La résilience, rebondir face aux épreuves, qu’est-ce ?

La résilience, rebondir face aux épreuves

Rebondir face aux épreuves : tu le peux avec les richesses que tu as en toi et avec ce que la vie t’offre. Je vais te montrer comment faire. Ne t’inquiète pas, ce système est applicable à n’importe quelle situation que tu puisses rencontrer dans ton parcours de vie.

Vous me voyez en casquette sur les réseaux sociaux où en signature dans mes communications. Certains peuvent se dire que je veux me donner un genre. Ce qui n’est pas faux, sauf que j’ai dû combiner avec ce que la vie m’offrait et mes propres forces en termes de possibilité pour faire face au handicap (ou chance ?) de ne plus avoir de cheveux.

De quoi il s’agit ? Jamais encore je n’ai traité ce sujet ici. C’est donc une première ! Voilà maintenant quelques presque 25 années que j’ai perdu tous mes cheveux. Quoi, déjà tout ça ? J’ai tellement intégré cet état que je ne m’en soucie plus guère pour continuer ma route. Oui, c’est la résilience dans tous ces états… Ou l’art de rebondir face aux épreuves.

Rebondir face aux épreuves, voici un de mes chemins de résilience

Côté féminité, perdre des cheveux c’est dur

La résilience, rebondir face aux épreuves : ce que cela donne : j’ai été rejetée, je l’ai mal vécue, puis j’en ai pris mon parti. La résilience dans tous ses états : avant l’arrivée de ce handicap, j’étais acceptée comme telle. Il faut dire que je n’étais pas moche du tout. Mais cela n’a pas duré pour des raisons que j’ignore, peu importe. J’ai été éjectée, pourquoi ? Je n’avais plus le look sans doute de la femme idéale que l’autre attendait. Je n’avais pas changée de l’intérieur. Oui, mais bien changé tout de même de l’extérieur et cela ne convenait plus à celui qui disait m’aimer. De femme idéale (en apparence), je passais femme détestable (ou plutôt femme dérangeante), je n’ai plus aucune rancune face à cet état d’esprit, comprenant la difficulté de l’autre à faire face à une autre image.

Côté professionnel, perdre ses cheveux n’a aucune d’importance

Rien ne m’a jamais arrêtée sur mon entêtement à poursuivre mes objectifs. Et ça m’a plutôt bien réussi. J’ai encore en tête des réflexions suite à des échanges entre collègues : « Tu es tellement à l’aise que l’on ne s’aperçoit pas que tu portes une casquette ». Plutôt génial comme réaction ! Dans ce monde de pro, je ne gênais personne et étais bien acceptée. Cool…

Rebondir face aux épreuves, côté famille, c’est cool aussi et c’est tant mieux

Jamais rien ni personne ne m’a fait sentir ma différence. Ma petite fille, un jour m’a demandé pourquoi je n’avais pas de cheveux. A vrai dire, je ne me souviens même pas ce que je lui ai répondu, tellement ma réponse était naturelle et sa réaction à ma réponse, toute naturelle aussi. Après tout ce n’est pas plutôt cool une grand-mère pas comme les autres ?

Côté personnel, des turbulences à l’horizon

Comment je vis tout cela ? Très bien et pas très bien en même temps. Réponse de normand allez-vous me rétorquer ! Dans la pas très bien, il faut entendre qu’au début, c’est tout un changement qui s’opère, les embruns dus aux turbulences vous fouettent le moral de façon cruelle en moins de deux pour vous laisser KO.

La résilience, rebondir face aux épreuves  : tempête et soulèvement de questionnements profonds

La résilience, rebondir face aux épreuves,Les premiers symptômes ont commencé lors d’une période de grand stress : divorce difficile, études infirmières avec préparation de mémoire  de fin d’études. J’étais déjà une grande stressée à la base, ma vie n’ayant pas été toute rose. J’ai d’abord cru que la perte de mes cheveux était due à ce stress. J’ai donc entamé un travail sur moi en « psychanalysant » à outrance tout ce qui aurait pu provoquer la débandade de ma belle chevelure brune et épaisse. Et oui, j’étais très fière de mes cheveux et je me sentais atteinte dans ce que j’avais de plus précieux. La résilience, rebondir face aux épreuves devenait bien difficile.

Tout ce travail sur moi m’a fait noircir bien des cahiers sans m’apporter véritablement de réponses. Le suivi avec un psychiatre a été bénéfique par le soutien psychologique, mais non dans la compréhension de ce qui m’arrivait. D’ailleurs il n’a jamais été prouvé que la pelade était due au stress. Ma petite idée sur le sujet ? Le grand stress peut être un élément déclencheur et ça l’a surement été dans mon cas.

La pelade fait partie des maladies auto-immunes et peu se développer sur des terrains génétiquement prédisposés. Un membre de ma famille proche est atteint de sclérose en plaques, c’est aussi une maladie auto-immune. Mais bon, je ne suis pas médecin et je préfère ne pas m’avancer plus sur ce sujet. La résilience, rebondir face aux épreuves présentent aussi ses mystères.

Le résultat de ce travail sur ma petite personne ?

La résilience, rebondir face aux épreuvesJ’ai acquis une meilleure connaissance sur le comment je fonctionnais et j’ai fini par ne plus me torturer, à être plus sereine. Ouf, il était temps ! C’est la résilience, rebondir face aux épreuves n’est pas toujours aisée. Attention, je ne dis pas qu’il n’est pas utile de réfléchir sur soi, au contraire, c’est nécessaire. Mais avec discernement et méthode.

Si j’ai effectué un long parcours seule, c’est que j’avais des outils et une connaissance du terrain dû à mon métier d’origine : infirmière spécialisée en psychiatrie. Et bien sûr, adorant la lecture, je ne me suis pas privé de m’abreuver de connaissances… La résilience, rebondir face aux épreuves  devenait moins compliquée.

Parcours du combattant pour une résiliente

Le moral était dans les chaussettes.

La résilience, rebondir face aux épreuves, c'est possibleC’est tout un apprentissage d’accepter de voir une autre image de soi. Comment faire face à ce changement sans trop de souffrances ? Avec le recul, tout ce que j’ai mis en œuvre côté traitement médical et côté porte-monnaie pour les postiches, sans compter le facteur temps à courir à droite et à gauche, et bien j’ai une nette impression que tout ça était du colmatage. Je ne dis pas que c’était inutile, cela me permettait de tenir, mais aussi de rester focalisée sur ce changement d’image dû à la perte de cheveux. La résilience, rebondir face aux épreuves  : dure, très dure.

Oh que je suis belle toute bronzée !

La puvathérapie (séance d’UV dans une cabine, comme si vous étiez à la plage, enfin presque) est un traitement qui a bien marché les premiers temps. Mais astreignant, vous devez prendre des comprimés de mélanine avant les séances à raison de trois par semaine. J’avais la chance d’habiter Paris, donc pas trop loin d’un centre même si ça représentait bien trois heures de transport dans la semaine s’ajoutant au reste. Mon lieu de travail se situait en banlieue et mon employeur voyait d’un très mauvais œil ma demande de souplesse dans les horaires. Allez encore un stress. J’ai fini par me mettre en congés. La résilience, rebondir face aux épreuves, eh oui, vraiment éprouvant !

Oh que je suis belle avec cette nouvelle coiffure, ce n’est a mienne, mais je l’aime bien !

Vous l’avez deviné, je suis passée aux postiches. Mon porte-monnaie jubilait de ce régime amincissant. Pour être à l’aise, il est nécessaire de choisir de la qualité et de la légèreté. Même si j’étais jolie comme un cœur, ce n’était pas moi. J’étais une autre et j’avais l’impression que tout le monde me regardait et remarquait mon postiche. C’était dans ma tête bien sûr. La résilience, rebondir face aux épreuves : gros soupir de lassitude !

Et voilà je sors de chez le coiffeur, cette fois, c’est bien mes cheveux !

Tout avait repoussé, quel soulagement ! Enfin je me retrouvais moi-même et me sentais plus légère sans ce chapeau à cheveux. Ma jubilation a été de courte durée. Ma tête rejetait à nouveau ma chevelure au bout d’à peine quelques semaines. Rebelote puvathérapie, qui n’a donné aucun résultat cette fois. Prise d’un traitement à base de comprimés et spray à mettre en local, rien… La routine a fini par s’installer : un moral difficile à maintenir au top, postiches mal supportés car d’un tempérament plutôt vif, j’avais toujours trop chaud dès que j’étais en mouvement. Travailler auprès d’enfants autistes n’est pas de tout repos. Bref, un jour où il faisait particulièrement chaud, n’y tenant plus, la casquette est apparue !

Eurêka, c’était la solution, j’en ai mis du temps !

J’avais franchi un cap, j’avais enfin osé me montrer comme j’en avais envie. Et cela n’a eu que des avantages :

  • Je me suis sentie moi-même en osant
  • J’avais retrouvé mon énergie, mangée jusque-là par le port du postiche
  • Ainsi libérée et plus légère, un déclic s’était produit
  • Adieu traitement, postiches (mon porte-monnaie me fait la gueule) et prise de tête sur le pourquoi du comment
  • Mes ailes ont repris de l’envergure
  • Pour m’élancer vers l’accomplissement de mes objectifs
  • Et je me sens bien même s’il reste encore une nostalgie

Où peut conduire une histoire de casquette ? Voici ma pomme avec casquette !

Helene-HugLa résilience, rebondir face aux épreuves , ça donne quoi ? Devant les épreuves, deux solutions : faire face et trouver la force en soi pour rebondir, ou se laisser aller et avoir des regrets jusqu’à la fin de sa vie.

Sur Dimension-Phoenix, je parle en priorité de résilience et jamais il ne m’était venu à l’esprit de vous parler de mon parcours de « Casquetteuse ». Voilà qui est réparé en partie, car en fait, ce sujet n’a été qu’effleuré.

Si je n’avais pas connu cet épisode de perte de cheveux, sans doute serais-je une autre, différente à celle que je suis à l’heure à laquelle je vous écris.

Qui sait… Les épreuves nous mènent sur des chemins que nous sommes invités à découvrir. Ceci dans le but de nous amener à donner le meilleur de nous-mêmes. C’est parfois douloureux, mais toujours très instructif. Les épreuves sont comme des opportunités à accueillir pour devenir meilleur. Donc une chance ou pas d’avoir perdu ma chevelure ? A vous de me le dire. Et puis, je serais heureuse si vous pouviez partager vos expériences de résilience. A très vite de vous lire.

Mission de vie, courage d’être soi : mariage de réussite ?

Mission de vie, courage d'être soi

Mission de vie et courage d’être soi : duo de réussite servi sur canapé, arrosé d’une bonne dose d’optimisme tirée à la source même de la vie. Ce duo vient vous servir un plat de résistance parsemée de facettes aux couleurs de vos expériences…

Le courage d’être soi, qu’est-ce ? Ai-je le courage d’être moi en écrivant cet article ? Je suis moi, car j’ai très envie de vous donner ma version. Mon vécu sur le courage d’être soi et la mission de vie. Tant pis si je ne rentre pas dans les clous. Nous avons tous le droit d’avoir notre opinion car le vécu de chacun est unique. Il y a autant de courage d’être et de mission de vie,  qu’il y a d’individus sur la planète.

Ma mission de vie… pour moi est d’être encore en vie

Oui… vous lisez bien. Certaines épreuves (j’ai des souvenirs assez gratinés) vous donne parfois l’envie d’en finir. Puis vient la petite voix qui vous dit de rester, des choses sont encore à vivre pour accomplir sa mission de vie. Certains comprendront très bien de quoi je parle.

A ce jour, le courage d’être soi me conduit ici et je trouve cela magnifique. Quelle mission de vie ! Le courage d’être soit demande aussi une bonne dose de…. Courage tout simplement. Le courage de la patience… Le courage de s’imposer en toutes circonstances, d’affirmer ses idées, même les plus saugrenues, de tenir jusqu’au bout pour défendre un projet auquel vous travaillez, quand vous savez que celui-ci aboutira car vous y mettez vos tripes. Vous savez que c’est votre mission de vie. Vous avez sûrement des tas d’exemples autour de vous, ou êtes vous-même un exemple.

Le courage d’être soi sur le rail de votre mission de vie

 

Mission de vie rime avec le courage de d'être soiJ’en viens tout naturellement à votre mission de vie. Savez-vous quelle est la vôtre ? Je me suis longtemps demandé qu’elle fût la mienne. Arrivée à l’automne de ma vie, j’ai enfin fait connaissance avec ma mission de vie. Pourquoi cela a-t-il été si long ?

Quand vous venez au monde, vous ne savez pas sur quel rail vous êtes. Démuni, vous suivez le rail jusqu’au moment où vous vous sentez être enfin en possession du pouvoir de prendre le volant de votre vie. Mais prendre sa vie en main demande d’être en possession de la maîtrise des éléments extérieurs.

Votre mission de vie peut tarder à vous apparaître clairement :

Même si vous avez l’impression que votre vie est empêtrée dans une toile d’araignée (toute chose à sa raison d’être), au fond de vous, vos rêves se nourrissent de vos espoirs, de votre énergie… Vos rêves continuent à se construire. Le courage d’être soi, qualité n’ayant jamais quitté votre moi profond, va finir par donner ses fruits : votre mission de vie.

Le courage d’être soi comme cadeau et mission de vie

Mission de vie et courage d'être soi : ingrédiants de réussiteEn effet, considérez que la vie est cadeau. Je vous ai déjà dit que tout avait sa raison d’être. Les épreuves de la vie sont autant d’opportunités nourrissant votre mission de vie si vous le voulez. Vous pouvez traverser les années sans que votre mission de vie soit claire, surtout si votre départ dans la vie a été difficile.

Dans ce cas, vous pouvez rencontrer des difficultés à quitter les rails sur lesquels vous n’avez pas demandé à être. Soyez sûr qu’à un moment de votre existence, vous aurez le pouvoir de décider de votre devenir permetant l’émergence de votre mission de vie.

Cependant, Quels que soient les évènements de nos vies, rien n’empêche d’avoir le courage d’être soi. Nous sommes responsables de nos actes donnant sens à nos vies, c’est notre mission de vie immédiate.

Mission de vie rime avec le courage d’être soi

Un petit exercice : Je partage avec vous cette interview, le contenu est riche, écoutez et réécoutez. Je ne vous en dis pas plus, attachant davantage d’importance à l’essence même des propos échangés.

Alors que vous inspire ces échanges ? Êtes-vous plus au clair sur le principe de mission de vie ? Le courage d’être soi mène, à mon sens à la réussite. Laissez émerger sa mission de vie, avoir le courage d’être soi, finalement, n’est-ce pas la même chose ? En tout cas, c’est un duo de réussite assurée. Et vous comment percevez-vous votre mission de vie ? Vous a-t-elle apparue tôt dans votre parcours ou sur le tard ? Chaque parcours,  expérience sont d’une richesse unique. A partager sans modération…