Transformer les difficultés en trésors, 7 recettes inédites

Transformer les difficultés en trésors

Transformer les difficultés en de fabuleux trésors pour rester zen en toutes circonstances.

Voici 7 recettes inédites et expérimentées par le marmiton de service. Prenez place autour de la table pour déguster ces 7 recettes inédites.

Venez gouter les saveurs aux couleurs de bonheur, de patience, d’humilité, de tolérance… 7 recettes pour vous chatouiller les papilles et réveiller votre mental.

Transformer les difficultés en de fabuleux trésors, 7 recettes inédites

Recettes qui ont bien failli tourner au cauchemar

Une histoire : quand vous pensez que tout roule comme sur des roulettes, le destin parfois, se charge de vous envoyer un coup de semonce. La journée ne s’est pas passée comme je l’avais prévu. Je suis partie chez ma petite fille d’à peine trois mois pour la garder, l’ordinateur sous le bras pour travailler pendant les siestes de la petite (ça dort beaucoup à cet âge-là). Je savourais d’avance ces moments privilégiés de tranquillité que j’allais avoir pour écrire.

L’ordinateur (bête puissante et fidèle jusque-là) ne l’a pas entendu de cette oreille et s’est rebellé. Des heures pour tenter de résoudre la difficulté. Une solution est arrivée à l’horizon, le soir tombant, pour le sauver. Mais hélas, pendant la nuit, l’ordinateur a rendu l’âme, s’en était fini de lui. Dépossédé de mon précieux outil de travail, l’achat d’une nouvelle bête s’imposait.

Deux jours après, eurêka, la bête arrive. Mais, oh, désespoir, la bête refuse de s’éveiller. Agacement, démarches pour trouver une solution auprès du prestataire. Seule solution devenue possible : remboursement et renvoi de la bête. J’enrage, mais ne désespère pas. Je me tourne vers un autre prestataire pour commander une autre bête qui cette fois rugit à merveille ! Cette histoire s’étalant sur six jours m’a fait passer par de multiples émotions, de sensations diverses, de réactions adaptées, ou pas à la situation vécue. Je me suis même sentie persécutée ! Cette aventure jonchée de difficultés (et aussi de bonheur) ont été transformées en 7 recettes, fabuleux trésors que je m’empresse de partager avec vous.

Transformer les difficultés en de fabuleux trésors : recette n°1

S’énerver ne sert à rien :

Transformer les difficultés en de fabuleux trésorsQuand une difficulté arrive, rien ne sert de s’inquiéter. Facile à dire, me direz-vous. Quand mon ordinateur s’est fâché, ce fameux jour où j’ai gardé ma petite fille, je me suis demandé : qu’est-ce la vie veut m’enseigner ? Pourquoi ce truc m’arrive-t-il ? Pour avoir traversé des situations bien pires que celle-ci, de suite j’ai calmé mon mental. Pourquoi ? Pour être disponible à ce que cette journée avait à m’enseigner. S’énerver, s’apitoyer ne sert strictement à rien. Je me suis donc mise en état d’observation pour accueillir l’enseignement du jour.

 Transformer les difficultés en de fabuleux trésors : recette n°2

Savoir aller à l’essentiel :

Cette fameuse journée, où la bête avait commencé à faire des siennes, possédait deux faces :

  1. le cauchemar d’un outil qui me lâche en me mettant dans un état de désarroi. Déclenchant en moi des sentiments de colère, de révolte.
  1. Le bonheur d’avoir ma petite fille pour moi toute la journée a mis mon cœur en émoi. Ce dernier point était le plus essentiel, me permettant de relativiser.

Tenir ce petit bout dans les bras, le voir sourire, le sentir blotti contre mon épaule pour offrir son rot après le biberon… Ordinateur contre « petit bout », cauchemar contre bonheur ? « Petit bout » était ma priorité absolue et l’essentiel de la vie, quel merveilleux bonheur !

Transformer les difficultés en de fabuleux trésors : recette n°3

Savoir accepter sa vulnérabilité :

Transformer les difficultés en de fabuleux trésors en 7 recettesMême si je fais face avec courage aux difficultés, ma vulnérabilité, ou ma fragilité, si vous préférez, existe bel et bien. Devant toutes situations stressantes, ma première réaction est de m’énerver et de tout vouloir plaquer. Quoi de plus humain ?

Ici, c’était de balancer l’ordinateur par la fenêtre. Me serais-je sentie soulagée… ? Mais après ? Confrontée à ma vulnérabilité, je me suis ravisée, domptant mon mental. Oui, vulnérable je suis, mais j’apprends à me maitriser en acceptant cet aspect de mon être.

Se sentir vulnérable est tout simplement l’indice que nous sommes profondément humain. Alors sachons donc accepter cette vulnérabilité faisant partie de nous-même.

Transformer les difficultés en de fabuleux trésors : recette n°4

Savoir faire preuve d’humilité :

Pas facile de se sentir humble ! Savoir faire preuve d’humilité, c’est faire preuve de son impuissance devant l’irréalisable et l’accepter comme tel. Inacceptable pour soi en cet instant. Encore le mental à maitriser ! Accepter que l’on ne puisse tout régler soi-même ? Malgré notre bonne volonté, ça demande humilité et acceptation entière de nos limites. Très dur parfois… Pas facile tout ceci ! Se reconnaitre tout petit devant la puissance de l’univers demande beaucoup d’humilité. Mais aussi beaucoup de confiance et de reconnaissance envers des forces qui nous dépassent.

 Transformer les difficultés en de fabuleux trésors : recette n°5

La source de ce qui nous rend plus fort :

Transformer les difficultés en de fabuleux trésors grâce à l'intuition

Faire face aux difficultés permet de s’apercevoir que l’on est plus fort que l’on croit. Notre seule action dans l’instant présent force est de (en pleine confiance et conscience) se laisser guider par une puissance au-dessus de nous. Comme un fil invisible nous tenant lieu de filet, devant ce vide nous effrayant en permanence. La source est en nous et en l’univers visible et invisible. Cette source, c’est aussi notre intuition qui nous guidant pas à pas.

 Transformer les difficultés en de fabuleux trésors : recette n°6

Savoir s’unir pour vaincre :

Rester seul dans son coin ne conduit nulle part. Savoir demander de l’aide est un acte d’humilité et d’acceptation de nos limites. Accepter de lancer un SOS est un acte que je qualifiais de courageux. Seul face au monde, l’individu n’est rien. À un, deux, trois et même davantage, l’individu devient une force sans limite pour vaincre les difficultés et les transformer en trésors. S’unir pour vaincre est d’une nécessité absolue.

 Transformer les difficultés en de fabuleux trésors sous forme de synthèse : recette n°7

Mélange de saveurs aux couleurs de la vie :

Humilité, vulnérabilité, acceptation, don de soi, ouverture à l’autre, confiance en l’univers et en son intuition, sont autant d’ingrédients nous enseignant sans fin… La vie nous offre ses multiples couleurs de sagesses pour nous aider à avancer sur les chemins. Pas à pas, nous évoluons comme des enfants. Les difficultés, inhérentes à nos parcours de vie, nous enseignent sur nous-mêmes. Nos capacités de repousser nos limites nous donne le pouvoir de devenir toujours plus fort. Transformer les difficultés en de fabuleux trésors est un véritable challenge de toujours. C’est ce qui donne toutes ces saveurs à nos vies. Avez-vous d’autres recettes à partager pour alimenter le débat ?

Vaincre la timidité par le courage et la maitrise des émotions

Vaincre la timidité par le courage

Vaincre la timidité : Rappelons les deux précédents principes abordés lors du dernier billet pour vaincre la timidité : Accepter ce que vous-êtes, c’est accepter votre personnalité qui est unique en ce monde. Cette attitude éloigne le spectre de la comparaison avec l’autre et vous donne la force toute naturelle d’aller vers autrui, sans vous soucier du qu’en dira-t-on.

” Il faut commencer par le commencement. Et le commencement de tout est le courage.”

Vladimir Jankelevitch

Vaincre la timidité par le courage moral et la maitrise des émotions

Le courage moral et la maitrise des émotions qu’est-ce ? D’après le dictionnaire : Fermeté du cœur, force d’âme qui fait braver les dangers, les revers et la souffrance avec constance.

Le courage c’est aussi savoir prendre son courage à deux mains :

Se décider malgré la difficulté, la peur, la timidité. Avoir le courage de ses opinions, les assumer, les manifester. Le courage moral aide à vaincre la timidité. « D’ailleurs se sont parfois les circonstances ou le simple réflexe de survie qui transforment les timides en héros. » Oui, vaincre la timidité demande du courage moral.

  • Développer son courage moral est primordial pour vaincre la timidité. Du courage, vous en possédez tous.
  • Surtout ne pas avoir honte de flancher devant autrui. C’est la preuve que vous êtes humain.
  • Oser est une question de courage et d’habitude. C’est l’habitude d’oser qui vous donnera la force de continuer pour vaincre la timidité.
  • Recherchez toujours la compagnie et les occasions de parler. Imaginez que vous êtes entouré de personnes comme vous cherchant à vaincre la timidité et c’est rassurant.
  • Prenez toujours l’habitude d’exposer vos idées (quand vous êtes sur de vous) toutes les fois que l’occasion se présentera. C’est un excellent exercice pour vaincre la timidité.
  • Avec courtoisie, agissez comme vous croyiez devoir le faire en tenant compte des circonstances et d’autrui. Suivez ce que vous dicte votre guide intérieur.
  • Ne vous en laisser pas imposer, sachez exactement ce que vous allez dire avec une attitude adaptée. Vous n’en serez que plus respecté.
  • Sachez graduer vos efforts, (Paris ne s’est pas construit en une nuit) vous les accomplirez sans trop de peine. Vos propres forces vont étonneront et vous donneront confiance en vous. L’essentiel est de persévérer, ne jamais lâcher.
  • Vaincre la timidité demande un plan d’action suivi avec courage et persévérance et jusqu’à dire qu’une certaine dose de culot aide à se surpasser.

Vaincre la timidité en apprenant à maitriser ses émotions

Se laisser envahir par un tsunami émotionnel n’a jamais aidé à vaincre la timidité, bien au contraire. Ce puit émotionnel a besoin d’être asséché par une attitude corporelle telle que : une démarche assurée, regarder droit dans les yeux, la parole ferme avec un débit posé.

Voici un truc pour vous aider à vaincre la timidité

Ce sera le dernier conseil du jour. L’idée est de détourner votre attention vers le monde extérieur plutôt que sur vous-même.

Au lieu de vous regarder agir, de vous écouter parler : intéressez-vous au sujet de la conversation.

Au lieu de vous enfermer dans vos sentiments et d’analyser sans cesse vos pensées, une astuce : apprenez à lire dans les pensées des autres. Observez-les. Chercher à comprendre leurs sentiments et leurs sujets d’intérêt.

Ne vous repliez pas sur vous-même au moindre heurt, n’imaginez pas des ennemis partout. En clair, ne soyez pas parano.

Vaincre la timidité n’est pas aisée, mais reste cependant possible. Sachez que chaque effort vous rapproche de l’aisance. Oui, le timide est seul face à lui-même, il souffre de son état, c’est la raison de sa détresse.Vaincre la timidité demande des efforts de sociabilité. En appliquant ces principes avec courage et persévérance, je suis sure que des résultats se feront rapidement sentir. Je sais de quoi je parle, je suis passée par là. C’est ma passion à mener à bien mes projets qui m’a aidée à vaincre la timidité. Oubliez-vous et foncez ! Bien sur vos réactions sont toujours les bienvenues.

Apprivoiser sa timidité pour enfin oser s’affirmer

Apprivoiser sa timidité

Apprivoiser sa timidité est possible, la première des conditions est d’accepter cette timidité pour  la faire sienne et la transformer en force. L’acceptation de ce que nous sommes est l’étape incontournable pour accéder à l’affirmation de soi. Une première piste : à personne affirmée, personne respectée ! En cet instant, intervient la loi du miroir. Pas de panique, je vais vous expliquer tout cela. En un éventail de recettes ici dévoilées, voici quelques une base incontournables aux ingrédients épicés de saveurs personnelles.

Apprivoiser sa timidité, pourquoi ?

Mieux vaut accepter sa timidité et en tirer sa force, sinon…

Que fait le timide en société quand il est amené à prendre la parole ? Il se surveille et ne s’affirme pas!

Quelle tendance à le timide en société quand il se trouve trop exposé ? Il se cache et ne s’affirme pas!

Quelle attitude adopte le timide pour échouer dans ces approches de contacts ? Il se juge et ne s’affirme pas !

Le timide passe son temps à se comparer, il est centré sur lui-même tant il souffre de ne pouvoir s’ouvrir aux autres avec sérénité. C’est un véritable calvaire.

Comment faire pour apprivoiser sa timidité et revivre en osant s’affirmer?

Savez-vous qu’être timide est une force par rapport à ceux qui ne sont pas timide et qui semblent tellement sur d’eux-mêmes ? Apprivoiser sa timidité en l’accueillant comme telle est déjà une première étape. Timidité : puits à richesses, vous êtes une richesse inestimable et vous l’ignorez !

Voilà de quoi vous réconcilier avec vos richesses personnelles.

Donc première étape : acceptez-vous comme vous êtes ! Facile à dire ? Je suis passée par là et je comprends tout à fait votre questionnement face à cette affirmation. S’accepter tel que l’on est, c’est croire en soi, donc en ses valeurs. Chaque fois ou j’ai douté de moi, j’ai échoué. Chaque fois où j’ai cru en moi, j’ai réussi.

Apprivoiser sa timidité c’est aussi mettre au panier son égocentrisme

Ou… son nombrilisme

 Apprivoiser sa timidité : pas de souci pour moi pour l'instantQuoi moi, centré sur moi ? Je vous sens quelque peu agacé mais je dis la une vérité que j’ai aussi vécue. Tellement centrée sur ma timidité, à me surveiller, à me comparer, à me juger que j’en oubliais de me projeter vers l’autre. Avec toutes ces pensées de timide, quand j’y pense, pas étonnant que je me sois ramassée quelques gamelles.

Deuxième étape : apprendre à s’oublier pour s’ouvrir à l’autre. Imaginez-vous devant un timide, quelle attitude auriez-vous envers lui ? Pour apprivoiser sa timidité, ça commence par s’intéresser à l’autre. S’ouvrir au monde pour se rendre compte que chacun de nous est un être infini très petit, vraiment très petit dans ce vaste, très vaste monde.

Cette vision de la timide que j’avais de moi à vraiment changée l’optique que j’avais de ce monde que je croyais fixée sur moi, comme si des caméras étaient fixées sur ma vie me stigmatisant dans ce que j’étais en tant que timide. STOP : ceci n’est qu’une image bien sûr. Le timide se fait beaucoup d’idées fausses par manque de confiance en lui.

Donc s’oublier soi permet de donner vie à ses infinies richesses pour enfin apprivoiser sa timidité

Suis pas timide, juste réservé ! Pour l'instant bien sur.Accepter ce que vous êtes, apprendre à vous oublier pour apprivoiser sa timidité sont les deux premiers principes à appliquer. Vont suivre d’autres principes tel que le développement de son courage mental pour faire face à ses difficultés, la maitrise des émotions et de comment les transformer à son avantage… Apprivoiser sa timidité n’est pas chose facile, j’en conviens. Mais n’est pas chose impossible, bien au contraire ! Voici la fin de ce billet, j’en profite pour vous demander si vous préférez des billets courts avec des suites comme celui-ci ou des billets plus longs traitant un sujet plus en profondeur. J’attends vos réactions avec bonheur ! Suis toujours ravie de vous lire.

Ah j’allais oublier : quel style dois-je poursuivre ? Selon mes lecteurs, certains apprécient un sujet traité un peu plus en profondeur et d’autres trouvent qu’il faut s’accrocher… A vous de me dire et surtout merci à tous !

Nettoyage de printemps pour neurones en surcharge pondérale

Nettoyage de printemps

Nettoyage de printemps avec une cure d’optimisme pour retrouver une seconde jeunesse neuronale, ça vous dit ? Vous est-il arrivé de vous sentir cérébralement submergé, au point d’être à la limite du burnout ou dit autrement, du pétage de plomb ? Vous est-il arrivé de ressentir une telle pression dans votre cerveau jusqu’à vous demander si vous n’alliez pas avoir un incident de santé ? Ces symptômes ne ressembleraient-ils pas à du surmenage ? Vos neurones ont-ils la capacité de souffrir de surcharge pondérale ? Assurément ! Votre boite crânienne n’étant pas extensible, un nettoyage de printemps avec une cure d’optimisme s’impose de lui-même. Voici donc une cure d’optimisme à pratiquer sans modération, pour retrouver une seconde jeunesse neuronale. En compagnie de Dame Philosophie en personne accompagnée de Sir Sans stress.

Cet article participe à l’évènement inter blogueur du site developpementpersonnel.org pour le festival de la croisée des blogs d’avril 2015 organisé par Katibel.

Nettoyage de printemps  s’invite avec Dame Philosophie et Sir Sans Stress

Au début de l’an 2014, pour faire face aux inévitables évènements stressants de la vie, j’ai pris la décision de développer ma propre philosophie de vie pour que ces évènements, dits stressants, le soient moins. Cette philosophie de vie pourrait très bien s’appeler « Nettoyage de printemps pour neurones en surcharge pondérale », ou cure d’optimisme. D’ailleurs cette cure d’optimisme a duré plus d’un printemps puisque j’ai perduré dans le temps. Après plus d’une année de cette pratique, voici le bilan vous faisant part de ce qui a marché, de ce qui est perfectible et de mes principales pistes restant actuelles. (Décidément, aimant les bonnes choses de la vie, et bien j’y ai pris goût !)

Bilan du nettoyage de printemps 2014

Car ce qui est propre pour une personne ne l’est pas forcément pour l’autre. A chacun de développer ses outils pour garder ses neurones en santé. Chacun est libre d’adapter son nettoyage de printemps. Une cure d’optimisme pour neurones en surcharge pondérale est toujours bonne pour la santé. A essayer sans limites… Et l’essayer, c’est l’adopter ! J’en suis la preuve !

Nettoyage de printemps, choisir le mieux pour vous en toute sincérité

Bilan du nettoyage de printemps 2014 : ma cure d’optimisme a connu des hauts et des bas. Mais dans l’ensemble, ce nettoyage de printemps m’a permis de garder le cap dans les périodes de tempêtes. Mes neurones ainsi allégés par ce nettoyage de printemps, n’étaient plus en surcharge pondérale et se sentaient plus à même de braver les intempéries de la vie. Pendant les premiers mois de cette cure d’optimisme, j’ai prêté attention à mes pensées en les nettoyants de tout négativisme inutile. En fait, je n’avais pas de résolution précise pour l’année 2014. Sauf celle de suivre une cure d’optimisme. Cette résolution unique, je l’ai tenue. Ce qui a donné un regain d’énergie à mes neurones, du moins dans la façon de voir l’existence et d’appréhender toutes situations confortables et moins confortables. Pourquoi parler des situations confortables ? Je vais vous expliquer cela.

J’oubliais de vous dire que pendant des décennies, j’étais d’un naturel à me faire du souci pour tout et n’importe quoi. Ces dernières années, bien que ma tendance était à l’optimisme, me restait encore à travailler ma philosophie de vie pour tendre à une meilleure qualité de vie. C’est dit, passons à la recette mitonnée avec l’amour du cœur.

Nettoyage de printemps ou cure d’optimisme pour neurones en surcharge pondérale

Recette partagée par Dame Philosophie et de Sir Sans Stress :

Ingrédients du nettoyage de printemps : votre vie, attitude mentale, souplesse d’esprit et du cœur. Zen attitude, patience, persévérance. Amour de l’autre et de soi, empathie, attention pour soi et pour l’autre,

Quantités du nettoyage de printemps : à discrétion… Sans limites, il n’y a pas de surdosage, quelle chance !

Application du nettoyage de printemps : suivre à la lettre ce qui suit sans s’inquiéter du résultat qui ne sera que réussi. Enfin une recette inratable, sacrée bonne nouvelle, par les temps qui courent !

Résultat du nettoyage de printemps

Recette du nettoyage de printemps et bien plusVie plus en zénitude, énergie retrouvée, clarté des idées, bien-être au quotidien. Décisions objectives, paix de l’esprit, joie de vivre… Optimisme retrouvé… avec neurones tout en jeunesse.

  1. Dans le grand saladier de la vie, en premier lieu, remplissez-le de votre vie absolument comme elle vient. Vous allez économiser beaucoup d’énergie sur le plan neuronal. Génial, plus de gaspillage ! Votre saladier est plein ?
  2. Puis ajouter l’attitude mentale : ce que j’ai coutume de dire autour de moi : si tu te fais du souci, du mouron pour une chose, il n’y a que toi que cela ennuie. L’autre s’en moque éperdument, ce n’est pas son problème !
  3. Verser la zen attitude, il est plus facile de prendre le recul nécessaire pour observer ce qui nous soucie. Et prendre ensuite les décisions qui s’imposent… Si nécessaire bien évidemment !
  4. Il est temps de verser la patience, l’empathie, la persévérance dans le saladier.
  5. Avec une solide spatule dotée des pouvoirs de la souplesse d’esprit et du cœur, de l’amour de l’autre et de soi, de l’attention pour soi et pour l’autre : remuer jusqu’à obtention d’un juste équilibre d’une philosophie homogène vous rendant pleinement heureux.
  6. Laisser reposer jusqu’à équilibre de toutes ces forces. Laisser agir pour votre bien-être avant de le partager autour de vous.
  7. Dégustez et partagez sans modération aucune !

PS : je n’ai pas oublié, pourquoi parler des moments heureux ?

Dame Philosophie et Sir Sans Stress vous livre quelques pensées  : les moments heureux arrivent parfois par surprise. Ma gratitude envers ces moments heureux me permet d’engranger des forces pour avoir une attitude adaptée devant des évènements moins plaisants. Nettoyage de printemps ou cure d’optimiste ? Peu importe, ma recette pour pallier aux neurones en surcharge pondérale est fonctionnelle. Nettoyage de printemps oblige : chaque évènement de la vie, heureux en l’occurrence, permet d’engranger une foi sans faille face aux évènements moins heureux de notre vie.

Surtout, garder toujours en tête ces moments heureux dans une attitude de gratitude. C’est un état d’esprit : chaque évènement, heureux ou moins heureux de notre vie est une opportunité. Celle-ci nous permet de grandir et nous aide à prendre la vie comme elle vient. Sachons tirer les bienfaits que cette vie nous offre. Bon nettoyage de printemps, tout à sa raison d’être. Merci la vie, c’est une sacrée enseignante ! Et vous, qu’est-ce que la vie vous a enseigné et vous a donné en cadeau ?

PPS : Ce qui reste perfectible dans le nettoyage de printemps

Rien n’est jamais parfait vous vous en doutez, n’est-ce pas ? Quand j’ai décidé et proclamé ma philosophie de vie, je ne savais pas que parfois j’allais être confrontée à quelques difficultés. La vie n’est-elle pas jalonnée de cailloux, pierres que nous devons surmonter pour continuer d’avancer ? Chaque difficulté rencontrée durant ces derniers mois m’a confronté à cette philosophie de vie. Comme si celle-ci voulait me mettre à l’épreuve pour m’enseigner. Monsieur Nettoyage de printemps, ou Madame Cure d’optimisme tirent souvent par la chemise Dame Philosophie et Sir Sans Stress. Comme pour nous alerter sur la nécessité de vigilance de notre état d’esprit dans quotidien. Restons donc vigilants !

Planifier son temps avec efficacité pour maitriser sa vie

Planifier son temps avec efficacité

Planifier son temps avec efficacité : illusion ou réalité ? Le temps de courir après le temps, l’avons-nous ? Le temps c’est de l’argent a-t-on coutume d’entendre. Nous entendons également ce genre de phrase : je n’ai pas le temps, je manque de temps. Ou quand j’aurais le temps… le temps accapare nos vies, le temps est omni présent, la vie est temps par définition.

Planifier son temps est-ce possible ? Et avec efficacité, en prime !

Une journée est fractionnée de 24 heures de 60 minutes et chaque minute de 60 secondes… Le temps est présent en permanence et pourtant nous n’avons pas le temps d’attraper ce temps. Le temps semble fuir entre nos doigts comme le sable au travers d’une passoire donnant l’impression de ne plus maitriser nos vies.

Et si nous changions notre vision du temps ? Planifier son temps avec efficacité pour maitriser sa vie est de l’ordre du possible, nous allons voir comment.

Une meilleure organisation de sa vie grâce à la planification de son temps

Maitriser, organiser, efficacité… Ne fuyez pas car se sont de précieux outils amis aidant à chasser la procrastination. Cette belle ennemie vous volant votre temps. Le temps va devenir une amie fidèle, croyez-moi, elle adore planifier son temps pour vous servir. Non ce n’est pas une illusion , mais une réalité.

Décider de planifier son temps peut parfois sembler difficile quand l’habitude n’est pas acquise. Commençons par le début et réfléchissons pourquoi il est plus facile de dire : « quand j’aurai le temps », « je n’ai pas le temps », « je manque de temps ». Comment ce temps peut-il manquer puisque sans cesse présent dans nos vie ?

La passion aide à merveille dans la maitrise son temps

Planifier son temps est facile quand on est passionné

N’auriez-vous pas remarqué que lorsqu’un projet nous tient vraiment à cœur, nous arrivons à trouver ce fameux temps pour son accomplissement ? Étonnant, non ? Comme par hasard, chaque heure, minute, seconde s’accordent, s’assemblent d’elles même telles les pièces d’un puzzle.

Comme par magie, planifier son temps devient d’une simplicité enfantine. L’illusion se transforme en réalité. Un exemple ? Vous savez, pour ceux qui ont pris l’habitude de me lire, que j’ai des journées déjà bien chargées, ayant déjà une activité à temps plein. Prise de passion avec la création de ce blog, l’écriture des articles que je ne délègue jamais (je tiens à garder ma « marque » !) et les projets de produits inédits en cours… Croyez-moi, maitriser son temps est capital !

La passion est magique et conduit à la maitrise de sa vie

La passion dévorante conduit inexorablement à l’inévitable étape de planifier son temps. Celui-ci devenant ainsi un jeu d’enfant. Cher lectrice, cher lecteur, vous l’aurez deviné, l’atout majeur pour maitriser son temps est la passion qui nous anime comme un feu dévorant. Tel un incendie de forêt balayant tout sur son passage. La passion vous fait aller à l’essentiel, vous rendant efficace dans votre organisation du temps.

Outils pour planifier son temps et maitriser sa vie

Vous allez être déçus ! Je ne vais pas vous offrir de liste pour cette fois. Le principal outil étant la passion, je souhaiterais que vous réfléchissiez sur cette idée que j’ai expérimentée et que j’expérimente encore. La passion m’aide vraiment à planifier mon temps.

La passion est comme le moteur d’une voiture, si celui-ci est bien entretenu, le moteur ronronne et est capable de vous conduire ou vous l’avez décidé.

Comment entretenir sa passion ?

  • Laisser libre court à ce que vous avez au fond de vous.
  • Ecoutez votre voix intérieure, donner lui vie.
  • Explorez à l’infini et laisser vivre ce qui vous habite.

Cette passion de la vie, votre passion… Vous porte vers la réalisation de vos projets. Dans ce contexte, maitriser son temps pour maitriser sa vie devient simple comme bonjour. Cette petite chronique s’achève ici… Non… elle continue avec vos commentaires car je souhaite vivement connaitre votre opinion sur le comment planifier son temps, ce sujet ou j’aurai l’occasion de revenir.

Enthousiasme, passion… : garder la pêche en 7 points

Enthousiasme, passion

Enthousiasme, passion, dynamisme, qu’est-ce que c’est ? Peut-on avoir cette pêche 365 jours sur 365 jours, c’est-à-dire en permanence sans baisse de régime ? Pour ma part, je n’y crois absolument pas. La vie est cycle avec des hauts et des bas nécessaire à tout équilibre, personne n’y échappe même pas la nature avec ses saisons. Malgré cela, il y a des recettes qui permettent de garder son enthousiasme, sa passion son dynamisme en acceptant les différents états offerte pas la vie en abondance, comme des cadeaux.

La vie étant cycle, il incombe à chacun de trouver son propre équilibre pour garder ce cher enthousiasme ! Même à des degrés divers. Je vous livre mes propres recettes d’enthousiasme empruntes de philosophie de vie. Agrémentées d’aspects concrets, le tout arrosé de joie que j’espère communicative. Comment garder la pêche en 7 points, c’est parti….

Cet article sur l’enthousiasme participe à un évènement de la croisée des blogs, organisé ce mois-ci par Pascal du blog communication-soignante.com

Enthousiasme et philosophie de vie, avec les 3 premiers points :

« Nous naissons énergie, nous vivons énergie et nous mourrons énergie que nous transmettons à autrui et la boucle est bouclée. »

Hélène Hug. (06/01/2014, tiré de mon petit traité de philosophie, tome1)

1. L’acceptation de ce qui est :

Je ne peux rien changer aux évènements qui ne dépendent pas de ma personne. Mais je peux changer le regard que je porte sur eux pour en tirer ma substance de vie. La sagesse, je m’en étonne, est en train de me gagner. La vie est une enseignante hors pair ! Et puis à quoi sert de se battre contre des moulins à vent ? Accepter ce qui est dans l’enthousiasme : esprit allégé !

« En apparence, la vie n’a aucun sens, et pourtant, il est impossible qu’il n’y en ai pas un ! »

Albert Einstein.

2. Le pardon :

Pardonner pour être heureuxLa haine détruit, l’amour construit. Savoir pardonner guérit nos blessures et nous permet d’avancer pour vivre sereinement. Que le pardon soit une deuxième nature est un peu plus difficile pour moi. Je parle du pardon dans des circonstances telles que les souffrances subies durant l’enfance, pas des bêtises au quotidien. Je ne désespère pas, le pardon est un état encore timide mais qui s’affirme doucement, surement et avec enthousiasme en ma personne. « L’amour est cette merveilleuse chance qu’un autre vous aime encore quand vous ne pouvez plus vous aimer vous-même. » Jean Guéhenno.

3. Le vide en soi :

savoir se reconnecter à soi pour se brancher à ses propres valeurs et aux autres pour des relations plus authentiques, pour retrouver son centre, renouer avec soi… tout simplement et avec enthousiasme. Submergée par trop d’informations, trop de soucis à régler d’un coup, faire face à trop de situations inattendues… Le trop plein en tout, désarçonnée par le trop… Stop, il est temps de faire le vide en soi. Régulièrement, j’appuie sur le bouton Pause : esprit en roue libre (bonjour procrastination utile), silence absolu (sans musique) et repli choisi (pas de tel, pas de sortie), une ourse casanière dernier cri ! Je peux vous dire que ça fait du bien ! Le rythme ? Un jour ou deux dans le mois, c’est selon… Parfois plus, parfois moins. Le minimum syndical à mon avis : une demi-journée par semaine. Recette qui remet de l’enthousiasme dans ma vie et chasse le burn-out.

« La seule leçon de l’histoire depuis les temps les plus reculés jusqu’à hier et aujourd’hui est que nos décisions et nos rêves sont toujours contrariés par la suite des événements. »

Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit de Jean d’ Ormesson

Enthousiasme et aspects concrets : avec les 4 points suivant

4. La musique :

La musique chasse la haine chez ceux qui sont sans amour, Elle donne la paix à ceux qui sont sans repos, elle console ceux qui pleurent”.

Pablo Casals, compositeur, violoncelliste.

Resté enthousiaste avec la musique

Enthousiasme musical

La musique possède bien des pouvoirs. Hormis les moments où je préfère jouir du silence pour me ressourcer, la musique est une nourriture indispensable à mon corps, mon âme, à ma vie toute entière. Chaque style de musique à sa raison d’être dans ma vie, comme des amis apportant leur réconfort, encouragement, échange… Certaines musiques ont le don de me transporter vers les sphères de la création avec enthousiasme. Pourtant, pendant que je vous écris, à l’instant, je suis dans le silence de mon être écoutant ma propre musique intérieure, préférant cueillir ce que mon inspiration m’offre.

« Chacun de nous possède une musique d’accompagnement intérieur. Et si les autres l’entendent aussi, cela s’appelle la personnalité ».

Gibert Cesbron.

5. Le sommeil :

« Le tigre aussi a besoin de sommeil ».

Proverbe chinois

« Mes nuits sont plus belles que vos jours »,

Je vous ai déjà servi cette belle citation, pourtant je ne peux m’empêcher de vous le resservir tant je le trouve jolie. Ceci pour dire que certains de mes rêves sont riches en contenu et de plus en couleurs, ce qui ne gâte rien ! Bon, à part les rêves, le sommeil nous donne de l’énergie pour le lendemain, enfin en principe. Le sommeil nous lave de tout stress, le sommeil est réparateur par définition sauf quand nos attitudes néfastes nous empêche de respecter nos besoin en sommeil. Les vilaines habitudes de se coucher tard pour se lever tôt, de ne pas respecter le train de ce fameux sommeil…

Nous pouvons nous targuer que nous maitrisons notre sommeil, que nenni ! Mon habitude en weekend et quand je suis en congé : dormir ! Je fais la différence quand j’ai mon compte de sommeil et quand je ne l’ai pas ! Toute dynamique que je suis, j’ai besoin de dormir ! Les matins où j’ai eu mon compte croyez bien que j’ai pêche et enthousiasme d’enfer. Et de surcroît, ça me tiens en santé et comme dit le proverbe :

« Le sommeil est la moitié de la santé ».

Proverbe français

« La confiance en soi est un habit de lumière que l’on devrait toujours emporter avec soi en toutes circonstances. »

Hélène Hug, (Aout 2014)

6. Confiance en soi :

La confiance en soi est un sacré tremplin de réussite. Oser choisir sa vie et naître à soi avec fierté et intelligence est une aptitude conduisant à la confiance en soi sans aucun doute. Oui mais comment avoir cette fameuse confiance en soi ? J’en connais un sacré rayon sur ce thème. Non pas que j’ai une solide confiance en moi à 100%, je vous mentirais, mais celle-ci parfois me quitte totalement préférant d’autres voyages on ne sait où. Trahison ! Je aïe son manque de fidélité. Pour la raisonner et la ramener à sa juste place, nous avons fait un deal : elle me promet de rester avec moi à la condition que j’accepte ce que je suis avec toutes mes valeurs et qualités et tout ce que j’ai déjà accomplie dans cette longue vie riche. Vous savez quoi ? J’ai répondu : top là, je prends !

Chic, a répondu la confiance en soi, je me sens ragaillardie et partante pour rester avec toi car je t’aime bien, tu sais ? Enthousiasme retrouvé !

« Se libérer de ses peurs pour donner vie à sa puissance intérieure et ainsi construire son chef-d’œuvre unique au monde. »

Hélène Hug. (Janvier 2014)

7. Prise de hauteur :

Prendre de la hauteur

.

« Le recul permet toujours de mieux apprécier les choses, et de redonner à certains évènements la place qu’ils méritent. »

Samuel Blumenfeld

Savoir prendre de la distance par rapport aux évènements permet de réfléchir, de ne pas prendre tout pour soi, il y a toujours une raison à toute situation. Mettre de la distance pour analyser un évènement aide à rebondir, à comprendre pour avancer dans sa vie. Je n’ai pas toujours su prendre de la hauteur face à certains évènements que je prenais de plein fouet, mettant à mal mes émotions.

Récapitulatif des 7 points incontournables pour rester dans un esprit enthousiasme :

En conclusion :

« La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre. »

Albert Einstein.

J’en conviens, les 7 points ici évoqués pour garder son enthousiasme pourraient faire chacun l’objet d’un article approfondi. J’en garde l’idée… Ça promet !

Récapitulons dans l’instant ce qui me permet de rester enthousiasme :

Vive l'enthousiasmeGarder enthousiasme demande de faire le vide en soi pour s’écouter et repartir d’un bon pied.

D’accepter ce qui est car je ne peux rien y changer, enthousiasme sera ravi de cette attitude !

De pardonner pour vivre en paix et d’alléger son esprit, tout ceci n’a pas de prix, c’est garanti.

Rester enthousiasme demande également pour moi de rester connectée à la musique et d’en gouter toutes ses subtilités, richesses… essence indispensable pour rester enthousiasme !

Dormir (la nuit) est une règle d’or incontournable avec un sommeil de qualité et en quantité suffisante, vous en serez que plus productif et plus enthousiasme !

Cultiver sa confiance en soi avec les ingrédients de sa vie, faites confiance, ça marche ! Et surtout, prendre de la hauteur par rapport aux évènements, quels qu’ils soient et prenez votre temps pour souffler et repartir en toute sérénité. Ça marche aussi ! Génial, non ?

Enthousiasme et recettes personnelles ici déclinées vous souhaitent de rester… Enthousiasme bien sûr, j’attends vos propres recettes venant grossir les recettes partagées dans cet article. Je sais que vous possédez tous des recettes d’enthousiasme à faire blêmir le plus enthousiasme d’entre vous !

Peau de banane meurtrière causant ma perte et…

Peau de banane meurtrière

Peau de banane meurtrière causant ma perte en guerre contre peau de banane habillée de bonheur et de réussite.

Avez-vous déjà glissé sur une peau de banane meurtrière ? Et d’ailleurs que veut dire cette expression ? Métaphore expliquant l’utilisation de procédés déloyaux envers quelqu’un pour faire retarder échouer ce que la personne entreprend. Je me suis toujours demandé quel plaisir il pouvait y avoir à glisser des peaux de bananes sur les chemins de certaines personnes. Jalousie, convoitise… ou plutôt méchanceté gratuite par des esprits négatifs et malsains.

La vie n’est pas un long fleuve tranquille, je ne vous apprends rien. D’ailleurs n’est-ce pas les épreuves qui nous rendent plus fort ? Mais il arrive parfois que trop d’épreuves d’un coup nous rendent vulnérables. Moins d’attention, moins de vigilance, plus de fragilité peuvent nous jouer de sacrés tours. Merci les peaux de bananes meurtrières  pour vous aider à vous relever ! Quand vous en apercevez, c’est trop tard, le mal est fait.

Peau de banane meurtrière rime-t-il avec réussite et bonheur ?

C’est une façon de voir le verre à moitié plein

Suis tombée sur une peau de banane et ai rebondieUn bonheur ou un souci n’arrive jamais seul, avez-vous remarqué ? Non ? Si ? Eh oui, J’en étais sur… !

Il y a quelques temps, traversant une période plutôt difficile suite à des aléas de vie, je n’ai pas vu venir une belle et délicieuse peau de banane meurtrière. J’ai failli être remerciée à cause de rumeurs prises pour vraies par la direction. Les apparences étaient trompeuses et ne jouaient pas en ma faveur, je l’admets. Situation difficile qui s’ajoutait à mes aléas du moment. Un de plus ! Loi des séries allez-vous penser. Oui, mais comment ai-je créé ces aléas ? Les aléas de vie sont-ils inévitables ? Nous attirons à nous ce que nous sommes. Mon esprit avait de mauvaises connections.

Depuis janvier, je travaille vers de nouvelles connections positives de philosophie de vie. Accepter ce qui est, sans jugement, serait la meilleure attitude à adopter pour attirer le meilleur vers soi et par effet miroir, vers les autres. Débarrasser l’esprit de ce qui est inutile permet d’avoir les idées plus claires et précises sur la façon de conduire sa vie.

Une peau de banane m’a pourrie la vie

Mais avant, revenons à cette fameuse peau de banane meurtrière qui a failli me couter chère, non en argent mais en stress à gérer. La peau de banane meurtrière m’a pourri la vie lors d’un changement de direction, vous imaginez bien que l’aléa que je vivais et qui m’était reproché avait été pris pour argent comptant par cette même direction. Qu’à cela ne tienne ! Me voici partie en croisade pour redorer mon blason aux yeux des autres car pour moi ce blason n’était terni que par de fausses rumeurs à mon égard.

Sur le moment je suis restée abasourdie, me sentant anéantie, avec un sentiment d’injustice et d’incompréhension. Peau de banane meurtrière que je ne méritais pas à mon humble avis. Je dois vous dire que cette situation aurait pu être évitée si j’avais su agir en sous-marin.

Qu’est-ce agir en sous-marin ? Vous savez  : les relations humaines sont souvent huilées à ce que j’appellerai « au cirage de bottes », ou plutôt à l’art d’établir de bonnes relations avec sa hiérarchie, ou dit autrement : savoir se connecter intelligemment et professionnalisme aux bonnes personnes, tout en sachant manier la vraie communication. C’est quoi la vraie communication ? Bonne question. Ce considérer d’égal à égal, peu importe le degré de hiérarchie, ce qui compte c’est la communication. Eh oui, savoir établir des liens entre ses pairs est d’une importance capitale.

Compatibilité entre Peau de banane meurtrière et Réussite

Comment me suis-je débarrasser de cette peau de banane meurtrière ? Avec beaucoup d’énergie, j’ai joué le jeu. Je suis partie en croisade pour prouver mon activité, ma bonne volonté. Cette expérience m’a montré tel le lion dans la jungle, qu’effectivement j’étais dans une jungle. Je me suis battue, bec et ongle, jusqu’à reconnaissance de ce que j’étais. Oui, je voulais  être reconnue pour ce que j’étais réellement ! Je me suis battue pour que Peau de banane meurtrière soit éjectée ! Vous saliver pour savoir ?

D'accord, peau de banane meurtrière.... oui, Mais....D’accord, vous avez gagné… après quelques jours d’abattement correspondant à une phase de digestion et d’adaptation, j’avais le choix de laisser courir (dépression assurée) ou me battre (défi à relever). Si je suis ici en train de vous écrire, vous imaginez aisément que j’ai relevé ce défi haut la main. Je suis donc partie pour mettre en avant toute mon activité avec les difficultés rencontrées auxquelles j’ai dû fait face durant l’année écoulée.

Exercice instructif pour moi me montrant tout ce à quoi j’ai dû faire face avec talent. Je me suis pliée à ce que l’on me demandait même si je n’étais pas tout à fait d’accord. Faire profil bas n’est pas une humiliation mais une façon de montrer sa bonne volonté envers une hiérarchie qui ne se rend aucunement de ce que vous vivez au quotidien.

 Résultat de ma bataille ? Intérêt et reconnaissance !

J’ai gagné et j’en ai tiré bien des leçons de vie. Une fois de plus, j’ai constaté que rien n’était figé. Partons du principe que rien n’est acquis d’avance, tout ce gagne, se mérite, parfois au prix de grosses sueurs, de souffrances, de larmes ou d’injustices. Injustices : c’est comme si l’injustice voulait vous mettre au défi ! Vous tester, vous mettre devant vos limites. Impressionnant, non ? La peau de banane meurtrière se transforme alors en aiguillon vous boostant vers des ailleurs meilleurs pour vous. Forte de cette expérience, quelques années plus tard, j’en viens à vous faire part de ce que j’ai pu développer en termes de philosophie de vie.

Peau de banane meurtrière adorée, merci pour ta leçon de vie

Savoir prendre les évènements comme ils se présentent est une chose, savoir en tirer la sève en est une autre. Toute difficulté, toute situation me procure des pistes de réflexions pour un ailleurs meilleurs. Être présent à soi et à tout évènement en toute conscience permet à ma lucidité de prendre en compte toutes les données de mon environnement afin de les traiter en toute intelligence. Peau de banane meurtrière n’aura pas ma peau, je suis bien plus forte qu’elle ! En avez-vous bien compris le principe ? Depuis, je suis en vigilance accrue. Résultat ?

Peau de banane meurtrière et bonheur, est-ce possible ?

Faut voir. Depuis janvier de cette année, je me suis habillée d’une philosophie de vie spéciale « Hélène ». Vous savez quoi ? Je ne peux que m’en féliciter. J’ai changé mes connecteurs vers une nouvelle direction. Connecteurs branchés sur les ondes positives. Vous savez, vers les pensées constructives, vers ce qui peut vous arriver de meilleurs. Si, si, ça existe, je le vis ! Merci à peau de banane meurtrière m’ayant permise de changer d’angle de vue depuis quelques années. Peau de banane meurtrière m’a appris aussi qu’il fallait du temps pour changer nos pensées. Voici un sujet sur lequel je vais revenir d’ici peu. En attendant, je vous laisse la parole….

Cerveau en révolte, ictus amnésique, sauvez votre vie

Cerveau en révolte

Cerveau en révolte : Ce soir un appel à une heure peu habituelle et de surcroît en semaine, une de mes sœurs m’informe d’une chose étrange. Le début de la conversation commence par des banalités comme « comment vas-tu ma sœur ? » Et moi de répondre sans me douter de rien, je viens de péter un câble, j’ai perdu  toutes mes données Facebook.  Et ma sœur de me répondre, je viens moi aussi de péter un câble.  Oh de quel câble s’agit-il ? Mon sang se glace quand ma sœur me raconte comment elle s’est retrouvée aux urgences de l’hôpital. Dans le quotidien, ma sœur a pour habitude de s’occuper des uns et des autres sans discontinuer. Une petite grand-mère par ci ou par là. Faut dire qu’elle est dans un village ou la vie n’est possible que grâce à la solidarité des uns et des autres.

Cerveau en révolte :

Et voilà qu’un soir en téléphonant aux uns et aux autres, certaines personnes s’aperçoivent que ma sœur se répète, voir à une heure d’intervalle. Certains, inquiets appellent un ami qui à son tour appelle le mari. Force de constater que ma sœur a besoin d’aide. Fort heureusement, les secours arrivent et voilà ma sœur préparant sa petite valise aux dires de son mari. Ma sœur très obéissante, état normal, elle était devenue amnésique et obéissait à ce que l’environnement lui envoyait comme ordre. Véridique ce que je vous raconte, je ne vous cache pas que je frémissais de tout mon être à l’écoute de son récit.

Cerveau en révolte, sacrée histoire

Je suis tombée des nues car ce petit bout de femme était pour moi la force personnifiée du chêne. Et de m’annoncer tout ceci comme si de rien n’était, mazette…En parlant de cerveau en révolte, tout ce qu’elle vient de me raconter est du vécu, rien que du vécu. Épisode ou elle obéissait aux suggestions,  sa lucidité de ce moment lui permettait seulement de capter ce que son  environnement immédiat lui autorisait  de saisir.

Cerveau en révolte :  A ce jour tout va bien, tous les examens cliniques s’avèrent positifs. Il n’y a aucune anomalie.  (Sauf la peur que chacun a eu pour elle).  Quand j’ai posé la question du pourquoi de cet incident…

  • Accumulation d’inquiétudes….Souvenez-vous le cyclone dans l’ile de la réunion. Comment réagiriez-vous en sachant vos enfants en danger ?
  • Mutation  d’un autre enfant  vers un lieu géographique bouleversant  des habitudes  déjà bien encrées. Celles-ci bordant un nid familial porteur de stabilité à un tout un noyau.
  • Maîtrise de la cellule familiale, garder un équilibre envers et contre tout, pas toujours évident.

Cerveau en révolte :

Pour conclure à ce billet très spécial, je tiens à porter hommage à tous ceux et celles qui aident leur prochain sans compter. À vous de réagir si l’envie vous démange par ici.  Cerveau en révolte, soyez-le mais dans la bonne direction. Ne laissez pas le trop plein vous envahir, prenez soin de vous avant que votre cerveau ne se révolte.

Repos forcé pour cause d’indicateur au rouge

Repos forcé

Repos forcé : petite interlude récréative pour vous faire prendre conscience de la valeur de votre vie. Pas de mot disséqué pour cette fois-ci,  je remets l’épisode suivant à plus tard pour vous compter mon aventure de ce jour. Vous aimez les histoires, non…? Oui…?Alors voilà…Non, je me demande si vous serez vraiment intéressé par ce qui m’est arrivé. Bon allez, de toute façon si je vous barbe, vous allez passer votre chemin, voyez-vous je suis sûr de mon coup…sur ce coup-là.  Ayant commencé ma journée sur les chapeaux de roue comme à l’accoutumée, je me suis mise la pression pour finir à l’heure en fin d’après-midi car j’avais un rendez-vous avec… un médecin expert.

Premier épisode du repos forcé

Repos forcé face au stress

Quoi, je suis malade ? Que nenni,  c’est seulement que je dois fournir la preuve que je suis apte à prolonger mon activité de salarié. Eh bien oui, j’ai demandé une prolongation, en clair, j’ai remis le couvert quoi…Vous avez compris je pense ? Yes, génial ! La suite, vite…Patience, j’arrive ! 17h…je suis en retard car perdue en chemin et dans des embouteillages en ville. Arrêt à un feu, je baisse la vitre et demande mon chemin à un homme.

Celui-ci m’indique la route et me demande, surement en voyant mon faciès déconfit, si je veux bien l’emmener dans ma voiture pour me conduire à destination. Vous imaginez mon inquiétude ? A vitesse TGV, des scénarios catastrophes se télescopent en mon esprit. Que vois-je derrière cet homme ? Une petite femme. Cet homme m’annonce que c’est sa femme et que je n’ai rien à craindre.

Marchant à l’intuition, je ne perçois aucun danger et me décide à accepter l’offre de me conduire jusqu’à l’adresse voulue. « Je connais parfaitement cette commune, ce n’est pas loin… ». « Passer par là et encore par-là ». Moi aussi je connaissais cette commune et je savais que cet homme ne me racontait pas de bobards. Sauf que lui, contrairement à moi, savait exactement où passer pour se rendre à l’adresse que je cherchais…  Pour un repos forcé…sans le savoir.

Quelques instants plus tard, me voici arrivée à destination, quelle soulagement.  J’ai remercié chaleureusement cet homme et sa femme, tous deux ravis d’avoir rendus service et moi satisfaite d’arriver à mon rendez-vous. Jouant la carte de la confiance, j’ai pu cueillir un instant de partage, merci la vie.

Repos forcé, le choc, deuxième épisode 

Bon tout va bien, me dis-je. Ayant prévenu de mon retard, j’avais la conscience tranquille. Je me présente à l’accueil, puis au guichet suivant pour les paperasses quand un individu se dresse devant moi pour m’informer qu’il était arrivé avant, devant sa véhémence je m’incline, vraiment,  aller vers le clash n’en valait pas la peine. Ce même individu a dû attendre son tour, intérieurement j’ai jubilé car son tour était après le mien. Me voici appelée, et…

Repos forcé ? Bon non, j’ai du mal à vous le dire. Je ne vous dis pas ma stupéfaction quand le médecin m’annonce…à la prise de tension…13…15…18…Non….20, mais quel indicateur ! Je bondis du coup du lit d’examen, « vous êtes sur ?» Je suis sure que je suis montée à 22 !!! Voilà de m’annoncer qu’elle exige un repos forcé pour vérification mais qu’elle ne s’opposera pas à la prolongation d’activité, ouf et merci… J’ai eu l’impression qu’un train passait sur moi. Jamais de ma vie ma tension n’était montée si haut et de lui répondre que je n’en sentais pas les symptômes. Repos forcé, allons donc, comme si j’avais le temps…« Je ne peux pas vous laisser repartir comme cela » et d’appeler l’infirmière pour m’inviter au repos forcé pour un quart d’heure. Chouette, une sieste !

Repos forcé, chouette une sieste

Ça commence par 15 minutes, je pratique la respiration lente et… vrai, je me rends compte alors que mon cœur bat un peu trop fortement. Donc, relaxation…Au bout de 15 minutes, chute des chiffres, ouf…Mais encore insuffisamment pour le médecin, ordre donné de me garder encore pour un repos forcé de 30 minutes. Quoi encore une sieste ? Chic alors…Le pied. Bon c’est bien tout ça mais j’ai à faire tout de même ! J’en informe l’infirmière qui me propose d’en informer le médecin, mais de suite je l’arrête et lui dis que j’accepte de jouer le jeu de ce repos forcé.  « C’est le protocole » me dit-elle. Allez, je me laisse faire pour ce repos forcé supplémentaire.

Pendant cette deuxième pose de repos forcé, nous avons discuté toute les deux, elle voulant en savoir plus sur mon métier et moi en savoir plus sur ses motivations d’infirmière et de me répondre qu’être cadre ne l’intéressait nullement. Encore un instant de partage que j’adore. La suite… ? Le repos forcé était terminé, les chiffres de ma tension permettait de mettre fin à cette discussion… . Fini le repos forcé, dommage, sympa l’infirmière…Qu’allez-vous imaginer ? Les échanges entre collègues…nous on aime !

Repos forcé, réfléchir sur les rythmes de sa vie

Je vous rassure, je vais bien. Pas mal ce repos forcé, ça m’a permis de réfléchir sur le rythme de ma vie. J’ai informé le médecin que je vivais des moments difficiles côté professionnel… (Oui, c’est vrai) Bon fallait bien trouver quelque chose comme excuse…Non ? Sans doute ai-je mal géré mon stress et ai-je présumé de mes forces. Merci pour cette consultation obligée avec ce repos forcé me faisant prendre conscience de mes limites.

Respirez….Respirez…C’est vital, votre vie en dépend. Remettre à sa juste valeur tout événement, toute charge de travail, toute émotion même…N’attendez pas d’être au repos forcé, gardez-vous en santé, c’est le mot de la fin. Et le vôtre ? C’est comme vous voulez. Encore une chose, n’attendez pas d’avoir un alerte pour prendre soin de vous et d’être en repos forcé, la vie est trop courte car voyez-vous j’ai tout de même eu un petit peu peur. Bon allez, je vais de ce pas me reposer, pas de repos forcé mais consenti pleinement.

Stress maitrisé : productivité accrue, réussite assurée

Stress maitrisé : productivité accrue,

Stress maitrisé : productivité accrue ? A condition que … Certains jours vous trouvez que tout va de travers, vos pensées sont sombres et vous n’avez envie de rien. D’où cela peut-il venir ? Respectez-vous vos rythmes biologiques ? Vous accordez-vous assez d’attention, prenez-vous suffisamment soin de votre personne ? En ce qui concerne les rythmes biologiques, je ne sais pas vous, mais moi par exemple, je me sens toujours en déséquilibre à chaque changement d’horaire à l’automne et au printemps.

Je passe toujours par une période d’adaptation assez pénible et à entendre mon entourage, je ne suis pas seule dans ce cas. Alors comment s’accommoder au mieux  à ce contexte imposé et faire face intelligemment à nos aux obligations de vies ? Stress maitrisé ? Franchement je me sentirais beaucoup mieux si je pouvais vivre au rythme de l’heure solaire. Pas la peine de rêver, autant s’adapter du mieux possible en appliquant des solutions alternatives.  Comment ?

Stress maitrisé, oui en arrêtant de vous maltraiter

Stress maitrisé, respectons nous

1 – Dans un premier temps respecter vos rythmes pour un stress maitrisé :  arrêtez de vous maltraiter en enchaînant sans discontinuer vos heures de travail. Pas le temps direz-vous, le temps c’est de l’argent…Le temps manque, mais enfin quand allez-vous prendre conscience que le temps, c’est le temps dans toute sa splendeur. Et celui-ci, c’est vous qui en êtes le maitre et vous seul, garantie sûr de sûr.

Je vois passer les jours sans avoir l’impression d’avancer, ah j’ai dit impression, intéressante cette impression car sans en avoir conscience, je suppose que mes idées avancent, sans doute pas  à la vitesse que je souhaiterais, difficile d’accepter la notion temps faire son œuvre. Voilà encore un sujet à approfondir mais revenons à celui de ce jour : le respect de nos rythmes et comment trouver un équilibre de vie.

Respectez votre rythme pour une productivité accrue et un stress maitrisé

2 – Une courte vidéo ci-dessous à entendre. De précieux conseils à suivre pour ceux qui enchainent les heures de travail sans discontinuer. Pour un stress maitrisé : le respect de son corps et de son cerveau. Et aussi de ses rythmes, ce sont des atouts indissociables pour votre santé et réussite.

Est-ce que j’applique ces principes pour un stress maitrisé? Bon je suis franche, je me lance : non pas en totalité mais promis je vais me corriger, la qualité de mes écrits ont tout à y gagner.  Non pas en totalité j’ai dit, alors qu’est-ce que j’applique et me propulse? L’écoute de la musique chaque jour, la lecture, l’écriture sont mes loisirs préférés me donnant l’énergie nécessaire pour vivre chaque journée.

Ce que je n’applique pas mais me promet d’améliorer : les poses régulières, le respect de mon cerveau quand il dit stoppe, l’acceptation d’arrêter quand plus d’inspiration…Hum, plus difficile d’accepter cet état même si celui-ci à sa raison d’être sans être compris par celui qui le vit, je suis sure que cela vous arrive et sans doute plus souvent que vous voulez bien vous l’avouer. Question de rythme biologique ? Sans doute.

    

Recettes de santé pour un stress maitrisé

3- D’autres recettes pour une vie heureuse grâce un stress maitrisé ? Recettes est un mot réducteur, parlons plutôt de règles de vie simples applicables pour chacun d’entre nous, vous pensez le contraire ? Faites m’en part, je reste à votre écoute. Une règle de vie importante : veillez à la quantité de votre sommeil. Voulant le réduire afin de gagner du temps est une erreur préjudiciable à votre qualité de vie, y compris votre santé.

Je vérifie cette vérité chaque jour. Toute les fois où j’ai voulu réduire mon temps de sommeil, la qualité de mon travail ou plutôt mon efficacité dirai-je,  le lendemain, s’en est ressentie. Stress maitrisé ? Oui, c’est possible.

 En conclusion pour un stress maitrisé :

Stress maitrisé pour une réussite assurée

Soyez attentif à vos besoins personnels, accordez-vous les poses nécessaires à votre ressourcement, attachez de l’importance aux besoins que vous indique votre corps, votre esprit.

Respecter autant que faire se peut vos rythmes biologiques —> (si le cœur vous en dit téléchargez ce cadeau pour en savoir plus sur vos rythmes). En étant attentif à vos besoins avec un stress maitrisé : votre productivité en sera accrue et ce sera tout bénéfice pour votre réussite. Bonne lecture et surtout n’hésitez pas à partager vos recettes sur ce sujet. En ce qui me concerne, j’en suis friande, ne soyez pas égoïste, pensez aux lecteurs, merci pour eux.