Conseils : Les conseilleurs ne sont pas…

Conseils à écouter ou pas ? Cette idée d’article m’a été inspirée aujourd’hui par un  commentateur me faisant remarquer  qu’écouter les bons conseils des autres me semblait difficile. Je l’en remercie, car cela me donne l’occasion de m’expliquer plus avant dans mes décisions de vie, du moins dans leur processus d’avancement. Merci, Franck pour cette merveilleuse idée.

Conseils : « Les conseilleurs ne sont pas les payeurs »

Méfiez-vous des donneurs de leçons ! Bien des gens vous conseilleront, mais vous seul subirez vos les actes et leurs conséquences.

Proverbe français. Gabriel Meunier

Ce proverbe est bien connu des moralistes. Il manifeste la distance inévitable qui existe entre la personne qui donne un avis ou des conseils et celle qui va décider et subir les conséquences concrètes de sa décision. En définitive, chacun reste seul en face de sa décision. C’est pourquoi les moralistes sont invités à une grande prudence lorsqu’ils sont consultés.

Le Christ lui-même avait bien conscience de cet écart. Il n’hésita pas à reprocher aux pharisiens de lier de pesants fardeaux sur les épaules des gens et de ne pas vouloir les aider du petit doigt. Par-là, les moralistes doivent comprendre que leurs paroles ont des conséquences et qu’ils sont invités à être aussi responsables de leurs paroles !

Mt 23, 4

Suivre ou ne pas suivre le ou les conseil (s) des bons conseilleurs

Conseils : « Les conseilleurs ne sont pas les payeurs » Il faut prendre avec mesure le conseil des autres, car la décision finale n’engage, en termes de responsabilité, que le décideur. Ce proverbe signifie que ceux qui conseillent ne pâtissent jamais des répercussions de leurs conseils. Si j’avais suivi jadis le conseil que je devais “obéir” à mon mari je n’en serais pas arrivé là ou j’en suis à ce jour. Pareil pour ce conseil de ne pas rester dans le domaine de la psychiatrie, ah et pourquoi, serait-ce plus ingrat de soigner les maux de l’âme plutôt que les maux du corps ?

Une phrase importante me revient à l’instant dites par mon père à un membre de ma famille

“Hélène s’en sortira toujours, elle s’est-ce qu’elle doit faire”. Cette phrase m’a portée tout le long de ma vie. Je prête davantage attention à ces messages qu’à un conseil “gratuit”. Nos décisions sont mues par une force intérieure qui nous est personnelle, notre intuition nous guide pourvu que l’on veuille l’écouter. Nous seuls savons ce qui est bon pour nous, nous seuls savons ce que nous pouvons assumer, nous seuls sommes responsables de nos actes. Nous seuls avons toutes les cartes en mains dans nos prises de décisions.

Donner des conseils, être conseillé et rester à l’affût

A l'affut des conseilsj’ai pour habitude d’examiner attentivement un conseil donné quand celui-ci me semble judicieux et qu’il soulève une facette inconnue d’une situation donnée. J’aime garder mon libre arbitre. Comme tout un chacun, j’ai fait des erreurs faute d’avoir écouté certains conseils judicieux, mais alors bien m’en a pris en d’autres circonstances, d’avoir suivi mon intuition. Dans des situations beaucoup plus complexes, avant de prendre une grande décision, il reste souhaitable de se tourner vers des personnes compétentes ayant un regard extérieur pour vous aider à prendre de la hauteur et pouvoir agir avec discernement.

Dans mon parcours de vie cité dans le précédent article, j’ai eu la chance d’avoir eu un guide spirituel qui m’a soutenu et prodigué  de précieux conseils (que j’ai écouté) pour mener à bien mes projets. Garder son libre arbitre oui, faire confiance en son intuition et ses capacités oui, mais dans certains cas il peut s’avérer judicieux de se faire aider et conseiller, j’avais aussi d’excellents (es) amis (es).

Cet article est un peu plus court que les précédents, je vous laisse un peu souffler. Mais dites-moi ce que ce thème vous inspire, car j’ai l’impression de n’avoir seulement effleuré ce sujet sur les conseils donnés par autrui.