Estime de soi ou confiance en soi, quelle différence ?

Accueil - Confiance en soi - Estime de soi ou confiance en soi, quelle différence ?

Estime de soi ou confiance en soi, quelle différence ?

Estime de soi ou confiance en soi, magie du regard sur soi pour retrouver sa confiance en soi et son estime de soi.

La vie n’a de cesse de nous offrir des cadeaux, même dans les pires affres traversées. Savoir tirer parti de son vécu, parfois abominable, douloureux, triste pour le transformer en pépite d’or,  voilà une compétence accessible à tout le monde.

Mais encore faut-il le désirer très fort. S’accrocher à cette énergie offerte par la vie, est un potentiel que nous avons tous en nous. Ce potentiel, sachons le chatouiller pour la plus grande satisfaction de notre estime de soi !

Estime de soi et confiance en soi se présentent

Estime de soi, définition : jugement que l’on a de soi et que l’on porte sur soi

Je m’estime : j’ai de la valeur donc je me reconnais ! Je ne m’estime pas : je ne vaux rien donc je ne me reconnais pas ! Ne pas se reconnaitre c’est se renier. Dure, n’est-ce pas de reconnaitre cette évidence !

L’estime de soi se construit et prend ces racines dès la petite enfance. Comment s’établissent les liens entre l’adulte et l’enfant ? Ah, et l’estime de soi ? Bon, avant il y a la confiance en soi, qu’est-ce au fait la confiance en soi ? Voyons…

Confiance en soi

Définition : c’est croire en son potentiel et en ses capacités, c’est avoir une connaissance de soi.

J’ai confiance : je suis capable donc je reconnais mes capacités ! Je n’ai pas confiance : je ne suis pas capable donc je ne reconnais pas mes capacités ! En quelle sorte, je suis nul (le) de chez nul ! Eh bien, quelle image ai-je donc de moi ?

Isabelle Filliozat, psychothérapeute, définie quatre étapes indispensables au développement de la confiance en soi :

  1. acquisition d’une sécurité intérieure,
  2. affirmation de ses besoins,
  3. acquisition de compétences,
  4. reconnaissance par les autres

La connaissance de soi passe par un travail minutieux d’introspection. Croire en soi, en ses capacités donne confiance en soi. Le doute, la remise en question négative permanente pousse au manque de confiance en soi.

La confiance en soi se développe et n’a de cesse d’évoluer au cours de la vie d’un individu. Elle est particulièrement importante au cours des premières années de l’enfant, mais aussi pendant la période de l’adolescence. La famille et les parents, ou l’adulte qui fait office d’éducateur, jouent alors un rôle déterminant.

La confiance en soi peut aller et venir dans nos vies selon nos expériences heureuses ou malheureuses. La confiance en soi à un impact sur lestime de soi. L’estime de soi ne peut exister sans une solide confiance en soi.

Estime de soi et Confiance en soi vous raconte une histoire

Estime de soi au rendez-vousJe me revoie enfant, selon l’endroit où je vivais, bon oui, j’ai été pas mal ballottée, la confiance en soi a cherché à s’assoir sans jamais vraiment trouver d’assise solide. Que de turbulences ! Et pour cause, placement en famille d’accueil, pension… milieu familial déstabilisant, tout ces changements n’ont pas vraiment contribué à la construction d’une solide confiance en soi. Chaque fois que je me croyais en sécurité dans un nouvel univers avec un entourage « bienveillant » (c’était mon ressenti de l’époque) qui ne me connaissait pas, patatras, cela ne durait pas. L’un de mes parents savait faire preuve de persuasion pour me faire passer pour une méchante auprès de mes nouveaux éducateurs. Ce qui sabotait d’avance ma réputation.

Estime de soi renvoie confiance en soi au placard…

Saboter ma réputation ? Comment cela peut-il se faire ? Placer très jeune en famille d’accueil pour cause de « caractère indiscipliné », j’ai été bien sûrEstime de soi et confiance en soi : pas évident cataloguée comme enfant difficile. Les accueillants ne m’ont pas fait de cadeaux.

Pourquoi avoir été placée ? Mal aimée au sein de la cellule familiale, je dirais même que j’étais rejetée au point que je me sentais en trop avec un sentiment de terreur trop souvent présent. Le placement en famille d’accueil était une façon de se débarrasser de ma petite personne. Mais moi, j’y voyais là une opportunité de vivre normalement en étant moi-même, avec confiance.

Et bien raté ! J’avais été cataloguée d’avance ! Comment voulez-vous que je développe une estime de moi solide dans un contexte pareil ? Ma confiance en moi a été quelque peu ébranlée, aux yeux des adultes, quelle était vraiment ma valeur ? Dure d’accepter ces questionnements pour un enfant !

Les quatre étapes vues plus haut :

  1. acquisition d’une sécurité intérieure,
  2. affirmation de ses besoins,
  3. acquisition de compétences,
  4. reconnaissance par les autres

Ces quatre étapes n’étaient pas vraiment réunies. Comment m’en suis-je sortie ?

Je n’étais au bout de mes découvertes quant à la nature humaine. Quelques trois, quatre années plus tard, j’ai atterrie tel un paquet en pension. Le même phénomène s’est produit. Accueillie comme une reine le premier jour… ensuite, j’ai vite déchanté.

Me sentant en confiance et honorée, le premier jour étant invité à la table de la directrice de l’établissement pour le petit déjeuner, la confiance en soi comme habit, l’estime de soi revenait en force en mon intérieur. Court instant de bonheur ou j’ai entrevue une nouvelle vie possible se dessinant devant moi…

Coup de tonnerre me rappelant à la dure réalité ! Ma main se dirigeant vers une biscotte, j’entends une voix : « tu ne vas pas commencer à faire ce que tu veux ! » Et pour elle, de me rappeler que les biscottes n’étaient pas pour moi. Habituée à être rabaissée, j’ai accepté sans broncher, me rabattant sur le pain. A cet instant, cependant, un déclic s’est fait en moi. Une fois de plus, le sort se refermait sur ma personne.

Adieu estime de soi, la confiance en soi n’avait pu prendre racine

Rébellion, indignation m’ont fait faire quelques petites bêtises insignifiantes de gosses. Comme piquer un franc (à l’époque) dans la caisse de cette directrice, pour m’offrir des caramels ou me moquer de la religion en m’amusant avec les copines en imitant la messe. Oui, c’était une pension initialement tenue par des religieuses mais bien laïque dans son enseignement.

D’ailleurs, le souvenir me revient que j’étais souvent puni à faire des lignes par centaines. L’astuce que j’avais trouvée : coincer quatre stylos dans mes doigts me permettant d’écrire quatre lignes en même temps. Efficace ! Résultat de l’estime de soi, pourquoi perdre son temps ?

Dans ce marasme d’éducation ratée, comment ai-je pu développer une confiance en soi et une estime de soi digne de ce nom ? A ce jour, je me le demande encore ! Mais puisque je suis là pour vous en parler, il y a forcément un secret à connaitre. Envie de savoir ? C’est par ici… Rien que pour vous. Comment ai-je changé le regard sur moi ?

L’estime de soi s’est invitée au pays de la confiance en soi

Estime et amour de soi invitée de confiance en soiAprès ces épisodes de mon enfance, ne m’ayant pas vraiment permis d’affirmer la confiance en soi nécessaire à l’estime de soi, d’autres épisodes heureux ou moins heureux se sont enchainés. Au fil de mon parcours, j’ai rencontré des personnes me faisant cadeau de paroles porteuses d’espoir et d’avenir. J’ai aussi eu la chance d’entendre des compliments, des phrases me confortant dans mes valeurs et dans ce que j’étais capable d’accomplir. C’est ce qui m’a le plus aidé à devenir ce que je suis maintenant. Au fond de moi a toujours existé cette lueur me guidant vers des possibles réalisables.

Message aux désespérés de la vie : estime de soi cohabite avec confiance en soi

Quel que soit votre parcours, l’espoir d’une vie meilleure est possible. Quel que soit votre histoire, il y a toujours matière à rebondir. Rien jamais, n’est perdu. Tout a sa raison d’être. Facile à dire ? Sans doute, sauf que je vous parle avec mes tripes, avec mon vécu. A vous de cueillir ses fleurs que je vous offre.

Je vous parlais plus haut d’introspection de soi : au lieu de me laisser porter par les évènements de la vie et d’oublier mes passions, mon tempérament d’indiscipliné m’a permis de prendre les commandes de mon existence. Pas facile tous les jours, mais braver les tempêtes forge le caractère !

“Aie le courage de suivre ton cœur et ton intuition. Ils savent ce que tu veux réellement devenir. Le reste est secondaire.”

Steve Jobs

Un petit exercice ? Tout petit alors… Pour accueillir Estime de soi et Confiance en soi

Je vous demande de bien vous imprégner de ces phrases et de les méditer : « J’ai confiance en moi, je crois en mon potentiel et en mes capacités, je reconnais ce potentiel et ces capacités que la vie m’a offert ». « Je suis un être unique, j’ai de l’estime pour moi, j’ai une grande valeur, donc je me reconnais en tant que telle ! » Estime de soi et Confiance en soi vous remercie de votre accueil chaleureux.

17 Commentaires

  1. Bonjour Hélène,
    J’ai cru reconnaitre mon histoire… Assistance, publique, nourrices, pensions, etc…
    C’est tout à la fois déroutant mais au combien formateur. Apprendre à ne compter que sur soi.
    Pour moi je trouve que cette situation m’a donné plus de confiance en moi que si j’avais eu une vie “pépère” dans une famille peu communicative.
    J’ai croisé des enfants qui étaient moins épanouis que moi car lorsqu’ils étaient chez eux il ne se disait rien, il ne se passait rien.
    Au moins dans les familles d’accueil, on n’est jamais vraiment seule, puis qu’il y a souvent plusieurs enfants. Tout comme en pension, où j’ai passé pas mal d’années a être un vrai petit diable.
    Cela dépend du tempérament mais j’ai réussi à avoir un certain équilibre même s’il n’était pas certain. On en sort souvent plus fort et plus débrouillard.
    Belle et douce journée.
    Danièle

    • Helene Hug 10/05/2015 at 20:30 - Reply

      Bonjour Danièle,

      Oui, ces expériences sont formatrices. Si tu as su tirer ton épingle du jeu, c’est que tu as reçu de l’amour, même à dose infinitésimale. Précieux, précieux !

      Tu as raison, à défaut de foyer aimant, les situations vécues dans ce contexte d’enfance un peu difficile, nous rend plus fort face à l’adversité.

      Mais bien sur, c’est ça l’aiguillon !

      Alors que tous ceux qui en ont “bavé” se réveillent et se fassent connaitre. Je suis intéressée par leur parcours. Ce n’est pas dit que l’enfance dite “malmenée” ne donne pas de bons spécimens à montrer en exemple 😉 !

      Merci Danièle

  2. Bonjour Hélène

    Bravo pour tout ce que tu as retiré d’expériences aussi difficiles. Comme quoi ce qui façonne une personnalité n’est pas les expériences vécues, mais bien ce qu’on apprend et intègre à travers elles, donc comment on les retourne en positif, les « pépites » qu’on retire, comme tu dis.

    Sûr que les compliments et les encouragements aident à développer la confiance en soi.
    L’avantage des encouragements, c’est qu’on peut aussi s’en faire à soi-même, les compliments sont un peu différents : ils sont la marque d’une reconnaissance par quelqu’un d’autre. Le mot encouragement vient du mot Cœur : les encouragements consistent à nous rappeler Qui Nous Sommes (comme le dit Neale Donald Walsch, dans Conversation avec Dieu) ; nous rappeler que nous avons un potentiel infini, et que nos moments de « découragement » (tiens, justement le contraire d’ « encouragement ») ne sont que des moments de régression où on se noie dans nos programmations toxiques. Heureusement qu’on a de plus en plus d’outils pour en sortir.

    • Helene Hug 13/05/2015 at 20:59 - Reply

      Bonjour Claude,

      Quelque part, ce sont bien les expériences qui façonnent la personnalité. Je comprend totalement ce que tu expose, je ne l’avais pas vu sous cet angle. Bon alors pour ma part, ce que j’ai intégré : c’est la loi du plus fort qui fait loi, j’ai appris à ne compter que sur moi au détriment de savoir appeler au secours quand cela s’avère nécessaire, j’ai acquis une indépendance au point de savoir vivre dans un désert en me suffisant à moi-même.

      Se faire des compliments, soit mais encore faut-il avoir développé une certaine confiance en soi. Pendant des années, je n’étais pas capable de me faire des compliments.

      Par contre les encouragements et les compliments entendus, eux, ont fait leur office pour je puisse continuer à puiser dans mon potentiel.

      Les programmations toxiques s’apparentent aux étiquettes malsaines reçues pendant notre éducation.

      Merci Claude de nous rappeler d’où vient le mot “encouragement”, c’est avec cœur que je te lis et te réponds.

  3. JUNG 13/05/2015 at 19:38 - Reply

    Bonjour Hélène

    Les deux compères dont tu parles forment mon cheval de bataille depuis des lustres et quand je travaillais encore avec des clients en thérapie, quelle que soit la raison pour laquelle ils venaient je commençais toujours par le travail sur l’estime de soi sur la valeur + confiance = estime de soi, mais pour certains thérapeutes seule la valeur que l’on se donne est l’estime de soi, personnellement je compare l’estime de soi aux 2 jambes cas si j’ai une bonne confiance en moi + je me reconnais la valeur eh bien on marche à l’aise si l’un manque (et parfois les 2) bon je laisse deviner ce qui arrive

    On ne parle jamais assez de ces 2 lascars

    • Helene Hug 13/05/2015 at 21:18 - Reply

      Bonjour Sylviane,

      Pas facile de passer derrière une experte comme toi en ce domaine ! L’idée de traiter ce sujet m’est venu comme une évidence en travaillant dans mes “sous-sol sur de futurs formations.

      Il est évident que la confiance en soi est prioritaire ! Si celle-ci manque au bataillon, comment l’estime de soi pourrait-elle s’inviter ?

      Suis d’accord avec l’une de va pas sans l’autre, tien ça me rappelle un article que j’ai été lire chez toi… ;-)il y a quelques lustres…

      Pour avancer, nous avons besoin de nos deux jambes. Revendiquons le droit à la confiance en soi pour accéder à l’estime de soi, en ce qui me concerne, je ne veux pas finir cul de jatte ! Je serais très peinée d’apprendre que d’autres se seraient laisser prendre dans ce piège.

      Confiance en soi et estime de soi sont une paire de valeurs indissociable. Bon, cela n’engage que ma personne…

      Allez, pas de timidité ici, que chacun puisse s’exprimer pour défendre une juste cause 😉 !

  4. Marie 20/05/2015 at 19:57 - Reply

    Bonsoir Hélène,

    Les obstacles, les souffrances sont absolument nécessaires pour que nous nous forgions estime et confiance en nous-mêmes.
    Il faut des combats et des victoires pour y parvenir.
    On ne se construit pas dans le sirop.
    Sans cela les sentiments ne sont que superficiels, la personne sonne creux. Tu vois ce que je veux dire !

    Continue bien.
    Marie.

    • Helene Hug 20/05/2015 at 20:20 - Reply

      Bonjour Marie,

      “On ne se construit pas dans le sirop” : Comme j’aime cette expression ! Je visualise un pantin tout mou sans consistance… Ça coule… beurk. Suis OK avec toi.

      Une personne bien affirmée, solide, avec des côtés rudes mais aussi avec des côtés “oreiller” sera surement plus respectée. Confiance en soi et estime de soi oblige 😉

      Hé oui, la vie se charge de nous forger un sacré caractère et c’est tant mieux.

      Au plaisir sincère !

      • Marie 20/05/2015 at 21:18 - Reply

        Bonsoir Hélène,

        Absolument, “pantin tout mou, ça coule”, pas attirant du tout en effet !
        Et je ne sais pas si cela rend heureux.
        Pour ce que je vois autour de moi, non !

        Côté oreiller, pas mal…
        Bonne création. J’espère que tu vas plus vite que moi.

        Marie.

        • Helene Hug 20/05/2015 at 21:48 - Reply

          Chère Marie, Tu veux dire quoi quand tu parles de création ?
          Chacun sait (enfin je pense) que la création prend du temps et que ce n’est pas comme d’appuyer sur un bouton…
          Maturation, conception… et autres “petites babioles” du genre, que du bonheur propres aux “artistes” !
          Bonnes créations à toi. Je n’ai pas vu passer que tu travaillais à un ouvrage ?
          Sans doute pas très présente en surface, mais le sous marin que je suis, entretiens sa veille 😉 !

          • Marie 21/05/2015 at 12:51

            Bonjour Hélène,

            Disons que dans mon cas la mise au point d’une formation de 7 semaines en vidéos (santé intestinale) a pris un peu plus de temps que je ne l’aurais voulu…!

            Mais il faut accepter les circonstances de l’existence.
            J’espérais que tu aies pu avancer au rythme que tu avais désiré.

            Bonne fin de semaine.
            Marie.

            Tu “reçois” après moi un visiteur très impliqué…!!

          • Helene Hug 21/05/2015 at 21:45

            Bonsoir Marie,

            Dans tout projet il y a des imprévus. Même bien préparé, ceux-ci subissent les aléas imprévisibles de l’existence.
            Nous ne pouvons deviner à l’avance ce qui va se passer. Nous ne pouvons maitriser le fruit de nos actions. A chaque étape, nous devons nous adapter.
            J’en fait l’expérience chaque jour dans mon exercice professionnel. De même dans mes projets personnels.
            Donner le meilleur de soi tout en restant fidèle en ses propres valeurs, avancer en faisant face aux difficultés, nous relie dans ce que nous avons de plus puissant en nous : notre force en tant qu’être unique !

            Bienvenue au visiteur impliqué 😉 !

            A bientôt Marie !

  5. David 21/05/2015 at 12:07 - Reply

    Merci pour cet article, il est très complet et surtout très intéressant !
    Il est vrai qu’il y a une différence entre l’estime de soi et la confiance en soi. On peut avoir l’un mais pas l’autre… Je me rends compte que je ne faisais pas vraiment la différence avant de lire votre article.

    • Helene Hug 21/05/2015 at 22:01 - Reply

      Bonsoir David,

      Bienvenue parmi nous. “On peut avoir l’un mais pas l’autre” : oui mais que dans un sens. Sans une confiance en soi affirmée, comment avoir l’estime de soi ?

      L’inverse n’est pas concevable.

      Félicitation pour votre prise de conscience. Nous vous souhaitons un excellent cheminement et de belles découvertes sur vous même.

  6. Françoise 24/05/2015 at 16:49 - Reply

    Bonjour Hélène,
    C’est avec grand intérêt que j’ai parcouru ton blog. J’aime ta philosophie et elle se rapproche beaucoup de mes pensées et idées. Merci! aussi de t’avoir inscris à mon blogue. Je me sens honorée.
    Oui la confiance en soi est comme la construction d’une maison. Il faut d’abord y apporter une solidité au début et bâtir ensuite autour pour affiner le tout.
    La confiance en soi est comme un mariage de l’estime de soi. La confiance s’installe d’abord comme les structures d’une maison et l’estime de soi est tout ce que l’on rajoute à notre structure.
    Comme nous avons les mêmes défis et le blogging nous passionne il me ferai grand plaisir de partager avec toi ce que tu peux vivre et ce que moi aussi je vis par rapport à ce grand défi.
    J’ai adoré ton commentaire sur mon blog et je te trouve philosophe. J’aime beaucoup la façon dont tu joues avec les mots.
    Je crois que tu possèdes ton blogue depuis 2011. Donc, tu as beaucoup plus d’expérience que moi. Si tu as le goût qu’on puisse se rencontrer sur Skype et jaser de nos aspirations cela me fera plaisir. Je suis une québécoise et j’adore connaître les gens de d’autres pays. C’est tellement enrichissant.Continue ton super beau travail et je te dis à très bientôt.
    Françoise.

    • Helene Hug 24/05/2015 at 21:57 - Reply

      Bonjour Françoise,

      Bienvenue par ici et merci pour ton intérêt. Eh oui, nous avons des sujets en commun 😉 !
      Ta présentation sur la confiance en soi et l’estime de soi, tel le maçon construisant sa maison : c’est exactement la bonne image.

      Plus d’expériences ? Pas sur ! Nous avons chacun nos richesses uniques contribuant à l’élaboration de notre monde. Ce qui compte, c’est de transformer ce que nous possédons en pépites à partager, se propageant comme un feu d’artifice aux mille couleurs.

      Chacun apportant sa cote part, ses richesses pour participer, le tout tel un puzzle, peut former un ensemble cohérent à notre monde.

      A bientôt Françoise, au plaisir d’échanger bien entendue 😉 !

  7. […] Prise de conscience de soi, reconnaissance de ce qui est, de ce qui peut changer et de ce qui ne peut pas changer. Prise de conscience que les souffrances peuvent se transformer en terreau fertile. […]

Laissez un commentaire