Processus d’apprentissage des adultes des 37-97ans

Accueil - Blog - Éducation & enseignement - Processus d’apprentissage des adultes des 37-97ans

Processus d’apprentissage des adultes des 37-97ans

Processus d’apprentissage :Ces derniers mois je suis montée en charge dans les apprentissages multiples et nécessaires pour la mise en place de ce blog. Je vous avoue que cet apprentissage a été ma source d’inspiration de l’article « Danser une valse avec une caisse à outils ». Assimilant ainsi un nouveau métier et en lisant le dernier article de Tarik « Apprentissage et savoir », mon désir de connaissances sur le processus d’apprentissage des adultes a été ravivé. (Je l’avais quelque peu laissé de côté pour plus tard) Me remettant à l’ouvrage et souhaitant en savoir davantage sur le sujet, mes recherches ma conduite vers cet article inspirant de psychologie.com que je vous livre ici dans son intégralité.

Processus d’apprentissage des adultes des 37-97 ans

Il n’y a pas d’âge pour apprendre

Se mettre au piano, au japonais ou à l’informatique… Paralysés par leurs émotions, les adultes hésitent souvent à se lancer dans l’acquisition d’un nouveau savoir. Dommage. On sait aujourd’hui que le cerveau peut toujours emmagasiner et que c’est à l’âge mûr que l’on sait donner du sens à ce que l’on apprend.

Juliette Serfati

Pourquoi hésitons-nous ? L’apprentissage serait le privilège de la jeunesse ? Pas si sûr. Si certaines fonctions cognitives commencent en effet à diminuer autour de 25-30 ans, 35 pour les plus chanceux, ce ne sont pas ces facteurs physiologiques qui handicapent le plus les adultes. « La peur est le principal obstacle à l’apprentissage des adultes », explique André Giordan, physiologiste et directeur du Laboratoire de didactique et d’épistémologie de Genève.

« Apprendre est déstabilisant, et nous renvoie à nos limites, à nos phobies, à nos doutes. Ce n’est pas le cas dans l’enfance. »

Soumis au diktat de ses émotions et de ses représentations, l’adulte hésite à se lancer dans l’inconnu. « Il existe trois niveaux dans l’apprentissage, précise André Giordan. Le cognitif, ce que je comprends ; le soubassement émotionnel, ce que je ressens ; et la dimension dite métacognitive, c’est-à-dire la façon dont je me représente ce que j’apprends. » Les adultes ont du mal à se lancer dans de nouvelles initiations, parce qu’ils intellectualisent leur démarche en se disant que « les mathématiques, c’est compliqué », que « le ski, c’est dangereux » ou que « l’eau est un élément contre nature ».

Processus d’apprentissage des adultes des 37-97 ans, vaincre la peur

Processus d’apprentissage des adultes des 37-97 ansPremière étape, donc : dédramatiser. Il s’agit d’abord d’apprendre à se détendre physiquement, à réfléchir sur la situation et le sens du danger pour lâcher prise. Une fois surmontées la peur et l’appréhension, l’adulte n’a pas, contrairement aux idées reçues, de plus grandes difficultés de compréhension. « L’idée qui prévaut, même si on ne l’explique pas très bien, c’est que la mémoire cognitive ne s’altère pas », assure Michel Isingrini, spécialiste du vieillissement de la cognition adulte.

La mémoire ne sature pas, il est toujours possible d’apprendre quelque chose de plus. « Ce n’est pas comme une bibliothèque avec des tiroirs, mais exactement l’inverse, c’est un réseau », complète André Giordan. Autrement dit, plus vous mémorisez, plus vous pouvez mémoriser ! Voilà qui est rassurant. De plus, une information stockée dans le cerveau ne subit aucune dégradation particulière avec l’âge. En revanche, la courbe de l’oubli est la même pour tout le monde.

les adultes ont un avantage sur les plus jeunes

Mieux, les adultes ont un avantage sur les plus jeunes lorsqu’ils se lancent dans l’acquisition d’un nouveau savoir : « Le cerveau s’améliore du point de vue de la mise en relation des connaissances, et le champ d’expérience, plus vaste, permet de mettre les choses en perspective, précise Bernard Croisile, neurologue et auteur de “Votre mémoire” (Larousse, 2004). Le jugement et le raisonnement sont plus affûtés, même si on est parfois plus lent à les mettre en œuvre. » C’est la sagesse qui vient et augmente avec l’âge… « L’adulte apprend plus intelligemment, car il utilise ce qu’il sait déjà », confirme André Giordan. Ceux qui reprennent des études en cours de carrière sont ainsi bien plus efficaces que les étudiants fraîchement sortis du lycée.

Toute la différence tient en un mot : motivation. Les adultes savent donner du sens à ce qu’ils font, là où les enfants apprennent sans se poser de questions. La contrepartie, c’est que l’adulte n’acquiert pas les bases de manière aussi profonde qu’un enfant. Aucune chance de devenir un virtuose à 40 ans. Ou de devenir bilingue à 50. Car la maîtrise d’un instrument ou d’une langue demande environ dix ans de travail intensif et de pratique. Seuls les enfants, les ados ou, à la limite les jeunes adultes ont la capacité, le temps et l’énergie nécessaires.

Mais les vrais enjeux de l’apprentissage à l’âge adulte sont ailleurs : que gagne-t-on à apprendre une fois sorti de l’enfance et de l’adolescence ? Les mots qui reviennent sont toujours les mêmes : la confiance en soi, la liberté et, par-dessus tout, le plaisir pur. Car apprendre, conclut André Giordan, « ce n’est pas juste accumuler, ni faire du par cœur. C’est transformer sa pensée, apporter des réponses à des questions que l’on se pose. » Et il y a toutes les chances que ce soit là le privilège… des adultes.

Processus d’apprentissage des adultes des 37-97 ans, témoignages

Emmanuel : “Je me suis jeté à l’eau à 35 ans” « Après un triste échec en classe de CM1, j’ai évité les cours de natation, les piscines et l’eau pendant plus de vingt ans. En 1995, je suis tombé sur un article concernant l’association Le Pied dans l’eau (www.pied-dans-eau.fr). Mais ce n’est que sept ans plus tard que j’ai franchi le pas, motivé par une forte envie d’aller voir les poissons dans leur milieu et de me libérer de cette peur. La démarche consiste d’abord à se réconcilier avec l’élément : prendre plaisir à mettre la tête sous l’eau, passer sereinement du dos sur le ventre. Petit à petit, j’ai appris à ressentir l’apesanteur et les bienfaits de l’eau, et des sensations de plus en plus intenses.

Je me suis rendu compte que l’air dans mes poumons me permettait aussi de remonter à la surface. Il m’a fallu environ un an et demi pour lâcher enfin prise dans l’eau, pour me libérer physiquement. Je sais maintenant nager la brasse et j’apprends le crawl, mais j’y ai surtout gagné une immense liberté, beaucoup de confiance en moi et le plaisir d’être dans l’eau. Je sais mieux gérer mes émotions. Du coup, cela m’a ouvert d’autres portes, et j’ai de nouveau envie de réaliser des projets longtemps restés en suspens. »

Processus d'apprentissageGisèle : “J’apprends le japonais à 58 ans” « A 45 ans, j’ai dû arrêter de travailler pour des raisons médicales. Cette retraite anticipée, c’était une façon d’accélérer le processus de vieillissement. J’ai donc voulu utiliser intelligemment ce temps libre. J’ai toujours été fascinée par le pays du Soleil-Levant, j’ai décidé d’en apprendre la langue. Je prends environ une heure et demie de cours par semaine à l’Institut japonais (www.institutjaponais.com), et j’ai déjà deux niveaux du certificat d’aptitude en japonais. Cela dit, au bout de quatre ans, je ne suis toujours pas capable de lire un article de journal ! C’est vraiment la langue la plus difficile au monde, elle comporte trois mille idéogrammes obligatoires.

Je sens bien que j’apprends plus lentement que quand j’étais jeune, alors, pour compenser ce défaut de mémoire, je me crée ma propre méthode. J’utilise ce que j’apprends, en rencontrant toutes les semaines des amies japonaises qui me font parler et à qui j’enseigne le français en échange. Je dis souvent que j’en ai pris pour vingt-cinq ans. Mais c’est un grand plaisir. Au début, il y avait une part de défi, maintenant c’est une passion, tout simplement. »

Joseph : “Je me suis mis au piano à 54 ans” « Il y a quelques années, en cherchant un cours de musique pour mes deux filles, j’ai rencontré un professeur qui m’a dit : “Vous, je vous inscris au piano.” J’avais fait quelques mois de piano jazz dix ans auparavant… mais je ne savais pas lire la musique. Dès que j’ai pu la déchiffrer, j’ai été saisi par une sorte de grâce. J’avais tellement bricolé avant, à la guitare, à l’harmonica, et même au piano, que j’ai eu un appétit immense d’apprendre enfin ce code, ce langage musical. Maintenant, j’éprouve un vrai plaisir à déchiffrer une partition.

Il y a parfois des moments de découragement, des difficultés à désynchroniser les deux mains. Le côté “réflexe de Pavlov” m’a aussi rebuté : la note doit aller directement dans les doigts. Mais c’est effarant ce que l’on développe comme sens. J’ai appris à écouter différemment la musique. Et puis, il y a ce besoin physique de toucher le piano. Parfois ça fait mal au cerveau, toutes ces connexions nerveuses qui doivent se faire pour que le morceau sorte. Et en même temps, c’est un plaisir immense, quasi névrotique. »

 Processus d’apprentissage des adultes des 37-97 ans, apprendre à tout âge

Processus d'apprentissage, apprendre à tout âge

Hélène : “J’ai appris à me servir d’un ordinateur à 82 ans” « J’avais 82 ans quand j’ai commencé à me servir d’un ordinateur. Je suis une autodidacte. J’ai appris toute ma vie, par curiosité ou par nécessité, parfois les deux. Il y a huit ans, j’ai eu envie d’écrire mes mémoires, sur les conseils d’une petite-nièce avec qui j’ai beaucoup voyagé. C’est ainsi que je me suis lancée dans l’apprentissage du traitement de texte, parce que tout le monde autour de moi m’a dit que ce serait le plus simple.

Et puis je me suis familiarisée avec Internet, et maintenant, j’ai même mon propre site (www.audacias-mamieweb.com), où j’écris mes chroniques. Pour moi, le corps humain est comme une machine, et si vous ne l’entretenez pas, elle se rouille. Je suppose que c’est pareil avec les neurones… Alors je veux toujours faire travailler mon cerveau, pour ne pas devenir une momie. »

Claude : “J’ai passé mon permis de conduire à 68 ans” « Lorsque j’ai enfin eu mon permis, en octobre dernier, c’était la troisième fois que je tentais le coup. C’était une démarche purement utilitaire, j’avais besoin de savoir conduire pour soulager mon mari lors des longs trajets jusqu’à notre chalet dans les Vosges, et pour pouvoir aller faire mes courses là-bas sans être dépendante de lui. J’ai finalement réussi sans problème, même si, jusqu’à la dernière minute, j’étais persuadée d’avoir échoué une fois de plus. L’apprentissage de la conduite n’a pas été particulièrement difficile, car le moniteur a vraiment su me mettre à l’aise et dédramatiser la situation.

Pour le code, j’appréhendais surtout le regard des autres, de tous les jeunes qui étaient au cours avec moi : mais ils ont été adorables, ils m’ont beaucoup encouragée. C’est agréable d’avoir enfin relevé ce petit défi à mon âge. »

Processus d’apprentissage des adultes des 37-97 ans, comment vieillit notre cerveau

Le processus de mémorisation passe par trois étapes : enregistrement, stockage, restitution.

Chez l’enfant qui apprend, le cerveau se comporte comme une éponge qui absorbe les informations et les stocke.
L’adulte absorbe plus difficilement, il puise surtout dans le stock existant, utilise les savoirs acquis dans l’enfance et les restitue. Avec l’âge, les membranes des neurones s’oxydent, mais restent capables de s’adapter à des situations inédites et d’enregistrer des informations nouvelles. C’est ce que les neurologues appellent la plasticité cérébrale. Profitons-en !

Processus d’apprentissage des adultes des 37-97 ans, coachez votre mémoire

Processus d'apprentissage et rechercheProcessus d’apprentissage et recherche : Un psychologue israélien, Schlomo Breiznitz, a mis au point MindFit, un logiciel permettant d’entretenir et de développer les capacités cognitives fondamentales. Vous insérez le CD dans votre ordinateur, et c’est parti pour une évaluation de votre état cognitif, puis l’élaboration de séances d’entraînement personnalisées. À travers exercices quotidiens (répondre à des instructions visuelles, mémoriser des images, reconstituer un dessin abstrait…), les seniors peuvent stimuler leurs fonctions intellectuelles, nourrir leurs réserves cognitives et retarder ainsi la perte d’autonomie. MindFit, renseignements au : 0.810.122.676 (numéro azur).

Processus d’apprentissage des adultes des 37-97 ans, pour conclure

La peur entrave l’apprentissage, le cerveau de par sa plasticité s’améliore et s’adapte aux nouvelles connaissances, Les adultes savent donner du sens à ce qu’ils font le jugement et le raisonnement sont plus affûté. Le privilège des adultes : apporter des réponses à des questions que l’on se pose. Par contre là où j’aurais tendance à ne pas être d’accord, sans doute que je refuse de l’accepter : aucune chance de devenir un virtuose à 40 ans ou de devenir bilingue à 50.  Processus d’apprentissage : Je préfère croire que tout reste possible grâce à la plasticité du cerveau pourvu que l’on ait la volonté, la motivation pour apprendre, même si c’est un peu plus long avec l’âge, çà je veux encore bien l’accepter. Et vous ? Avez-vous des témoignages de vos processus d’apprentissage ?

 

16 Commentaires

  1. Sabrina 08/08/2013 at 06:47 - Reply

    C’est vrai que c’est dommage de ne pas vouloir se mettre à de nouvelles choses par peur, ou tout simplement en se disant qu’on est trop vieux pour ça. Il faut quand même tenter, ça serait dommage de passer à côtés de belles choses! Moi je me suis mise au saxophone il y a deux ans, c’est sur que je ne serai jamais John Coltrane, mais je me débrouille pas trop mal et j’ai réussi à clouer le bec à ma fille qui se moquait de moi quand j’ai commencé 🙂

    • Hélène Hug 08/08/2013 at 17:40 - Reply

      Bonjour Sabrina,

      Bravo pour l’apprentissage du saxophone. Relever un défi apporte bien des satisfactions et renforce l’estime de soi.

      Apprendre est tout aussi vital pour l’esprit que l’air que nous respirons pour vivre.

      Bonne continuation et j’espère que vôtre fille vous applaudie et en redemande. De plus elle peur être fière de vous !

  2. Christian de Destresse Marketing 11/08/2013 at 17:36 - Reply

    Salut Hélène,

    Ca me fait penser à moi (un peu narcissique le gars) qui ai décidé d’apprendre quelque chose dont je ne peux pas parler au cas où l’expert de la moutouelle lirait l’article.

    Mais je vous jure que c’est super 🙂 (ça ressemble à aller voir les poissons ailleurs que dans un aquarium avec des petites bonbonnes sur le dos).

    Et à quand un article sur l’apprentissage des enfants de 37 à 97 ans?

    @+
    Christian.

    • Hélène Hug 11/08/2013 at 21:06 - Reply

      Salut Christian,

      je salue bien bas ton humour décapant me remontant le moral ce soir.
      Suis en plein dans l’apprentissage de mon nouveau “joujou” de c Panel chez mon nouvel hébergeur. Le pied !
      Bof, oui, le pied, j’ai mal choisi mon jour…because mises à jour, quoi ça m’arrive à moi !!!!Ca ce traduit par des interruptions…de serveur…!
      Et bien oui, Christian, je me sens persécutée ! Oui, oui, on m’en veut ! Je plaisante !

      Oui méfie toi de ta moutouelle, on est jamais trop prudent !

      L’apprentissage des enfants de 37 à 97 ans : quel titre ! J’aurais du y penser tout de même, car nous sommes d’éternel enfants pas vrai ?

      Merci de tes commentaires ensoleillés et décapants, j’aime !

      Hélène

  3. Claude 09/11/2013 at 17:27 - Reply

    Pourquoi tu places une “date de péremption” à 97 ans ? J’espère bien vivre centenaire sans devenir “gaga” 😉
    Et puis, tu sais à quel âge est mort Hergé, l’auteur de “Tintin, le magazine des jeunes de 7 à 77 ans” ? Maintenant que je pose la question, tu te doutes sûrement de la réponse : à 77 ans; normal, il ne voulait pas devenir vieux.

    à part ça, l’idée que l’apprentissage devienne un peu plus long avec l’âge : je ne suis pas tout à fait d’accord. Je pense qu’on est tellement imprégné socialement par cette idée que c’est ce qui se produit effectivement… tant qu’on est imprégné par cette croyance, justement. à mon avis, le vieillissement vient de l’accumulation des blocages émotionnels qu’on n’a pas (encore) guéris. Le corps, les actes, les capacités qu’on s’autorise à exprimer, reflètent ces blocages, c’est tout.

    • Hélène Hug 09/11/2013 at 18:07 - Reply

      Bonjour Claude,

      Tu préfère 107 ans ou 117 ans…soyons innovant, 127 ans 😉 ?

      La pensée étant créatrice, autant faire attention à ce que l’on pense, ce que l’on dit et ce que l’on écrit.

      Je vais aller nettoyer mon cerveau des croyances inutiles pour entretenir sa performance car j’ai encore beaucoup de choses à apprendre pour en suite les partager 😀

      Amicalement,

      • Claude 10/11/2013 at 16:40 - Reply

        No limit ! 🙂 Il paraît qu’il y a des gens qui travaillent sur l’immortalité physique. à mon avis, elle n’est intéressante que si on est capable de se matérialiser et dématérialiser à volonté, façon “Joséphine Ange Gardien” 😛 .

        Sérieusement : nous sommes des êtres d’énergie, donc, pourquoi ce serait impossible ? Dans “Autobiographie d’un yogi”, Parahamsa Yogananda parle de la matérialisation de son guide “décédé”. Il y a beaucoup d’autres exemples, dans toutes les civilisations.

        C’est peut-être aussi ce qu’a essayé de nous expliquer Jésus, en prenant “trois jours de vacances” dans l’au-delà avant de ressusciter : il voulait peut-être juste nous rappeler que l’Univers, y compris NOTRE Univers, est bien plus vaste que notre vision à court terme.

  4. Hélène Hug 10/11/2013 at 19:26 - Reply

    Bonsoir claude,

    Alors, je ne suis pas Joséphine Ange Gardien. Donc pas de chance que que je connaisse l’immortalité physique. Dommage… 🙂
    Nous sommes énergie, soit mais que de chemin j’ai a parcourir pour comprendre et appliquer tout cela. Je crois que se sera pour une autre vie, c’est mon karma qui décidera.

    Pour l’instant je me contente de continuer à apprendre tout ce que la vie m’offre sur un plateau d’argent…

    Notre univers…est sans limite, il suffit de regarder les astres pour nous donner le tournis sur les possibilités infinies…justement…de l’univers.

    Amicalement,

    • Claude 10/11/2013 at 23:21 - Reply

      Bonsoir Hélène
      Merci de répondre toujours aussi rapidement 🙂
      Bien sûr que nous avons tous énormément à faire pour nous déprogrammer de nos si nombreuses croyances limitatives. Mais j’essaie maintenant de m’imprégner de l’idée que tout est possible, que nous sommes encore “programmés à l’envers”, mais que tout est vraiment possible : j’ai rencontré à Web2Connect deux personnes qui avaient marché sur le feu, à des stages d’Anthony Robins, par exemple.
      Je me répète souvent (depuis peu) que “Nous sommes tous bien Plus que nous le croyons.” Pour le moment, ça m’aide souvent à prendre du recul par rapport aux petites histoires du quotidien.
      Amitiés, à bientôt.

  5. Hélène Hug 11/11/2013 at 15:36 - Reply

    Bonjour Claude,

    Marcher sur le feu, je ne sais si un jour j’en serais capable car ma croyance sur l’idée que tout est possible à tout de même quelques limites.
    J’ai un peu tendance à être comme Saint Thomas,je crois ce que je vois.
    Alors quand je verrai quelqu’un marcher sur le feu sans se bruler, je croirai que tout est possible.

    Être bien plus que nous le croyons, oui j’adhère. De le penser fortement est dynamisant.

    Amicalement,

  6. Claude 11/11/2013 at 20:44 - Reply

    Bonsoir Hélène
    J’ai vu quelqu’un, pendant un long moment, marcher sur des braises vraiment rouges, et même s’asseoir dessus, se rouler dessus comme un gosse qui joue par terre : c’était en Côte d’Ivoire, dans un spectacle assez touristique. Cependant, même si je n’ai aucune idée du “truc” s’il y en a un, ce n’est pas à cette personne en laquelle j’ai le plus confiance, il y a de très bons prestidigitateurs. (Même si ce n’était “que” de la prestidigitation, c’était quand même grandiose).

    Je ne fais donc pas forcément confiance à ce que je vois; par contre, je fais confiance quand je connais suffisamment les gens pour être sûre qu’ils “n’en rajoutent pas”, ou qu’ils ont une vraie recherche spirituelle, ce qui amène à être sincères, sinon, ce serait contradictoire.

    Un ami qui est maître d’Arts Martiaux a participé à un spectacle à Bercy, et c’est un autre ami, pratiquant du même Art Martial, qui a attisé les braises : deux personnes que je connais bien et en qui j’ai vraiment confiance.

    Je crois que Parahamsa Yogananda en parle aussi, toujours dans “Autobiographie d’un yogi” : quelqu’un de ce niveau spirituel (tout le reste du livre le confirme) ne raconte pas n’importe quoi.

    Voilà un lien avec l’article d’une des personnes avec qui j’ai discuté à Web2Connect :
    – blog “Commercial Equitable” : http://www.lecommercialequitable.com/marche-sur-lefeu/#.UoE77urLTIU
    L’autre personne n’en parle pas sur son site, donc je te donnerai ses coordonnées dans “contact”, si tu veux en savoir plus.

    Voilà, voilà. Ceci dit, je suis à 100% convaincue que c’est possible, mais je ne me vois pas le faire pour autant, pas maintenant, en tout cas; mais je ne sais pas faire non plus de trapèze volant, et pourtant, il existe des gens qui en font. Mais là, il ne s’agit que de mes blocages personnels, rien d’autre, donc c’est encore une question de croyances négatives.

    Amitiés.

  7. Hélène Hug 12/11/2013 at 14:20 - Reply

    Bonjour Claude,

    je viens de voir la vidéo de ton lien, je comprend mieux.
    Qui sait si je ne le ferais pas un jour…
    Merci pour toutes ces informations utiles.
    Amicalement,

  8. […] quoi trop d’ambitions ? C’est l’ambition qui fait vivre et nous porte dans nos projets de parcours de vie. Dans une première étape je redeviens élève en prenant des cours par correspondance par […]

  9. en verre ou en plexiglas 18/07/2014 at 10:16 - Reply

    étant obligé d’arrêter les études suite à une grossesse et un mariage, l’idée me tente de nouveau de reprendre là ou je me suis arrêté, je ne fais pas encore parti de la tranche d’age de l’article mais c’est vrai que je me suis longtemps trouvé des excuses pour ne pas franchir le pas !je suis trop vieille, je n’aurais pas le temps, ça m’emmènera où de toute façon ?votre article vient de répondre à toutes ses questions alors un grand merci !

    • Helene Hug 19/07/2014 at 19:43 - Reply

      Bonjour chère lectrice, je vous souhaite une bienvenue chaleureuse.

      C’est une idée excellente de reprendre là ou vous en étiez.
      Sachez qu’il n’est jamais trop tard quelque soit l’âge 😀
      L’essentiel n’est-il pas de se donner les moyens d’atteindre ses objectifs ?
      Une confidence : ayant quitté l’école avec le certificat d’étude en poche tout de même ! je me suis remise à étudier peu après la naissance de mon garçon vers 25 ans. Ou cela m’a t-il mener ? Je suis en fin de carrière de cadre de santé. Ceci pour vous dire que tout vous est possible, alors go 😆

  10. […] Cerveau et apprentissage au service de votre évolution, boite à outils : […]

Laissez un commentaire