Kintsugi et la résilience humaine

Kintsugi et la résilience humaine

Kintsugi et la résilience humaine : celle-ci nous permet de surmonter les difficultés de la vie. L’art du Kintsugi nous enseigne à transformer les moments difficiles en opportunités. Kintsugi est l’art japonais de réparer les objets cassés avec de l’or. Ce qui est intéressant, c’est que ces objets réparés sont considérés comme étant plus beaux que ceux qui n’ont jamais été brisés. De la même manière, les êtres humains peuvent tirer profit de leurs expériences douloureuses et en sortir plus forts et plus beaux.

Les Japonais ont un proverbe qui dit : « Ne jette pas ce qui est cassé. » Cela fait référence à la compréhension qu’il y a une beauté dans tout ce qui est imparfait, et que même les choses brisées peuvent être précieuses. Cette attitude est à l’origine de l’art du kintsugi.

Dans la tradition du kintsugi, on utilise de l’urushi, une résine naturelle, et de la poudre d’or pour réparer les objets cassés. L’urushi se durcit au contact de l’air et devient très solide une fois sec. Quant à la poudre d’or, elle a des propriétés curatives et protectrices. Elle est donc idéale pour réparer des objets précieux tels que des pots en porcelaine ou des statues en bois sculpté.

Le kintsugi met en évidence les fissures et les joints au lieu de masquer ou ignorer leur existence. Les objets kintsugi sont considérés comme étant plus beaux que ceux qui n’ont jamais été brisés, car ils portent les traces de leur histoire. Les Japonais voient cela comme une métaphore de la condition humaine. Comme le kintsugi, nous pouvons apprendre à transformer nos propres moments difficiles en opportunités pour nous développer en tant qu’êtres humains.

Histoire du Kintsugi

L’histoire du Kintsugi remonte au XVe siècle, lorsque le shogun Ashikaga Yoshimasa renvoya un bol en particulier au potier Heianzaemon pour qu’il soit réparé. Malheureusement, Heianzaemon ne put pas réparer le bol correctement et il le retourna au shogun avec des marques évidentes de sa tentative de réparation. Déçu par la qualité de la réparation, le shogun ordonna alors qu’on jette le bol. Cependant, un autre artisan du nom de Kagemitsu Daigo vit le potentiel du bol brisé et suggéra qu’on le répare avec de l’or. Le shogun donna son accord et Kagemitsu Daigo put alors créer ce qui allait être connu plus tard sous le nom d’« art du Kintsugi ».

Principes fondamentaux du Kintsugi

Le Kintsugi se fonde sur trois principes fondamentaux : « Wabi », « Sabi » et « Gongyo ». Ces principes sont issus de la philosophie Zen et ont tous trois un impact direct sur la façon dont on percevra les objets brisés et les expériences difficiles dans notre vie.

Wabi signifie « simplicité » ou « austérité ». Il encourage les gens à voir la beauté dans la simplicité des choses et à apprécier l’authenticité des objets naturels ou faits à la main.

Sabi signifie « solitude » ou « impermanence ». Il nous rappelle que toutes les choses finissent par disparaître et que rien ne dure éternellement.

Gongyo signifie « respect » ou « gratitude ». Il nous rappelle qu’il faut toujours rester humble et reconnaissant pour ce que l’on a, même si cela semble être peu aux yeux des autres.

Ensemble, ces trois principes forment les fondations de la philosophie du Kintsugi et nous aident à voir la beauté dans l’imperfection, à accepter l’impermanence des choses et à rester humble face aux difficultés que nous rencontrons dans notre vie quotidienne.

Appliquer la philosophie du Kintsugi dans notre vie quotidienne

Bien que le Kintsugi soit originaire du Japon, sa philosophie peut être facilement appliquée à notre vie quotidienne, peu importe où nous vivons dans le monde. En utilisant les principes fondamentaux du Kintsugi comme guide, nous pouvons apprendre à voir la beauté dans l’imperfection, à accepter l’impermanence des choses et à rester humbles face aux difficultés rencontrées dans notre vie quotidienne. 

Kintsugi et la résilience humaine : règles simples à comprendre 

1) Les difficultés font partie intégrante de la vie – on ne peut pas toujours éviter les collisions et les chocs, mais on peut décider comment réagir face à eux.

2) Adopter une attitude positive – apprendre à apprécier les moments difficiles au lieu de simplement survivre à eux.

3) La résilience est une qualité humaine qui nous permet de surmonter les difficultés de la vie.

4) L’art du Kintsugi est un excellent exemple pour illustrer comment transformer un moment difficile en une opportunité d’apprentissage et de croissance personnelle.

5) Kintsugi est l’art japonais traditionnel consistant à réparer un objet brisé avec de l’or ou d’autres matériaux précieux.

6) Ce qu’il y a d’intéressant avec cet art, c’est que l’objet réparé est généralement considéré comme plus beau qu’un objet non brisé – parce qu’il a une histoire et parce qu’il a été transformé par la difficulté qu’il a traversée.

7) De la même manière, chaque fois qu’une personne traverse une période difficile, elle en ressort souvent plus forte et plus sage qu’avant.

8) Les difficultés ne doivent pas être vues comme des obstructions ou des empêchements, mais plutôt comme des occasions d’apprendre et de grandir personnellement.

Kintsugi et la résilience humaine : conclusion

La prochaine fois que vous traverserez une période difficile, souvenez-vous de l’art du kintsugi et de la richesse qu’il y a à apprendre des moments difficiles de notre vie. Les difficultés ne doivent pas être ignorées ou cachées, mais plutôt abordées avec courage et acceptation. En apprenant à accepter nos expériences douloureuses, nous pouvons grandir et nous transformer en quelque chose de plus beau. Si vous cherchez une façon de mieux comprendre comment transformer les moments difficiles en opportunités uniques et précieuses, alors je vous encourage fortement à en apprendre plus sur la philosophie du Kintsugi ! Cet art ancien du Japon pourrait bien avoir beaucoup de suggestions utiles pour cheminement personnel !

>
Retour haut de page