Heureux de vivre en récoltant des petits cailloux

Heureux de vivre en récoltant des petits cailloux

Êtes-vous d’un naturel heureux ? Êtes-vous heureux de vivre ? Sans doute allez-vous me répondre que cela dépend du contexte dans lequel vous vivez, de l’humeur du jour, de la situation vécue… Le milieu dans lequel vous avez été élevé a aussi son importance. La génétique a-t-elle un impact sur nos vies ? Bien assurément. À notre naissance, nous héritons d’un patrimoine, d’un passé… Certains traits peuvent sauter une génération voir plus.

Ma sœur cadette est née avec une nature heureuse alors que moi, j’étais plutôt d’un tempérament torturé. Si je suis née avec une nature heureuse alors que je ne l’étais pas dans mon début de parcours de vie, je peux l’expliquer par le fait que ma sœur cadette était la préférée par rapport à moi. Nous avons d’ailleurs des souvenirs bien différents l’une et l’autre de notre enfance en ce qui concerne l’amour de nos parents à notre égard.

Je ne vais pas m’étendre sur ce sujet traité par Sylviane récemment sur son blog et je la remercie de m’avoir inspiré cet article. Même si je pouvais aussi traiter ce sujet, ce n’est pas le choix retenu pour aujourd’hui. La question étant : êtes-vous heureux de vivre ? En ce qui me concerne, j’ai appris l’art de vivre heureux tout en cultivant mes petits cailloux. Comment ?

Heureux de vivre, le temps de la récolte

Heureux de vivre en récoltant des petits caillouxPas conforme, moi ? Sans doute suis-je née avec une nature heureuse, mais celle-ci s’est vite étouffée par un vécu d’enfant rejeté. Je n’étais pas conforme aux attentes de celle qui m’a mise au monde. Vous remarquerez que je ne l’appelle pas maman, c’est trop me demander et je peux vous assurer que j’ai mes raisons. Pour survivre, ayant une nature forte tête et casse-pied, j’avais ça pour moi fort heureusement, j’ai développé des stratégies pour me protéger et vivre le plus heureusement possible.

Heureux de vivre ? Sur la route se sont dressées des embûches, beaucoup d’embûches… Quand je croyais posséder un petit morceau de bonheur, un joli petit caillou, pfft…plus de joli petit caillou ! Et puisque j’étais rejetée, j’ai ainsi connu beaucoup d’adresses différentes, familles d’accueil, pension… Heureux de vivre ? Pas vraiment… Ces expériences m’ont permis de développer une capacité d’adaptation hors du commun.

Voilà un point fort non négligeable et qui m’a bien servi et me sert encore. Quel sacré petit caillou que voici que l’on ne pouvait m’enlever ! J’ai vite compris que si je voulais sauver ma peau, il fallait que je ne compte que sur moi-même, voilà encore un bien joli petit caillou. La ténacité, la persévérance, le courage : ce sont ces aspects que la vie m’a permis de cultiver, voila également de précieux petits cailloux.

Les petits cailloux comme l’amour, la tendresse, les compliments…n’étant pas à ma disposition, la boutique était fermée. Pas la peine de rêver, tout cela était inaccessible. Alors j’ai engrangé ces petits cailloux, parmi tant d’autres d’ailleurs, que personne ne pouvait m’enlever. Heureux de vivre ? Justement, comment ai-je utilisé ces petits cailloux ?

Le temps de vivre heureux grâce aux petits cailloux

Ces petits cailloux n’ont pas été tout de suite magiques. Il y a eu des hauts et des bas dans ce parcours du combattant. Oui, j’ai bien écrit parcours du combattant. Car j’étais catalogué par celle qui m’a mise au monde comme quelqu’un qui n’arriverait jamais à rien. Bon je suis gentille, je ne vais pas énumérer ces petits « noms d’oiseaux » dont j’ai été affublée par respect pour mon article. Et puis pour moi ce sont de vilains petits cailloux que j’ai jetés, donc rayé de mes tablettes neuronales.

Heureux de vivre ? Heureux de vivre grâce aux petits cailloux

Heureux de vivre en récoltant des petits caillouxVoyons…Je vous ai dit plus haut avoir été d’un tempérament plutôt torturé. Il m’a fallu du temps pour me trouver, ayant peu de repères et me sentant un peu seule sur le chemin. Tel le solitaire cherchant à se diriger dans le désert vers une oasis pour se désaltérer, j’ai parcouru les années à la recherche d’une paix intérieure.

De rencontres en expériences, j’ai creusé mon chemin grâce à ces petits cailloux accumulés. J’ai failli omettre un petit, non un gros, très gros caillou d’une importance capitale à mon sens et ayant surement servi de « ciment » à une époque de ma vie d’adolescente. Une phrase que mon père aurait dite et qui m’a été rapportée par ma grand-mère : « Hélène s’en sortira toujours ». Il semblait dire qu’avec mon potentiel je saurais toujours sortir mon épingle du jeu.

Une petite explication et confidence s’impose : les « bons », c’est-à-dire mon père, ma grand-mère n’avaient aucun pouvoir sur ce qui se passait entre moi et celle qui m’avait mise au monde. Donc ce précieux gros caillou m’a accompagné tout le long de ma vie. Il m’a aidé à cultiver l’art de vivre heureux en me donnant les moyens d’utiliser ce que j’avais de meilleur en moi pour atteindre mes objectifs.

Les petits ou gros cailloux c’est bien, mais après ? Comment vivre heureux ?

Heureux de vivre en récoltant des petits cailloux ? C’est possible. Mes astuces : Écouter et rester fidèle en son intuition et en ses forces intérieures. Saisir au vol chaque instant de bonheur qui passe. Être curieux de tout ce qui peut nous faire grandir. Connaissez-vous le livre de Marcelle Auclair : « Le livre du bonheur », cet ouvrage à changer mon regard sur la vie en développant une philosophie de vie. Voir en toute chose ce qui il y a de meilleur est la recette la plus géniale que je connaisse. Une petite dernière et sans doute la plus importante : croire en soi, avancer sans se poser de questions. Celles-ci sont trop souvent inutiles occasionnant un frein considérable à la réalisation de vos objectifs de vie. Convaincu ? Et vous heureux de vivre grâce à vos petits cailloux, vous voulez bien partager ? J’ai un grand intérêt à les connaitre, nous sommes tous tellement différents.