Enseignement du Capharnaüm émotionnel par Sir Carnet

Enseignement du Capharnaüm

Enseignement du Capharnaüm émotionnel par Sir Carnet de note et Sir Crayon. Le retour de nos héros, notre boite a outils revient en forcecet enseignement du Capharnaüm a été inspiré par le vécu de Saint Bernard, invité de marque pour la circonstance par Sir Carnet de note et Sir Crayon. Voici une histoire riche d’enseignements sur la façon d’organiser sa vie. Et oui, tout en voulant aider ses proches, ce n’est pas forcément la bonne solution comme vous allez le lire. La noblesse de cœur, tout à l’honneur, n’est pas toujours une bonne idée. Cela peut créer un véritable Capharnaüm émotionnel pour les deux parties. Personne n’est gagnant à ce jeu-là.

Enseignement du Capharnaüm émotionnel par Sir Carnet de note et Sir Crayon sous forme d’interview :

Enseignement du Capharnaüm émotionnel ? Je suis présent ! Et bien présent !

–       Merci Saint Bernard d’avoir accepté l’invitation pour partager votre expérience

–       C’est avec plaisir que je viens ici témoigner, cette une riche expérience que j’ai vécue et elle est pleine d’enseignements.

–       Sir Carnet de note avec Sir Crayon mon collaborateur, nous avons consigné votre histoire, riche d’enseignements en effet, mais aussi riche en souffrances, vous pouvez nous en dire plus pour nos lecteurs ?

Enseignement du Capharnaüm émotionnel, le début de l’histoire

–       Avec plaisir, voici le début : une de mes sœurs a soudainement perdue la vie en laissant deux enfants, une enfant majeure et enfant un mineur. Le problème se posait avec l’enfant mineur, pas question que cet enfant parte en en foyer ou en famille d’accueil. Je vivais seul et trouvais tout naturel de proposer mon aide, la famille accepta l’idée…. Silence….

Droit dans le mur grâce au Capharnaüm émotionnel

–       Sir Crayon : quels sont les sentiments qui vous habitaient quand vous avez pris cette décision ?

–       Mille pensées m’ont assaillie mais pas un seul instant je n’ai regretté ma décision. J’étais loin de penser que j’allais droit dans le mur. Oui, très vite un Capharnaüm émotionnel m’a envahie et ont envahi surement celui de ces deux jeunes au passé difficile… Silence …

Histoire familiale provoquant un Capharnaüm émotionnel

–       Sir Crayon : qu’entendez-vous par là ?

–       L’histoire familiale n’est pas simple. Ma sœur a été dans la reproduction de schémas familiaux ayant eu une influence sur les deux enfants bien évidemment. De plus ma ressemblance physique avec cette sœur n’a aucunement aidé ces jeunes. Imaginez : perdre leur mère pour ces enfants, avoir connu bien des souffrances et voilà que quelqu’un de la famille proche avec en surplus une ressemblance physique et ayant vécue des d’expériences similaires malheureuses vient se positionner en Saint Bernard… Mais de quel droit je viens jouer le rôle de la mère ou du père ?

–       Moi Saint Bernard, j’ai foncé tête baissée dans une situation où j’avais négligé de mesurer les tenants et aboutissants d’une situation complexe… Quel Capharnaüm émotionnel !…Silence…

Dans cet enseignement du Capharnaüm émotionnel, quelle issue ?

–       Sir Carnet de note : Saint Bernard, pouvez-vous préciser votre pensée ?

–       Croyant bien faire je me suis lancé dans cette aventure tête baissée, une solution était toute trouvée devant ce casse-tête chinois. Chacun était satisfait. Saint Bernard était arrivé tel Super Man ! Erreur fatale induisant un Capharnaüm émotionnel épouvantable pour les deux parties. Inefficacité, improductivité de mes tentatives d’approches pour améliorer la communication devenue difficile entre nous.

–       J’ai cru parfois mourir tant la situation était tendue. Le dialogue était devenu difficile et il n’y avait pas d’aboutissement possible… Silence…

Changement de direction pour mettre fin à ce Capharnaüm émotionnel

L'amour familial ne suffit pas toujours

–       Sir Carnet de note : Saint Bernard, comment cela s’est-il terminé ?

–       Prenant mon courage à deux mains, j’ai annoncé que je quittais les lieux ne pouvant plus supporter cette situation. J’appréhendais l’annonce de cette décision mais en fait, c’est comme si je mettais fin à un supplice… Silence…

Questions finales sur cet enseignement du Capharnaüm :

–       En cœur, Sir Crayon et Sir Carnet de note demandèrent : quels enseignements en tirez-vous ? Quels seraient vos conseils dans ce genre de situations ? Quel en a été l’impact dans votre vie et dans celle de ces jeunes ?

–       Doucement… Je vais répondre à vos questions : Se faire aider par des tiers extérieurs à la famille pour prendre la bonne décision et en comprendre les enjeux me semble évident. Étant moi-même dans un marasme, non… plutôt dans un Capharnaüm émotionnel tout comme ces jeunes, en souffrance autant l’un que l’autre, nous étions mal placé

pour trouver un terrain d’entente. L’âge de l’adolescence n’arrangeant rien, tout le monde peut être d’accord sur ce point… ?

–       Moi, Saint Bernard tel que vous me voyez, je me remettais à peine d’une rupture sentimentale, que du bonheur pour appréhender une nouvelle situation difficile, ironique, non ? Ces jeunes ont pu repartir sur de nouvelles bases saines, coupé sans doute du milieu familial, mais coupure nécessaire.

–       Quant à moi, Saint Bernard que je suis, rien à regretter sauf que pris dans la tourmente de ce Capharnaüm émotionnel, je reste avec un sentiment de gaspillage d’amour que j’ai voulu partager et qui n’a pas été compris comme tel mais j’en reste enrichie à vie.

Conclusion, savoir dire NON !

–       Sir crayon : votre conclusion à ce jour sur cet enseignement du Capharnaüm émotionnel ?

–       Sir Carnet de note : comment allez-vous maintenant, que sont devenus ces jeunes ?

–       Ma conclusion… Hum… Rien ne vaut l’expérience de vie, vous ne pouvez en douter n’est-ce pas ? Ces jeunes ont poursuivis leur chemin. Une leçon que j’ai apprise : SAVOIR DIRE NON pour sa survie comme le montre cet enseignement du Capharnaüm émotionnel. Savoir dire non en toute intelligence n’est pas de l’égoïsme mais une forme de sagesse qu’il est nécessaire de maitriser pour le bonheur de tous… Et de soi. Besoin de compléter ma conclusion , chers lecteurs ? A vos plumes, j’attends vos réactions… Merci d’avance pour votre contribution.