Des mots sur des maux, comprendre et évoluer

Des mots sur des maux

Des mots sur des maux et bien plus : Aimez-vous écrire ? Avez-vous un journal de bord ? Je pose la question différemment : à quoi vous fait penser  « l’écriture de soi »? Drôle de question ayant besoin d’être approfondie. Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé écrire. Écrire sur des petits bouts de papier, sur des feuilles volantes, sur des cahiers, sur des carnets… Enfin sur tout support pouvant recevoir des mots. Je n’ai pas dit des maux mais des mots. Quoique les mots ressemblent parfois à des maux et les maux peuvent avoir les mots pour écrin. Il m’arrive même d’écrire maintenant dans les livres, mais pas pour la même raison que dans mes cahiers.

J’allais oublier de mentionner que j’écris aussi…des articles pour mon blog. Vous vous en étiez aperçu,  mais là aussi la raison est bien différente. Sans doute un jour je vous en dévoilerai la raison profonde, pour l’instant c’est bien trop tôt. A quoi me sert l’écriture depuis tant de lustres ?

Des mots sur des maux riment avec écriture de soi

Écrire les mots sur les mauxJ’ai souvent entendu que je ne savais pas rester à ma place. Ah oui, quelle place ? Celle du vilain canard qui ne voulait qu’en faire à sa tête en refusant d’entrer dans le moule qu’on lui offrait ? J’ai toujours été une battante et ceci implique parfois la prise de décisions sur l’orientation de ma vie. Décisions dérangeantes et inconfortables pour ses proches ou moins proches. Pourquoi des mots sur des maux ? Imaginez-vous en pleine mer navigant en solitaire ayant pour seul interlocuteur la mer, le ciel… Pas mal, sans doute  me dire-vous.

Ce que je pointe, c’est la solitude face aux questionnements que vous pouvez avoir dans la traversée de votre vie. Vie parfois bien chaotique avec ses peines, incompréhensions de tout poil.

L’écriture est un moyen de coucher tous ses maux sur papier par des mots

En consultant mes écrits je peux m’apercevoir qu’à chaque grand bouleversement ou difficulté à traverser, l’écriture m’a été d’un grand secours. Les maux ainsi bordés par les mots prennent toute leur signification.

Les maux ainsi couchés prennent une autre dimension. Le regard porté sur les mots donne à voir tout le chemin parcouru après tant d’années d’écriture parfois en discontinuité. Quand tout va bien, pourquoi écrire son ressenti, ses questionnements ? L’écriture dont je parle ici  est l’écriture exutoire. L’écriture quand il n’y a pas d’autre solution possible de pouvoir dire. Cette écriture-là, sauve de soi et se présente comme l’outil d’aide à la compréhension de ce que nous vivons.

Des mots et un parcours de vie

Des mots sur mon chemin de vieÉcrire pour dire des maux par des mots est une belle thérapeutique pour avancer dans la compréhension de soi. Il m’est arrivé de me sentir dispersée dans mon parcours de vie. Cependant en me relisant je ne peux que constater de la logique imparable de mon parcours. Une petite anecdote : à une période de ma vie, lorsque j’avais dû préparer mon CV avec mes motivations et un projet professionnel pour un  jury de sélection lors d’un concours, j’ai un peu paniquée devant la diversité de mon parcours. Pour moi, ça faisait fouillis. Eh bien oui, un exemple : de maroquinière je suis passée infirmière, fallait bien que j’explique un peu, non ? Après avoir ordonné tout ça, à la relecture, j’ai pu constater qu’il y avait comme un fil conducteur.  Mes expériences de vie avait un parcours logique, ce qui d’ailleurs a été remarqué par un membre de ce jury.

L’écriture, dans cet exemple n’est plus exutoire mais outil de réflexion. Pour rédiger mes motivations il a fallu que je réfléchisse sur les différents aspects de ce parcours.  Je devais relire le tout pour en comprendre moi-même la cohérence. Le fait d’avoir pris l’habitude d’écrire m’a simplifié la tâche. Les mots ainsi couchés deviennent une précieuse mémoire dans laquelle je puise au gré de mes besoins.

Et après, que dire sur les mots ?

Parole…Parole…Comme disait Dalida dans sa chanson, ah non je me trompe, les mots…les mots…sur les maux …Quand ils nous tiennent, Il est temps que je vous laisse car je dois continuer à…écrire. Qu’est-ce que je suis en train de faire en ce moment ? J’aligne des mots bien sûr et non des maux. Étant intarissable sur le sujet, je dois m’imposer une limite. L’écriture peut revêtir plusieurs formes, vous l’avez surement remarqué. J’aimerais que vous me disiez ce que représente pour vous l’écriture et comment vous l’utilisez : exutoire, outil, mémoire…ou encore…