Se construire une identité, regard de l’autre : impact sur l’enfant

Se construire une identité

Se construire une identité par le regard de l’autre, petit mot personnel… et sans fin de l’enfance en danger. Voici la suite de l’article précédent : Enfance en danger, maltraitance, indifférence et responsabilité. Axé cette fois sur le regard de l’autre et l’impact de celui-ci sur l’enfant en devenir.

Ce thème est en lien avec l’évènement mensuel de la croisée des blogs, organisé ce mois-ci par Laurence du blog Happy Soul.

Voyons maintenant : comment se construire une identité lorsque l’on est enfant ? Enfance en danger et regard de l’autre sur ma petite personne haute comme 3 pommes : comment me suis-je construite une identité… ? Difficile à dire. Pendant bien longtemps, il y a des décennies, j’ai cru que je n’étais rien, que je ne valais pas grand-chose. Pourquoi ? Le regard de l’autre, la source qui devait m’abreuver en confiance en moi était polluée. Cette source m’aspergeait de regards déformés que je prenais pour argent comptant, n’ayant pas d’autres miroirs ou je pouvais me mirer. Se construire une identité dans ce contexte, devenait un travail de titan. Dès sa venue au monde, comment l’enfant se construit-il ?

Se construire une identité par le regard de l’autre, pour l’enfant qu’est-ce ?

  • Dès sa venue au monde, l’enfant est à la merci de ceux qui l’accueillent.
  • L’enfant cueille votre sourire, cueille votre regard, cueille le son de votre voix, se nourrit de votre amour.
  • L’autre est devenue source permettant de le nourrir, de le construire pour grandir et s’épanouir.
  • Sans sourire, sans regard bienveillant, sans voix chaleureuse, sans amour, l’enfant ne pourra se construire une identité solide. Cette identité solide est le socle d’une bonne confiance et d’estime de soi.

“Le regard indiffèrent est un adieu perpétuel”.

Malcolm de Chazal.

Se construire une solide identité n’est pas un mince affaire. Un regard de qualité sur l’enfant est indispensable.

Comment se construire solidement une identité avec le regard de l’autre ?

Se construire une identité par le regard de l'autreDans le regard de l’autre, l’enfant se voit comme dans un miroir. Un regard bienveillant accompagné de tendres paroles, de gestes affectueux, sera porteur d’amour engendrant la confiance en soi et en l’autre.

L’amour est le terreau indispensable à la construction de toute vie. L’enfant se sentira aimé et deviendra confiant, sur de lui. L’amour est la plus puissante énergie permettant à l’enfant de se construire une identité solide.

Se regard bienveillant à tout égard, sera le ciment porteur d’une vie réussie empreinte d’une solide assurance en toute circonstance.

“Nous ne sommes-nous qu’aux yeux des autres et c’est à partir du regard des autres que nous nous assumons comme nous-mêmes”.

Jean-Paul Sartre. Extrait de “L’être et le néant”

Qu’advient-il de l’enfant quand le regard de l’autre est défaillant ?

Se construire grâce au regard bienveillant de l’autre : carburant assuré de la confiance en soi. Mais quand le regard de l’autre est embué de rejet, de souffrance, de mal être ? Je dis bien de souffrance et mal être, car à mon sens il ne peut en être autrement, mis à part pour certaines pathologies que je ne traiterais pas ici.

La maltraitance à enfant à de lourdes conséquences sur celui-ci. Dans ce cas de figure, se construire grâce au regard de l’autre devient difficile. Avoir souffert soi-même de maltraitance peut conduire à la déformation du regard de l’autre, du regard porté sur son enfant. L’enfant pouvant être le miroir (inconscient) de l’adulte (ressenti de cet adulte). Cet adulte reproduira alors son mal être sur l’enfant. Je n’excuse cependant pas tous les comportements néfastes envers l’enfance.

Fort heureusement, un enfant maltraité ne reproduira pas forcément le même schéma sur ses propres enfants. L’amour est plus fort que tout et la capacité de résilience à ses mystères que la raison ignorent !

Votre confiance en vous est défaillante ?

Vous passez votre vie à vous chercher, à savoir quelle est votre valeur ? Il est probable que vous soyez victime d’un regard de l’autre défaillant.

Un exemple : malgré une puissante envie de réaliser mes rêves, il y a toujours eu comme une force m’attirant vers le « Ce n’est pas possible, tu n’es rien ». Et encore : « Qui pourrait te faire confiance » ? Ou bien : « Ce n’est pas pour moi, je n’en vaut pas la peine ».

La cause de ces voix intérieures ?

Un regard de l’autre défaillant : un amour inexistant, le rejet, des phrases assassines pendant des années, des comportements inadaptés, déplacés sapant la construction de la confiance en soi. Un regard de l’autre défaillant installé sur des années a bien failli avoir raison de ma vie, de mon devenir.

“L’amour naît d’un regard, grandit dans un baiser, meurt dans une larme “.

Inconnu

Mais j’ai vaincu ce regard de l’autre défaillant en allant au-delà du regard de cet autre. Cela grâce au regard bienveillant d’autres personnes de mon entourage. Malgré tout, j’ai reçu l’engrais salvateur utile à ma construction. Évitant ainsi la chute vertigineuse dans ce gouffre sans fond du déni de soi.

Les bienfaits du regard de l’autre bienveillant et sincère :

“Si nous pouvions posséder tout ce que notre regard moissonne, aurions-nous besoin de chercher un sens à notre vie ” ?

Robert Elie

Cette citation nous montre combien le regard de l’autre est important pour se construire une identité, ce regard toujours bienveillant envers l’autre en devenir, nous mène vers une vie pleine de sens et par déduction, pleine de confiance en soi. Voici une autre pensée pour souligner l’importance de l’impact du regard de l’autre sur nos personnes, de la naissance à maintenant :

“Au-delà d’un je t’aime c’est la caresse d’un regard, le cadeau d’un geste, l’accueil d’un sourire qui me reliera à l’aimé le plus sûrement, le plus durablement.”

Vivre avec les miens – Jacques Salomé.

Beaucoup de mots restent à égrener sur ce sujet, donc à bientôt. En attendant, merci de partager votre opinion sur ce que représente pour vous le concept de se construire une identité par le regard de l’autre.