La procrastination au service de votre efficacité

La procrastination

La procrastination peut aider votre efficacité, mais peut aussi avoir des effets pervers. Même si elle vous sert dans certaines situations, attention cependant de bien la maitriser.

Procrastination… quand tu nous tiens… Quand vous vous sentez peu productif et que vous avez envie de tout laissez tomber : stop, il est temps effectivement de vous mettre au vert. Rien ne sert de forcer, il n’en sortira jamais rien de bon. Lire la suite

Apprenants de notre naissance à notre mort/1

Apprenants de notre naissance à notre mort

Apprenants de notre naissance à notre mort, eh oui nous sommes condamnés à apprendre : 20 ans, 30ans… 50 ans, 60 ans… ou 70 ans et même bien plus ! Quel que soit votre âge, vous serez toujours des apprenants. Le couperet est tombé, vous en avez pris pour toute votre vie. Autant vous faire à cette idée et composer avec.

Aux alentours de vos 20 ans d’âge, vous pourriez vous dire que vous avez fini d’apprendre. Bon j’exagère un peu, car j’oubliais les années de spécialisation où vous obtenez un diplôme (par exemple). Peu importe ce qu’il est, l’essentiel est que vous vous professionnalisez dans ce qui correspond à vos objectifs. Et vous vous dites : enfin… c’est la quille !

Apprenants de notre naissance à notre mort : chouette, la quille est arrivée !

La quille ? Eurêka, fini d’apprendre, vous êtes arrivés au sommet de vos attentes ! Sauf que : au fil des ans, vous vous apercevez qu’il vous faut encore assimiler du savoir, encore et encre… Mais jusqu’à quand ce petit manège ?

Au risque de vous décevoir, je crains que ce petit manège dure toute votre vie. N’avez-vous jamais remarqué, dès qu’une notion était acquise, un autre besoin de connaissance pointait son nez ? Plus vous en savez, plus vous vous rendez compte que vous ne savez rien du tout et plus vous avez besoin de savoir. C’est un cercle vicieux, c’est comme ça.

Tant pis pour vous, embarqué sur le paquebot du savoir, vous ne pouvez plus débarquer au risque de vous pendre une belle tasse et de vous noyer. Et c’est comme cela toute la vie. Mazette ! Mais pas de panique : la vie est comme un formidable dictionnaire où chacun a la possibilité de puiser, pour compléter et  approfondir chaque demande que vous faites au ciel. (Façon de parler).

Pauvre de nous : apprenants de notre naissance à notre mort

Apprenants de notre naissance à notre mortLe nouveau-né apprend à s’adapter à son nouvel environnement. L’enfant apprend à s’adapter à son environnement familial et éducationnel. Devenu adulte, l’individu apprend à connaitre sa moitié pour former une famille et évoluer dans son monde qui lui apporte de quoi le nourrir, lui et les siens.

Arrivées à ce stade, bien des étapes d’apprentissages ont dû être franchies pour passer à l’étape suivante. Avez-vous remarqué que la vie n’est faite que d’apprentissage ? De la naissance à la mort, notre parcours est ponctué d’escales nous permettant d’emmagasiner de nouveaux savoirs. Arrivée aux alentours de la quarantaine, on se dit qu’on est tranquille, eh bien non.

Presque à la moitié de sa vie, on dit ouf et on ne peut s’empêcher de faire le bilan de son existence. Période de doute et de mal-être parfois pour certains. Période où l’on se jette dans des défis fous pour rattraper ce que l’on a pas pu réaliser, période folle où l’on se donne une dernière chance pour réaliser ce qui nous tenait tant à cœur.

Le couperet est tombé pour nous apprenants

Et là le couperet tombe : le temps est passé et impossible de revenir en arrière, C’est trop tard. Faut passer à autre chose. À chaque étape de la vie correspond des choses à réaliser et si on les a loupés, c’est tant pis. Le temps d’apprendre à faire avec est venu. Dur, très dur ce temps d’adaptation à ce nouvel état. Encore, apprendre ! Mais cette vie est infernale ! Oui, j’en conviens… Apprenants de notre naissance à notre mort, c’est un dur métier !

Eh bien,  si toute notre vie est basée sur l’apprentissage, je n’y peux rien et c’est bien comme ça ! Je vous parlais de la quarantaine, et si l’on passait à la cinquantaine ?

Ah certains sont scotchés… La langue pendante… Je vous y prends !

S’il n’y a pas d’âge pour apprendre, il y a en a un pour réaliser certains rêves. Alors, soyez cependant réaliste, il ne s’agit pas d’avoir un enfant à 50 ans (si vous êtes une femme) votre l’horloge biologique vous indique qu’il est trop tard. Oui cependant, vous pouvez réaliser d’autres rêves enfouis jusque-là au plus profond de vous-même. C’est le moment rêvé !

60 ans ? Waouh, la retraite pointe son nez. Mais comment faire face à ce nouvel état ? Croyez-moi, cela s’apprend également. Apprenants de notre naissance à notre mort : je vous avais prévenu, pas moyen d’y échapper. C’est un état irrémédiable !

Autant vous y faire au risque de vous enkyster dans un état de déprime chronique où vous allez vous rendre malheureux comme les pierres si vous n’y prêtiez attention.

Une pose pour savoir si vous savez que vous ne savez pas.

Nouveau tournant pour « Apprenants de notre naissance à notre mort »

Apprenants de notre naissance à notre mort70 ans ? À trois ans d’atteindre cet âge, je peux vous dire que j’en suis épouvantée ! Épouvantée ? Oui ! D’une part, par mon « super grand âge » incluant tout ce que j’ai encore à apprendre de la vie et je trouve cela génial ! Et d’autre part, par les ans qui s’écoulent, sans que je puisse les retenir, témoins de tout mon vécu. Voyez-vous, plus j’avance dans la connaissance et plus l’envie d’en apprendre davantage me tenaille. Et plus je me rends compte qu’une vie ne sera pas suffisante pour combler cette soif de savoirs. Bingo : quelle frustration !

Prise au piège de mon moi apprenant… jusqu’à ma mort… J’en prends mon parti, c’est parti…

Encore un apprentissage a maitriser pour accepter que jamais je ne puisse être en possession de toutes les connaissances de ce monde. Apprendre la modestie est mon plus beau challenge que je me dois d’accepter avec humilité. Apprenants de notre naissance à notre mort, c’est ce que nous sommes. Difficile parfois de l’accepter comme tel. Franchement, j’aimerais bien avoir votre opinion sur l’expérience de l’apprenant que vous êtes actuellement. Apprenants de notre naissance à notre mort/2 verra le jour prochainement. À moins que d’autres savoirs viennent bousculer mes certitudes… La vie étant pleine de surprises ! Au plaisir de vous lire et à de suite.

Solitude, Fêtes, Famille je vous aime

Solitude, Fêtes, Famille je vous aime

Solitude, Fêtes, Famille je vous aime… Petit bilan sur des enseignements de vie. Mon optimisme à toute épreuve vous invite dans mon jardin fleuri d’ humour pour finir l’année en merveilleux feu d’artifice illuminant votre humeur.

Ce que la vie m’a appris côté solitude

Solitude, Fêtes, Famille La solitude : je l’adore pour tout ce qu’elle peut me m’offrir en cadeaux. Pour avoir passé des années à ne pas avoir un instant pour moi, croyez bien que je l’apprécie à sa juste valeur. D’ailleurs je ne suis jamais seule…  puisque je suis avec moi. Ah, ah… meilleure façon de faire connaissance avec sa personnalité.

Lire la suite

Morts sur la route et sécurité des enfants

Morts sur la route

Morts sur la route et sécurité des enfants : il y a longtemps que j’envisageais de vous écrire sur le thème des chats. Quel rapport avec la sécurité des enfants ? « J’ai une mauvaise nouvelle… ».

L’occasion m’en est donnée suite à un coup de fil ce matin de mon fils. J’ai cru de suite qu’il devait annuler notre journée de fêtes en famille du lendemain. « Sirius s’est fait écrasé ».

Je suis restée un moment sans voix, c’est la 2ème fois que cela lui arrive. Un chauffard a encore sévi. Sirius a été découvert allongé sur le trottoir d’en face, par son maitre en ouvrant les volets sur une nouvelle journée. Un voisin bien attentionné l’avait ramassé et déposé sur le trottoir.

Morts sur la route et sécurité des enfants, problème de sécurité

Inquiétude de ma part concernant ma petite fille de bientôt 4 ans : « comment l’a-t-elle pris ? » « Nous lui avons expliqué ce qui est arrivé tout simplement et sans mensonge ». « Comme Dracula ? », aurait-elle rétorqué. c’était le 1er chat qui a subi le même sort, voilà environ 2 ans, sous les yeux de ses maitres… fauché par un chauffard. Encore combien de morts sur la route avant d’agir ?

Vous allez surement penser que c’est une rue avec beaucoup  de trafic. Et bien non. C’est une zone pavillonnaire. A chaque fois que j’emprunte cette rue, je constate parfois des abus. C’est vous dire que je suis 2 fois plus prudente à chaque carrefour ou stop. Il m’est arrivée d’éviter le pire juste à temps grâce à ma prudence. Mais outre de perdre un animal de compagnie, il y a bien plus grave concernant la sécurité des enfants.

Chats et enfants, même combat

Morts sur la route et sécurité des enfantsOu je veux en venir ? Cette zone pavillonnaire est constituée de familles avec des enfants majoritairement jeunes. Une école se situe à 5 minutes à pied du domicile des parents. Les enfants vont grandir et… viendra naturellement le moment où ils se rendront seuls à l’école. Malgré les panneaux de limitation de vitesse, celle-ci n’est pas toujours respectée.

Je peux comprendre l’inquiétude des familles. Un jour, ou une nuit, c’est votre animal de compagnie qui se fait écraser et demain ? Combien de morts sur la route encore ? Pourquoi faut-il en arriver à la pose de ralentisseurs, vous obligeant de ralentir au risque de bousiller votre voiture ? L’humain est donc ainsi fait, avec le besoin d’avoir des garde-fous protégeant la vie d’autrui à son insu ?

Et maintenant et après combien de morts sur la route, des souvenirs…

Histoire de rendre hommage à ce cher minou Sirius et d’apporter de la douceur à la peine : lorsque je l’avais en pension, très peureux ou anxieux, enfin il avait horreur d’être transporté en voiture… il aimait se réfugier 2/3 jours dans la salle de bain au fin fond d’une étagère derrière les serviettes de toilettes, ne sortant que quand tout était silence dans l’appartement.

La 1ère fois ou je l’ai eu en garde, ne sachant pas où il se cachait et devant le silence radio de mes appels incessants, et de ma fouille minutieuse des coins de l’appartement, j’ai fait le tour du quartier. Pourquoi ? Dans la salle de bain, il y a une lucarne. Je pouvais penser que le chat pouvait avoir eu le courage de s’échapper par cette ouverture. C’était bien mal connaitre le minou bien plus futé que je ne l’étais. J’étais dans les 36ème dessous sur ce que j’allais raconter à ses maitres. J’ai attendu le lendemain et miracle ! Sirius et sorti de sa cachette. Plus jamais il ne m’a repris à ce jeu.

Une autre de ses habitudes, bien agréable celle là

Chaque matin je m’apporte mon petit déjeuner au lit. Sirius me suit et s’installe près de moi. Il adore le yaourt, le fromage blanc, nature ou aux fruits, peut lui importe. Sans oublier le beurre. Bien sûr, je commence par ma pomme (moi) avant de vouloir commencer à partager. Lui ne l’entends pas de cette oreille bien trop pressé de participer au festin. Un coup de patte par ci, un coup de patte par-là, un cours de séduction en direct, il est très fort ! Faut pas pousser, je veux bien partager mais le maitre, c’est quand même moi ! C’était un jeu entre nous en fait, car il savait très bien qu’il allait obtenir ce qu’il voulait. Après avoir léché le couvercle du yaourt, avec une pincée supplémentaire rajoutée par mes soins, une toute petite noisette de beurre, à mon attitude, il savait que le festin était terminé et s’en retournait vers d’autres ailleurs.

Morts sur la route et sécurité des enfants : conclusion

Morts sur la route et sécurité des enfantsDivisé entre deux sujets : morts sur les routes et sécurité des enfants, plus raconter ma passions des chats. Comment les deux sujets se sont-ils trouvés mêlés ? Une malheureuse circonstance les ont liés. Perdre un animal est un chose, surtout pour un enfant. Mais perdre un de ses proches par l’inconséquence d’un chauffard est terrible.

Imaginez un seul instant que cela puisse vous arriver de perdre une personne, enfant ou adulte, à cause de votre insouciance… justement à vous soucier des autres. Je ne cherche pas à culpabiliser qui que ce soit, mais juste à alerter la conscience de chacun. Je vous invite ici, à partager votre opinion sur le sujet.

Humour Noir dans ma rue Marre de chez Marre

Humour noir

Humour noir dans ma rue Marre de chez Marre. Marre est le nom d’une rue où j’habite depuis déjà un certain temps, je ne sais plus depuis combien de temps d’ailleurs. Mais cela a-t-il une importance lorsque l’on sait que le temps n’est plus dans l’espace-temps dans ma rue Marre de chez Marre ? Humour Noir s’est invité dans ma rue Marre de chez Marre pour revendiquer sa parenté avec l’espace Incompréhension Humaine.

Humour Noir dans ma rue Marre de chez Marre avec Dame Intemporalité

Celle-ci se situe dans un espace temporel dans lequel je ne suis pas capable de vous en dire les positions en latitude et longitude. Pour moi, ma rue dénommée Marre de chez Marre se situe dans les sphères de l’Incompréhension Humaine. Humour Noir est passé par là pour brouiller les pistes. Et pour cause : je viens d’une planète ou la dimension temps n’existe pas.

Pour vous, une journée semble une éternité, pour moi cette même journée est comme une étincelle de minuscules secondes vous éblouissant un fugace instant comme l’éclair traversant le ciel pendant quelques infimes instants. La rue Marre de chez Marre est en train de fleurter avec Humour Noir (à mon insu !) et semble embarqué dans un tourbillon cosmique impossible à éviter au vu de la lecture de la carte du ciel en ce moment.

Humour Noir dans ma rue Marre de chez Marre doit faire face à une tempête cosmique hors du commun

Humour Noir dans ma rue Marre de chez MarreHumour Noir a bien méritée cette tempête ! Dans ce tourbillon, ou plutôt dans cette tempête de sentiments divers, la rue de Marre de chez Marre se voit confronté à ses vérités : et maintenant que faire de son existence depuis le déshabillage de sa fonction première, celle de servir un fidèle serviteur contre rémunération ? Ah…Ah… Passe ton chemin Humour Noir, je sais où je vais. Après quelques semaines, que dis-je… Presque trois mois sans pratiquement rien faire, me voici en train de refaire surface. Humour Noir est vert de colère… Il pensait m’anéantir !

Humour Noir dans ma rue Marre de chez Marre fait de la résistance

La rue Marre de chez Marre se voit confrontée à elle-même et commence un bras de fer avec Humour Noir. La rue Marre de chez Marre, déshabillée de son aura de serviteur, confrontée, d’un coup, au bien fondée de son existence sur cette terre, est comme devenue d’un seul coup hostile pour la rue de Marre de chez Marre.

Un gouffre s’est ouvert, comment l’accepter, comment y faire face, comment le combler ? Marre de chez Marre était pourtant bien préparée pour endosser ce nouvel habit, mais c’était sans compter avec cette montagne d’activités assumées durant toutes ses années, ces habitudes de vie au service de l’autre durant tant et tant d’années… Des siècles… ? Pour tout d’un coup, devoir tout arrêter.

Humour Noir dans ma rue Marre de chez Marre

C’est le choc ! Humour Noir se régale… On ne s’y attend pas, mais alors pas du tout. Même avec une préparation mentale, on se dit que ça va être facile, la fatigue ajoutée aux années aidant, on se dit qu’il est temps d’arrêter. Je me souviens du soulagement que j’ai éprouvé quand j’ai pris ma décision d’arrêter mon activité.

Sage décision qui m’a enlevé un sacré poids, ouf, soulagée. J’avoue : je n’en pouvais plus, usée de toutes ces années d’activité au service de l’autre.  Devant mon état de fatigue à chaque début de vacances, j’ai tranché dans le vif pour sonner la cloche vers la voie de la sagesse.

J’ai cloué le bec à Humour Noir dans ma rue Marre de chez Marre et…

Humour Noir dans ma rue Marre de chez Marre a accepté de vous donner les meilleurs conseils pour survivre à un changement d’activités, de vie, d’organisation, de statut professionnel, social… et encore plus…je l’ai eu au chantage (soit tu causes, soit je te dénonce pour publicité mensongère, enfin bref, je lui ai foutu la frousse… faut dire qu’il avait le couteau sous la gorge, j’étais prête à le lui trancher, je ne plaisante pas) : d’accord, répondit Humour Noir de  ma rue Marre de chez Marre, je m’aligne, il était aussi blême, que son habit était noir. Euréka, j’avais gagné ! Gagné ? Ne nous endormons pas sur nos lauriers…

Merci de tout cœur pour vos réactions.

Poisson du 1er avril : plaisanterie ou fin d’un mythe

Poisson du 1er avril : plaisanterie ou fin d’un mythe,

Poisson du 1er avril arrive pour mon premier jour de ma fin d’activité officielle. En ce jour de poisson d’avril qui pourrait ressembler à une mauvaise farce, et pourtant, ce n’est nullement une farce, je commence mon activité de retraitée ! Le pied ! Je viens de buller pendant quasiment 5 semaines. Buller, dans mon cas présent, veut dire que j’ai laissé la pression s’écouler doucement comme la soupape d’une cocotte-minute. La grande dame que je suis est devenue très zen. Poisson d’avril, tout doucement, a frappé dans mon espace-temps pour me dire que le temps était arrivé de me poser pour profiter de tout ce que j’avais engrangé. Clin d’œil

Sacré poisson du 1er avril teinté de mille farces ! Clin d’œil

1er avril-poissons

Poisson du 1er avril me rappelle en l’instant qu’un autre rythme de vie m’accueille. Pourquoi cette appellation de poisson d’avril ? Je n’en sais fichtrement rien et ne veux pas le savoir. Si je vous parle de poisson d’avril, c’est que pendant mon enfance, je voyais apparaitre des poissons sur le dos des personnes m’entourant.

C’était drôle, je n’étais pas épargnée, moi-même victime de plaisanteries. Je me prêtais à ce jeu avec enthousiasme. J’étais loin de me douter que cette date de poisson d’avril allait compter dans ma destinée. Curieux le destin ! Clin d’œil

 

Poisson du 1er avril, fin d’un mythe et commencement d’une nouvelle vie

Je décide que je change de vie en ce poisson du 1er avril. Je ne suis pas le roi Charles IX qui décida en 1564 que le début de l’année serait le 1er janvier. Moi Hélène, je déclare solennellement que dorénavant, chaque nouvelle année doit se commencer le 1er avril. Ce n’est pas une plaisanterie. Et si on passait enfin aux choses sérieuses ? Mon année de nouvelle vie commençant le 1er avril, vous imaginez bien que je vais être bien occupée à fêter ce nouvel an pour ce sacré évènement unique !  Clin d’œil

Fin d’une vie tumultueuse et début d’une autre vie avec le poisson du 1er avril

Fin d'un mythe, je profite de la vieWaouh… Super, j’ai le temps d’aller acheter mes fruits et légumes. Ce n’est pas comme il y a 2 semaines ou j’ai du tout laisser tomber, séance tenante, pour accourir et garder ma petite fille, le papa devait conduire la future maman à la maternité. Quand j’y repense… Un vrai feuilleton digne de… Non, je ne vais pas dire. Juste un mot : une nouvelle merveilleuse aventure a commencé pour les parents et la grande sœur… Et pour la mamie que je suis… et pour toute la famille… ! Bref, merci l’univers pour toutes ces émotions. Besoin de vous cultiver ? Cliquez sur ce lien !

Ou j’en étais ? Ah oui, ce poisson du 1er avril m’a fait un sacré cadeau : que j’aurais voulu le faire exprès que je n’y serais pas arrivé ! Avec bienveillance, je me souhaite la bienvenue dans ma nouvelle vie. Egocentriste ? Non pas du tout, je suis simplement heureuse d’avoir maintenant plus de temps à vous consacrer, tant pour vos demandes personnelles par mails, tant pour mes formations proposées en lignes (réservées à mes listes uniquement, si intéressé : m’envoyer un message via ma page de contact. Suis désolée mais ce filtre est nécessaire).  Bon poisson du 1er avril et à bientôt dans les commentaires!

Respect et Politesse sont sauvagement assassinés

Respect et Politesse sont sauvagement assassinés

Respect et Politesse sont assassinés par Mépris et Inconvenance. (Interlude avant de passer à des choses plus sérieuses…) Enquête menée par l’inspecteur « Casquette de travers ». Inspecteur « Casquette de travers », se rendant sur la scène du crime de Respect et politesse, était consterné par les premiers indices récoltés lors de son premier regard sur la scène.

Petit récit traité avec humour, histoire que chacun réfléchisse sur son attitude envers autrui. “Ne fait pas à autrui ce que tu ne voudrais pas que l’on te fasse”. Cela veut dire, traiter l’autre comme tu aimerais que l’on te traite. Aime-toi et tu aimeras l’autre. (Ce n’est que mon avis) La vie n’est qu’amour. Donnez de l’amour et chacun recevra de l’amour en retour.

Inspecteur « Casquette de travers » est doté d’un regard de lynx avec une intuition à vous couper le souffle et des question et réponses à décoiffer vos certitudes les plus encrées en terre.

L’inspecteur « Casquette de travers » avait roulé sa bosse, et bien que son cœur bienveillant puisse entendre et comprendre toute situation, il ne pouvait supporter l’injustice sous toutes ses formes. Et surtout pas celle-ci que je vous conte.

Respect et Politesse ont été assassiné sous mes yeux

Casquette de travers mène l'enquêteL’inspecteur « Casquette de travers », de suite sur le terrain, pouvait constater le délit : des débris comme ressemblant à des morceaux d’os, des brisures de vies, des monceaux de résidus ressemblant à ce que nous mettons dans nos poubelles, sauf que là c’était sur la place du marché (en bas de ma fenêtre) nettoyée la veille.

Et oui, j’ai été témoin du crime commis, vais-je témoigner au péril de ma vie pour rendre hommage à Respect et Politesse ? Respect et Politesse venaient d’être assassinés sous mes yeux et il était évident que je me manifeste pour aider l’inspecteur “Casquette de travers”.

Comment l’Inspecteur «Casquette de travers» va-t-il réussir à résoudre cette affaire bien étrange ?

Vous voulez savoir la suite ? Je risque ma vie pour vous conter la suite de cette affaire. Comprenez que, en tant que témoin, je cherche à me mettre à l’abri du tueur, donc je vous demande indulgence et protection et vous dis bien sincèrement merci de votre protection.

Enquête sur l’assassinat de Respect et Politesse en cours

J’aime profondément Respect et Politesse. J’ose mettre un doigt sur les éléments de l’enquête pour aider l’Inspecteur «Casquette de travers» à mes risques et périls. Brrr… j’ai peur… (Un tout petit peu…) Êtes-vous derrière moi pour m’encourager ? Si jamais vous constatez un silence anormal de ma part, merci d’en informer mes proches pour ceux qui me connaissent ! Pour les autres, faites confiance au pouvoir de l’internet diffusant les nouvelles à vitesse au-delà de la vitesse lumière.

Respect et Politesse ont toujours été fâché avec Mépris et Inconvenance : je suis prête à risquer mon existence pour élucider cet assassinat. Peu importe les intimidations, suis déterminée à participer à l’élucidation de ce terrible drame.

Respect et Politesse se sentent injuriés par Mépris et Inconvenance

Respect et PolitesseLa suite… Respect et Politesse gisaient sur le pavé, suintants de sentiments de dégout, le sang dégoulinant sur le pavé, l’ambulance pompier aux sirènes hurlantes arrivait sur les lieux… Un troisième larron se nommant Intolérance n’arrêtait pas de s’agiter et de crier avec Mépris et Inconvenance des insanités. Respect et Politesse furent pris en charge de suite pour tenter de les sauver.

Alertée par des voix au ton plutôt violent, je me décolle de mon ordinateur pour me diriger vers la fenêtre pour savoir ce qui se passe. Quoi un évènement croustillant à se mettre sous la dent ? Quelle aubaine ! Consternation !

Respect et Politesse gisant au sol, (il est temps de sensibiliser nos plus jeunes sur ce thème) Mépris et Inconvenance aidé de Intolérance, s’acharnaient encore et encore en donnant des coups et encore des coups tout en criant des insanités. Le sang coulait et rien ne les arrêtaient. Impuissante, j’assistait à la scène. Tout s’est passé très vite. Les secours sont arrivés, les victimes prisent en charge, agresseurs maitrisés. Règlement de compte ? Peu importe.

Il ne se passe jamais rien chez moi ? Et bien si, bien des évènements. Ce qui peut vous paraitre banal en apparence ne l’est pas. Chaque évènement traversant vos vies apporte un enseignement. Quoi, j’avais parlé d’humour ? L’inspecteur ” Casquette de travers “, installé dans mon canapé (et bien oui… ne soyez pas jaloux de l’accueil que je lui ai prodigué, si un jour vous venez chez moi, vous serez aussi chaleureusement accueilli),  est en train de me conter tout les tenants et aboutissant de cette affaire. Tellement passionnée par son récit, il me faut vous laisser… Bon que cela n’affecte pas vos envies de laisser une petite trace de votre passage ici. Merci pour Respect et Politesse.

Comment faire son deuil : savoir rebondir

Comment faire son deuil : savoir rebondir

Comment faire son deuil… Voici le partage d’une expérience qui n’arrive qu’une fois dans une vie. Le deuil est apparenté à la perte d’une personne de son entourage proche ou moins proche. Le deuil dans ces circonstances, se présente bien évidemment plusieurs fois dans nos vies. Comment faire son deuil d’une situation pour rebondir différemment : voilà un contexte bien différent et précis puisque je vous parle de départ à la retraite. Mine de rien, c’est un tsunami d’émotions qui vous traverse et sans préparation mentale, c’est le chao qui vous guette. En quelque sorte, c’est la fin des haricots… Voici un petit bout de mon humeur du jour.

J’ai la chance d’occuper un poste sensible qui m’oblige à me bouger avec les moyens de comment je vais faire la passation et donc de faire le deuil de son activité.

Comment faire son deuil par le vide…

Comment faire son deuil par le vide…Ah et bien encore aujourd’hui j’ai été servi ! Nettoyage de mes placards et tiroirs par le vide (commencé il y a quelques semaines et fini aujourd’hui). Quoi toute cette activité jetée au panier ? Mais non, c’était seulement des documents entassés attendant, attendant quoi … ? Attendant que je leur prête attention, des fois qu’on me les réclame…

Le jour était arrivé pour faire le vide. Qu’est-ce ça fait du bien ! Place nette pour la personne qui prendra le relais. (Waouh, activité future de vidage de placards prévue pour mon chez moi). C’est une excellente méthode pour aider sur le comment faire son deuil de son activité professionnelle.

Comment faire son deuil de toute une vie professionnelle, travail sur les émotions

Assaillie d’émotions de toutes part durant ce grand ménage avec mise à jour des dossiers et traçage de transmissions, j’ai tout à loisir d’examiner ce qui m’habite. Merci la providence de me permettre de vivre cette expérience. Expérience qui m’apprend à comment faire son deuil de toute une vie professionnelle. Ces diverses émotions sont comme un baromètre m’indiquant l’état de mon mental face à ce deuil de tout un pan de vie et de comment je réagis à cela.

Émotion nostalgique : une carrière est derrière moi, place aux jeunes, j’ai fait mon temps.

Émotion joyeuse : enfin prendre son temps, gouter aux joies simples de l’existence.

Émotion d’extase : le temps enfin va m’appartenir pour accomplir mes rêves les plus fous.

Émotion d’inquiétude : et si j’oubliais quelque chose ? Et si, et si… des milliers de si.

Émotion d’abandon : je me sens rejetée de la société, plus capable d’accomplir les tâches que l’on m’a confiée. Je ne vaux plus rien.

Émotion d’accomplissement de soi : voilà une carrière accomplie avec passion et qui se termine. Je suis fière de passer le relais et de me projeter vers autre chose.

Un chapelet d’émotions pourrait ainsi s’égrener à l’infini sur le comment faire son deuil de toute une vie de labeur. Comme je l’ai dit plus haut, j’ai une sacrée chance d’être dans une situation me permettant ainsi de travailler cette fin d’activité.

Merci la vie, suis aux premières loges actuellement pour vivre cette fabuleuse expérience : il y a une sacrée différence entre s’imaginer sa fin d’activité et la vivre bien réellement sur le terrain. Comment faire son deuil n’est pas un mince affaire. Au fur et à mesure de la mise à jour de mes dossiers, au fur et à mesure que ma sacoche qui me suit chaque jour s’allège, je sens l’échéance arrivée de façon inexorable. Tout est prêt pour la passation ! Mazette, si ce n’est pas du lâcher prise ça ! Acceptation totale de mon nouvel état. Merci la providence pour cette expérience unique.

Comment faire son deuil sereinement de toute une vie de travail

Je vous tiens au courant de la suite de cette aventure qui n’est pas terminée. Un épisode manque : j’ai eu des surprises à laquelle j’ai dû m’adapter. Comme si le destin s’acharnait à m’enseigner, malgré mon âge et mon expérience, pour me faire entendre que rien n’était jamais acquis. Comme pour enfoncer le clou sur une notion que je n’ai surement pas encore assimilée. En bonne élève, j’accepte la leçon. Comme il est coutume de dire : il n’y a pas d’âge pour apprendre. De nature philosophe, j’en accepte l’enseignement.

Comment faire son deuil sereinementA propos d’enseignement : je vous apprends que la langue anglaise va s’inviter dans mon quotidien. De même que les notes lumineuses sur mon piano. « Vous avez un piano chantant » m’a dit l’accordeur de piano lors de sa dernière visite. « Faites le chanter », m’a-t-il dit. Bon oui, je tapais sur les touches de mon ordinateur au même rythme que l’accordeur de piano sur mon piano. D’où sa réflexion de m’inviter à m’occuper du piano. Tiens, de fils en aiguille, je m’éloigne de mon activité principale, c’est bon signe sur le comment faire son deuil de toute une vie de travail.

Vous l’aurez surement compris, avoir des centres d’intérêts autres que son travail est primordial pour s’assurer une fin d’activité sereine. J’ai eu une envie frénétique de partager avec vous une petite tranche de vie, qui n’est pas n’importe laquelle ! A bientôt pour la suite. Je vous prépare un petit quelque chose sur ce sujet justement, de fin d’activité. N’oubliez pas, un autre petit quelque chose aussi se prépare. Sauf que c’est un peu plus long que prévu, n’ayant pas envisagé ce qui m’arrive actuellement. Merci de votre magnifique patience. Comment faire son deuil de sa vie professionnelle et s’ouvrir à d’autres horizons ? Ca se prépare… bien évidemment. La suite pour bientôt ! A vous de prendre la plume pour vous exprimer sur le sujet quelque soit votre situation.

Dernière fois que… J’accomplis certaines tâches !

Dernière fois que… J’accomplis certaines tâches !

Dernière fois… toute dernière fois que j’accomplis certaines tâches. C’est la dernière fois que je vous écris dans un contexte particulier. C’est la dernière fois que je m’adresse à vous en piquant dans ce précieux temps personnel qui m’est imparti au quotidien. Dernière fois que je viens de faire le plein d’essence me permettant de me rendre sur mon  lieu de travail. Dernière fois que je m’adresse à vous en cherchant à tout pris du temps pour rester en contact avec vous. Oui, vraiment… C’est la dernière fois que je vous écris en pensant à demain, me demandant justement ce que demain me réserve en challenges à relever.

Pourquoi je vous dis que c’est la dernière fois ? Non, je ne vais pas disparaître, non, je ne vous quitte pas, non je n’en pas marre de vous écrire… Oui, je reste en santé et bien vivante, oui, je reste comme la moule à son rocher, accrochée à son lectorat, oui, je continue la route toute tracée devant moi mais dernière fois que…

C’est la dernière fois que…

Je vois la tête de certains : quoi, elle nous lâche, nous abandonne ? Ca, c’est mon côté mégalo. Dernière fois que, version plus modérée : tiens que ce passe t-il sur les ondes ? Des nouveautés en vue ? Bingo ! Oui, des nouveautés en vue. Aussi bien côté personnel que côté blog.

Côté nouveautés : ma vie va changer du tout au tout. Comment ? Je prends mes quartiers de retraitée ! J’ai horreur de ce terme. C’est la dernière fois que j’emploie ce terme de retraitée, préférant le terme de changement de cap. Yes, plus de pressions ! Une nouvelle vie à l’horizon ! A moins de trois semaines de l’évènement, mon mental est en effervescence.

Dernière fois que... Je passe le relais…

Dernière fois que... PassageDernière fois que.. Question de management : petit à petit je me fais à l’idée de passer le relais. Mes neurones sont en pleines mutation ! Dans un échange avec un membre du personnel, une de mes réflexions tombe : “je n’ai pas finie”, je m’entends dire : “l’autre va prendre le relais”. J’accueille pleinement cette pensée. Passer le relais est une étape complètement intégrée de mon côté. Dernière fois que…

Lorsque j’ai dit :’je n’ai pas finie”, je pensais tout simplement à ce qui me restait à faire pour la passation. C’est à dire laisser le terrain propre pour celui qui reprendra le flambeau. La est une étape à ne pas rater. Ce qui veut dire : passation en toute limpidité de toutes informations. Ces dernières semaines : chaque jour, chaque action me donne l’opportunité de laisser trace de cette activité pour la passation de savoirs et d’outils. Bon je sais très pertinemment, que j’y laisserai des failles… Nous sommes des humains et non des robots.

Pour conclure et dernière fois  que…

Dernière fois que : Passage de transmission

Passage de transmission

Et voila, ma remplaçante est arrivée ! J’ai commencé aujourd’hui la passation, quel boulot !  Échanges entre émetteur et récepteur et vice versa entre les deux parties : c’est parti ! Ce n’est pas de tout repos mais quelles satisfactions de transmettre son savoir. Imaginez : moi au bout de la chaîne, (en tant que salariée seulement, hein !) et la remplaçante en début de chaîne (va falloir qu’elle s’accroche… Place aux jeunes).

Ma confiance ne connait aucune faille car j’ai été aussi “jeune” avec mes rêves, mes objectifs… Cette fois, je peux dire que c’est la première fois que je rencontre ce genre de situation qui restera unique pour moi. C’est aussi la dernière fois que j’aurai l’occasion de passer un savoir dans ce contexte précis. Je rends grâce et dis un grand merci pour cette opportunité qu’il m’est donné de vivre. Dernière fois que… Ne vous endormez sur cette phrase car je vais revenir m’exprimer sur ce thème. Que cela ne vous empêche de vous exprimer, à bientôt !