Les leviers du bonheur : décodage de la partition Amour

Accueil - Bonheur - Les leviers du bonheur : décodage de la partition Amour

Les leviers du bonheur : décodage de la partition Amour

Ou comment un piano peut vous conduire sur le chemin du bonheur

Les leviers du bonheur vous accueillent : souvenez-vous : amour, je prends, je donne, je jette. Après avoir passé en revue quelques facettes de l’amour, ce terreau indispensable à notre survie, une question restait posée : le juste milieu du vrai de vrai amour. Savez-vous que individuellement, vous êtes tous un chef d’orchestre hors pair de votre vie ? Le chef d’orchestre manie subtilement ces musiciens en connaissant parfaitement sa partition. Même si vous n’avez aucune connaissance en musique, vous allez comprendre comment un piano peut vous conduire au bonheur en trouvant le juste milieu et le bon accord en toutes choses. Les leviers du bonheur : décodage de la partition amour : 3ème épisode.

Les leviers du bonheur vous invitent à un petit interlude avant de poursuivre :

Mais qui suis-je donc pour ainsi vous parler de l’amour ? Je ne suis pas la Spécialiste mais est roulée un peu ma bosse sur cette partition. Certains ont réussi leur première expérience, moi pas. Mais j’en ai tiré les leçons pour nourrir les leviers du bonheur à venir : trop de différence intellectuelle avec une pauvreté de goûts en commun, ce n’était pas la bonne partition à jouer. J’ai donc quitté cette partition. Les leviers du bonheur ont manques d’huile.

La seconde expérience a été toute à l’inverse, niveau intellectuel adéquat, enrichissement mutuel, quelques goûts en commun. Alors qu’est-ce qui n’a pas marché ? Manquait la fibre « Amour véritable » pour accepter l’autre dans sa globalité tel qu’il est et non pas comme une image idéale figée dans le temps. Encore des leçons pour nourrir les leviers du bonheur. J’ai été quittée. Encore pas la bonne partition. Me suis jurée alors que l’on ne m’y reprendrait plus. Le temps faisant on œuvre… Mais c’est une autre histoire, poursuivons…vers les leviers du bonheur…

Autre expérience : chaque être humain à droit au bonheur et à la rencontre de l’âme sœur. J’ai eu l’occasion d’assurer le suivi d’une clientèle ayant à cœur de s’améliorer sur le plan personnel. Les demandes de conseils étaient nombreuses au point de mettre en place des groupes de réflexions sur la question, animés pas mes soins, j’en ai tiré beaucoup d’enseignements. Encore de quoi nourrir les leviers du bonheur… Cette fois je vous sors la bonne partition. Fin de l’interlude.

Les leviers du bonheur pour un décodage de la partition Amour

« Tous les hommes aspirent à la vie heureuse et au bonheur, c’est là une chose manifeste ; mais si plusieurs ont la possibilité d’y atteindre, d’autres ne l’ont pas eue raison de quelque malchance… et d’autres enfin, tout en ayant la possibilité d’être heureux, impriment dès le début une fausse direction à leur recherche du bonheur. »

Aristote – 384-322 av.

Ou comment un piano peut vous conduire sur le chemin du bonheur

Vivre à deux avec les leviers du bonheur et la partition amourLa vie n’est-elle pas faite pour vivre à deux ? Nous avons besoin de l’autre pour partager opinions, idées, plaisirs, désirs. Nous ne pouvons exister que par la seule existence de l’autre. Tout le monde a besoin d’attention, d’affection et de tendresse les leviers commencent ici. La vie est comme un piano ou l’on joue une partition à quatre mains.

La vie a mille et une facettes aux couleurs et tons tous différents en nuances telle les gammes jouées sur un piano. Imaginez la vie comme un piano.

Prenons la gamme « maturité affective » dans les leviers du bonheur :

Votre deuxième moitié n’est pas votre papa ou votre maman. Cet état d’enfant est derrière vous. L’amour dans un couple se nourrit de maturité affective adulte. Cela s’appelle aussi autonomie, ne serait-pas la gamme en do majeur ? Sans jeu de mot, vous êtes majeur et vacciné, chouette ! Dans ce cas l’amour peut se jouer à quatre mains. Les leviers du bonheur grincent de plaisir. Autonomie solide : deux adultes heureux. Vivre à deux ne veut pas dire fusion, qui elle, est mortelle.

Rassurez-vous la fusion n’a pas son mot à dire puisqu’elle a été chassée par la maturité affective. La maturité affective apporte son lot de joies partagées mais aussi de joies distinctes. Chacun à sa vie à vivre, même si l’amour est comme un piano, la partition a besoin parfois d’être jouée à deux mains. Excellent pour les leviers du bonheur !

Les leviers du bonheur dans la gamme « altérité » veut se faire entendre :

Les leviers du bonheur s’appellent aussi tolérance et respectReconnaître l’autre dans sa différence est primordiale. Vous imaginez vouloir l’autre à son image ? Moi pas, car j’ai déjà assez de ma personne. Je suis moi et l’autre est l’autre avec toutes ses richesses complémentaires au miennes. Reconnaître l’autre pour ce qu’il est, différent de moi, l’adulte en moi reconnait l’adulte en l’autre. Ce n’est pas par nombrilisme que j’emploie le moi mais parce que j’estime que cette valeur est sans doute la plus importance de toute.

La terre tournerait plus rond si l’altérité était mieux comprise de tous. Nous voici en présence d’une gamme avec des notes altérées que nous n’allons pas retenir ici puisqu’il est question d’altérité.

Reconnaître l’autre dans sa différence s’appelle également respect de l’autre. Respect de ses valeurs, respect de ses idées, respect de son intégrité… Les leviers du bonheur commencent à se sentir très à l’aise dans cette fameuse partition à quatre mains. La suivante arrive…

Les leviers du bonheur dans la gamme « atomes crochus » s’impatiente :

Les leviers du bonheur avec Atomes crochus

Les leviers du bonheur avec Atomes crochus

Les leviers du bonheur avec Atomes crochus et respectLes leviers du bonheur se nourrissent également d’atomes crochus. Qu’est-ce ? Je vous vois déjà avec votre microscope pour examiner si tel atome X ou Y (je n’ai pas dit chromosome mais atome) ne se développerait avec des crocs de serpents. Ce que j’appelle atomes crochus, ce sont les goûts en commun, les passions, tant pratiques qu’intellectuelles, au passage… l’humour fait aussi parti du lot.

La gamme atomes crochus aux mille facettes colorées peut se jouer sans inconvénients à quatre mains même si parfois elles se séparent pour goûter à l’indépendance, relire plus haut… Les leviers du bonheur de la gamme atomes crochus représentent un atout majeur (et voilà la gamme en sol majeur qui pointe son nez) dans la réussite du bonheur à deux. Les passions en communs renforcent les liens comme les aromates renforcent la saveur d’un plat.

Voici comment un piano peut vous conduire vers les leviers du bonheur en jouant ces quelques gammes à quatre mains du répertoire amour. L’ensemble joué dans un juste milieu et avec harmonie. D’autres gammes vous seront servies ultérieurement. Le concert se termine pour aujourd’hui. Le chef d’orchestre de la partition “Les leviers du bonheur” a besoin de reprendre des forces. Les leviers du bonheur accompagné de Maturité affective, Altérité et Atomes crochus vous remercient de vos applaudissements sous forme de commentaires. Profitez-en pour me communiquer vos propres leviers du bonheur tout en restant dans le registre de l’amour joue à quatre mains.

2016-08-06T16:53:39+00:00 Par |Categories: Bonheur|Tags: , , , |18 Commentaires

18 Commentaires

  1. La Dryada 17/05/2014 at 17:29 - Reply

    Bonsoir Hélène ,

    Cela pourrait s’appeler ” La mélodie du bonheur ” !
    Il y a tant à dire sur ce sujet qu’est l’Amour à deux … Il est vrai que nous n’ayons pas tous les mêmes opportunités pour vivre une romance … Alors qu’une partie s’en sort fort bien , l’autre partie ramera …Pourquoi tant d’inégalités ? Y a ~t~il une raison profonde à tout ce marasme affectif que vivent certains ?
    Puisque rien n’arrive sans raison …
    En tous les cas , un article écrit sans fausse note , bravo ! Dont j’aime la métaphore de la partition jouée à quatre mains …

    Amitiés poétiques

    ~ Jessica ~

    • Helene Hug 17/05/2014 at 18:06 - Reply

      Chère Jessica bonsoir,

      Décoder la partition de l’amour n’est pas chose aisée.

      Ce que nous comprenons bien plus tard et sans doute trop tard… Fini par arriver. Nous devrions le comprendre au début de notre vie d’adulte. La pratique nous enseigne… a nos dépends, j’en conviens mais c’est de cette façon que nous avançons, non ? La rencontre avec l’autre est tellement tributaire de son propre vécu, et idem pour l’autre moitie, tu imagines ce que cela peut donner ? Sans doute un début de réponse à “pourquoi tant d’inégalités” ?

      Rien n’arrive sans raison comme tu l’as compris. Mes 2 exemples dans cet article en sont la preuve, je n’ai pas détaillé le pourquoi du comment, mais cela renvoie à ce que nous sommes au fond de nous même au moment de la rencontre. Et le reste suit…

      En théorie : “La mélodie du bonheur” que tu suggères me plait. Dans la vie réelle, c’est un peu plus compliqué. Nous pourrions dire : Comment vivre et intégrer la mélodie du bonheur à notre quotidien, tu en penses quoi ?

      La partition à quatre mains est en cours “d’approfondissement” pour se jouer en parfaite harmonie.

      Amitiés en sol majeur sur fond d’accords parfaits et merci pour ta visite appréciée à sa juste valeur .

      • La Dryada 17/05/2014 at 19:36 - Reply

        Peut~être vaut~il mieux ne pas vouloir décoder de fond en comble cette partition , et laisser une part de Mystère , ne penses~tu pas ?
        A force d’essayer de trop décortiquer les choses , nous nous retrouvons avec davantage de questionnements , ce qui n’est pas un tort en soi , tant que l’on ne s’y perd pas …
        C’est le propre de l’humain que de creuser le sens de l’existence et tout ce qui compose cette existence …
        La pratique nous enseigne , en effet , j’ajouterai à cela que nous avançons au fil de nos erreurs , de nos réussites , de nos égarements , de nos découvertes …
        De notre vécu en somme , tu l’as dit toi~même …
        La rencontre avec l’autre ne se passe pas toujours de façon idéale , à cause des barrières qui sont érigées , à commencer par celles que nous érigeons nous~mêmes , du fait justement de notre vécu … Si il y a eu des embûches dans une histoire à deux , on sera vraisemblablement hésitant à se fier de nouveau , à se mettre à nu …
        Et comme tout est énergie , l’autre pourra ressentir qu’on n’est pas prêt à se lancer …

        Ce que j’en pense ? Je crois que tu tiens peut~être le titre de ton prochain article !

        Que ta soirée soit des plus mélodieuses
        Amitiés lyriques

        • Helene Hug 17/05/2014 at 20:09 - Reply

          Merci de me donner une piste d’un prochain article. Mais tu sais tout comme moi que l’inspiration ne se commande pas mais viens comme un éblouissement venu d’ailleurs…

          Ce qui nous ramène à la notion de mystère sur la notion du couple, je suis bien d’accord avec toi.

          Merci aux nouvelles découvertes que nous pouvons faire aux travers de nos rencontres et de nous permettre d’en tirer l’ivraie nourrissant nos futurs… Vois-tu Jessica, je n’ai pas toujours pensé de cette façon… si cela peut te rassurer. Pendant longtemps, le rideau était baissé.

          je ne pensais pas que l’espoir pouvait renaître… de ses cendres.,

          Amitiés en harmonie avec l’air du temps

          • La Dryada 17/05/2014 at 21:33

            Le rideau était baissé , tu veux dire pour les relations humaines en général , ou pour les histoires à deux en particulier ?

            Renaître de ses cendres , tel le phénix , oiseau mythique …

            Que la Nuit t’apporte une symphonie de Rêves

          • Helene Hug 18/05/2014 at 16:44

            Chère Jessica, je voulais bien sur parler des histoires à deux. Renaître de ses cendres est quelque chose de magnifique.

            Belle soirée !

  2. sylviane 18/05/2014 at 18:15 - Reply

    Bonjour Hélène

    J’ai joué aussi dans pas mal d’orchestres mais ce n’était pas symphonique et il y avait des couacs jusqu’à ce que je rencontre L’HOMME et là la partition se jouait plutôt bien car il m’a fait connaître ce qu’était l”amour inconditionnel entre un homme et une femme je ne croyais guère cela possible car pour moi ce type d’amour était celui que je portais à mes enfants

    Avec lui, pas la peine de jouer un rôle ou d’essayer d’être celle qu’il s’attendait à voir car il m’aimait comme j’étais avec mes excès, mes douleurs et bien sûr quelques qualités

    Quand il est parti vers Dieu (il s’est isolé de tout dans un monastère type carmélite) j’ai souffert mille morts et puis le temps passant je me suis dit qu’avoir vécu cela une fois dans sa vie n’était pas donné à tout le monde et je pense à lui encore souvent comme à quelqu’un qui m’a fait un (d’ailleurs plus d’un) cadeau inestimable

    • Helene Hug 18/05/2014 at 19:16 - Reply

      Bonjour Sylviane,

      Belle expérience que tu as vécue, à garder précieusement en ton coeur.

      Vois-tu, une amie (enfin retrouvée après tant d’années de silence) me racontait aujourd’hui que dans son milieu professionnel, elle avait rencontré un dame de 84 ans en fin de vie suite à un cancer, lui dire qu’elle avait été esclave toute sa vie avec son mari et qu’elle n’avait aucun film heureux à se passer dans l’attente de …
      Bien sur son message était de nous dire de vivre ce qui se présente et encore plus : savoir se donner les moyens d’accéder au bonheur en sachant quitter des situations difficiles.

      A mon humble avis, nous ne sommes pas sur terre pour passer notre temps à nous flageller, pour qui et pourquoi ? Là est un autre débat… 😉

      Tout de même une question : comment un homme qui aime inconditionnellement une femme peut-il ainsi la quitter pour aller se “marier” avec Dieu ? (En sachant la souffrance qu’il allait occasionner)Les voies du Seigneur sont impénétrables, dit-on.

  3. Cat 19/05/2014 at 01:53 - Reply

    Bonjour Hélène,
    Quelle jolie symphonie que d’entendre tes mots!
    Il est si vrai que l’amour est la plus jolie mélodie lorsque tous les musiciens sont accordés sur la même longueur… de notes et d’harmonie.
    Moi qui étais une romantique assumée avec le prince charmant pour seul instrument de ma vie, j’ai finalement joué beaucoup de partitions mais à te dire la vérité, même si je suis une mélomane convaincue, je suis une piètre musicienne et les fausses notes se sont accumulées souvent et toujours pour la même raison: j’aime trop ma liberté et mon indépendance pour savoir comment faire partie d’un orchestre sans blesser avec mon archet 🙂
    Tant pis, j’assume! 😉

    • Helene Hug 19/05/2014 at 18:37 - Reply

      Bonsoir Cat,

      Au début de notre vie d’adulte, nous croyons tous au prince charmant ou à la princesse (pour les hommes. A l’instant, me vient une question : est-ce que les hommes ont les mêmes rêves que les jeunes femmes aux mêmes âges ?

      Belle musicienne, si tu as l’impression que les fausses notes se sont accumulées, c’est que le diapason n’était pas trouvé faute de compatibilité dans une harmonie dite parfaite entre deux être.

      Liberté et indépendance peuvent de combiner avec l’autre “moitie (e)” si celle-ci est au même… diapason 😉

      N’oublie pas de mettre de la colophane sur ton archet pour glisser agréablement sur les notes du bonheur 😆

  4. Bonjour Hélène,
    Pour chacun le bonheur est différent. J’ai un ami depuis 18 ans mais nous ne vivons pas ensemble. Nous partageons certaines activités mais la vie commune ne serait pas possible tant certains points nous éloignent alors que d’autres nous font nous rejoindre. Nous avons trouvé un équilibre et c’est le plus important puisque nous partageons nos joies, nos peines, nos pensées, etc…
    Je souhaite à chacun de trouver son âme sœur et le moyen de le ou la garder.
    Belle et douce journée.
    Danièle

    • Helene Hug 21/05/2014 at 17:54 - Reply

      Bonjour Danièle,

      L’essentiel est de trouver l’harmonie et un equilibre de vie epanouissante.
      Les contraires s’attirent aussi.
      Il y a mille et une façon de vivre le bonheur.
      Puisse tu vivre le tien très longtemgs mais si cela dure dejà depuis 18 ans, il n’y a pas de raison, ça va durer 😆

      Amicalement,

  5. Jean-luc (de Moralotop) 20/05/2014 at 06:44 - Reply

    Hélène, reconnaitre l’autre est une dimension essentielle dans cette partition de l’amour.

    A part celle-ci, il n’y a pas de recette miracle : un couple aux goûts opposés peut parfaitement durer justement parce que l’un enseigne quelque chose à l’autre et réciproquement.

    De même pour des couples qui partagent tout, y compris les goûts et activités, et s’approchent de la fusion.
    Pas de règles donc, si ce n’est… ne pas vouloir à tout prix faire changer l’autre.

    • Helene Hug 21/05/2014 at 18:02 - Reply

      Bonjour Jean-Luc,

      Na pas vouloir à tout prix changer l’autre, voilà une règle d’or pas toujours comprise, hélas!
      Nous voudrions quelques fois que l’autre soit à notre image, ce n’est pas du tout possible.

      Comme tu le dis en première intention, Jean-Luc, reconnaître l’autre est essentiel et c’est aussi se reconnaître soi, en tant qu’entité différente de l’autre.

      Amicalement

  6. christophe 20/05/2014 at 11:54 - Reply

    Bonjour Hélène,

    La vie est amour n’est ce pas ? Aussi faut t il trouver la bonne vibration, que ce soit en amour ou dans tout autre domaine de la vie c’est l’amour qui régit tout.
    Les couacs existent lorsque l’on n’écoute pas son intuition, sa véritable intuition, pas le vacarme de nos pensées 😉
    Bel article.

    Cordialement.

    Christophe

    • Helene Hug 21/05/2014 at 18:09 - Reply

      Bonjour Christophe,

      Le vacarme de nos pensées… Ne nous laissons pas envahir par ce brouhaha, tu as bien raison.
      L’amour régie tout, sachons être vigilent aux bonnes vibrations comme tu le suggères.

      Restons branché sur notre intuition profonde, en l’accueillant nous sommes sur de ne pas nous tromper. Merci à toi.

      Amicalement,

  7. Helene Hug 23/09/2014 at 20:57 - Reply

    Bonjour Ludo,

    La vie nous conduit toujours vers ce quoi nous avons besoin.
    Il suffit de saisir l’opportunité… ou pas, au choix, c’est à chacun d’en prendre la responsabilité.
    Chaque évènement de nos vies à sa raison d’être, c’est pourquoi le hasard n’existe pas… ou presque.

    Merci pour votre visite,

  8. […] Une autre qualité émerge au travers de ces lectures de commentaires : la richesse des échanges parfumée de chaleur humaine aux odeurs enrichissantes de partage. Encore une fois : Gratitude ! […]

Laissez un commentaire