivante. Avez-vous remarqué que la vie n’est faite que d’apprentissage ? De la naissance à la mort, notre parcours est ponctué d’escales nous permettant d’emmagasiner de nouveaux savoirs. Arrivée aux alentours de la quarantaine, on se dit qu’on est tranquille, eh bien non.

Presque à la moitié de sa vie, on dit ouf et on ne peut s’empêcher de faire le bilan de son existence. Période de doute et de mal-être parfois pour certains. Période où l’on se jette dans des défis fous pour rattraper ce que l’on a pas pu réaliser, période folle où l’on se donne une dernière chance pour réaliser ce qui nous tenait tant à cœur.

Le couperet est tombé pour nous apprenants

Et là le couperet tombe : le temps est passé et impossible de revenir en arrière, C’est trop tard. Faut passer à autre chose. À chaque étape de la vie correspond des choses à réaliser et si on les a loupés, c’est tant pis. Le temps d’apprendre à faire avec est venu. Dur, très dur ce temps d’adaptation à ce nouvel état. Encore, apprendre ! Mais cette vie est infernale ! Oui, j’en conviens… Apprenants de notre naissance à notre mort, c’est un dur métier !

Eh bien,  si toute notre vie est basée sur l’apprentissage, je n’y peux rien et c’est bien comme ça ! Je vous parlais de la quarantaine, et si l’on passait à la cinquantaine ?

Ah certains sont scotchés… La langue pendante… Je vous y prends !

S’il n’y a pas d’âge pour apprendre, il y a en a un pour réaliser certains rêves. Alors, soyez cependant réaliste, il ne s’agit pas d’avoir un enfant à 50 ans (si vous êtes une femme) votre l’horloge biologique vous indique qu’il est trop tard. Oui cependant, vous pouvez réaliser d’autres rêves enfouis jusque-là au plus profond de vous-même. C’est le moment rêvé !

60 ans ? Waouh, la retraite pointe son nez. Mais comment faire face à ce nouvel état ? Croyez-moi, cela s’apprend également. Apprenants de notre naissance à notre mort : je vous avais prévenu, pas moyen d’y échapper. C’est un état irrémédiable !

Autant vous y faire au risque de vous enkyster dans un état de déprime chronique où vous allez vous rendre malheureux comme les pierres si vous n’y prêtiez attention.

Une pose pour savoir si vous savez que vous ne savez pas.

Nouveau tournant pour « Apprenants de notre naissance à notre mort »

Apprenants de notre naissance à notre mort70 ans ? À trois ans d’atteindre cet âge, je peux vous dire que j’en suis épouvantée ! Épouvantée ? Oui ! D’une part, par mon « super grand âge » incluant tout ce que j’ai encore à apprendre de la vie et je trouve cela génial ! Et d’autre part, par les ans qui s’écoulent, sans que je puisse les retenir, témoins de tout mon vécu. Voyez-vous, plus j’avance dans la connaissance et plus l’envie d’en apprendre davantage me tenaille. Et plus je me rends compte qu’une vie ne sera pas suffisante pour combler cette soif de savoirs. Bingo : quelle frustration !

Prise au piège de mon moi apprenant… jusqu’à ma mort… J’en prends mon parti, c’est parti…

Encore un apprentissage a maitriser pour accepter que jamais je ne puisse être en possession de toutes les connaissances de ce monde. Apprendre la modestie est mon plus beau challenge que je me dois d’accepter avec humilité. Apprenants de notre naissance à notre mort, c’est ce que nous sommes. Difficile parfois de l’accepter comme tel. Franchement, j’aimerais bien avoir votre opinion sur l’expérience de l’apprenant que vous êtes actuellement. Apprenants de notre naissance à notre mort/2 verra le jour prochainement. À moins que d’autres savoirs viennent bousculer mes certitudes… La vie étant pleine de surprises ! Au plaisir de vous lire et à de suite.

Votre cerveau rajeuni grâce aux changements d’habitudes

Votre cerveau rajeuni grâce aux changements

Votre cerveau rajeuni grâce aux changements d’habitudes : non, ce n’est pas une blague, mais plutôt un moyen extraordinaire de garder un cerveau toujours performant.

Par exemple : l’habitude de remettre toujours à demain certaines décisions, l’habitude de penser que c’est la faute d’autrui si vous n’avancez pas dans vos projets, l’habitude de tourner en rond sans vraiment agir, tout ceci ne vous conduit pas vraiment vers la réussite. Vous stagnez et votre cerveau s’encrasse. Réussir sa vie en changeant totalement d’habitudes, c’est possible ! Le bonus est que votre cerveau rajeuni, vous avez tout à y gagner.

Votre cerveau rajeuni quand vous quittez la procrastination

Vous avez pris la décision d’acquérir de nouvelles habitudes pour avancer dans votre vie. Bravo ! Vous avez chassé dame Procrastination de votre environnement, très bien. Vous êtes fermement décidé à changer vos habitudes, mais voilà que Dame Volonté fait preuve de résistance face à la mise en place de changements durables. C’est normal. Vous allez voir pourquoi :

Votre cerveau rajeuni quand vous changez d’habitudes, mais c’est sans compter l’éducation que nous avons reçue ! Oui, on nous a inculqué un ensemble de croyances nous empêchant d’utiliser nos propres aptitudes. Nous subissons  le poids de notre éducation au quotidien. Tout ceci est bien ancré dans notre psychisme et nous vivons comme robotisés, sans réussir à changer quoi que ce soit dans nos habitudes. Votre cerveau rajeunit-il dans ces conditions-là ? Et bien non, c’est l’encrassement assuré.

Vous pouvez le vérifier chaque jour au quotidien. Eh oui, que faites-vous en rentrant le soir chez vous ? Vous vous servez un verre, vous vous vautrez dans le canapé et allumez la télévision ? Vous vous précipitez sur les tâches à effectuer comme le dîner à préparer, le suivi des devoirs des enfants…encore et encore…

Oui : quitter le connu bien confortable nous semble difficile

Car nous avons peur de quitter notre zone de confort. Nous avons peur du changement, peur d’acquérir de nouvelles habitudes qui nous font perdre nos repères. Réussir en changeant totalement d’habitudes n’est pas aisé et demande de l’action, de l’effort. Et si vous transformiez votre vision de la vie en intégrant cette pensée : votre cerveau rajeuni dès que vous changez vos habitudes. Idée intéressante, non ? Du coup, le poids de Dame Procrastination s’envole et vous vous sentez plus léger. Ce n’est que du bénéfice pour vous. Le cerveau est malléable à merci, quelques explications :

Votre cerveau rajeuni en permanence si vous savez le gâter

Votre cerveau rajeuni grâce aux changements d’habitudesNotre cerveau est très discipliné. Il attend avec patience chacune de vos instructions pour les mettre à exécution. Et savez-vous que :

  • Par sa complexité, notre cerveau peut traiter jusqu’à 30 milliards de bits d’information par seconde et comprend quelque 10 000 kilomètres de fils et de câbles. Le système nerveux de l’homme renferme environ 28 milliards de neurones. Chacun  de ces neurones est un minuscule ordinateur indépendant capable de traiter environ un million de bites d’informations.
  • Ces neurones agissent de manières indépendantes, mais  peuvent aussi communiquer avec un réseau de fibres nerveuses de 160 000 milles kilomètres de long. Notre cerveau peut traiter plusieurs informations en même temps à une vitesse stupéfiante.
  • Notre cerveau est beaucoup plus puissant qu’un ordinateur, ne le sous-estimons pas. Nous possédons tous les capacités de réussir en changeant totalement d’habitudes.
  • Quand nous faisons une chose pour la première fois, nous créons une connexion physique, un mince fil neural qui nous permet d’avoir à nouveau accès à cette émotion ou ce comportement à l’avenir.
  • À chaque fois que nous répétons un comportement, nous renforçons cette connexion, les fils neuraux se multiplient. C’est la répétition qui crée les connexions, de nouvelles “routes” se construisent grâce aux nouvelles fibres. Au fil du temps, à force de répéter ces nouvelles habitudes vous constaterez que les anciennes tendent à disparaître.

Soyez persévérant, laissez un temps suffisant à l’acquisition de nouvelles habitudes.  La volonté seule n’est peut-être pas suffisante, mais elle peut s’acquérir.

“On ne naît pas volontaire, on le devient”.

MASSON-OURSEL

C’est à force de s’entrainer et en y allant étape par étape que l’on arrive à un résultat. La volonté suit le même processus que les actes que vous mettez en place pour un changement durable.

Également : le contexte aux changements d’habitudes est important, vous n’arriverez à rien si vous vous sentez stressé, fatigué… Et si vous vous mettez la pression… Votre cerveau n’aime pas être bousculé, prenez soin de lui.

Changer totalement d’habitudes est plus facile dans un climat plus serein

Les weekends, les vacances sont des moments propices aux changements. La méditation et la relaxation sont des outils appréciables pour vous aider. Détendus vous pouvez plus facilement pratiquer la visualisation, l’autosuggestion.

Ce qu’il faut retenir : la volonté s’éduque, le cerveau étant d’une puissance incroyable pour vous aider à faire de votre vie un succès et réussir tout ce que vous entreprenez en changeant totalement d’habitudes. Sortez de votre zone de confort. Sachez que votre cerveau se nourrit de changements en produisant de nouveaux neurones, d’où de nouvelles connexions pour de nouvelles habitudes.

Votre cerveau se nourrit aussi de projets

Votre cerveau rajeuni si vous lui donnez sa nourriture préférée. En revanche, vous l’affamez lorsque vous laissez vos projets avorter et que vous abandonnez vos rêves à la décharge.

Réussir ses projets, c’est parfois le parcours du combattant. Détermination et motivation sont deux moteurs indispensables pour nourrir son cerveau et réussir ses projets. Le parcours de vie de chacun peut être jalonné de difficultés. Certains projets ne verront jamais le jour, mais d’autres se mettront en place. Les épreuves peuvent renforcer une personnalité tout comme la détruire. Je choisis ici de parler de personnalités façonnées par les difficultés, et qui ont su fait preuve de détermination.

Les évènements sont parfois cruels. Un deuil ou une maladie frappe la personne dans son élan et son avenir s’effondre, remettant à plus tard les projets auxquels elle tenait. Si le désespoir ne l’anéantit pas, elle garde au plus profond d’elle-même l’espoir secret, que tant la vie continue, quelque chose peut en émaner. La détermination et la motivation peuvent rester intactes malgré les évènements douloureux, le cerveau se délecte de ces deux moteurs indispensables, pour se sentir jeune et vous aider à réussir vos projets.

Votre cerveau rajeunit par les expériences vécues

Voici une confidence : mes parents ont fait le choix de me mettre en apprentissage dans un atelier de maroquinerie à l’âge de 14 ans. Je sais que mon père avait d’autres projets pour moi, mais hélas, il a quitté la vie subitement et je suis restée dans cet atelier.  Ma sœur cadette a suivi un an après le même chemin dans cet atelier d’apprentissage, notre mère devant nous élever, nous étions 6 enfants et c’était la seule ressource pour nous faire vivre. Il n’était plus question de faire des études.

Nous avons appris un métier, le gout de l’effort et le sens des responsabilités. Expérience riche en enseignement dans le cursus de nos vies. Rien de tel comme cure de jouvence pour votre cerveau que l’école de la vie.

Quelques années plus tard, restant plus que jamais motivé, l’espoir ne me quittait pas. Je voulais réaliser un tant soit peu mes rêves et j’entrepris de reprendre des études par correspondance en parallèle à mes activités de mère de famille et de vie associative bien remplie.

À force de ténacité et de persévérance, je suis devenue infirmière, puis manageur. Motivation, énergie ont été mes deux puissants moteurs de réussite. Je ne suis pas devenu chirurgien ou chef d’orchestre, mais j’avais réussi en partie mes rêves en fonction des possibilités qui m’étaient offertes. Ma soif de réalisation a été étanchée. Mon cerveau a gardé sa jeunesse. Oui, votre cerveau rajeuni grâce à vos expériences, ne lâcher rien de ce qui vous tient à cœur, jamais.

Votre cerveau se nourrit, mais à soif également de réalisation et d’espoir

  • À l’intérieur de toute personne sommeillent deux choses essentielles pour son développement personnel : Espoir et Soif de réalisation.
  • Quand une personne souhaite réussir ses projets, il lui est impératif de puiser dans la source de son énergie d’où il tire sa motivation et son espoir.

Si ce principe reste intact, quelles que soient les difficultés de parcours de la personne, celle-ci n’aura rien perdu des qualités nécessaires à sa réalisation. Ces choix ne l’auront pas trahi, au contraire, elle se sera enrichie du fruit de son expérience. Plus mûre et plus épanouie, au moment d’envisager un grand tournant dans sa vie, elle sera capable de l’assumer sans crainte. Les difficultés font grandir et façonnent la personnalité.

Et puis, il y a celui pour qui la vie ne pose pas autant de problèmes. Il devra tout de même se frayer un chemin, le consolider, se battre pour maintenir sa place et évoluer. Rien ne lui garantira sa réussite sinon ce qui le motive réellement et l’espoir qu’il met dans tout ce qu’il entreprend pour réussir ses projets. Gardez toujours en tête que votre cerveau rajeunit dès que vous agissez pour réaliser ce qui vous tient le plus à cœur.

Votre cerveau est au service de vos projets

Je peux vous affirmer que celui dont la vie l’aura marqué au fer rouge, s’il n’a pas complètement perdu espoir, il gravira un à un les échelons de sa liberté. Son parcours le valorisera et le rendra plus fort. Il connaîtra le prix à payer pour se réaliser et se sentir épanoui, et tous ses amis et ses proches l’aimeront davantage, car à son contact ils sentiront combien la vie est précieuse et constateront que tout est possible.

Toute personne peut réussir ses objectifs, car réussir c’est être vivant. Le chemin lui-même est une révélation et triompher est une simple pause sur un palier de l’existence. Vous pouvez réussir vous aussi et croire que ce que vous avez à vivre, c’est maintenant que vous l’accomplissez. C’est une attitude mentale à acquérir et à cultiver. Et votre cerveau rajeuni chaque fois que vous lui en donnez l’opportunité.

 ” Certains atteignent la réussite parce qu’ ils ont l’intime conviction qu’il ne peut en être autrement. Le succès les emplit tout entier. Il n’y pas le moindre interstice par lequel l’échec puisse s’infiltrer. Cette certitude orgueilleuse ressemble à l’autosuggestion. En tout cas, tout se passe comme si l’échec ne pouvait avoir de prise sur eux, comme s’ils étaient immunisés contre tout germe négatif.”

François GARAGNON

Votre cerveau rajeuni grâce à votre détermination

Un poème pour finir de vous motiver à garder votre jeunesse neuronale :

Si tu es las, recommence

Si tu es las et que la route te paraît longue,
si tu t’aperçois que tu t’es trompé de chemin….
… ne te laisse pas couler au fil des jours et du temps,

Recommence

Si la vie te semble trop absurde,
Si tu es déçu par trop de choses et trop de gens,
…. ne cherche pas à comprendre pourquoi,

Recommence

Si tu as essayé d’aimer et d’être utile,
si tu as connu la pauvreté et tes limites,
…. ne laisse pas là une tâche à moitié faite,

Recommence

Si les autres te regardent avec reproche,
S’ils sont déçus par toi, irrités,

…. ne te révolte pas, ne leur demande rien,
Recommence

Car l’arbre rebourgeonne en oubliant l’hiver,
Car le rameau fleurit sans demander pourquoi,
Car l’oiseau fait son nid sans songer à l’automne,
Car la vie est espoir et RECOMMENCEMENT……..

Poème écrit par une handicapée, source ( La foi une aventure, escales vers la confirmation) éditions ouvrières.

Virage à 360 degrés sans dommages collatéraux

Virage à 360 degrés sans dommages collatéraux : comment c’est la retraite ? Question qui m’a été posée récemment lors de retrouvailles entre collègues autour d’un repas. La retraite, c’est génial, le temps m’appartient, je suis en vacances perpétuelles. On m’a trouvée bonne mine, en forme. « Tu es toujours la même ! » Cela fait maintenant trois mois que j’ai effectué mon virage à 360 degrés. J’ai beaucoup aimé mon travail et j’avais hâte d’arrêter après tant d’années d’activités. Il y a un temps pour tout. Me voilà entrée dans un nouveau cycle.

Mais amorcer un virage à 360 degrés n’est pas si évident qu’il n’y parait. Même en y étant préparé. Quelques petits dommages collatéraux sont inévitables quand on change d’état. Passée l’euphorie des premiers jours, j’ai passé les semaines suivantes dans la ouate : repos, flottement dans le temps, dans les pensées. Envolés les repères, envolés le rythme effréné des journées chargées, envolée mon image de femme active… Une période de deuil s’amorçait. Un nouveau cycle s’ouvrait à moi. Après avoir vécu un temps de latence, tout compte fait bien normal, l’acceptation s’est installée m’accompagnant ainsi dans la construction d’un nouveau cycle.

Virage à 360 degrés : période d’adaptation obligée

Connexions neuronalesDu jour au lendemain, se dire que l’on ne se rendra plus sur son lieu de travail et que l’on pourra profiter de tout son temps et que l’on pourra être serein, comme ça d’un coup, est un peu utopique. Même avec des passions extérieures à son travail, le passage « à vide » est inévitable et normal. Les connexions neuronales sont perdues. Du temps est nécessaire pour déconnecter tous ces liens qui se sont créés au fil des années et établir de nouvelles connexions.

La retraite, c’est comment ?

Définition du mot retraite : Action de se retirer de la vie active, arrêt des activités professionnelles, état d’une personne retiré des affaires, lieu dans lequel on se retire, repli, tanière, pension, toucher sa retraite…

« Ma retraite est mon Louvre, et j’y commande en roi. »

Destouches, Le philosophe marié, I, 1, le 15 février 1727.

Définition du mot travail : activité de l’homme appliquée à la production, à la création, à l’entretien de quelque chose, exercice d‘une activité professionnelle, ensemble des activités par lesquelles l’individu satisfait ses besoins (source de revenus) et transforme la réalité, le travail est l’activité qui permet la production de biens et de services.

« On se lasse de tout, excepté du travail. »

François Gaston de Lévis, maximes et réflexions sur différents sujets (1810)

La retraite, c’est comment ? Se dire à la retraite ne veut pas dire être sorti de la vie active. La retraite est un changement d’activité. Pourquoi a-t-on coutume de dire « vie active » ? La vie active est un état ou l’individu de par son activité, participe à l’économie d’un pays en travaillant, voire plus. Donc une fois à la retraite, l’individu est dit « inactif ».

Travailler est un moyen de s’intégrer dans la société et pourra apporter une reconnaissance sociale avec un sentiment d’utilité. L’individu devenu « inactif » pourra regretter ce sentiment d’utilité qu’il avait.

Virage à 360 degrés : ne plus travailler peut-être synonyme de vide et d’ennui lorsque l’on a consacré beaucoup de temps à sa vie professionnelle. Mettre en place d’autres activités lors du passage à la retraite peuvent être parfois difficile. Une retraite bien vécue ouvre l’opportunité de s’adonner à ses passions jusque-là mises de côté, faute de temps.

Comment appréhender un virage à 360 degrés sans dommages collatéraux ?

C’est fini. L’individu ayant travaillé jusqu’à 12 heures par jour, aura du mal à se désintoxiquer de cette drogue dure, car oui, il s’agit bien d’une dépendance. Pour avoir la capacité à tourner la page, la retraite se prépare longtemps à l’avance. Mais même avec une préparation, s’arrêter du jour au lendemain est douloureux pour plusieurs raisons :

  • Changement de rythme, l’individu devient maitre de son temps
  • Déstabilisation sociale devant une vie devenue plus solitaire
  • Perte d’une identité, deuil d’une certaine image de soi et d’une partie de sa vie

7 conseils pour un virage à 360 degrés en toute sérénité

  1. Passions : reprendre ses passions mises de côté par manque de temps
  2. Famille : renouer le contact avec ceux qui nous sont le plus cher
  3. Réseau social : faire en sorte de ne jamais perdre le fil avec l’extérieur. Garder et chouchouter ses relations : passées, présentes et à venir
  4. Apprendre et donner : se reconnecter à d’autres activités, approfondir ses connaissances, s’engager sans se perdre soi
  5. Santé : prendre soin de sa personne, tant sur le plan moral que physique
  6. Identité : retrouver une nouvelle identité en savourant ce que l’on est
  7. Le temps : savoir en profiter tout en ayant un minimum de structure et d’organisation

Prendre un virage à 360 degrés en toute sérénité en compagnie de ses passions

Dans le premier conseil, je vous parlais de passions. Voici le moment venu de partager les miennes, enfin, au moins une : la musique. Savez-vous que la musique conserve en santé avec un pouvoir de guérison ? Pour le docteur Diamond, solliciter en permanence les mémoires mentales et gestuelles prolonge la vie du système nerveux. D’ailleurs, Pierre Lemarquis a écrit un excellent ouvrage : Sérénade pour un cerveau musicien », démontrant que la musique à un énorme pouvoir sur notre cerveau. Vous pouvez relire l’article ici.

La musique a le pouvoir de vous conserver en santé morale et physique

Virage à 360 degrés avec la musiqueMort à 99 ans, le pianiste Paul Loyonnet a enregistré son dernier disque à 96 ans. Mort à 101 ans, Mieczyslav Horszowski a donné son dernier récital à 99 ans. Les musiciens auraient-ils le privilège de vivre plus vieux. ? Quatre ans de plus que la moyenne, selon le psychiatre Jonh Doamond, fondateur de l’Instite for Music and Health de Salem (New York). Ainsi, les pianistes Wilhelm Kempf, (mort à 96 ans), Arthur Rubinstein (95 ans), Clodiau Arrau (88 ans), Vladimir Horowitz (86 ans), le violoncelliste Pablo Casals (96 ans), les chefs d’orchestre Arturo Toscanini (89 ans) et Karl Bôhn (83 ans), et le compositeur Igor Stravinsky (89 ans)

 

Définition du bonheur : état durable de plénitude, de satisfaction et de sérénité, joie, plaisirs liés à une circonstance.

« Le plus souvent, on cherche le bonheur, comme on cherche ses lunettes,

quand on les a sur le nez. »

André Maurois

Tous ces musiciens ont exercé leur talent jusqu’à la fin. Prendre un virage à 360 degrés en toute sérénité et connaitre le bonheur de vivre est possible pour celui-ci qui prend conscience que la retraite est un temps bénie pour vivre de ses passions. Qu’en pensez-vous ? Êtes-vous d’accord ? Merci de venir partager vos expériences sur ce sujet.

Courage et peur : ingrédients indissociables

Courage et peur : ingrédients indissociables

Courage et peur embellissent votre vie pour vous faire avancer avec un courage hors du commun, agrémenté d’une pointe de peur donnant du piment à votre existence. Instinct de survie obligé : courage et peur se présentent à vous comme des ingrédients aux multiples facettes colorées, indispensables et indissociables à votre survie, tout comme l’eau que vous buvez et l’air que vous respirez. Mais avant d’aller plus loin dans cette réflexion, prenons le temps de définir qu’est-ce que le courage et qu’est-ce la peur.

Quelle est la différence entre la peur et le courage. Qu’est-ce que le courage, qu’est-ce que la peur ?

Courage et peur : ingrédients indissociables à la vie

Définition de la peur :

Courage et peur à notre service

“Quand on a peur dans la vie, c’est parce qu’on ne sait pas quelle décision prendre.”

Bernard Weber

La peur est une réaction, la conséquence de quelque chose plutôt qu’un symptôme. C’est généralement la manifestation, par des signes parfois tant physiques que psychologiques, d’une brutale réalisation. La peur survient toujours en réaction à quelque chose, et elle peut être soit momentanée, soit s’étirer dans le temps. Lorsque la peur est chronique ou concerne quelque chose d’abstrait : peur de l’avenir, de l’engagement, appréhensions… on parle plutôt d’angoisse. Le stress en est l’une des sources, et apprendre à le réguler suffit parfois simplement à la diminuer.” (source définition de la peur)

« La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au-delà du but. »

Alain : Les idées et les âges (1927)

Définition du courage :

« J’ai appris que le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité de la vaincre. »

Nelson Mandela

“La vertu qui surmonte la peur. La peur est tremblement, maladresse, faiblesse, fuite, et peur de tout cela. Le courage va directement et par principe contre ces abandons de soi. Toutefois il n’est point dit que le courage poussera vers le plus grand danger. Ce serait alors témérité ; et le courroux, (parent du courage) est alors le moyen du courage. Au lieu que le courage peut s’allier avec la prudence et se passe très bien de colère. Et l’action, même imprudente, est souvent nécessaire, contre la peur même ; et dans ces cas-là c’est au calme sans colère qu’on reconnaît le courage.” (source définition du courage)

« Le courage, ce n’est pas de vivre sans peur. Le courage, c’est d’avoir la peur de sa vie et quand même faire la bonne chose »

Chae Richardson

Courage et peur : ingrédients indissociables à la vie

La vie est parsemée de difficultés qu’il est nécessaire d’appréhender avec discernement, courage et une certaine peur.

« Le courage, c’est l’art d’avoir peur sans que cela ne paraisse »

Pierre Veron

courage et peur au quotidien

Combien de situations avez-vous affrontées avec courage sans que personne puisse sans douter ?

Je me souviens (il y quelques 5 décennies) du jour où avec mes frère et sœurs ou nous avons pris la décision de rapporter au commissariat une boite, découverte dans la cave de notre appartement, remplie de munitions avec un révolver datant de la dernière guerre mondiale.

Souvenir rapporté par notre père comme un trophée (du camp ennemi). Il était loin de se douter qu’après sa disparition, que cela allait nous “causer” quelques frayeurs et bien des sueurs pendant quelques années quant au discours un peu farfelu de notre mère.

La peur au ventre nous habitait sans relâche.  Vrai ou pas vrai cette histoire d’arme ?

Quand vint le moment au décès de notre mère de vider l’appartement, nous l’avons fouillé de fond en comble et quelle n’a pas été notre surprise de découvrir que c’était vrai.

Il y avait bien de quoi nous donner la frousse… Et si notre mère était passée à l’acte ? Parole d’un policier : “Mais il y de quoi tenir un siège ! » Bigre… Toutes ces années à vivre avec cette peur, comme nous avons eu du courage de vivre avec cette peur permanente !

Le courage, dans ce cas, d’apporter le tout au commissariat, avait pour but de désamorcer notre peur alimentée durant des années par des discours incontrôlables de notre mère perdue dans sa douleur.

Dans ce cas de figure, courage et peur se sont mêlés, situation sortant un peu de l’ordinaire, j’en conviens.

Un peu de légèreté pour courage et peur

Courage et peur pour nous servir

C’est la première fois de mon existence que j’ose parler de cet épisode. Avec le recul des décennies, je pense que ma mère ne savait même pas où se situait ce coffret contenant munitions et arme.

Mais nous avons eu tous une belle frousse lors de nos âges tendres et qui ne nous permettait pas d’avoir le recul nécessaire face aux réactions d’adultes complètement perdus eux-mêmes.

« Le courage, c’est de supporter sans fléchir les épreuves physiques et morales, que prodige la vie. »

Jean Jaurès. Discours à la jeunesse. Albi, le 30 juillet 1903.

Courage et peur sont des ingrédients indissociables de toutes vies. Vous avez tous vécu des expériences de courage et de peur mêlés, je me suis dévoilée en partageant une expérience… C’est à vous maintenant de partager vos expériences de courage et peur, si petite ou grandiose soit-elle.

Il n’y a pas de grand ou petit courage, ni de grande ou petite peur. Il y a seulement votre courage et peur au service de votre vie, enfouie au fond de votre être. Il y a vous… Tout simplement… avec votre vécu unique et précieux aux yeux du monde… et bien des miens.

“Le courage, c’est de comprendre sa propre vie, de la préciser, de l’approfondir.

Jean Jaurès. Discours à la jeunesse. Albi, le 30 juillet 1903.