Les 9 fausses excuses qui vous empêchent de commencer la méditation

Commencer la méditation

Il n’est pas rare de voir certaines personnes perdre leur fièvre spirituelle après quelques semaines, voire quelques mois de méditation. C’est également votre cas ? Il semble à présent que votre enthousiasme pour la pratique de la méditation ait diminué et vous pensez réellement à tout abandonner. Ne commettez surtout pas cette erreur ! Et pour vous y aider, voici :

Lire la suite

Le bonheur : qu’est-ce que c’est ?

Le bonheur : qu’est-ce que c’est ?

Le bonheur : qu’est-ce que c’est ? La manière dont nous voyons le bonheur est personnelle, basée sur nos vies, nos valeurs et nos styles de vie. Mon bonheur peut être votre malheur. Par exemple, beaucoup d’amis me disent : « Tu dois sortir. », et je leur réponds : « pourquoi ? » Ils pensent que j’ai besoin de faire la fête et sortir pour apprécier ma vie. C’est leur conception du bonheur. J’aime être à la maison et faire ce que je veux sans pression. C’est le bonheur pour moi. Chacun est différent. Je n’ai pas besoin d’être constamment diverti hors de ma maison pour être heureux alors qu’eux en ont besoin. Ainsi, nous pouvons constater que nous n’avons pas la même conception du bonheur.

Lire la suite

Tendresse et amour : recette de jeunesse éternelle

Tendresse et amour

Tendresse et amour : recette pour garder une jeunesse éternelle et un cœur vibrant de vie.

  • Allo ? Maman, j’ai besoin de toi.
  • Dis-moi mon fils.
  • Peux-tu venir prendre soin de la petite dernière pour tel jour ?
  • Ah oui, pourquoi ?
  • Nous avions envisagé une sortie, mais voilà, l’organisation mise en place ne peut se faire comme prévu.
  • … Après plusieurs secondes de réflexion : d’accord, pour quelle heure ?
  • Merci…

Lire la suite

Solitude, Fêtes, Famille je vous aime

Solitude, Fêtes, Famille je vous aime

Solitude, Fêtes, Famille je vous aime… Petit bilan sur des enseignements de vie. Mon optimisme à toute épreuve vous invite dans mon jardin fleuri d’ humour pour finir l’année en merveilleux feu d’artifice illuminant votre humeur.

Ce que la vie m’a appris côté solitude

Solitude, Fêtes, Famille La solitude : je l’adore pour tout ce qu’elle peut me m’offrir en cadeaux. Pour avoir passé des années à ne pas avoir un instant pour moi, croyez bien que je l’apprécie à sa juste valeur. D’ailleurs je ne suis jamais seule…  puisque je suis avec moi. Ah, ah… meilleure façon de faire connaissance avec sa personnalité.

Lire la suite

Cultiver le bonheur avec la psycho-cybernétique en 7 points

Cultiver le bonheur avec la psycho-cybernétique en 7 points

Cultiver le bonheur avec la psycho-cybernétique en 7 points : au bout de bientôt trois mois dans ma nouvelle vie de retraitée, j’ai eu envie de replonger dans mes livres qui m’ont transportée de bonheur dans le passé. Je me rends compte que je me suis forgée un mental d’acier au gré des ans grâce, en autre, à ces multiples lectures.

Cultiver le bonheur est devenu mon leitmotiv depuis que j’ai compris, il y a bien années, que celui-ci ne dépendait que de moi. Le bonheur est un état d’esprit dans lequel nos pensées sont agréables de façon quasi-permanente. Vous pouvez vous aussi baigner dans cet état de bonheur.

Cultiver le bonheur avec la psycho-cybernétique : sport passionnant

C’est un sport hautement recommander pour vous garder en santé. « Psycho-cybernétique » du Docteur Maxwell Maltz est le livre qui m’est tombé dans les mains pour me donner un coup de booste. Il commence à être un peu usé, depuis 1989, il fait partie de mes chouchous et m’a fort aidé dans le travail de la confiance et l’estime de soi. Ce livre de parle pas seulement de bonheur, mais c’est de chapitre parmi les autres que j’ai eu envie de m’entretenir avec vous.

Cultiver le bonheur en 5 points primordiaux

Savez-vous que le bonheur est une habitude mentale qui peut se cultiver et se développer ? Je n’ai pas toujours eu cette attitude. Oui, le bonheur se cultive avec persévérance tout comme le jardinier prenant soin de son jardin avec amour. Le bonheur cultivé avec amour donne des fruits succulents et juteux apportant saveurs et joie à la vie au présent. Le bonheur n’est pas une affaire d’hier ou de demain, mais d’aujourd’hui.

Vous pouvez avoir des soucis et même de très gros soucis, périodes de malchance conduisant parfois au désespoir. Et si ces périodes de malchances étaient des opportunités pour réajuster votre vision en rebondissant de plus belle ? Cette attitude combative est la meilleure qui soit pour connaitre le bonheur.

D’après le psychologue H.L. Hollingworth :

Cultiver le bonheur avec la psycho-cybernétique « le bonheur a besoin de problèmes et d’une attitude sensible au malheur, accompagnée d’une action vers une solution. Une grande partie de ce que nous appelons le mal vient uniquement de la façon dont nous prenons les choses. »

J’ai traversé des galères que je n’ai pas toujours comprises tout en pestant contre l’univers. Mes pensées négatives se sont transformées en pensées positives grâce à ma combativité et la transformation de ma vision envers la vie. Cultiver le bonheur est devenu un jeu d’enfant.

« La santé mentale se mesure par une disposition à trouver toute chose bien. »

Ralph Waldo Emerson.

Cultiver le bonheur sans modération…

5 Exercices pratiques tiré du livre « Psycho-cybernétique » du Docteur Maxwell Maltz »

  1. Prenez l’habitude de réagir positivement et d’une façon combative contre les menaces et problèmes
  2. Prenez l’habitude d’avoir toujours un objectif sans tenir compte de ce qui arrive
  3. Faites-le en adoptant une attitude positive et combative
  4. Imaginez-vous en train d’agir positivement et intelligemment pour résoudre un problème ou pour atteindre un but
  5. Imaginez-vous en train de réagir aux menaces, non en prenant la fuite ou en les évitant, mais en leur faisant face et en luttant fermement et intelligemment.  

 « Les gens sont courageux uniquement face aux dangers auxquels ils se sont habitués soit par l’imagination, soit par la pratique. » Bulwer-Lytton (romancier anglais)

Résumons : cultiver le bonheur est chose aisée, réagissez positivement en ayant toujours à l’esprit un objectif concret à réaliser. Des menaces à l’horizon ? Prenez du recul et affirmez-vous au risque de déplaire à la majorité. Entretenez votre courage avec passion, il vous le rendra au centuple. Un cadeau pour la route : vous pouvez télécharger gratuitement le PDF de l’ouvrage du Dr Maxwell Maltz cité dans cet article.

Poisson du 1er avril : plaisanterie ou fin d’un mythe

Poisson du 1er avril : plaisanterie ou fin d’un mythe,

Poisson du 1er avril arrive pour mon premier jour de ma fin d’activité officielle. En ce jour de poisson d’avril qui pourrait ressembler à une mauvaise farce, et pourtant, ce n’est nullement une farce, je commence mon activité de retraitée ! Le pied ! Je viens de buller pendant quasiment 5 semaines. Buller, dans mon cas présent, veut dire que j’ai laissé la pression s’écouler doucement comme la soupape d’une cocotte-minute. La grande dame que je suis est devenue très zen. Poisson d’avril, tout doucement, a frappé dans mon espace-temps pour me dire que le temps était arrivé de me poser pour profiter de tout ce que j’avais engrangé. Clin d’œil

Sacré poisson du 1er avril teinté de mille farces ! Clin d’œil

1er avril-poissons

Poisson du 1er avril me rappelle en l’instant qu’un autre rythme de vie m’accueille. Pourquoi cette appellation de poisson d’avril ? Je n’en sais fichtrement rien et ne veux pas le savoir. Si je vous parle de poisson d’avril, c’est que pendant mon enfance, je voyais apparaitre des poissons sur le dos des personnes m’entourant.

C’était drôle, je n’étais pas épargnée, moi-même victime de plaisanteries. Je me prêtais à ce jeu avec enthousiasme. J’étais loin de me douter que cette date de poisson d’avril allait compter dans ma destinée. Curieux le destin ! Clin d’œil

 

Poisson du 1er avril, fin d’un mythe et commencement d’une nouvelle vie

Je décide que je change de vie en ce poisson du 1er avril. Je ne suis pas le roi Charles IX qui décida en 1564 que le début de l’année serait le 1er janvier. Moi Hélène, je déclare solennellement que dorénavant, chaque nouvelle année doit se commencer le 1er avril. Ce n’est pas une plaisanterie. Et si on passait enfin aux choses sérieuses ? Mon année de nouvelle vie commençant le 1er avril, vous imaginez bien que je vais être bien occupée à fêter ce nouvel an pour ce sacré évènement unique !  Clin d’œil

Fin d’une vie tumultueuse et début d’une autre vie avec le poisson du 1er avril

Fin d'un mythe, je profite de la vieWaouh… Super, j’ai le temps d’aller acheter mes fruits et légumes. Ce n’est pas comme il y a 2 semaines ou j’ai du tout laisser tomber, séance tenante, pour accourir et garder ma petite fille, le papa devait conduire la future maman à la maternité. Quand j’y repense… Un vrai feuilleton digne de… Non, je ne vais pas dire. Juste un mot : une nouvelle merveilleuse aventure a commencé pour les parents et la grande sœur… Et pour la mamie que je suis… et pour toute la famille… ! Bref, merci l’univers pour toutes ces émotions. Besoin de vous cultiver ? Cliquez sur ce lien !

Ou j’en étais ? Ah oui, ce poisson du 1er avril m’a fait un sacré cadeau : que j’aurais voulu le faire exprès que je n’y serais pas arrivé ! Avec bienveillance, je me souhaite la bienvenue dans ma nouvelle vie. Egocentriste ? Non pas du tout, je suis simplement heureuse d’avoir maintenant plus de temps à vous consacrer, tant pour vos demandes personnelles par mails, tant pour mes formations proposées en lignes (réservées à mes listes uniquement, si intéressé : m’envoyer un message via ma page de contact. Suis désolée mais ce filtre est nécessaire).  Bon poisson du 1er avril et à bientôt dans les commentaires!

la solitude et les fêtes : enfer ou bonheur, miroir trompeur

La solitude et les fêtes

la solitude et les fêtes : deux notions qui semblent être à l’opposé de par à ce que renvoi chaque mot. Solitude est apparentée au mot « seul », instants ou passage de vie vécus avec soi-même. Fêtes est apparenté au mot convivialité, moments de partage suprêmes passés tous ensemble.

Le mot « Seul » et le mot « convivialité » semble contraire dans leur sens tout comme le mot solitude et le mot fêtes. La solitude et les fêtes : vous avez sans doute votre opinion sur la question.  Vous avez vécu des moments de solitude et des moments de fêtes. La solitude et les fêtes… Miroir trompeur… Miroir à deux faces.

Et voilà le travail ! Voici la suite de la trilogie sur le thème de la solitude ! Le dernier épisode de cette trilogie est arrivé ! Et ceci grâce à qui ? A Chantal que je vous conseille de découvrir dans ce lien. Un grand plaisir pour moi de partager en ces période de fêtes ces multiples expériences sur la solitude et les fêtes.

La solitude et les fêtes : couple à réconcilier ?

Comment vivre la solitude aux moments des fêtes quand on est seul ou comment vivre les fêtes en convivialité, à plusieurs ? Analyse d’une étude de cas ou passage à tabac d’une expérience de vie avec recette pour sortir vainqueur, quel que soit la situation rencontrée, la solitude et les fêtes : il y a toujours une solution.

Scan d’un parcours de vie avec la solitude et les fêtes

Premier souvenir : chaussons/solitude/oranges

La solitude et les fêtesLa solitude et les fêtes : triste trilogie que mon cœur d’enfant a gravée en lui à jamais.  La solitude, comme un manteau m’enveloppant de tristesse, m’a réconforté avec un cadeau de prix, au regard du contexte familial.

Impossible de vous dire l’âge que j’avais, surement l’âge tendre ou l’imaginaire donne le pouvoir à tout évènement sortant de l’ordinaire, la possibilité de voir cet évènement comme un miracle merveilleux.

C’était l’époque où je croyais au Père Noel, au pied du sapin, de moelleux chaussons m’attendaient avec des oranges. Joie, le Père Noel ne m’avait pas oublié !

Pour conclure : câlin, bisou, tendresse ? Que nenni. Je n’avais que la solitude pour consoler mon cœur et ces présents qui valaient de l’or à mes yeux.

Deuxième souvenir : poupée/fête/grand-mère

La solitude et les fêtes : joyeuse trilogie gravée à jamais dans mon cœur d’enfant. Ce souvenir est d’un autre registre que le précédant !

Ah les Noëls que je passais chez ma mamie ! Magique ! Euh… Tout de même, certains m’ont laissé un gout amer à cause de « l’humour » de ma mamie me faisant croire que le Père Noel pouvait venir à tout instant me retirer mes cadeaux, si par exemple, je ne mangeais pas les endives du déjeuner.

Moi, je vous dis, j’ai entendu le Père Noël frapper à la porte ! La menace : manger mes endives ou la poupée reprenait le chemin du retour avec le Père Noel ! L’horloge indiquant 15h, l’heure de l’échéance, ça je m’en souviens encore, j’ai dû donc, tout avaler ! Entre nous, telle situation n’est-elle pas du registre de la maltraitance à enfant ?

Pour conclure : Câlin, bisou, tendresse ? Oui, il y avait de l’amour. « Certaines formes de maltraitance » passaient dans le registre de l’oubli pour cause d’amour.

L’amour de ma grand-mère, je l’avais. Ce qui a eu pour effet d’éloigner la solitude. Waouh, en écrivant ces dernières lignes, la solitude n’étant pas l’invité principal, la fête peut battre son plein. La solitude et les fêtes : instants mêlés de convivialités et de solitude. Dans toute vie, ces instants vous accompagnent au fil de vos expériences de vie.

Troisième souvenir : partage en famille/belle famille

La solitude et les fêtes : l’effervescence était au rendez-vous chaque année aux moments des fêtes. Partage de moments d’échanges chaleureux. Ça chauffait dur dans la cuisine, le sapin était fier comme Artaban avec ses guirlandes et avec l’honneur qui lui était rendu lorsqu’à ses pieds le Père Noël déposait dans la nuit des paquets enrubannés. Les sorties pour se rendre à la messe de minuit, le regard illuminé de l’enfant à la découverte de ses présents…

Pour conclure : Câlin, bisou, tendresse ?

Oui, tous ces instants de chaleur humaine, ou la solitude n’avait pas sa place, rendaient ces fêtes fantastiques.

Quatrième souvenir : éclatement de la cellule familiale/divorce et solitude

Les instants de bonheur ne durent pas toujours. La vie se charge de vous le faire comprendre en vous faisant prendre d’autres chemins plus sinueux. Comme pour vous rappeler, comme le dit le dicton : que « La vie n’est pas un long fleuve tranquille ».

Est venu alors le moment de l’éclatement de la cellule familiale avec les conséquences que chacun peut imaginer : souffrance, conflit, solitude… et même grande solitude. Et quand réapparait le temps des fêtes, chacun se retrouve seul face à ses souvenirs et regrets. Que faire ?

Pour conclure : Câlin, bisou, tendresse ?

Que nenni, ne reste que les souvenirs et reconstruction d’autres moments de chaleur humaine avec d’autres expériences.

Comment vivre solitude et fêtes ensemble, en toute sérénité ?

Recette pour faire avec ce que l’on possède/ici et maintenant

La solitude et les fêtes : la solutionLa solitude et les fêtes : peu importe la situation. S’adapter aux situations est la meilleure des solutions pour ne pas succomber à la solitude pendant les fêtes. Facile à dire ?

Et si vous aviez deux choix possibles ? La solitude et les fêtes : enfer ou bonheur, miroir trompeur à l’œuvre pour saper notre moral ou rebondir autrement ?

La solitude et les fêtes : synchronisation de mes lectures. Celles-ci conduisant vers celles de Jean-François et Michel Serres. Curieux hasard, ouvrage traitant de la solitude, de la lutte contre l’isolement, en particulier de la solitude des personnes âgées.

« Solitude », dialogue entre un père et son fils sur l’engagement, éditions Le pommier. Jean-François est délégué général de l’association les petits frères des pauvres et référent national Monalisa (Mobilisation nationale contre l’isolement des âgés).

Et de fil en aiguille, la solitude et les fêtes vous invitent à vous tourner vers autrui pour éradiquer cette solitude qui nous empoisonnent tous à un moment ou un autre de notre vie. Faire avec ce que l‘on possède ici et maintenant, c’est faire avec ce que l’on est, avec son cœur, faire un geste vers autrui, se contenter de peu en donnant de l’importance au plus petit moment de partage. Un sourire, une main tendue, une parole…

Une personne de mon entourage est engagée dans les restos du cœur malgré ses propres soucis et sa solitude engendrée par ces soucis. Cette personne rayonne de bonheur chaque fois qu’elle me parle de son engagement.

Le mot de la fin (provisoire) : se tourner vers l’autre quel que soit la situation, que ce soit pour donner ou demander. Et vous que pensez-vous de cette solitude dans notre société actuelle ou règne soit disant l’hyper connexion entre tous ? Que vous inspire la solitude et les fêtes ?

Envie d’approfondir ce sujet ? Ce carnaval d’articles sur le thème de la solitude continue avec :

Chantal http://ambition-et-reussite.com/faire-une-alliance-entre-solitude-et-fetes/

Éliane http://monbloganti-cancer.com/la-solitude-pendant-les-fetes/

Sandie http://www.zen-sans-mediter.com/12-choses-a-faire-lorsquon-est-seul-a-noel

La solitude : un bonheur à vivre

La solitude : un bonheur à vivre

La solitude : un bonheur à vivre au quotidien, délectation suprême ! La solitude, ce plat dont beaucoup ont horreur font le bonheur de certains. La solitude, bien cuisinée, peut nous emmener vers des contrées jusque-là inconnues de nous, alors vient la découverte de l’ingrédient « reconnexion à soi », qui est d’une richesse infinie. Cette reconnexion à soi nous amène alors à apprécier ce plat détesté de certains, mais oh combien délicieux si l’on se donne la peine de découvrir ses uniques saveurs. Un pur bonheur !

La solitude : un bonheur à vivre est le deuxième volet de la trilogie passionnante du carnaval d’articles organisé par Chantal sur le thème de la solitude. Après la solitude ennemie, voici la solitude amie. Merci Chantal d’avoir organisé cet évènement nous amenant à mettre dans le pot commun nos connaissances pour le plaisir de nos lecteurs.

La solitude : un bonheur à vivre assurément

Quelle est la véritable définition de la solitude ? En avons nous tous la même conception ? Solitude choisie ou subie ? Voyons ici la solitude sous l’angle de l’épanouissement personnel… Comme un bonheur à vivre pleinement. L’habit solitude est un vêtement qui se porte en toute époque de la vie. L’habit solitude est taillé dans l’étoffe de l’expérience de terrain toute cousue de fil issu du rapport à soi-même et aux autres. L’habit solitude prendra l’apparence que chacun lui donnera avec ses forces et ses faiblesses.

La solitude : savoir-faire silence pour se retrouver

La solitude : reconnexion à soi

La solitude : un habit de lumière ou un plat succulent ? Les deux ! Vous êtes habillé de solitude chaque jour et vous mangez de la solitude à tous les repas. Oui, mais de quelle apparence cette solitude c’est parée ? Habillée en guenilles ou habillée d’étoffes cousues de fils d’or ? Repue de fond de boites de conserves ou repue de mets délicieux aux saveurs de vie pétillantes ?

Une histoire : Jamais de ma vie je n’avais eu l’occasion de vivre seule jusqu’à… jusqu’à…Issue d’une famille nombreuse et de suite mariée, la solitude : je ne connaissais pas, du moins pas comme on pourrait l’entendre. Je n’étais jamais seule avec moi-même, et curieusement, je m’ennuyais… de qui ?  De moi et je ne le savais pas ! Au fil de mes expériences de couples avec ruptures et nouvelles rencontres, je passais le temps à me fuir et je ne m’en rendais pas compte !

Courir ainsi pour fuir la solitude vous revient comme un boomerang dans la figure un jour ou l’autre. C’est ce qui m’est arrivé. Un jour, l’homme de ma vie du moment m’a dit : « c’est fini ». Le ciel, ce jour-là m’est tombé sur la tête. Du jour au lendemain (je fais court) je me suis retrouvée seule avec moi-même. Horreur de chez horreur ! Première expérience de véritable solitude physique, morale. Je me suis sentie abandonnée et seule au monde comme amputée… de quoi ?  Je ne sais pas, mais le sentiment qui m’envahissait me semblait à l’époque insurmontable. Comment ai-je fait face ?

La solitude : phase d’adaptation

La solitude pour soi et connaitre le bonheur

L’histoire continue : après des semaines d’errances morales, peu à peu je me suis adaptée à ce nouvel état. C’était la première fois que je vivais seule, vivant avec moi-même.

Et toi, qui vis dans la solitude que tu n’as pas choisie, qui es-tu ? Qui je suis ? Belle question. Durant tout ce temps, depuis ma naissance jusqu’à l’instant de la rupture relatée plus haut, je n’ai jamais été seule avec moi-même.

Rien jamais, n’avait favorisé la connexion véritable avec mon être intérieur. Cette solitude imposée a été un véritable bienfait pour me reconnecter avec ce que j’étais réellement. Solitude imposée : bienfait pour apprendre à vivre avec soi, pour apprendre à se suffire à soi-même et de se défaire de la dépendance affective (au passage).

La solitude : un bonheur à redécouvrir et à vivre

Que du bonheur ! A ce jour, je ne sais pas si je serais capable de revivre avec une autre personne. Du moins pas dans les conditions dans lesquelles je vivais auparavant. La solitude m’a appris l’autonomie, à penser par moi-même, à exister pour moi et non pour les autres. L’apprentissage a été rude !

J’ai appris à être heureuse seule. A savourer les instants où je suis le seul maître à décider de mon organisation. Vie idéale quand vous avez des projets à mener à bien demandant concentration… tel l’écrivain… Le délice de se sentir totalement libre, d’être son propre maitre, sans contrainte aucune. Être libre tel le goéland…

Le carnaval sur la solitude vous présente les participants de cet évènement :

Quelle chance vous avez là ! Un bouquet d’expériences déposé à vos pieds. Je vous en souhaite une excellente lecture.

Eliane de “Mon blog anti-cancer” http://monbloganti-cancer.com/la-solitude-choisie-quel-cheminement/ Une pensée d’amour et de lumière de la part de Chantal et de nous tous pour aider Éliane dans l’épreuve qu’elle traverse actuellement.

 

Cécile du blog “La sorcière et le médecin” http://la-sorciere-et-le-medecin.com/nature-solitude-reconfort

 

Nicolas du blog “Une retraite heureuse” les-bienfaits-de-la-solitude

 

 

Angélique du blog “Vivre de l’immobilier” http://vivre-de-limmobilier.com/la-solitude-votre-alliee/

 

Dorian du blog “Plateforme bien être” http://www.plateforme-bienetre.fr/comment-sortir-de-la-solitude/

 

Chantal du blog “Ambition et réussite” http://ambition-et-reussite.com/quel-lien-entre-paris-en-deuil-et-solitude-mon-amie

 

 

Pierre du blog “Des défis pour changer de vie” http://des-defis-pour-changer-de-vie.com/la-solitude-mon-amie/

La solitude : un bonheur à vivre sans condition

La solitude : un bonheur à vivre et à redécouvrir ? Oh oui sans condition ! Si, il y en a une de condition, et pas des moindres : la solitude ne doit pas vous isoler des autres. Jamais ! Vivre la solitude comme un bonheur à vivre sans condition ne veut pas dire vivre comme un ermite tel l’ours hibernant dans sa caverne. Vous pouvez vivre en solitaire avec tous les avantages que cela comportent mais tout en appréciant de rester relié avec autrui.

La solitude est un bonheur à vivre, tout en restant connecté au monde et à soi. Puiser en ses propres richesses, savourer la vie telle qu’elle se présente à chacun. Puisque vous avez la chance de connaitre cette solitude-là, c’est que quelque part, il était écrit que vous deviez vivre cette expérience, comme une leçon offerte par la vie pour votre avancée. Et vous vos avis sur la question de la solitude comme un bonheur à vivre ?

Magnifique pouvoir de l’amour : suite de l’histoire …

Magnifique pouvoir de l'amour

Magnifique pouvoir de l’amour : la suite et fin… Ou plutôt, nouveau tournant, nouvelle page à écrire. IL n’y a pas de fin, seulement de nouvelles saveurs.  Le moment est venu de transformer un pan de vie en formidable terreau à partager. Magnifique pouvoir de l’amour aux saveurs de transmission d’expériences, de savoirs acquis sur le terrain, au fil des décennies.

Hier, c’était hier. Demain est à demain. Aujourd’hui est ici avec son panier rempli de terreau cultivé hier pour enrichir aujourd’hui et demain.

Mon cœur de dinosaure s’ouvre pour vous confier quelques secrets sur le magnifique pouvoir de l’amour et comment l’entourage peut influencer positivement l’avenir, pour peu que l’on veuille bien prêter attention aux signes mis sur votre route comme pour vous guider.

Magnifique pouvoir de l’amour : merci patron !

Merci patron de votre amour

Pendant quelques décennies, j’ai vécu avec amour pour un patron… et même plusieurs ! Peu importe le patron, ceci pour dire que je n’ai vécu que pour le boulot, enfin presque. Le style de rythme : métro, boulot, dodo. J’ai vécu en  oubliant certaines de mes priorités.

Combien sommes-nous dans ce cas de figure ? Sans oublier ceux et celles qui préfèrent mettre de côté leur santé, rien que pour satisfaire leur très bien-aimé patron. Vous vous reconnaissez ? Mais bien sûr ! C‘est fou ce que l’amour du travail peut nous faire faire… Par amour, justement.

 Prise de conscience sur ce magnifique pouvoir de l’amour

Comme Aladin sortant de sa lampe

Comme Aladin sortant d’un coup de sa lampe, cet été, j’ai pris conscience que gentiment, le rythme métro, boulot, dodo après quelques 50 années de bons et loyaux services envers un « patron » devait prendre fin. Alléluia, la décision était prise !

Pas facile de sauter le pas. Mais ce pas sauté, le cœur est devenu plus léger, tellement léger, avec l‘envie de chanter. Curieux cette impression nouvelle de liberté retrouvée. Le magnifique pouvoir de l’amour a fait son œuvre !

 Le lien avec ma décision, évènements de vie et le magnifique pouvoir de l’amour

magnifique pouvoir de l'amour

Rappelez-vous, un de mes enfants m’a quelque peu bousculé en me demandant de l’aide. Tentant de faire la peau à mes résistances persistantes de ma fonction cadre, hé oui, toujours sur le pont pour servir, il a bien fallu que je me rende compte que le temps était venu de changer de cap.

Le cadenas « de l’esclavage au patron » venait de sauter comme un bouchon de champagne ! Comme c’est bon de sentir cet air de liberté ! Magnifique pouvoir de l’amour !

Un aveu : rythme de vie bien huilée aidant, je crois que j’avais pris gout à ces habitudes d’esclavage. Tous les alibis du monde se sont vus invité pour me susurrer à l’oreille qu’il fallait à tout prix continuer. Pas facile d’admettre qu’il y a un temps pour tout.

Alors, pesant, sous-pesant le pour et le contre de choisir cet air de liberté s’offrant à moi comme une récompense après… près de 50 ans de bons et loyaux services, le cadenas a sauté comme un bouchon de champagne !

Magnifique pouvoir de l’amour : merci à mon fils !

Le temps passe très vite, les générations filent et un beau jour vous vous rendez compte que c’est à votre tour de vous rapprocher des plus jeunes de votre entourage. De jeune adulte en quête de savoirs, vous vous retrouvez en adulte plus âgé distillant vos connaissances. Bon, vous me suivez ? Les décennies s’écoulant, certains de vos proches sont devenus des anciens et votre affection leur sont nécessaires.

Magnifique pouvoir de l’amour : conclusion sur le jardinage de la vie

Que de temps... à consacrer aux autres

Ou je veux en venir après toutes ces considérations mises en lumières ? La vie ne fait que passer. Je ne sais pas si nous savons aller à l’essentiel. Vous en pensez quoi de ce rythme de vie que beaucoup s’inflige ? Bien sûr qu’il est nécessaire d’exercer un métier pour vivre, de fonder une famille, de s’engager pour servir son prochain… La liste est longue, longue.

Ce que je trouve super chouette dans mon prochain chapitre de vie, c’est de me recentrer sur ce qui est essentiel à mes yeux.

  • Profiter de mes proches en donnant et recevant de l’amour…
  • Prendre le temps de sentir le vent, le soleil, la pluie, l’odeur des arbres, des fleurs…
  • Écrire et encore écrire sans être interrompu par le glas du travail (adieu patron)…
  • Chouchouter mes projets en cours, enfin du temps disponible…
  • Plus de pression, davantage de légèreté, de disponibilité, de souplesse dans le temps.

J’espère seulement que je ne rêve pas. Comptabilisant 8 à 10 heures par jour de salariat, cela en fera autant à disposer pour mon propre compte. Je suis riche ! Et si c’était ça la vraie richesse ? Comment jardinez-vous votre vie ? Utilisez-vous le magnifique pouvoir de l’amour pour transformer votre existence en pépites à partager ? Comment allez-vous écrire votre prochain chapitre de vie ?

Magnifique pouvoir du bonheur : recette de vie

Magnifique pouvoir du bonheur

Magnifique pouvoir du bonheur sous forme de recette de vie m’a laissé scotchée, justement,  sur ma chaise en compagnie du serveur me délivrant ses secrets de cuisine. Au dernier épisode de « Magnifique pouvoir de l’amour au service des priorités », je vous avais promis de donner des nouvelles au bout de… deux ou trois jours. Rendez-vous manqué ! Tellement accaparée par ce magnifique pouvoir du bonheur, issu du pouvoir de l’amour, (bonheur, amour : même famille, mais quelle famille, alors !), que j’en ai raté le train !

Oui, je n’ai pas tenu mes promesses. Cela ne me ressemble pas. Que s’est-il passé ?

Une tornade a secoué mes plans initiaux pour l’année à venir, cela c’est passé au mois de septembre, mois de mes congés pour cette année. Faut croire que ces instants de vacances, de répit, m’ont remis les neurones à l’endroit. Vous savez, ces instants ou vous avez tout le temps nécessaire de réfléchir à vos priorités.

Quoi, vous vous sentez dérangé ? Prenez un instant pour reconsidérer vos priorités, vite, vite posez-vous avant d’être victime d’un non-retour douloureux. Si vous ne prenez jamais la peine de vous poser pour réfléchir à vos priorité, vous risquez de passer à côté du magnifique pouvoir du bonheur.

Pas de panique, à ce stade, tout reste possible.

Le magnifique pouvoir du bonheur agitcomme une potion magique !

Un précieux terreau m’a nourri et aidé pour agir. Rappelez-vous la demande d’un de mes enfants dans le précédent article : appel SOS,  SOS déguisé ? Oh combien salvateur pour moi. Une prise de conscience, s’infiltra comme une empreinte indélébile, dans mes pensées quotidiennes. C’est ce que j’appelle un précieux terreau aidant à la prise de décision. Ou plutôt, un précieux terreau ayant le pouvoir de changer votre vision sur vos priorités de vie.

Magnifique pouvoir du bonheur au service des priorités

Voici ce que ce terreau a déclenché dans les mises en surface de mes priorités :

Magnifique pouvoir du bonheur... pour avancerPas facile d’admettre que l’on a fait son temps côté professionnel et que d’autres priorités vous appellent ! Le nez dans le guidon, l’on ne voit rien venir. Les années s’écoulent égales à elle-même. Un jour, survient un point de non-retour, ou plutôt un point incontournable de questionnement sur la continuité de sa propre route. Route prenant des virages en fonction des changements de paysages dues aux bifurcations de vies. Complètement incontournables pour certains d’entre vous, n’est-ce pas ?

Le magnifique pouvoir du bonheur…

Le magnifique pouvoir du bonheur… Ces quelques mots déclenchent en moi une émotion sur l’amour maternel, cette émotion me conduit à vouloir vous enquiquiner sur mes états d’âme. Et si l’on parlait de l’amour “grand-maternel” ? (Je ne sais comment l’appeler autrement)

Magnifique pouvoir du bonheur… En levant les voiles !

Magnifique pouvoir du bonheur : le temps est venu de lever les amarres. Laissons libre court au voyage, le magnifique pouvoir du bonheur lève les voiles, s’insinuant dans nos vies tel des vers de terre, nourrissant la terre, nourrissant nos pensées de nos fructueuses réflexions. C’est promis, dans le prochain épisode, je vous livre le secret de mon bonheur enfin clairement réapparu dans mon quotidien.

Des recettes de vie inédites puisées dans l’ouverture à l’autre, l’autre qui nous enseigne sans cesse de sa richesse de vie, expériences qui m’enrichissent et me laisse pantoise devant tant de cadeaux déposés à mes pieds, comme des clins d’œil de vie me remerciant de mes dernières décisions.

Magnifique pouvoir du bonheur En levant les voiles ! La suite et étape finale arrivent.. Merci de votre patience (qui va payer) et à bientôt ! Cette fois, je ne promets pas d’échéance, consciente que le temps ne m’appartient pas ! Lui seul décide en maitre absolu ! Merci pour vos retours…