Femmes résilientes pour inspirer vos vies

Femmes résilientes pour inspirer vos vies

Femmes résilientes pour inspirer vos vies : pour la journée de la femme, honneur à 4  femmes résilientes parmi d’autres femmes tout aussi résilientes. La femme est bien l’avenir de l’homme comme le disait Aragon. Fini les préjugés où il était coutume d’entendre que la femme était le sexe faible.

Beaucoup de ce soi-disant sexe faible a influencé l’avenir de notre  monde ! Me vient à l’esprit Marie Curie ou Simone Veil pour leurs contributions aux niveaux sociétal et médical.  Mais là n’est pas le propos. Revenons plutôt à nos femmes au parcours de parfaites résilientes…

Femmes résilientes…Tout d’abord que veut dire résilience ?  

Pour Google : Le terme « résilience » a été emprunté aux sciences physiques. À l’origine, la résilience est la capacité d’un métal à résister aux pressions et à reprendre sa structure initiale après avoir été déformé. En psychologie, on appelle « résilience » la capacité à vivre, à réussir, à se développer en dépit de l’adversité.

Pour Wikipédia : La résilience est un phénomène psychologique qui consiste, pour un individu affecté par un traumatisme, à prendre acte de l’événement traumatique pour ne plus, ou ne pas, avoir à vivre dans la dépression et se reconstruire. La résilience serait rendue possible grâce à la structuration précoce de la personnalité, par des expériences constructives de l’enfance (avant la confrontation avec des faits potentiellement traumatisants) et parfois par la réflexion, ou la parole, plus rarement par l’encadrement médical d’une thérapie.

Alors, qui sont ces femmes résilientes ?

Une phrase, plus haut, m’interpelle : des expériences constructives de l’enfance ? Sans doute,  car j’ai toujours pensé que malgré une enfance difficile, c’était l’amour de ma grand-mère qui m’avait sauvée malgré son caractère bien trempé d’Alsacienne. Elle-même étant une résiliente rescapée de la guerre.

En clair : le terme de résilience en psychologie remonte de 1939-1945 avec Werner et Smith. Concept repris par Boris Cyrulnik à partir de l’observation de survivants des camps de concentrations. Ce sont les épreuves que vous traversez qui vous poussent dans vos retranchements pour survivre coute que coute. Ou n’est-ce pas plutôt vivre à fond en exploitant à plein votre potentiel ?

Femmes résilientes : quelques exemples parmi d’autres

Denise Legrix

Denise est née en 1910 à Cahagnes dans le Calvados dans une modeste famille d’agriculteurs et privée de bras et de jambes. Son parrain lui offre une boite de peinture, ce qui bouleversera à jamais sa vie. Elle développera rapidement des dons artistiques et peindre deviendra sa passion et son métier.

Denise, dotée d’une volonté impétueuse et entourée de l’affection des siens, développe des techniques pour surmonter son handicap et gagner en autonomie. À force de petits actes de volonté répétés chaque jour avec constance, elle va appendre à dessiner, peindre et écrire en ne guidant le porte-plume ou le pinceau qu’avec ses lèvres.

Denise répétait souvent :

“Le bonheur n’est pas de recevoir, mais de donner, ne consiste pas dans le gain, le faste, la volupté, mais dans le déroulement de petites joies acquises dans la paix du cœur.”

Denise se fait connaitre, entre par ses tableaux, par ses conférences, en France et dans le monde. Elle a permis à nombre de personnes ayant un handicap de trouver un sens à leur vie et de s’épanouir. Denise a vécu 100 ans, son témoignage de vie est exemplaire. Sa magnifique philosophie de vie a été la source de sa joie de vivre.

Plus d’info ici. Son livre « ma joie de vivre », c’est ici

Lizzie Velasquez

Une sacrée leçon de vie ! Lizzie a été aux prises de moqueries et de harcèlement à l’école. Lors de sa découverte d’une vidéo sur You tube, montrant des photos d’elle usurpées avec des commentaires odieux, son abattement est total dans un premier temps. Puis grâce à ce terrible incident, elle rebondit en devenant porte-parole des victimes de cyberharcèlement.

Ce petit bout de femmes de 1,60 de 30 KG est né au Texas en 1989 avec un handicap : Lizzie souffre du syndrome de Marfan se traduisant par une malvoyance et l’impossibilité de prendre du poids. Lizzie doit se nourrir toutes les 15-20 minutes pour rester en vie.

« Je n’ai pas eu une vie facile… Mais ce n’est pas grave. »

Lizzie Velasquez

Suite à cette fameuse vidéo et de ces propos haineux qu’elle a sucitée, Lizzie décide de raconter son parcours semé d’embûches. 3 livres à son actif, conférencière… Lizzie a un  humour corrosif. Elle a l’art de vous démontrer chaque situation semblant être un handicap pour le transformer en un formidable ressort de réussite.

Viktoria Modesta

Viktoria est une chanteuse et mannequin lettone, née avec une malformation de la hanche et de la jambe gauche. Très affectée par ce handicap dans son enfance et adolescence et surtout dans sa vie sociale, elle subit maintes opérations sans succès. Devenue adulte, elle demande à être amputée. Son handicap est devenu sa force et sa prothèse son accessoire préféré.

Viktoria devient une pop star et en est fière. Ses prothèses de jambes sont sacrément belles, tantôt lumineuses, tantôt serties de perles… Viktoria espère faire changer les regards sur les handicapés en délivrant un message d’espoir.

Helen keller

Helen est née en 1880 en Alabama et nous a quittées en 1968. Conférencière et militante politique, bien qu’aveugle, sourde et muette vers l’âge de 2 ans, suite à une congestion cérébrale, elle devient un véritable exemple pour tous.

Par une belle soirée du mois de septembre 1886, la famille Keller était réunie au salon. Le capitaine Keller lisait distraitement son journal. Il finit par le poser à côté de lui et regarda par-dessus ses lunettes sa fille ainée Helen qui, pelotonnée dans un fauteuil, serrait contre son cœur une grande poupée de chiffon.

  • Helen a maintenant 6 ans, dit le capitaine. Son esprit, en admettant qu’elle en ait un, est enfermé dans une prison. Il ne peut pas en sortir et personne ne peut lui ouvrir la porte pour l’aider. La clé a été perdue ; personne ne pourra la 

Mme Keller qui était en train de coudre releva la tête. Ses yeux étaient pleins de larmes. La tante d’Helen se mit en colère :

– Arthur, vous n’y connaissez rien ? Moi je vous dis qu’Helen est beaucoup plus intelligente que tous les Keller réunis. »

Ceci est le début de son histoire publiée dans l’édition Folio Junior. Helen a obtenu une licence de lettres et a écrit à l’âge de 11 ans une histoire de fiction : Le roi givre. Une jeune institutrice malvoyante,  Ann Sullivan, va parvenir, à force de patience et de dévouement, à lui apprendre le langage des signes, puis la parole. Une histoire vraie et, par-là, d’autant plus touchante, racontée avec simplicité et pudeur. L’un des livres les plus authentiques écrits sur la “différence”. 

Helen Keller : symbole de force et de courage face à l’adversité de la vie, sa réputation l’emmène aux quatre coins de la planète, Inde, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud, Europe … De Nehru à Roosevelt, sa vie est jalonnée de rencontres des grands de ce monde. Merci Helen.

Que retenir sur ces femmes résilientes ?

Quel que soit le handicap, il est possible de vivre ce pour quoi chacun est appelé dans sa mission de vie. En écrivant cet article, une sacrée leçon de vie m’est donnée : ben oui, je n’ai plus de cheveux, ben oui mon enfance a été galère. Mais qu’ai-je à transmettre avec ces expériences ? Bref, mon intention n’est pas de ramener votre bienveillance à mon égard. Mais plutôt d’éveiller votre conscience sur ce que vous pouvez apporter au monde grâce à votre vécu. Chacun de vous à le pouvoir de contribuer au bonheur des autres, et ceci quelle que soit votre situation, votre niveau… Alors, envie de partager comment vous avez surmonter vos handicaps ou autres expériences de vie ? Faites-vous partie des femmes résilientes ? Honneurs aujourd’hui à toutes les femmes résilientes.

(Visited 2 times, 1 visits today)

Commentaire (4)

  • Danièle Galicia| 08/03/2018

    Bonjour Hélène,
    Je suis d’accord avec toi, ces femmes peuvent servir de modèle pour une bonne partie des femmes.
    Pour moi, mon modèle c’est ma maman qui m’a toujours montré le chemin à suivre avec persévérance, volonté, courage et joie. Elle était handicapée et sa volonté de vivre et rendre heureux les siens est un modèle que j’essaie de suivre pour m’en rapprocher le plus possible.
    La journée de la femme ne me fait pas penser à toutes ces femmes célèbres mais à toutes celles qui sont dans une situation difficile et ne baissent jamais les bras.
    C’est à celles-là que j’ai envie de rendre hommage.
    Belle et douce journée.
    Danièle

    • Hélène Hug| 09/03/2018

      Bonjour Danièle,

      Des femmes dans des situations difficiles, j’en ai connue. C’est plutôt à ces femmes que j’ai pensé en écrivant ce billet.
      Vraiment magnifique de transformer un handicap en force.
      Bon alors, je rend hommage à ta maman. D’avoir des exemple sous son nez permet de voir effectivement la vie sous un autre angle.
      Merci pour ta visite
      Hélène Hug Articles récents…Comment développer sa capacité de résilienceMy Profile

  • sylviane| 09/03/2018

    Bonjour Hélène

    Oui toutes ces femmes sont des forces de la nature” et quand j’entends parfois d’autres femmes se plaindre de ci ou de ça mais en réalité de petits trucs sans importance je me dis que oui vraiment nous devrions davantage parler de ces êtres exceptionnels qui ont su faire de leur handicap une force pour survivre et oser car il est plus diffikile d’OSER que de rester benoitement en train de regarder la tv ou de de se complaire dans la victimite

    • Hélène Hug| 09/03/2018

      Bonjour Sylviane,

      Oui, parler davantage de ces êtres exceptionnels et prendre exemple, ça nous remet les pendules à l’heure quant à nos petites misères qui n’en sont point finalement.
      Merci pour ta visite

  • Répondre

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    CommentLuv badge