Ecrire, est-ce facile ?

Ecrire, est-ce facile ?

Écrire, est-ce facile ? D’un point de vue basique, oui. Mais qu’en est-il pour l’écriture d’un livre ? Le chemin peut paraître facile pour certaines personnes et être plus compliqué pour d’autres. Mais écrire dans ces cas de figure ne peut nullement s’improviser, surtout si vous voulez être publié et avoir du succès. Pourquoi j’avance cette affirmation ? Depuis quelques mois. Des événements consécutifs à la crise sanitaire et à un changement radical de vie ont mis à mal mon chemin d’écrivaine. De plume facile, je suis à plume difficile. Une véritable tempête… Peut-être passez- vous aussi par ces mêmes intempéries. Questionnement…

Et si écrire, c’était tout simplement ne plus taire cette âme en soi ? 

François Cheng

Écrire, est-ce facile ? Pas si sûr…

Quel est l’écrivain qui n’a jamais été confronté au manque d’inspiration ? Levez le doigt si vous faites partie de l’exception ! Le flux de l’écriture suit le flux de votre cœur, de votre état d’âme. Surtout quand il s’agit d’une œuvre que vous avez couvée pendant tant de mois, voire tant d’années. Puis un jour, fatigué de stagner, pour débloquer vos freins et redonner le sourire à votre crayon, vous décidez de vous prendre en mains en suivant une formation. Eurêka, vous partez en confiance ventre à terre pour assimiler ce nouveau savoir. Tout est parfait. Vous rayonnez. Puis… Les événements de la vie courante finissent par avoir raison de vous. Et alors, voici qu’un ouragan émotionnel vous submerge mettant à mal vos certitudes sur vos capacités d’écriture. STOP… Tout ceci est normal.

Voici un ouvrage que j’ai conçu pour vous :

Déconstruire pour reconstruire

C’est normal, oui, mais… comment le comprendre, l’intégrer tout en gérant les épisodes de votre quotidien ? Pas toujours facile, mais toujours formateur sur vos capacités à vous adapter et à rebondir. Comment ai-je traversé cette tempête dont je vous parle plus haut ? Car oui, je ne peux que vous entretenir d’un sujet que je connais parfaitement. J’ai nettement l’impression de traverser un désert, tout comme vous sans doute. Inconfortable comme sensation, vous ne trouvez pas ? Avec courage et détermination, ce désert peut être transformé en prairie verte. Rien ne sert de se faire violence. La meilleure attitude à avoir est d’accepter ce qui est, de lâcher-prise sur les événements, vos émotions. Car le forcing ne peut vous mener que vers l’impasse. Et cette attitude est la meilleure façon de mettre fin à votre rêve d’écriture.

Maintenant place à un petit délire

Histoire vécue avec des mots tranchés dans le vif de mon quotidien. Des mots pour raconter mes jours. Que faire des mots récoltés au fil des jours, des mois et des années ?

A l’embranchement d’une nouvelle vie, j’ai récolté des mots de toutes les couleurs, des mots aux multiples senteurs. Des mots chargés d’émotions. Comment mitonner tous ces mots pour les transformer en plat digeste ?

Voici des mots à écrire comme pour graver votre microsillon

Des mots pour graver votre microsillon de vie : votre existence regorge de mots cherchant leur raison d’être. N’avez-vous jamais imaginé de rassembler vos mots pour les transformer en œuvre que vos lecteurs vont dévorer tels des rapaces affamés ?  

Des mots et encore des mots pour graver votre microsillon… Quelle aubaine ! Oui, mais pas n’importe lesquels. Des mots habillés d’encre aux couleurs de ciel d’été. Couleur bleu nuit d’étoiles scintillantes au bleu ciel parsemé de nuages aux formes insolites, vert sombre des arbres au vert tendre des pelouses. Voici maintenant 10 mois que je me suis inscrite à une formation pour écrire un livre accrocheur. Multiple aventures ont égrené ce temps de remise en question. L’écriture n’est pas si aisée qu’il n’y parait. Laisser les mots se déverser comme l’eau coulant d’une fontaine est facile. Mais organiser les mots en utilisant une structure sans pour autant perdre de sa spontanéité est une autre affaire.

J’écris pour me parcourir. Peindre, composer, écrire : me parcourir. Là est l’aventure d’être en vie. “

Henri Michaux

Reprenons depuis le début :

Écrire, est-ce facile ? Voulant donner vie à un rêve qui remonte à quelques décennies, je saute le pas pour suivre une formation pour écrire mon livre. Jusque-là, tout est normal. Je me félicite de mon passage à l’acte.  De semaine en semaine, j’applique les exercices. Quelques récits (nouvelles) voient le jour. Des périodes de doutes s’infiltrent, mes certitudes s’écroulent face aux enseignements. Viens l’instant où je mesure l’écart entre mes croyances initiales sur l’art d’écrire et la réalité liées à ses exigences. Comme dit plus haut : déverser des mots est facile, mais les organiser en tableau agréable pour ravir les émotions des lecteurs, c’est une aventure bien différente et bien plus enrichissante pour la personne qui tient le crayon.

Les semaines s’écoulent… Écrire, est-ce facile ?

…Sans anicroche importantes jusqu’au jour où…Écrire me demande de l’organisation, de la concentration, de la persévérance, de la volonté. Bref, appelez ceci comme vous voulez, mais écrire demande vraiment une attitude… d’écrivain ! Ah oui, que veut dire cette belle vérité ? Bah… je n’en sais rien moi-même.

Sauf que je constate…

…qu’il me faut changer mes habitudes pour instaurer un rituel pour que le crayon devienne un tic comme le geste de se brosser les dents chaque jour. Une précision : d’inviter le crayon, c’est facile, ce qui l’est moins, c’est l’instauration de noter toutes les idées de scénarios, même les plus aberrantes. Pour cela, un carnet sur soi peut faire le job, à défaut, la fonction mémo du téléphone, c’est pas mal aussi. Après ces petites banalités, revenons à du plus consistant comme les aléas que vous ne pouvez pas contrôler. Vous savez, ceux qui  viennent bousculer vos beaux projets d’organisation d’écriture.

Voilà qu’un beau matin, les mots vivent leur vie

Je ne suis plus maître de mon crayon. C’est lui qui a décidé d’écrire ce qui suit :

Quelle différence entre écrire, cuisiner ou jouer de la musique ? L’assouvissement d’une passion demande certains ingrédients incontournables :

Patience, persévérance, courage, imagination… La liste pourrait être plus longue. Un aspect commun relie l’écriture, la cuisine et la musique : oser donner naissance à ce qu’il y a de meilleur en soi. Ce dernier ingrédient est le piment donnant la couleur, tels un coucher ou un lever de soleil, dans votre existence. Quoi de plus délicieux qu’un fumet odorant s’échappant du four.  Qu’est-ce  de plus exaltant que de laisser courir sa plume sur du papier pour que les mots vivent leur aventure. Quoi de plus sublimant pour le cœur de laisser les doigts apprivoiser les notes blanches et noires d’un piano.

Cuisine et plongeon dans le chaudron

La cuisine réveille votre sens du gout, de l’odorat et vous transporte vers des souvenirs de jeunesse. Le crayon danse sur le papier au rythme de la spatule s’agitant dans la casserole. J’ai toujours rêvé d’une grande cuisine (que je possède maintenant) où je laisserai aller mon imagination fleureter avec les dieux de la création culinaire. J’attends donc les gourmets en mijotant mes plats préférés. Mon chaudron est privé, donc pas question de dévoiler mes secrets.

Recette d’écriture

L’écriture titille l’imagination en laissant libre cours aux rêves d’enfant et d’évasion. Écrie, c’est comme confier à son meilleur ami, ses pensées les plus intimes. C’est donner naissance aux mots pour traduire ce qui habite nos pensées. Libérer ce potentiel de création par l’écriture est magique. Lettres, poésies, romans, simples pensées… Impressionnant ce que l’on peut confier par écrit. Prise en flagrant délit avec cet écrit… Mince !

Notes de musique à la fête

La musique chatouille les émotions en réveillant le pouvoir de création. A première vue, un piano avec ses notes noires et blanches pourrait paraitre austère à celui qui ne connait rien à la musique. Me vient à l’esprit une petite anecdote d’un non-musicien, ce sont textuellement ces mots : « Pourquoi le chef d’orchestre s’agite-t-il ainsi ? Chacun sait ce qu’il à faire. » Mais ce n’est pas parce que l’on n’est pas expert en musique que l’on ne soit pas connaisseur en bonne cuisine ou en écriture. Heureusement.

Alors la différence ? Absolument aucune. Écriture, cuisine et musique demandent les mêmes atouts de création, d’imagination pour créer votre œuvre d’art. Fin de mon délire pour revenir à du plus sérieux, même si je n’en ai pas très envie, car écrire est un jeu de vie passionnant.

 Écrire seulement sur les choses qu’on aime. Écrire pour lier ensemble, pour ramasser les morceaux de la beauté, et ensuite recomposer, reconstruire cette beauté. 

J. M. G. Le Clézio

Usez de vos ingrédients pour vous dépasser

Dit en passant… J’ai repris possession de mon crayon 😉… enfin 😉 !

Conclusion (un peu hâtive, soit, mais le crayon m’appelle vers d’autres projets d’écriture) : Imagination, créativité, non-censure, confiance en soi, culot, sensualité, originalité,  envie de partager… Il n’y a pas de limites dans les ingrédients que vous pouvez utiliser à outrance pour vous exprimer dans l’écriture. Attention cependant à rester correct en toute circonstance. Je plaisante bien sûr, mais on ne sait jamais…

Pour finir, j’attire votre attention sur un aspect important à prendre en considération dans votre processus d’écriture : l’imagination (l’imaginaire a des pouvoirs incroyables de création). Mon petit délire décrit plus haut est juste un exemple pour vous démontrer qu’il vous est possible de laisser carte-blanche à votre imaginaire pour qu’il vous souffle des tas d’idées. En toute franchise, faites confiance en votre pouvoir de créativité. Celui-ci est sans limite pour peu que vous lui fassiez confiance. Go !

Écrire, est-ce facile ? A vous de me le dire dans les commentaires ici bas… Vous savez, dans l’endroit prévu pour…En vous remerciant par avance. 

Pour connaitre la suite de mon chemin d’écriture, c’est ici : 

>
dolor commodo dapibus velit, efficitur. venenatis luctus Curabitur id elementum